Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Lundi 22 Octobre 2018 | Créer un compte | Connexion
Extra

Filière nucléaire : au-delà de la restructuration financière menée par Areva et EDF, de nouveaux défis technologiques colossaux

Le retour au premier plan de la filière nucléaire française est un événement majeur, car cette industrie s'inscrit dans le temps très long qui est celui de la recherche, de la conception, de la construction, de l’exploitation, de la prolongation et du démantèlement.

Filière d'excellence

Publié le
Filière nucléaire : au-delà de la restructuration financière menée par Areva et EDF, de nouveaux défis technologiques colossaux

Les conseils d'administration d’Areva et EDF viennent de donner l'ultime feu vert à l'opération de prise de contrôle par l'électricien de la division réacteurs du groupe nucléaire. Cette opération s’inscrit dans un contexte marqué par les difficultés importantes qu’a connues la filière nucléaire française.

Disons-le sans ambages : le retour au premier plan de la filière nucléaire française n’est pas seulement une question industrielle d’importance. Il s’agit d’un événement majeur, pour trois raisons essentielles.

D’abord, l’énergie d’origine nucléaire, pour peu qu’elle ne soit pas envisagée de manière exclusive mais bien en complément d’autres énergies, est un atout clé pour limiter les effets des changements climatiques.

N’émettant pas de CO2 pour produire d’électricité, les centrales nucléaires permettent de disposer d’une forte puissance thermique et électrique, à coûts prévisibles. Il n’est pas inutile de s’en servir, au moment où vient de se fermer le sommet de Paris au cours duquel un ton franchement pessimiste a pris le relais des espoirs soulevés deux ans plus tôt à l’occasion de la COP21, et où un pays comme l’Allemagne s’aperçoit qu’il ne tiendra pas ses engagements en matière d’émission de CO2.

Ensuite, depuis les années 1960, la filière électronucléaire française est l’un des piliers du savoir-faire technologique de notre pays. Le Commissariat à l’Energie Atomique et les entreprises de la filière ont été à l’origine de nombreuses innovations technologiques, succès exports et emplois durables. Alors que sera bientôt mise en route la première centrale de Génération III+ à Taishan (2 réacteurs type EPR), il est utile de s’en rappeler.

Enfin, en matière nucléaire, si la question de souveraineté nationale est à l’évidence centrale, la nécessité de coopérer avec les autres pays et leurs industriels est également essentielle. Euratom, creuset de l’Europe communautaire, est bien là pour nous le rappeler. Plus proche de nous, des coopérations importantes ont été mises en œuvre, par exemple avec la Russie, sur l’amont du cycle du combustible notamment, mais aussi dans les domaines de l’innovation et de la construction.

Dans un tel contexte, il faut prendre la mesure des efforts technologiques continus qui sont menés par la filière nucléaire, et qui placent, par nature, cette industrie à la fois à l’extrême pointe de la technologie, et dans le temps très long qui est celui de la recherche, de la conception, de la construction, de l’exploitation, de la prolongation et du démantèlement. En voici deux exemples.

Premier exemple, les développements, notamment en matière de gestion numérique, qui irriguent le nucléaire pour la conception, la construction et l'exploitation des installations. En témoigne la méthodologie Multi-D, développée par la filiale ASE du groupe Rosatom en coopération avec Dassault Système, qui permet aux entreprises EPC (Engineering Procurement Construction) de créer un véritable jumeau numérique du projet pour gérer la construction et l'exploitation de grandes infrastructures.

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par brennec - 25/12/2017 - 16:32 - Signaler un abus Le nucléaire complémentaire?

    A priori une centrale nucléaire n'est pas vouée a être complémentaire, en effet, a ma connaissance, elles sont beaucoup moins souples pour les variations de régime elles sont donc plutôt destinées a fournir le socle de la consommation, les autres centrales assurant les variation lors des pics ou des creux. Ceci étant dit l'expertise et l'avance française peuvent très bien être réduites a néant comme cela s'est produit pour les ogm.

  • Par Philippe du Penhoat - 25/12/2017 - 20:56 - Signaler un abus Genération 4 ?

    Nos centrales actuelles peuvent fonctionner encore quelques décennies. Non émettrices de CO2, non soumises aux aléas du vent, de la pluie et du soleil et encore compétitives, elles restent le meilleur compromis énergétique pour notre pays. Ce n'est pas le cas de la génération IV qui, sauf rupture technologique majeure, sera d'un coût prohibitif.

  • Par vangog - 26/12/2017 - 20:58 - Signaler un abus Le lavage de cerveau est total...

    J’ai arrêté de lire à « pour peu que l’energie Nucléaire ne soit utilisée qu’en complément d’autres énergies... » qu’elles energies? Le petit télégraphiste de la pensée unique écolo-régressive ne le dit pas, car il ne le sait pas...la seule chose qu’il sait, c’est ce que les dogmatiques lui ont dit de répéter bêtement: » l’energie nucléaire (qui représente quand-même 70% de toute la consommation électrique française, grâce au travail de générations de chercheurs...), ne soit plus être que « complémentaire », pour ne pas dire « accessoire »???? Allez, petit science pipologue, retourne apprendre tes leçons par cœur...car tu n’es bon qu'à ça!

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Bruno Alomar

Bruno Alomar, économiste, ancien haut fonctionnaire à la Commission européenne, auteur de Grandes Questions Européennes (Armand Colin, 4em Edition) ou bien encore La réforme ou l'insignifiance : 10 ans pour sauver l'Union européenne (2018, Editions de l'Ecole de guerre), professeur à Sciences Po.

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€