Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Mardi 13 Novembre 2018 | Créer un compte | Connexion
Extra

Fatiha Boudjahlat : "Les militants indigénistes, gauchistes, islamistes, identitaires ont réussi un entrisme redoutable qui a réussi à criminaliser la pensée universelle"

Dans son livre, "Le grand détournement" (éditions du Cerf), Fatiha Boudjahlat dénonce le fait que la République, le féminisme ou la laïcité soient dévoyés par les "communautarises de toute obédiences".

Devoiement

Publié le
Fatiha Boudjahlat : "Les militants indigénistes, gauchistes, islamistes, identitaires ont réussi un entrisme redoutable qui a réussi à criminaliser la pensée universelle"

Atlantico : République, féminisme, laïcité, autant de termes, de concepts que vous décrivez comme étant dévoyés de plus en plus chaque jour par les "communautarises de toute obédiences". Par quelles méthodes ce dévoiement s'organise-t-il ?

Fatiha Boudjahlat : Ces militants, indigénistes, gauchistes, islamistes, identitaires ont évacué et criminalisé la dimension politique et donc universelle de ces termes.  Par quelles méthodes ? Celle de l’entrisme.

Dans le domaine universitaire, associatif, médiatique. En détournant ces mots à leur avantage, en en banalisant des nouveaux. 

Des thèses de complaisance, avec des jurys de complaisance, donnent un statut universitaire à des purs militants idéologiques et religieux. Des associations communautaristes  obtiennent des financements publics de l’Etat et des collectivités pour assurer des missions de bienfaisance et apparaître comme les interlocuteurs et les bienfaiteurs des populations de quartiers populaires. Marwan Muhamed, du CCIF, intervient dans une école de journalisme pour les instruire de la bonne manière de parler de l’islam. Irait-on confier à Marine le Pen la charge d’éclairer les étudiants en journalisme sur l’extrême-droite ?   Le rappeur islamiste Médine a animé des ateliers pédagogiques à Nîmes. Le CCIF et Lallab-Iris se font passer pour des sortes d’ONG défendant les libertés civiles, obtiennent la reconnaissance de l’ONU, un statut institutionnel, des financements pour au final dire les pires choses de notre pays. L’association Coexister se fait reconnaître par le ministère de l’Education Nationale, intervient dans les écoles, est payée pour cela, et diffuse sa vision oecumenique de la laïcité et de la société. L’entrisme est tout azimut. Redoutable. Redoutablement efficace. Ce sont des gens intelligents, et qui étrangement disposent de solides et régulières ressources financières qui permettent à ce soft power de se déployer.

Une partie de votre livre s'attarde sur la question du féminisme ou plus précisément des féministes. La cause des femmes de manière générale est présente dans l'actualité depuis l'affaire Weinstein et le #BalanceTonPorc. Pensez-vous que le féminisme actuel trahit les idéaux d'égalité hommes-femmes ? Ne sommes-nous pas là face à des féministes qui desservent leur cause plutôt que de la servir ?

L’affaire Weinstein, le hashtag Balance ton porc, le dernier Metoo ne sont la propriété ni l’exclusive d’aucune féministe. C’est la prise de parole de plusieurs dizaines de milliers de femmes dans de multiples pays.

Mais il est très significatif de voir certaines féministes qui se sont emparées et réjouies de l’affaire Weinstein, avoir observé un silence pesant au début de l’affaire Ramadan. De voir les mêmes se faire imposer le silence par les « femmes racisées » militantes de l’indigénisme, parce qu’elles ne seraient pas concernées du fait de leur couleur blanche, par exemple  avec ces tribunes sur l’opposition à la pénalisation du harcèlement de rue. Les mêmes féministes qui traquent le patriarcat blanc derrière le terme de séminaire, auquel elles veulent substituer celui d’ovarium, mais qui abandonnent les femmes orientales au patriarcat oriental et islamique. 

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par Borgowrio - 12/11/2017 - 15:34 - Signaler un abus Vous méritez la légion d'honneur madame

    Bravo madame et chapeau , je suis rempli d'admiration pour ce texte clair et ô combien exact . Encore plus admirable votre courage, que vos origines ne semblent pas vous l"avoir prédisposer .

  • Par MIMINE 95 - 12/11/2017 - 18:55 - Signaler un abus FATIHA

    Une boule de lumière dans un monde de cons . Merci madame

  • Par Deudeuche - 13/11/2017 - 06:41 - Signaler un abus Ma pauvre dame

    La pensée universelle à l’intérieur du Périphérique, intra muros? On flingue nos repères de civilisation au nom de l’humanisme post moderne et après on s’indigné de revoir l’obscurantisme pré moderne. Fallait réfléchir avant, il y a quelques décennies !

  • Par vangog - 13/11/2017 - 08:59 - Signaler un abus Les premiers ayant dénoncé la culture du communautarisme...

    sont les patriotes Front National. Alors, cessez de les mettre dans le même panier extrémiste que les communautarismes et leurs alliés melanchonistes! Car, ça aussi, c’est une figure de style imposée par la gauche sectaire. « Nous vous autorisons à dénoncer la montée du communautarisme, uniquement si vous dénoncez, dans le même propos, le Front National qui l’a dénoncé en premier!... ». Incohérent, non?...Cette posture radicale contre le Front National pervertit totalement les propos anti-communautaristes de Boudjahlat...

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Fatiha Boudjahlat

Enseignante, cofondatrice du mouvement citoyen Viv(r)e la République, ex-secrétaire nationale du MRC en charge de l’Éducation, Fatiha Agag-Boudjahlat vit à Toulouse.

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€