Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Vendredi 01 Août 2014 | Créer un compte | Connexion
Extra

Travail à l'asile : quand les fous servaient d'esclaves

Les médecins ont longtemps pensé que le travail permettait de "distraire" la folie. Claude Quétel montre comment, au fil des décennies, le travail thérapeutique est devenu synonyme d'esclavage pour les aliénés, qui travaillaient jusqu’à 10 heures par jour. Extraits de "Histoire de la folie" (1/2).

A en devenir dingue...

Publié le

L’asile a horreur du vide. Il n’abandonne pas une minute de la vie quotidienne au hasard, canalisant à chaque instant la folie, la privant de toute initiative. Tous les aliénistes sont d’accord là dessus : « Un ordre constant et une régularité invariable dans tous les rouages de la maison. Cette régularité doit être aussi rigoureuse que le mouvement d’une horloge, qui une fois montée, se meut et marche sans interruption. Toutes les périodes de la journée ont ainsi leur emploi et leurs devoirs. »

Le lever est à 6 heures en été et 6 h 30 en hiver. Gardiens et religieuses déverrouillent les portes des dortoirs et des chambres d’isolement. Le lever des aliénés n’est pas une mince affaire. Il faut faire un rapide inventaire des dégâts de la nuit : vêtements et literie lacérés, bris de meubles et d’objets, lits souillés. [...] Il faut aider les impotents et les paresseux à sortir du lit et s’assurer que ceux qui y restent sont des malades qui vont devoir être transférés à l’infirmerie et non des mutins.

On aide chacun à se vêtir, le tout avec « douceur et fermeté ». En tout cas, les règlements y insistent. [...]

7 heures en été ; 7 heures 30 en hiver… Il est plus que temps de partir au travail. À l’origine, dans la perspective du traitement moral, il s’agit de « distraire » la folie (au sens de l’extraire, l’arracher). Cabanis fait du travail « le véritable régulateur de la nature morale » et estime qu’il ne faut pas craindre d’employer « la terreur pour forcer au travail ceux qui s’y refuseraient ». Sans être aussi radical, Scipion Pinel dit ce que disent tous les aliénistes : « Un travail constant change la chaîne vicieuse des idées, fixe les facultés de l’entendement en leur donnant de l’exercice, entretient seul l’ordre dans un rassemblement d’aliénés… »

Cependant, au fil des décennies, le travail thérapeutique est devenu travail tout court et travail lourd : jusqu’à 10 heures par jour (8 dans la première moitié du XXe siècle). Quelle que soit la nature de leur folie, la majorité des internés exerce une activité effective (et non « occupationnelle » comme on dira plus tard) au sein de l’établissement. En 1867, au Bon-Sauveur de Caen, 68% des hommes et 78% des femmes travaillent à temps complet dans l’asile. [...]

La pression qu’exerce l’asile sur les aliénés pour les inciter au travail est d’ailleurs très forte. Ceux qui s’y refusent s’exposent à de nombreux désagréments : privation de certaines libertés de circulation, suppression du tabac ou de suppléments de nourriture et de vin, voire sanctions. Une lettre de protestation d’une aliénée, datée de 1880, paraît à cet égard instructive, quoique univoque : « [Au 4e quartier] la Soeur R… qui dirige le pliage vint me chercher pour y être occupée à plier des draps, occupation des plus pénibles qui me tint près de 7 heures debout et où près de 200 draps me passèrent par les mains tant à mettre en presse qu’à plier, ou à rouler pour le raccommodage. Dans le courant d’avril je dis à la Soeur R… que je souffrais trop des pieds, que je ne pouvais plus plier les draps. La Soeur R…me mit au raccommodage. Je restai dans une grande pièce où travaillent 40 ou 50 personnes dirigées par la Soeur M…, je raccommodai quelques paires de bas pour passer mon temps quand je crus voir que ce travail était obligatoire ; je le refusai. La Soeur M… me dit que j’irais aux agitées. Je lui répondis que j’irais. Je vins aux agitées où je fis près de 40 m de dentelle pour Mme V…, la maîtresse d’emploi. » [...]

L’aptitude au travail est un critère objectif de sortie, prouvant que le malade est capable de se réinsérer dans la société (à preuve encore une fois que le comportement social compte toujours autant sinon plus que le critère « psychiatrique »). À l’inverse, l’aliéné indigent inapte ou réfractaire au travail a peu de chances de sortir. Pas plus d’ailleurs que cet aliéné du Bon-Sauveur de Caen en 1848, à propos duquel le médecin-chef consigne malicieusement : « Il se dit tout à fait guéri et tout à fait prêt à travailler. Il demande un emploi quelconque, ne fut-ce que Préfet. »

____________________________________________

Extrait de "Histoire de la folie, de l'Antiquité à nos jours", les éditions Tallandier.

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par texarkana - 25/08/2012 - 11:38 - Signaler un abus c'est bien fini tout çà

    Maintenant on voit les aliénés légers, qui n'ont pas besoin de travailler car ils touchent le Cotorep , traîner toute la journée en ville, chez moi ils attendent l'ouverture du Proxi à 8h pour acheter leurs canettes de bière qu'une fois bues ils jetteront dans mes plates bandes (oui mes plate bandes car payées avec mes impôts) , et çà fume comme des sapeurs, même leurs allocs ne leur suffit pas, alors ils font la manche, et le soir c'est retour a l'hopital de jour, la soupe et dodo, le tout "aux frais de la princesse"...

  • Par MorpioNimbus - 25/08/2012 - 18:58 - Signaler un abus Une vie de FOU

    Merci de votre article. Cette vérité eclaire mes vieux jours. Eh! oui!!, je l'étais moi aussi, mais sans bien le comprendre et en plus par VOCATION. Quel scandale!! De 10 à 12 heures de travail par jour, aussi bien le jour que la nuit, SEPT jours sur SEPT et pendant TRENTE ans à parcourir la campagne, toucher du doigt la misère du monde. Heureusement plus personne ne veut faire ce boulot...... J'étais médecin de campagne dans la France plus que profonde!!!

  • Par Alliance Nationale France - 25/08/2012 - 23:23 - Signaler un abus Modèle pour prisons ?

    Si les "fous" travaillent, pourquoi pas nos prisonniers dans leur cellule-hôtel nourris-logés-blanchis par nos impôts ? Un bon travail carcérale pour dissuader les immigrés de revenir, aux autres de ne pas récidiver, le tout pour payer leurs victimes, leurs cellules et profiter à la collectivité en purgeant une peine utile ...

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Claude Quétel

Claude Quétel est historien, spécialiste entre autres de l'étude des structures et des processus mentaux conduisant à la décision ou à l’événement.

Il a notamment écrit "
Histoire de la folie - de l'Antiquité à nos jours", publié chez Tallandier.

Voir la bio en entier

En savoir plus
Je m'abonne
à partir de 4,90€