Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Lundi 01 Septembre 2014 | Créer un compte | Connexion
Extra

Dessous des cartes : cette aimable Belgique qui cache si bien son jeu historique d'affaiblissement de la France

La Belgique célèbre en ce 21 juillet sa fête nationale, alors que le pays traverse une période politique complexe sur fond de question unitaire. Voici un petit retour historique sur notre voisin qui ne s'est pas toujours comporté comme un ami...

La frite masquée

Publié le

Il existe deux façons de comprendre la Belgique.

La façon officielle d’abord. Celle qui prévaut chaque 21 juillet, où des avatars de Stéphane Bern racontent comment, depuis 180 ans, une famille ducale allemande (les Saxe-Cobourg Gotha) a porté à son front la couronne de Belgique, à l’issue d’une révolution démocratique, et a guidé le bon peuple belge vers la prospérité. Ceux-là ajoutent que, grâce à sa position centrale et sa neutralité constitutionnelle, la Belgique s’est naturellement imposée comme le centre de l’Europe, et Bruxelles comme sa capitale consensuelle.

Dans cette légende, le premier roi des Belges, Léopold Ier, occupe le beau rôle.

Et ses descendants aussi.

Mais il existe une version moins racontable, quoiqu’un peu plus objective, de l’histoire de Belgique.

Cette histoire commence avec l’avancée des troupes romaines durant l’Antiquité. Celles-ci, dans leur progression vers le nord de l’Europe, s’arrêtent au Rhin. Les légions de César butent sur le fleuve et n’arrivent pas à le franchir durablement.

En l’an 9, Auguste, qui n’imagine pas d’empire qui ne soit de taille européenne, décide d’ingurgiter le monde germanique dans son espace politique. Il envoie trois légions, avec le général Varus, pour mater les peuples de la forêt. La bataille de Teutoburg, où les Germains se sont rassemblés sous l’autorité d’Arminius, s’achève par une immense déroute romaine.

Commence alors une période de dix-huit siècles où le Rhin délimite monde latin et monde germanique. Et où les territoires de l’actuelle Belgique hésitent en permanence entre domination franco-latine et influence germanique. Statistiquement, la Wallonie, francophone, est sous influence allemande. Et la Flandre sous influence française jusqu’en 1600.

En 1815, après le douloureux épisode bonapartiste, le Congrès de Vienne décide de créer un glacis au nord de la France pour protéger l’espace germanique contre toute espérance d’invasion. Ce glacis s’appelle le Royaume-Uni des Pays-Bas. Il regroupe ce qui devint en 1944 le Benelux.

En 1830, les territoires francophones du Royaume-Uni portent le fer contre la domination hollandaise, et la Belgique naît. Le Congrès démocratiquement élu propose le trône au fils de Louis-Philippe, Louis d’Orléans, duc de Nemours. C’était une façon commode pour les Belges de demander leur rattachement à la France, ou, en tout cas, d’entériner leur retour dans la zone d’influence française.

Mais l’Europe a basculé sous domination germanique. Son centre de gravité n’est plus à Paris, mais à l’est du Rhin, entre Vienne et Berlin. La famille d’Orléans refuse d’affronter cet ordre établi et décline la proposition du Congrès belge. Celui-ci est contraint de solliciter un petit prince allemand, Léopold de Saxe-Cobourg, beau-frère du tsar, qui vient de refuser la couronne de Grèce.

L’indépendance de la Belgique ne peut s’entendre que dans une Europe à domination germanique.

Les thuriféraires de la famille royale belge oublient régulièrement d’en rappeler la francophobie naturelle et même institutionnelle. Sait-on par exemple, en France, qu’en septembre 1939, lorsque l’Allemagne envahit la Pologne, le roi Léopold III déploie immédiatement ses troupes le long... de la frontière française? Pour éviter un mouvement militaire français hostile à l’Allemagne.

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par Rosine - 21/07/2012 - 08:53 - Signaler un abus pillage?

    Je suis certaine d'avoir lu dans un dossier de l'Express edition belge, en avril ou mai dernier, un dossier sur l'Histoire des Mauvais Moments de la Belgique, plein d'auto-ironie, et qui me semble avoir été pompé par ce monsieur.

  • Par Rosine - 21/07/2012 - 08:59 - Signaler un abus 1815

    quel complexe? il faut tout de même dire que la dévastation du Palatinat par Louis XIV et les incursions continues de la France vers la Germanie ont laissé un tel ressentiment que le mot Napoléon avait encore une résonance au fond des campagnes vers 1930: la France était toujours l'aggresseur. Et si la Sarre nous a échappé c'est que les Sarrois au fond ne nous aimaient pas. A juste titre. On nous rend la monnaie de notre pièce. Et je trouve étrange que vous ne parliez pas des Monnet et Schuman qui, dans votre optique, seraient donc des traîtres.Alors, cher énarque, moi qui n'étais que prof de lettres, niveau IPES, je vous dis de prendre un peu de recul.

