Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Mardi 28 Mars 2017 | Créer un compte | Connexion
Extra

Fillon et l'autisme : la métaphore médicale, un cancer pour la société ?

En se défendant d’être autiste, Fillon a fait tousser quelques hypertendus constipés. Avoir le sens de la métaphore vaut pourtant mieux que d’attraper la scarlatine...

Jaunisse

Publié le
Fillon et l'autisme : la métaphore médicale, un cancer pour la société ?

François Fillon, un type pour lequel, on s’en sera rendu compte, je ne déborde plus vraiment d’empathie depuis que l’on m’informe régulièrement de la nature de ses « compléments de rémunérations », vient de se faire taper dessus parce qu’il se défendait d’être « autiste »-- au sens de quelqu’un qui n'écoute pas ce qu’on lui dit.

 

En utilisant ce terme, il se serait montré ignorant de ce qu’est réellement l’autisme, et insensible aux difficultés que rencontrent les personnes qui en souffrent dans leur vie quotidienne.

Mais l’usage de la métaphore médicale, et peut-être même de la métaphore tout court, est-il en passe d’être rendu illégal par la « police de la pensée » (un concept qui doit d’ailleurs choquer policiers et penseurs, que l’on n’associe généralement pas) ?

 

Ce serait évidemment complètement con, et nous obligerait à faire un tel ménage dans notre vocabulaire courant qu’on finirait par ne plus s’exprimer que par platitudes littérales. Je me souviens d’ailleurs d’une protestation du syndicat des bouchers, il y a quelque années, qui s’offusquait de voir la presse qualifier de « boucherie » l’assassinat sanglant de toute une famille de touristes britanniques dans les Alpes, le terme jetant l’opprobre sur cette estimable profession. Ce drame s’étant déroulé au col de Chevaline, le terme était pourtant doublement approprié…

 

Moi-même, je serais très malheureux de vivre dans un monde où l’on ne pourrait plus prendre qui que ce soit en grippe (une maladie qui tue encore des milliers de vieilles personnes chaque hiver), en avoir plein le dos (les problèmes lombaires sont le mal du siècle), s’indigner qu’il n’y ait pire sourd que celui qui ne veut pas entendre (7 % de la population française souffre de surdité), ou déplorer que les borgnes gouvernent au royaume des aveugles (près de deux millions de cannes blanches au dernier décompte).

 

Non, la métaphore médicale n’est pas un cancer pour la société, elle ne la gangrène pas et ne devrait donner de palpitations ou de l’eczéma à personne. Mieux, elle nous vaccinerait presque contre les troubles narcissiques. Traiter, par exemple, le candidat LR de schizophrène au motif qu’il prône la rigueur sans la pratiquer devrait pouvoir se faire sans risquer d’être assigné par la fédération française des dédoublés de la personnalité. Et si ce point de vue vous file vraiment des aigreurs d’estomac, prenez donc un Rennie, ça vous passera.

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par JLH - 08/03/2017 - 15:47 - Signaler un abus quelque soit mon vote futur

    ce petit texte est magnifique, plein d'humour, c'est sain ! Merci

  • Par ikaris - 08/03/2017 - 15:49 - Signaler un abus Fillon n'est pas un autiste ....

    et ceux qui prétendraient le contraire sont des mongoliens ..... oups ! Le politiquement correct partout, comme moyen de destruction de la pensée. On s'en rend compte dans les débats télévisés où des techniciens de la chasse aux subventions recadrent les intervenant avec leur vocabulaire paraphrasé.

  • Par assougoudrel - 08/03/2017 - 16:13 - Signaler un abus Une daube

    un écrit vain écrit par un abruti qui se croit écrivain. Journaliste, peut-être, puisque il n'y a rien de glorieux dans cette profession en France, mais écrivain!!! Victor Hugo Le Grand doit faire des bonds d'où il est. Ecrivain! Laissez-moi rire!!!

  • Par von straffenberg - 08/03/2017 - 16:16 - Signaler un abus Le droit de ne rien dire

    Ou plus exactement d'utiliser le prêt à penser bien lissé celui des plateaux télé , de Télérama ,des Inrocks et de l' establishment socialos macronien et j'en passe . Mr Fillon a commit une petite bévue sans importance , le taxer d'ignorance 'au sujet de l'autisme nous replonge dans la bêtise .

