Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Mardi 17 Octobre 2017 | Créer un compte | Connexion
Extra

Fessée ou heures de colle : pourquoi la punition doit redevenir une composante majeure de l'éducation

Au fil des décennies, la gifle, la fessée et les heures de colle sont devenues politiquement incorrectes. Aujourd'hui proscrite au profit d'une déresponsabilisation totale, la punition n'est-elle pas pourtant le préalable à une justice véritablement juste ? Extrait de "Apologie de la punition", Emmanuel Jaffelin, éditions Plon (2/2).

Bonnes feuilles

Publié le
Fessée ou heures de colle : pourquoi la punition doit redevenir une composante majeure de l'éducation

N’illustrant aucune théorie, mais permettant au moins de faire pièce au rejet manichéen de la punition par cette psychosociologie, un fait divers ayant défrayé la chronique à l’automne 2008 vaut contre-exemple. Après avoir assassiné 77 personnes froidement sur l’île norvégienne d’Utøya pour des motifs idéologiques, Anders Behring Breivik, qui vivait de manière discrète dans une ferme, devint pendant quelques semaines le centre mondial de l’attention des médias. Sachant que la punition qui l’attend n’est en rien mystérieuse, les journalistes essayèrent donc de comprendre ce qui avait pu motiver un tel geste.

Relatant le divorce de ses parents qui avait contrarié l’ensemble de la fratrie, un journaliste suisse, ayant lu le blog du criminel et le compte rendu de son procès, fournit des éléments de compréhension, sinon du geste criminel, du moins de ce qui a structuré la personnalité de son auteur : « Tout en grandissant dans un milieu “privilégié”, Anders Breivik pense que son éducation a “complètement manqué de discipline”. A douze ans, il fait les 400 coups avec des amis immigrés, taguant sans relâche les bâtiments d’Oslo. »

Loin de dire que tous les enfants ayant eu une éducation laxiste deviendront tagueurs et tueurs en série, ce fait divers illustre autant la formule de l’Ecclésiaste que l’inanité de la thèse de Gordon. Il éclaire le fait que l’absence de punition ne garantit le bonheur ni de l’individu, ni de la famille, ni de la société. Comme tous les enfants, Breivik, en l’absence de père, avait besoin de voir et sentir ses comportements encadrés et limités. Il a visiblement vécu son enfance comme les héros de la littérature grecque, sans entrave jusqu’à l’acte démesuré qu’un Dieu punit. Le fait que son enfance se déroule sans rappel à l’ordre explique en partie qu’il ait glissé de l’impunition de son enfance au sentiment d’impunité, ce dernier l’ayant grisé dans la préparation de ce crime.

Bien des crimes pourraient ainsi être analysés à l’aune de cette défaillance de l’autorité parentale, de cette faible intériorisation des interdits et de ce sous-développement du Surmoi, instance psychique qui est certes culpabilisatrice, mais surtout fondatrice de toute société, comme l’expose Freud : « Il est conforme à notre évolution que la contrainte externe soit peu à peu intériorisée, par ceci qu’une instance psychique particulière, le surmoi de l’homme, la prend à sa charge. Chacun de nos enfants est à son tour le théâtre de cette transformation ; ce n’est que grâce à elle qu’il devient un être moral et social. » Dans le cas Breivik, le défaut de cette instance psychique a donné lieu à un défoulement pulsionnel : Utøya est devenu le théâtre d’un massacre dont l’auteur est considéré comme un être immoral et asocial. Si l’autorité, dans son pouvoir d’imposer une discipline et d’infliger des punitions, contribue au développement du Surmoi et à l’harmonie de la société, son absence risque donc d’entraîner chez l’enfant un sentiment d’impunité le conduisant à réaliser des actes punissables. L’absence de punition, qu’on a tendance aujourd’hui à présenter comme un trait d’humanisme et un gage de démocratie, ne constitue donc pas un progrès, mais un semis invisible de violence.

Loin de prôner un retour à l’autoritarisme ou à des contextes du passé – les figures viriles, patriarcales ou martiales –, le fait de revendiquer la nécessité de la punition ne vise pas à remettre l’enfant à « sa » place, mais à redonner la sienne à la famille, à savoir force, cohérence et légitimité. D’une manière générale, il convient de ne pas penser la punition « contre celui » qui commet une faute, mais « pour la communauté » à laquelle il appartient et dans laquelle la faute est reconnue. Encore faut-il que cette communauté ne soit pas un agrégat tenant par la simple glu des concessions individuelles, mais une manière pour l’humanité de se réaliser. Or, la prise en compte de l’individualité de l’enfant rend désormais difficile de reconnaître la famille comme une priorité. Punir suppose de s’opposer à l’enfant, et notamment à ses désirs. De chose, pour ne pas dire de Petit Chose qu’il était autrefois, l’enfant est devenu roi. En général, on ne punit pas le roi : on le courtise.

Extrait de "Apologie de la punition", Emmanuel Jaffelin, (Plon éditions), 2014. Pour acheter ce livre, cliquez ici.

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par gliocyte - 09/02/2014 - 12:00 - Signaler un abus Inadmissible

    Cette photo d'enfant dont on découvre les fesses. Ne racontez pas n'importe quoi, la punition s'impose mais pas la fessée. Si pour défendre la première vous plébiscitez l'humiliation et le viol de l'intimité de l'enfant, vous êtes d'une nocivité incroyable.

  • Par Anguerrand - 09/02/2014 - 12:02 - Signaler un abus L'enfant est le roi

    des nouvelles familles, il fait une connerie mieux vaut rire que de lui apprendre ou est le bien et ou est le mal. Plus aucun repères dans la vie et bonjour l'insertion dans la vie active , la vraie vie qu'ils vont découvrir à 20 ans . Des enfants battent leurs parent, ah, ah, que c'est drôle, mais lui en retourner une quel scandale, parents indignes!

  • Par Léa - 09/02/2014 - 14:26 - Signaler un abus Heures de colle oui, fessées non !

    La fessée attirerait immanquablement les prédateurs sexuels, qui se hâteraient de devenir profs ou instits. Regardez ce qui s'est passé en Angleterre, pays des punitions corporelles consistant en fessées à coups de cannes : vingt écoles réputées impliquées dans des abus sexuels sur enfants, un scandale national majeur.

  • Par RBD - 09/02/2014 - 17:17 - Signaler un abus Utoya en 2008 ?

    La tuerie d'Utoya a eu lieu à l'été 2011, pas à l'automne 2008. Pour comprendre Breivik, lisez le remarquable roman de Laurent Obertone (l'auteur de "La France Orange Mécanique"), c'est une oeuvre vraiment puissante et profonde, bien plus que l'autre qui n'est "seulement" qu'un pavé polémique courageux.

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Emmanuel Jaffelin

 Emmanuel Jaffelin est un philosophe et écrivain français. Il prône l'émergence d'une nouvelle éthique dans son principal ouvrage, Éloge de la gentillesse Bourin Editeur 2011. Il est aussi professeur de philosophie au Lycée Maurice Genevoix de Montrouge, ainsi qu'au Lycée Lakanal de Sceaux.

 

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€