  • Par pascuald - 21/07/2012 - 09:43 - Signaler un abus Les études ne conduisent pas toujours à l'intelligence

    Un article intéressant, même si l'on a le droit de penser différemment sans se sentir idiot. Mais que dire de la formule "…gentil habillage belge avec son humour absurde et sa générosité qui sent la bière et les frites grasses". Insulter tout un peuple avec des formules de ce genre constitue non pas une faute professionnelle mais une faute d'homme, et qui discrédite totalement l'article, la personne et le site qui publie. Visiblement, les études ne conduisent pas toujours à l'intelligence.

  • Par Audrey33 - 21/07/2012 - 10:31 - Signaler un abus réponse à Pascuald

    Vous dites: "Insulter tout un peuple avec des formules de ce genre constitue non pas une faute professionnelle mais une faute d'homme, et qui discrédite totalement l'article, la personne et le site qui publie. Visiblement, les études ne conduisent pas toujours à l'intelligence." Je pense et je parle pour ma paroisse de fille du Nord, que l'auteur a voulu relever les caricatures que l'on veut bien donner à la Belgique. Et qui servent effectivement à cacher une réalité plus dérangeante. Moi par exemple je n'ai jamais été voir le film les chtis. Je ne me retrouve pas du tout dedans . Certes c'est une comédie mais bon construction d'une région pleine de clichés. Qui a dit que les gens du nord sont tous sympas, accueillants et honnêtes à en être benêts. Pas moi et pas non plus certaines administrations qui soulèvent des escroqueries aux prestations familiales et de la délinquance en hausse. Sans compter les trafics en tout genre. Et il y a du racisme aussi, ne le cachons pas. Cela est valable pour beaucoup de pays.....comme les USA. On plaque en avant des symboles d'hyper puissance, mais la réalité est bien différente.

  • Par Audrey33 - 21/07/2012 - 10:34 - Signaler un abus réponse à Pascuald

    et les études pour moi ne sont pas un gage d'intelligence vous avez raison....bon nombre d'autodidactes ayant du sens critique et de l'audace ont une valeur ajoutée.

  • Par Albator - 21/07/2012 - 11:32 - Signaler un abus .

    Excellent article

  • Par Audrey33 - 21/07/2012 - 11:37 - Signaler un abus à @Rosine

    "Je suis certaine d'avoir lu dans un dossier de l'Express edition belge, en avril ou mai dernier, un dossier sur l'Histoire des Mauvais Moments de la Belgique, plein d'auto-ironie, et qui me semble avoir été pompé par ce monsieur." On attend vos sources et des exemples...

  • Par totor101 - 21/07/2012 - 11:37 - Signaler un abus Mr de Turenne

    Il y a une vingtaine d'années je discutais histoire avec un Allemand... Il m'a rappelé les exactions de mr de Turenne (ce grand homme) dans le palatinat... 1) la mémoire collective (peut être soutenue par des factions politiques) s'en souvient et cela a longtemps généré une haine de la France. 2) comment se fait il que toi, lorrain, ne connaisse pas les dépradations commises par les LOUIS 13 ET 14 dans ta région ........... Réponse : l'histoire de France est édulcorée ... à l'école on nous a dit la Lorraine a TOUJOURS été française (le toujours commence en 1767) preuve ? on parle français en Lorraine (il y avait 183 dialectes locaux en 1880, époque de Jules Ferry, mais les gens se comprenaient)

  • Par PICARD Liège - 21/07/2012 - 12:35 - Signaler un abus Article franco-français

    Voici l'exemple même d'un article franco-français où ce qui est extérieur à la France est hostile et où la France est présentée sous un jour de paradis historique... Oublions Napoléon (comme Hitler sans l'holocauste) ou la barbarie des généraux français de la première guerre mondiale. La Belgique est ce qu'elle est. Heureusement elle a été peu influencée par le modèle français... Aujourd'hui, la Belgique et la Wallonie sont vraiment des contraires dans beaucoup de domaine. La proximité existe surtout par l'usage d'une langue commune...

  • Par amike - 21/07/2012 - 13:06 - Signaler un abus @Picard: Je vous mets au défi !

    Defi de refaire votre commentaire, en ajoutant 2 mots : Flamand et Congo...

  • Par Kakou - 21/07/2012 - 13:33 - Signaler un abus Amis d'mes fesses..!

    pas de vrais amis .........Alors ne cherchez d'amis que dans un miroir..

