Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Dimanche 18 Février 2018 | Créer un compte | Connexion
Extra

FN : l’électorat résiste mieux que la visibilité du parti dans les médias

Un sondage Ifop Sud Radio/Paris Match estime que le Front National est devenu aujourd'hui la 3e force politique du pays, derrière la France Insoumise et Les Républicains. Mais c'est un statut probablement très provisoire.

Politico Scanner

Publié le
FN : l’électorat résiste mieux que la visibilité du parti dans les médias

Atlantico : Alors qu'il était parvenu à se hisser au second tour de l'élection présidentielle, le Front national est aujourd'hui placé 3e force d'opposition en France (20%), selon un sondage IFOP Paris Match Sud radio, derrière la France Insoumise (37%) et les LR (26%). Faut-il voir dans cette baisse une remise en cause de la capacité de Marine Le Pen à remporter un jour l'élection ? Comment interpréter que seuls 63% des électeurs de 1er tour de Marine Le Pen voient le FN comme principale force d'opposition ? 

Emmanuel Galiero : Ce parti avait eu plus de 10 millions d'électeurs au second tour de la présidentielle et on peut se poser des questions sur le dynamisme de cet électorat.

Les seuls repères électoraux que l'on ait aujourd'hui sur l'exposition et son affirmation en tant que force d'opposition sur la scène politique sont des élections récentes.

Les législatives partielles qui ont vu la victoire de LR, on a aussi montré un affaissement de l'électorat FN, mais dans des contextes où ce même électorat ne pouvait pas se mobiliser puisqu'ils savaient qu'ils n'avaient aucune chance de gagner.

Deuxième élément : les élections territoriales en Corse. En Corse on sait que l'électorat FN était puissant pendant la présidentielle mais qu'une partie de cet électorat se reporte sur les nationalistes au niveau local. Ce n'est pas non plus forcément un élément représentatif.

Malgré tout, partout on a vu un affaissement de l'électorat dans un contexte où le FN, qui ne dispose pas d'une force politique suffisamment forte pour avoir un groupe à l'Assemblée nationale, peut sembler être sorti des radars. Et ce malgré une tournée nationale engagée auprès des militants par Marine Le Pen alors qu'elle est en train de préparer son congrès de mars à Lille. Congrès où elle a promis d'engager la reconstruction du FN du sol au plafond.

Le FN est dans une phase intermédiaire où il n'a pas le poids qu'il avait avant la présidentielle, c'est certain. Mais il n'y a pas de quoi dire que son électorat s'est définitivement effondré. Un élément qui permet de douter de cette approche c'est un sondage qui a été fait sur les Européennes. Ce sondage avait situé le FN à 17% dans un contexte où les macronistes atteignaient les 24 ou 26% et les LR étaient à 12%. C'est bien la question européenne qui est le fond de l'argument politique du FN dans ce nouveau clivage et qui sera le socle de leur nouvelle stratégie politique entre les nationalistes et les mondialistes. Sans faire campagne le Front était crédité de 17%, et c'est révélateur d'une forme de résistance de ce parti qui garderait un socle puissant d'électeurs.

Lorsque l'on écoute LREM qui est aujourd'hui la première force politique en France et qui a été un des acteurs de l'explosion des partis politiques, lorsqu'on observe le débat pro-européen versus anti européen au sein de la droite (qui est en difficulté sur ce thème à cause de son éclatement et des différents courants), lorsqu'on regarde les différentes positions sur la question européenne, on voit principalement une opposition entre les pro-européens de LREM et les anti-UE qui sont le FN.

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par vangog - 14/02/2018 - 08:18 - Signaler un abus Les macronistes atteignaient 24%...ah bon?...

    Oui, mais ça c'était avant, lorsque les Francais-gogos étaient eyes-wide-shut...avant la fin de l’enfumage! Aujourd’hui, le Front National est revenu en tête de tous les partis politiques, et ça fait mal aux fesses des journaleux qui ont peur pour leurs subventions. Alors, ne doutons pas que les médias aux ordres nous préparent une grande offensive anti-FN, pour conserver leur petit pouvoir de manipulation...ça vient!

  • Par gregoire25 - 14/02/2018 - 09:15 - Signaler un abus Evidemmement

    Tous les médias ou presque sont subjugués par Macron et ses grands succès ( zadistes, CSG retraités, 8 nouvelles taxes, migrants incontrôlés, etc...) On porte même à son crédit la croissance de l'économie chinoise. Le peuple n'et pas entièrement dupe.

  • Par winnie - 15/02/2018 - 07:36 - Signaler un abus les macronistes ??

    Seraient la première force du pays ? Non, ils ont simplement pris les français au piège du FN qui fonctionne depuis Mitterrand. N'importe qui se présentant devant le FN gagnera grâce aux médias corrompus.

  • Par vangog - 16/02/2018 - 00:32 - Signaler un abus @winnie la corruption n’est pas éternelle...

    « N'importe qui se présentant devant le FN gagnera grâce aux médias corrompus »...et lorsque la corruption sera vaincue, qu'arrivera-t-il?...

  • Par A M A - 17/02/2018 - 11:54 - Signaler un abus Pour Mélenchon comme pour

    Pour Mélenchon comme pour Wauquiez, tant que Marine Le Pen reste à la tête du FN, l'horizon est dégagé....

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Emmanuel Galiero

Journaliste politique au Figaro, Emmanuel Galiero suit les partis souverainistes, le Modem, mais aussi la politique à Paris et à l'échelon de la région Ile-de-France. 

Emmanuel Galiero est le co-auteur notamment de Grandir à Marseille dans les années 1940 et 1950 aux éditions wartberg.

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€