Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Samedi 18 Novembre 2017 | Créer un compte | Connexion
Extra

Fausse joie : pourquoi les décisions d’allègement de la dette grecque par l’Eurogroupe ne pourront être prises qu’à partir du mois d’août 2018

Les décisions concrètes d’allègement de la dette grecque ne pourront être prises qu’après la fin du troisième programme en août 2018, en fonction de l‘analyse de soutenabilité de la dette qui aura été menée à bien à cette date.

Patience

Publié le
Fausse joie : pourquoi les décisions d’allègement de la dette grecque par  l’Eurogroupe ne pourront être prises qu’à partir du mois d’août 2018

L’analyse du communiqué de l’Eurogroupe permet d’arriver à plusieurs conclusions :

Des décisions concrètes d’allègement de la dette ne pourront être prises qu’après la fin du troisième programme en août 2018, en fonction de l‘analyse de soutenabilité de la dette qui aura été menée à bien à cette date.

Un allègement hypothétique de la dette ne pourra prendre que les formes d’un prolongement des maturités des prêts, d’un étalement ou lissage des paiements en principal et intérêts, ou d’un allongement de la période de grâce pendant laquelle le paiement des intérêts est suspendu. Un effacement d’une partie de la dette est bien entendu hors de question comme l’a toujours clamé l’Eurogroupe. Un critère essentiel de soutenabilité de la dette, pour l’Eurogroupe, est que le besoin brut de financement soit, chaque année, inférieur à 15% du PIB nominal à moyen terme, et ensuite inférieur à 20% du PIB nominal.

Ce critère sera pris en compte en 2018 lorsqu’il faudra décider s’il y a lieu de procéder à des mesures d’allègement de dettes, et lesquelles. Le besoin brut de financement annuel est le total de ce que le pays doit emprunter pour couvrir le déficit de l’année et payer le principal de la partie de la dette précédemment accumulée qui arrive à échéance pendant l’année.

Si un allongement de la maturité moyenne des prêts du FESF doit être décidé après le troisième programme, donc au plus tôt à partir de septembre 2018, cela pourra aller jusqu’à 15 ans. De la même manière, la période sans paiements d’intérêt sur les prêts du FESF pourra être prolongée d’au maximum 15 ans. Les 130,9 milliards de prêts du deuxième programme avaient été prêtés par le FESF. Cette durée d’allongement qui serait permise est inférieure à ce que suggérait le FMI, qui demandait par exemple 17 ans pour les prêts du FESF. En attendant, ce sont les mesures de court terme qui sont appliquées, et donc un reprofilage des paiements en principal et en intérêt peut déjà être décidé depuis mai 2016, mais en gardant inchangée la maturité moyenne par rapport à ce qu’elle est maintenant. Ce n’est qu’à partir de septembre 2018 qu’un allongement de la maturité moyenne pourrait être décidé. Donc l’Eurogroupe confirme ce qu’il avait déjà déclaré le 9 mai et le 25 mai 2016, mais précise maintenant que cet allongement de la maturité moyenne pourra être de maximum 15 ans.

L’Eurogroupe précise maintenant que l’exigence de surplus primaire est de 3,5% du PIB nominal jusqu’en 2022, et puis 2% du PIB nominal jusqu’en 2060.

Le FMI est prêt à s’engager comme prêteur par un stand by agreement, si son conseil l’accepte, mais avec une clause suspensive de ses prêts jusqu’à ce l’Eurogroupe ait accepté un allègement de la dette. Il en résulte que la possibilité de prêts concrets du FMI est reportée au mieux à septembre 2018. En soi c’est loin d’être un problème puisque les besoins de la Grèce sont inférieurs au plafond de 86 milliards du troisième programme.

Par contre reporter l’allègement de la dette à 2018 empêche la BCE de déclarer la dette grecque éligible aux achats du QE. Cela compromet le retour de la Grèce sur les marchés.

Contradictions de l’approche de l’Eurogroupe

L’Eurogroupe se félicite de l’opportunité pour la Grèce de mobiliser les instruments européens de financement de projets d’investissement pour doper la croissance. Mais l’insuffisance d’investissement en Grèce est surtout due à la crainte des investisseurs d’être exposés à une nouvelle crise financière en Grèce. Si vraiment l’Eurogroupe se préoccupait de la croissance en Grèce, il aurait apaisé les craintes des investisseurs dès maintenant en procédant tout de suite à un allègement de dette. Au contraire, en reportant la possibilité d’un tel allègement à l’année prochaine, l’Eurogroupe laisse perdurer l’incertitude qui nuira à l’investissement et à la croissance.

L’Eurogroupe déclare que l’année prochaine, la partie inutilisée des 86 milliards du troisième programme pourrait être employée pour prêter à la Grèce des fonds qui seraient mis en réserve comme cousin de sécurité. Ces réserves en cash rendraient les investisseurs privés confiants en la capacité de la Grèce à servir ses dettes, et les inciteraient à prêter au pays. Ces réserves en cash permettraient donc le retour du pays sur les marchés financiers à partir de septembre 2018. Mais si vraiment l’Eurogroupe se préoccupait de rendre le retour du pays sur les marchés possibles, il permettrait que la BCE puisse rendre les obligations publiques émises par le pays éligibles aux achats du QE. Mais pour cela il aurait fallu procéder tout de suite à un allègement de dette pour que le FMI puisse approuver la soutenabilité de la dette ainsi restructurée. Le bénéfice des achats du QE permettrait de réduire les taux exigés par les marchés sur le petit stock d’obligations publiques émises par le pays qui circulent encore, et ainsi de permettre que le pays puisse bientôt émettre de nouvelles obligations à des taux relativement réduits. 

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par essentimo - 18/06/2017 - 18:27 - Signaler un abus Et si l'UE

    décidait de renoncer aux intérêts et prendre les versements de la Grèce pour amortir la dette ?

  • Par vangog - 18/06/2017 - 23:37 - Signaler un abus Quel mic-mac!

    Puisqu'on vous dit que la Grèce retrouve la drachme et, du jour au lendemain, elle relance son tourisme et sa croissance! Puis elle taxe ses popes, ses armateurs et traque le travail au noir des fonctionnaires. Plus besoin de mendier auprès de la BCE ni du FMI...plus besoin d'attendre le cinquième ou le sixième plan d'aide de l'UE...plus besoin d'élire des cocos, qui n'ont pas plus de solutions que les socialos qui ont foutu la Grèce dans la mouise!...

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Eric Dor

Eric Dor est docteur en sciences économiques. Il est directeur des études économiques à l'IESEG School of Management qui a des campus à Paris et Lille. Ses travaux portent sur la macroéconomie monétaire et financière, ainsi que sur l'analyse conjoncturelle et l'économie internationale

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€