Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Vendredi 19 Décembre 2014 | Créer un compte | Connexion
Extra

L'Occident sera-t-il englouti
par l'Asie ?

La fin de 500 ans de domination occidentale sur le monde ! C'est la thèse défendue par l'historien britannique et professeur à Harvard, Niall Ferguson, pour qui la crise financière de 2008 et la crise de la dette de 2011 ne sont que des symptômes d'un transfert de puissance économique de l'Ouest vers l'Est. Retour sur ses arguments, développés dans une présentation lors du Oslo Skagen Funds Event.

Le soleil brille à l'Est

Publié le

C'est un historien qui ne fait pas dans la dentelle. Tout britannique qu'il soit, Niall Ferguson est un habitué des thèses fracassantes et des controverses intellectuelles outre-atlantique (il enseigne à Harvard) . Dans son dernier livre paru en novembre dernier (Civilization. The West and the rest/ Civilisation, l'Occident et le reste), l'historien assène sa conviction que nous sommes en train de vivre la fin de "500 ans de domination occidentale". Et que la question qui nous pend au nez n'est pas celle d'un clash des civilisations, mais d'un affaissement de l'Occident, laminé par ses faiblesses intrinsèques et par ce qu'il perçoit comme étant l'irrésistible ascension de la Chine.

Ainsi pour Niall Ferguson, les deux crises enchaînées de 2008 et de 2011 ne seraient pas de simples cycles économiques mais le symptôme et l'accélérateur d'un changement radical de l'équilibre des puissances mondiales dont le centre de gravité semble dériver plus ou moins doucement de l'Occident vers l'Asie : les puissances économiques de demain ne seront plus les États-Unis et l'Europe mais bien la Chine et l'Inde. 

Proche des néo-conservateurs, M. Ferguson jouit du crédit que lui a apporté son livre paru au printemps 2008, L'irrésistible ascension de l'argent, de Babylone à Wall Street dans lequel il anticipait avec lucidité la crise financière qui allait se déclencher quelques mois plus tard.

 

Récapitulatif des arguments de l'historien tels que présentés lors d'une conférence au Oslo Skagen Funds Event.

En 1913, les richesses étaient clairement détenues par les pays colonisateurs (représentés en bleu sur le graphique ci-dessous). Ainsi, l'Autriche, la Belgique, la France, l'Allemagne, l'Italie, les Pays-Bas, le Portugal, l'Espagne, la Russie, le Royaume-Uni et les États-Unis regroupaient 61% du PIB (GDP en anglais) mondial, alors que les colonies n'en regroupaient que 18%. En superficie pourtant, les colonies (en rouge) représentaient 48% du territoire mondial et 31% de la population de la planète .

 

On s'aperçoit que dès 1500, le rapport était presque identique : les puissances occidentales représentaient 43% du PIB mondial (GDP).

 

Si on se concentre sur le PIB par habitant,  en 1600, on constate encore plus le déséquilibre entre les pays occidentaux et les autres. Les habitants de pays de l'ouest étaient beaucoup, beaucoup plus riches que ceux du reste du monde. A noter cependant un rattrapage grand V qui s'est enclenché au 20ème siècle. Le PIB par habitant de l'Inde qui ne représentait que 2% de celui du Royaume-Uni en 1600 a progressé jusqu'à 10% (en bleu sur le graphique ci-dessous). Même tendance pour celui des Etats-Unis rapportés à celui de la la Chine (en rouge).

 

Et ce rattrapage enclenché au 20ème siècle s'est fait proportionnellement plus vite pour les pays asiatiques que ce qu'avait connu les pays occidentaux auparavant. Sur le graphique ci-dessous, on peut observer l'ampleur des révolutions industrielles par pays (qui se sont produites à des moments différents dans le temps). En bleu foncé, la croissance du PIB sur toute la durée de la révolution industrielle : 4,4% pour le Royaume-Uni, 5,3% pour les États-Unis, 7,7% pour le Japon et 10,3% pour la Chine. En jaune on retrouve la croissance annuelle moyenne du PIB pendant ces périodes de "révolution industrielle" : 2,2% pour le Royaume-Uni entre 1830 et 1900, 3,9% pour les États-Unis entre 1870 et 1913, 9,3% pour le Japon entre 1950 et 1973 et 9,4% pour la Chine entre 1978 et 2004. 