  • Par Ganesha - 08/03/2017 - 16:26 - Signaler un abus Fillon autiste ou pervers narcissique ?

    Personnellement, je considère sincèrement que le programme qu'avait présenté François Fillon au moment des primaires était une réelle abomination ! Supprimer un demi-million d'emplois existants, sans s'assurer au préalable qu'ils seront compensés par au moins le même nombre d'emplois dans le privé ! Même Alain Juppé avait souligné ce point... Et vouloir priver les pauvres de soins médicaux ! Je trouve qu'il y a là, comme François Fillon l'a lui-même reconnu, dans un éclair de lucidité, sur France 2, une forme d'Autisme. Je dirais même plus : une absence totale de compassion envers ses frères humains, qui rappelle d'autres psychopathes comme Staline ou les criminels nazi ! François Fillon est un pervers narcissique, qui perd de plus en plus le contact avec la réalité ! La seule notion qui compte à ses yeux : les généreux pourboires de Marc Ladreit de Lacharrière. Fillon est un loufiat, et même légèrement proxénète... Est-ce vraiment une telle pourriture que vous voulez comme président pour les cinq prochaines années ?

  • Par tubixray - 08/03/2017 - 17:29 - Signaler un abus Police de la pensée à l'oeuvre

    Pol Pot, Staline ou Kim Jong Un sont les modèles de la police de la pensée qui œuvre en France ..... Au fait, lors du salon de l'agriculture les races étaient à l'honneur; comment pas de condamnation féroce de ce terme interdit ???...

  • Par ArCoat - 08/03/2017 - 18:26 - Signaler un abus Bon,

    On a bien compris, Ganesha, que vous n'aimez pas Fillon, ce qui est votre droit. Etes vous obligé, pour autant, de l'insulter à chaque phrase? vous honorez bien mal votre pseudo.

  • Par isaacnewton - 08/03/2017 - 18:38 - Signaler un abus pléonasme

    Lorsqu'on se penche de près sur les pathologies psychiatriques, l'emploi de pervers et de narcissique de façon associée semble revêtir un pléonasme. Plutôt d'accord sur la police de la pensée, puisque je travaille tous les jours avec des autistes et nous voyons bien l'influence qu'exercent les associations de parents sur les orientations de techniques dans les institutions de soin. Le narcissisme et l'autisme étant pas mal lié, l'auteur de l'article semble dans le vrai.

  • Par langue de pivert - 08/03/2017 - 18:39 - Signaler un abus ☺ Les gens sont méchants !

    Moi par exemple : je n'ai pas le sida, ni la grippe aviaire, je ne pue pas de la gueule ni du bec...et ben hier M'sieur Atlantico il a trouvé abusifs 2 de mes commentaires pourtant plein de poésie , de tact et de mesure enfin comme d'hab !

  • Par isaacnewton - 08/03/2017 - 18:41 - Signaler un abus @ganesha

    Votre excès de sémantique vous dessert... Less is more

  • Par ANNA - 08/03/2017 - 18:59 - Signaler un abus Autisme

    La polémique n'a pas de sens, le terme concernant la maladie est venu du sens figuré qui désigne une personne qui "n'entend " pas au sens de comprendre. Il ne faut pas que chaque fois que quelqu'un s'exprime on l'accuse de dérapage. Et s'il avait dit " je ne suis pas sourd " aurait -il fallu que tous les sourds lui sautent dessus ?

  • Par toupoilu - 08/03/2017 - 19:10 - Signaler un abus Taper sur Fillon, c'est seulement faire preuve d'une absence

    Du sens des priorités. Fillon a fait ce que vous ou moi faisons, c'est a dire profiter des à coté du boulot. Comme votre avantage fiscal injustifié lié à votre carte de presse. Le vrai souci, c'est l'irruption de la justice dans le débat démocratique et le sentiment diffus (mais pas tant que ça) que ce n'est pas du au hasard. Mais pour la gauche (et Hugues Serraf est de gauche), bizarrement (puisque c'est le camps du bien), la fin justifie les moyens. Je suis content de ne pas être de ce bord la. De notre coté, on est peut être moins malin, mais l'air est plus pur. (Et je ne soutiens pas Fillon)

  • Par clint - 08/03/2017 - 19:27 - Signaler un abus Non Fillon n'est pas autiste ! plus grave : il est borné !

