Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Dimanche 19 Novembre 2017 | Créer un compte | Connexion
Extra

Finances de la ville de Paris : quand l’Etat attaque, Hidalgo contre attaque

Face à un plan de maîtrise des finances pour les collectivités qui a tout de démagogique, Anne Hidalgo répond par la démagogie.

Taxe d'habitation

Publié le
Finances de la ville de Paris : quand l’Etat attaque, Hidalgo contre attaque

Atlantico : Dans le pacte financier que le gouvernement entend proposer aux collectivités, l’exécutif attend de ces dernières qu’elles maîtrisent à diminua leurs dépenses, de 13 milliards d’euros. Dans le même temps Anne Hidalgo avait déclaré : "J'ai trouvé que ce que dit François Baroin représente très bien l'état d'esprit de tous les maires qui aujourd'hui sont inquiets. Parce qu'on nous annonce des mesures - certaines un peu différées - sur la taxe d'habitation, qui rapporte à la ville 800 millions d'euros par an qui nous permettent de financer les crèches, les infrastructures, de restaurer les routes.

Si cette mesure était mise en place l'année prochaine nous aurons 400 millions d'euros de moins.". Comment Anne Hidalgo compte faire face à l'étau qui se présente à elle ?

Serge Federbusch : D'abord il y a beaucoup de démagogie dans cette déclaration d'Hidalgo comme dans la politique d'Emmanuel Macron. Il fait sourire d'entendre Hidalgo dire que le produit des impôts et la taxe d'habitation lui sert à entretenir la voirie alors que précisément elle a sacrifié ces dépenses par mépris des automobilistes depuis des années et que tous les parisiens peuvent constater les multiplications de trous dans la chaussée et l'état de tiers mondialisation de la chaussée.

Le second signe d'hypocrisie c'est de considérer que cette baisse sera une perte de revenu pour la ville puisque Macron s'est engagé à la compenser et on voit mal comment il pourrait ne pas le faire puisque ça fait partie de la libre administration des collectivités, que c'est une ressource pérenne des collectivités et donc que le conseil constitutionnel le forcera très certainement à compenser cette dépense et il n'est pas certain qu'il ne censure pas la mesure de Macron.

Si les choses se font comme Emmanuel Macron l'annonce il n'y aura pas de baisse de revenu dans l'immédiat pour la ville de paris; Il est probable qu'il essayera de raboter les dépenses dans le futur et surtout tout ça sera financer par la hausse de la CSG. Donc il n'y a aucune économie global dans ce dispositif. Les collectivités baissent un impôt et derrière ça, l'Etat le compense par la hausse d'un autre impôt. Ce que dit hidalgo n'est pas juste.

Dans quel environnement financier, pour la ville de paris, cette situation intervient elle, aussi bien en termes de déficits et de dettes, etc, depuis l'arrivée du PS à la tête de la mairie ?

Il faut voir que l'arrivé du PS en 2001 a été catastrophique. A l'arrivé il y avait un milliard de dette, il y en aura plus de 7 milliards en 2020. La ville de paris a été mal géré, d'autant que les impôts on considérablement augmenté aussi. Il y a eu beaucoup de droit de mutation sur le marché de l'immobilier depuis une quinzaine d'année. Tout ça fait que malgré une très hausse de la fiscalité nous avons une dette augmentée.

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par Deudeuche - 17/11/2017 - 11:45 - Signaler un abus Le problème de Paris

    Alio maman bobos!

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Serge Federbusch

Serge Federbusch est président du Parti des Libertés. Il est l'auteur de La marche des lemmings ou la 2e mort de Charlie, et de Nous-Fossoyeurs : le vrai bilan d'un fatal quinquennat, chez Plon.

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€