Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Samedi 18 Novembre 2017 | Créer un compte | Connexion
Extra

Fête des voisins : pourquoi une invitation de l’Etat à socialiser entre inconnus sur un palier n’aura jamais autant de succès qu’un dîner entre amis

Inventée il y a 16 ans, la Fête des voisins est l'occasion, chaque dernier vendredi du mois de mai, de prendre un verre et d'échanger avec ses voisins. Le but : renouer un lien social de proximité profondément émoussé dans nos sociétés modernes. Mais nombreux sont ceux qui se refusent à participer à un tel événement, ou ne se sentent pas concernés.

Misère du festivisme

Publié le
Fête des voisins : pourquoi une invitation de l’Etat à socialiser entre inconnus sur un palier n’aura jamais autant de succès qu’un dîner entre amis

Atlantico : Selon un sondage mené par le site d'annonces en ligne Vivastreet, seulement 11% des Français ont prévu de participer à la Fête des Voisins ce 27 mai. Le peu d'engouement pour cet événement, dont le but est de renforcer la bonne entente et le lien social avec son voisinage, signifie-t-il que les Français détestent ce type de relations de proximité ? Comment celles-ci ont-elles évolué ces dernières années ?

Michel Maffesoli : Remarquons d’abord que 11% de Français ont prévu de participer à cette fête, l’une des nombreuses fêtes qui ponctuent maintenant l’année : fête des mères, des pères, des grands-mères, fête de la musique, du livre, de la science, fête des jardins, des musées, etc. Notre époque postmoderne renoue d’une certaine manière avec la pré-modernité : en effet, aussi bien au Moyen-Age que pendant l’Empire romain, l’année civile était ponctuée d’innombrables jours de fête. Les fêtes en l’honneur de tel ou tel saint étaient aussi une manière d’honorer les charpentiers ou les mineurs, les agriculteurs ou les forgerons.

Je trouve donc que ce pourcentage n’est pas nul, loin s’en faut, et traduit l’aspiration d’un grand nombre (11% des Français, cela représente presque 6 millions de personnes !) à ces moments de partage festif.

42% des Français interrogés se disent "pas intéressés" par la Fête des voisins et 47% ne comptent pas y participer. Pourquoi est-ce que cette fête ne séduit pas aujourd'hui ? Peut-on parler de rejet de l'événement en tant que tel ?

Michel Maffesoli : Je pense que vous retrouveriez ce pourcentage pour presque tous les évènements organisés. Et l’on ne peut vraiment pas dire que ceci représente un rejet de cet événement. Encore une fois, il s’agit d’une coutume récente, je ne sais même pas si une date identique (le dernier samedi de mai) lui a été octroyée.

De manière générale, la société postmoderne se caractérise par l’extrême différenciation entre les diverses tribus qui la composent : diversité des modes d’habitat, qui ne favorisent pas tous les tablées dans la rue (ainsi des blocs d’immeubles ou des pavillons), diversité des modes d’agrégation, des manières de faire la fête, etc. Les innombrables fêtes qui ponctuent maintenant le calendrier ne peuvent pas prétendre chacune intéresser tout le monde ou même un très grand pourcentage de la population. De la même manière que les fêtes religieuses rassemblent les fidèles des diverses croyances et obédiences (chrétienne, musulmane, juive, boudhiste indien, japonais ou chinois, cultes afro-brésiliens, fêtes laïques etc.), les fêtes non religieuses agrègent un certain nombre de personnes cultivant la même passion ou se reconnaissant dans les mêmes pratiques.

La Fête des voisins est-elle vraiment une solution sérieuse à l'affaiblissement du lien social de proximité, bien identifié depuis des années ? Un tel événement, festif et ponctuel, ne risque-t-il pas de produire des résultats inverses au but initalement recherché, qui est de mettre en place des liens sociaux pérennes et ordinaires ?

Michel Maffesoli : Tout d’abord je ne pense pas qu’il y ait un affaiblissement du lien social de proximité, j’ai même dit et écrit le contraire. Il y a un affaiblissement du lien social sociétaire, celui du contrat social, du lien politique, celui qui fait que je me sens représenté par mes élus et que je suis lié aux autres citoyens par le biais de ce contrat.

Les grandes institutions de la République moderne, celles que nous avons héritées de la Révolution française, sont effectivement sinon affaiblies, du moins saturées. Les partis, les syndicats, les groupes institués et organisés peinent à rassembler. Même les Eglises sont moins pleines : moins de 10% des catholiques vont à la messe chaque dimanche.

Est-ce à dire qu’il n’y a plus de lien social, qu’il y a un développement de l’individualisme ? Je ne le crois pas. En fait, le lien social, la médiation entre les personnes qui vivent en un même lieu, a changé de forme : là où la Nation rassemblait des individus en quelque sorte identiques et libérés de toute autre forme d’appartenance, la société postmoderne agrège de multiples communautés (les tribus, comme je l’ai écrit dans mon livre Le temps des tribus, 1988). Il ne s’agit cependant pas d’un système de castes (comme en Inde) avec des frontières étanches entre communautés. Non, chacun peut appartenir selon les moments de l’année, de la journée, de sa vie, à diverses communautés et c’est cet agrégat qui fait société. De manière plus ou moins facile, plus ou moins conflictuelle, plus ou moins harmonieuse. Je ne dis pas que c’est bien ou mal, mieux ou pire, je dis que c’est ainsi. Dès lors, la Fête des voisins peut aussi être entendue comme une sorte de "récupération" par l’Etat de mouvements communautaires spontanés (les diverses fêtes des voisins qui ont éclot ça et là dans les dix dernières années) ; je ne saurais dire si cette institutionnalisation a renforcé ou au contraire affaibli l’intérêt pour cette forme de rassemblement festif. Mais il est clair que les rassemblements festifs de tous ordres continueront à se développer, avec ou sans l’aide de l’Etat.

 
Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Michel Maffesoli

Michel Maffesoli, sociologue, membre de l'Institut universitaire de France, est professeur à la Sorbonne.

Après avoir publié Homo Eroticus aux éditions du CNRS, il a écrit les Nouveaux Bien-pensants, aux éditions du Moment (janvier 2014).

Michel Maffesoli a publié au mois d'octobre 2014 L'Ordre des choses (CNRS éditions). Puis La France Etroite en 2015 et La Parole du silence, au Cerf en 2016. 

 

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€