    Il écoute très bien mais il est porteur de la vérité révélée, alors il est LA référence même. De toute façon, autiste ou borné, au moins ça lui permettra d'échouer !

  • Par Geolion - 08/03/2017 - 20:24 - Signaler un abus A Ganesha !

    Je pense que vous êtes un petit gauchiste qui vient déverser son venin sur Atlantico, journal où, bien que non subventionné, vous savez pouvoir commenter, pour autant, gratuitement ! Car, pour commenter dans un journal de gauche, vous savez qu'il faut payer (discrimination par l'argent pour pouvoir commenter...C'est beau la gauche) ! Par ailleurs, quand on voit le nombre et les horaires de vos commentaires, sauf si vous êtes, comme moi, à la retraite, vous n'êtes certainement pas quelqu'un qui travaille beaucoup....Oups !!!!!

  • Par clint - 08/03/2017 - 21:32 - Signaler un abus @Geolion@Ganesha :Et si Ganesha était payé pour animer le site ?

    ça serait bien triste sans Ganesha car tout le monde serait d'accord !

  • Par GRAR - 08/03/2017 - 21:51 - Signaler un abus Ganache

    Celui qui se prend pour le Dieu de la sagesse, de l’intelligence, de l’éducation et de la prudence, le seigneur des catégories, et parle comme une ganache, fait avec sa "trompe", des bulles avec les mots. Visiblement il ne sait pas cliniquement ce qu'est un "pervers narcissique". Or c'est un être figé au stade de la toute puissance de l'enfant, parce qu'il n'a été ni individué, ni autonomisé par sa mère. Et il écrase tous ceux qu'il aborde, pour avoir le sentiment d'exister. Sans quoi, il s'effondre. Aucun psychanalyste n'a réussi à en sauver un. Plaignez le. Ses victimes aussi.

  • Par CIORINA - 08/03/2017 - 22:04 - Signaler un abus Marre des bien pensants!!

    Merci beaucoup pour cet article. Je ne vois aucun mal à s'exprimer avec des métaphores, dans mon pays on le fait beaucoup, par exemple pour montrer quelqu'un qui tourne autour du pot on dit "dar palos de ciego", "ciego" veut dire aveugle en espagnol, nous ne pensons pas offenser les aveugles, seulement utiliser la métaphore pour mieux nous faire comprendre. Moi je dit ASSEZ!!!!

  • Par Flamel - 09/03/2017 - 10:22 - Signaler un abus Comment va votre Alzheimer, M. Serraf ? (insulte aux malades)

    Amusant article, empreint de bon sens. Mais le moment le plus drôle est involontaire, lorsqu'Hugues Serraf écrit au début, parlant de Fillon : " un type (sic)... pour lequel je ne déborde plus vraiment d'empathie". Il faudra qu'il essaie de nous donner un lien sur l'un de ses anciens articles où "il débordait d'empathie" pour Fillon. Je gage qu'il aura plus de mal à en retrouver un que Pénélope n'en a eu pour ses justificatifs de travail.

  • Par Picquigny - 09/03/2017 - 12:50 - Signaler un abus Et aussi l’interdiction des métaphores animalières

    Le journal Minute fut condamné pour avoir utilisé l’expression malin comme un singe en parlant de Christine Taubira. Il est fort probable que si François Fillon avait déclaré qu’il n’était pas un âne, une poule mouillée ou un canard boiteux, eût-il été également poursuivi par les défenseurs de la cause animalière. Pourtant, François Fillon apparait clairement comme le dindon de la farce présidentielle et est devenu un bouc émissaire alors qu’il n’y a pas de quoi fouetter un chat. Finalement ce sont les électeurs qui sont les pigeons.

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Hugues Serraf

Hugues Serraf est journaliste et écrivain. Ses derniers romans : Les heures les plus sombres de notre histoire (L'Aube, 2016) et Comment j'ai perdu ma femme à cause du tai chi (L'Aube, 2015).

 

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€