 

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par jiceco - 29/12/2011 - 09:07 - Signaler un abus Rien à ajouter ...

    Société vieillissante qui ne pense qu'à son confort présent ... dette ventripotente, investissement réduit, système scolaire délabré ... L'Occident n'a plus de valeur, de volonté ni d'avenir ... Il redeviendra ce qu'il était avant le 15è s : une protubérance sans importance au bout du continent (eur)asiatique ... La messe est dite à moins que la Chine ne s'effondre encore plus brutalement ...

  • Par maverick54 - 29/12/2011 - 13:03 - Signaler un abus Maigre analyse

    Ce qu'oublie de préciser notre analyste c'est que la Chine détient des points faibles qui pourraient bien provoquer sa chute : corruption à grande échelle, une démographie vieillissante, une pollution catastrophique, des revendications sociales, et une crise immobilière qui plane comme une épée de Damoclès. La croissance de la Chine ralentie déjà et des problèmes aussi elle en aura à l'avenir ...

  • Par Mani - 29/12/2011 - 13:03 - Signaler un abus Ca ne tient pas debout

    Le seul petit problème, c'est que la domination de l'occident s'accompagnait du bien-être de la population occidentale. En Chine, il y a un milliard de gens qui vivent dans la misère... Tout ça finira dans un immense bain de sang en Chine, parce que cette "domination" ne se traduira pas par le bien-être des populations asiatiques !

  • Par Mani - 29/12/2011 - 13:08 - Signaler un abus En plus, historiquement ça ne tient pas

    L'Empire romain Rome, écrit-il a "implosé en l'espace d'une seule génération"... oui, sauf que non ! C'est complètement faux. L'empire romain a survécu pendant mille ans en orient, et en occident, ses structures ont imprégné et inspiré la civilisation qui a suivi (sans compter des survivances politiques en Italie pendant un siècle + le saint empire romain germanique...).

  • Par toulonrct - 29/12/2011 - 13:26 - Signaler un abus tout n'est pas perdu

    il suffit aussi de regarder d'ou viennent les grandes innovations depuis 20 ans aussi bien l'informatique que l'automobile,les découvertes médicales,la génétique,c'est l'occident qui est toujours à la pointe,les asiatiques suivent et copient alors: tout n'est pas perdu sauf peut être la confiance en soi mais il suffit d'une meilleure éducation de nos enfants pour que cela reparte

  • Par sam84 - 29/12/2011 - 13:55 - Signaler un abus Une verité difficile

    Il y a de plus en plus de gourmands qui exigent leurs parts de galette Ou est le bon temps ou nous avions les grosses parts et ou le quarts monde se contentait des miettes Difficile de regarder venir un tsunami et de rester stoïque Il y a ceux qui nie le phénomène ,ceux qui sont cloués sur place de peur et ceux qui fuient

  • Par Gilles - 29/12/2011 - 14:11 - Signaler un abus Déclin

    Il n'y a pas que la Chine en Asie. En Europe les vieux pays n'arrivent pas à oublier leurs splendeurs passées. Il n'y a pas un seul film français où l'on ne voit pas à un moment ou un autre les quais de Seine ou encore le Tout Eiffel. Tout un symbole.

  • Par porticcio - 29/12/2011 - 15:15 - Signaler un abus Pas sûr

    Après le tsunami de pleurs qui s'est formé ces derniers jours en Corée du Nord, la Corée du Sud la Chine voire le Japon pour l’heure ont plus à craindre l'engloutissement que nous.

  • Par Mani - 29/12/2011 - 16:23 - Signaler un abus @Gilles

    "Il n'y a pas un seul film français où l'on ne voit pas à un moment ou un autre les quais de Seine ou encore le Tout Eiffel." Désolé, mais tu confonds les films américains avec les films français...

  • Par PASCONTENT - 30/12/2011 - 16:51 - Signaler un abus Pas seulement

    Par l'Asie mais par l'ensemble des pays émergeant . Fallait-il- être crétin pour croire que ces pays resteraient indéfiniment à la traîne et nos dirigeants passés et en cours l'ont été et le sont. . Un seul continent restera à la traîne : L'Afrique déchirée par sont tribalisme et sa culture de la corruption.

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Atlantico.fr

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€