  • Par eheime - 21/07/2012 - 14:56 - Signaler un abus L'auteur mélange un peu tout

    si le rappel historique est interessant, les dernieres assertions sur le "bridage" de la France par ses voisins nordiques est très presomptueuse. Si la France n'impose pas ses vues c'est parce qu'elle n'en a pas les moyens. Comme dans tous groupements que ce soient les communes d'aglomérations, les départements, les régions, les états fédéraux, ou les communautés économiques, c'est toujours le plus "fort" économiquement qui d'une façon ou d'une autre mène la danse car il refusera toujours de se faire guider par une entité plus petite, ce qui est reconnaissons le, légitime. Il faut vraiment etre français pour sen étonner. Qu'on s'en offusque et qu'on veuille s'en défaire, pourquoi pas. La question peut se poser parfois. Mais qu'on s'en étonne, c'est incompréhensible. C'est dans l'ordre des choses. Il en a toujours été ainsi dans l'Histoire. Si la France veut dominer, il ne peut s'agir de faire seulement du blabla. Il faut aussi apporter des solutions et une crédibilité. Or ce dernier point, vu nos performances, surtout compte tenu de notre potentiel, fait cruellement défaut.

  • Par Audrey33 - 21/07/2012 - 15:02 - Signaler un abus sous titre de l'article

    Mais j'avais pas vu le sous titre en rouge avec la date de l'article: la frite masquée! Alors ça fallait oser quand même...est-ce une référence à un super héros sous forme d'ironie...?

  • Par Fantomas167 - 21/07/2012 - 16:24 - Signaler un abus Bravo !

    Bravo l'Enarque ! Un article d'une grande teneure historique, à mi-chemin entre Eric Zemmour (pour la date retenue, 1815) et Emmanuel Todd (pour le rôle nocif de l'Allemagne).

  • Par De France et de plus loin - 21/07/2012 - 17:10 - Signaler un abus Crétinerie

    Un article d une grande bêtise ou on tente de refaire l histoire pour que ce soit la France qui domine l Europe ( bien sûre si l auteur était portugais ou italien , il verrait les choses un peu autrement ) Un article ou l on qualifie de " petit marché étriqué " l UE, premier marché mondial et première puissance commerciale du monde . .. Heureusement qu Atlantico existe pour laisser se défouler les frustrés de nation !

  • Par MONEO98 - 21/07/2012 - 18:40 - Signaler un abus Analyse stéréotypée

    comment ces germains, ces étrangers anglo saxons compris ne veulent pas de notre merveilleux modèle social construit à crédit...? Pour constituer un modèle que seul l'ENA et l'Education Nationale glorifient il faudrait que nos comptes soient à l 'équilibre que nous soyons dans le plein emploi,que nous soyons un modèle à copier dans la réalité ,pas dans les discours et banquets politiques. on a tout essayé, sauf ce qui a marché ailleurs ,moins de dépenses publiques ,moins de fonctionnaires,plus de souplesse dans la gestion des entreprise ,un code du travail qui permet que l''mploi s"adapte au carnet de commandes moins de fiscalité moins de lutte des classes plus de coopération ,plus de stabilité fiscale bref tout ce que notre pays abruti de marxisme ne sait pas faire ou ne veut pas faire votre article a des relents nationalistes très inquiétant sales étrangers va

  • Par bacal - 21/07/2012 - 19:06 - Signaler un abus Le Fort et le faible

    Il n'y a que les faibles qui ont des ennemis, les forts n'ont que des amis qui les courtisent et les flattent.

  • Par Iletvilain - 21/07/2012 - 20:55 - Signaler un abus Rien que le titre est odieux !

    Mais comment peut-on écrire de telles choses inqualifiables ? À l'heure où l'Europe est complétement délitée, ce genre de propos est totalement déplacé. Déjà que les Flamands et les Wallons n'arrivent pas à s'entendre, rajoutez de l'huile sur le feu pour qu'ils détestent les Français ! (Ayant vécu avec une belge, je sais que nous sommes considérés comme prétentieux et détestables). Cela confirme que l'Europe n'est qu'utopie et finances. Le reste doit être haine... Lamentable. Monsieur, vous étiez Président de l'APEC, et si les ingénieurs tuaient leurs collaborateurs, pour cacher leur jeu ?

  • Par Iletvilain - 21/07/2012 - 21:23 - Signaler un abus Pour quelqu'un né à Liège...

    Reprise du titre : "Dessous des cartes : cette aimable Belgique qui cache si bien son jeu historique d'affaiblissement de la France"... Vous ne voulez pas retourner en Belgique ? Avoir fait l'ENA vous rend définitivement Français ? Quand on pousse le bouchon si loin, c'est que l'on est fait de Liège... (blague pour me défouler, car ça énerve)

  • Par mfy - 21/07/2012 - 22:18 - Signaler un abus Cher Monsieur, votre article

    Cher Monsieur, votre article est d'un imbécillité déconcertante, avant d'écrire de telle ineptie, documentez-vous ... pour votre gouverne l'histoire de la Belqique est très complexe, j'ai suivi des cours à l'université de Louvain la Neuve et tout ce que vous écrivez est un amas de conneries. Dommage que vous soyez né à Liège ... vous ne le méritez pas ...

  • Par le_duff - 21/07/2012 - 23:50 - Signaler un abus avec des si...

    J'apprécie qu'on rappelle que la Belgique n'ait pas aidé la France et le Royaume Uni en 1939 mais il faut aussi rappeler que la mini invasion de la Sarre par les troupes françaises est bien plus révélatrice de sa future impuissance et de son manque d'ambition et de volonté dans la guerre à venir. S'agissant de la Belgique, cet Etat est une farce qui risque fort de tourner court. Après la seconde guerre mondiale, tous les évènements qui ont tenté de modifier les frontières de 1945 ont été vécus comme des drames (yougoslavie en tête) et personne n'imagine sérieusement ce qui pourtant serait sérieux : La Wallonie comme région française. Il est intéressant de constater que ce qui paraît évident quand on y songe sur le plan historique et culturel l'est moins quand il faut discuter frontières et politiques. Ce qui est uniquement autorisé apparemment, c'est la division, comme les tchèques et les slovaques. La paresse des présidents français à ne surtout jamais paraître interventionnistes en Wallonie est assez révélatrice du manque d'ambition des français aussi...

  • Par g de bouillon - 22/07/2012 - 03:43 - Signaler un abus L'ENA cette machine à supers c..

    en passant par l'ENA, les hauts dirigeants de la fonction publique apprennent l’outrecuidance et le bavardage imbécile et stérile.Si en plus ils prennent la voie de la politique, ils apprennent le mensonge. L'auteur de cet article irrespectueux pour le peuple belge démontre à l'évidence la nécessité d'irradier cette machine à supers crétins. Il est grand temps de fermer ce temple des illuminés nourris par l'étatisme, la liste des incapables est longue et coûteuse pour la Nation. Petits,réveillez vous....

  • Par Ramos - 22/07/2012 - 10:38 - Signaler un abus Je regrette l'édition papier

    Au moins on pouvait se torcher le ... avec des articles comme celui-ci.

  • Par Iletvilain - 22/07/2012 - 14:13 - Signaler un abus Ce Monsieur a "écrit" un livre...

    ..."Faut-il quitter la France ?" Il est né en Belgique... Fait l'ENA, sa carrière en France... Veut-il la quitter ? Et il critique son pays d'origine... Il veut aller où au juste ?

  • Par g de bouillon - 22/07/2012 - 17:05 - Signaler un abus la lumière a jailli. A mourir de rire si c'était une fiction

    http://blog.lefigaro.fr/social/2011/01/verhaeghe-une-com-trop-bien-or.html

  • Par Audrey33 - 22/07/2012 - 21:19 - Signaler un abus outrecuidance?....imbécilité?

    ravie que vous souleviez cet article du figaro et vous donnerez du grain à moudre à Mr VERHAEGHE... Lisez justement sa réponse en commentaire et vous comprendrez que l'outrecuidance et l'imbécilité ne sont pas le socle de ses propos. Libre interprétation.

  • Par Edwardo - 22/07/2012 - 22:58 - Signaler un abus La frite masquée, c'est Eric Verhaeghe

    Bravo à Fantomas167 pour la référence à Eric Zemmour. Syndrome de l'immigrant, ou même du double immigrant ? Eric Zemmour, Juif algérien d'origine berbère, et Eric Verhaeghe, né à Liège dans une famille d'origine flamande, se veulent plus français que les Français et inventent des contes géopolitiques à dormir debout, complètement dépassés. Pourquoi un site comme Atlantico publie ces propos d'amateur ?

  • Par lapin - 22/07/2012 - 23:32 - Signaler un abus FRANCE ETERNELLE

    Perso, je suis assez d'accord avec cet article, qui, bien que manichéen, a le mérite de faire réfléchir. Un seul point : avant de retrouver le moindre rôle d'importance en Europe (et à fortiori dans le monde), il va nous falloir vivre autrement que dans le souvenir de notre grandeur passée. Et coté puissance économique c'est pas tout à fait ça...

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Éric Verhaeghe

Éric Verhaeghe est l'ancien Président de l'APEC (l'Association pour l'emploi des cadres) et auteur de Faut-il quitter la France ? (Jacob-Duvernet, avril 2012). Son site : www.eric-verhaeghe.fr
 

Diplômé de l'ENA (promotion Copernic) et titulaire d'une maîtrise de philosophie et d'un DEA d'histoire à l'université Paris-I, il est né à Liège en 1968.

Voir la bio en entier

En savoir plus
Je m'abonne
à partir de 4,90€