Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Samedi 23 Juin 2018 | Créer un compte | Connexion
Extra

Fashion Week, début des défilés hommes : qui sont ceux qui décident de ce que vous allez porter l'hiver prochain

La Fashion Week hommes de Paris vient de s'ouvrir mais voilà que les spécialistes de la mode réfléchissent déjà à la collection hiver 2015.

Le diable s'habille en Armani

Publié le

Atlantico : La Fashion Week hommes de Paris n'a même pas encore commencé que le milieu de la mode est déjà en cours de réflexion sur les collections à venir. Qui sont, précisément, ceux qui fixent les tendances de l'hiver prochain ? Comment y travaillent-ils ? Comment peuvent-ils être sûrs qu'elles marcheront ?

Emilie Coutant : En premier lieu, il y a les directeurs artistiques spécialisés dans les collections hommes comme Véronique Nichanian pour Hermès. Les coupes, les couleurs, les styles proposés par Mme Nichanian sont en effet très souvent suivis par le reste du milieu de la mode masculine. Si les directeurs de marque ou de collection peuvent proposer des tendances immédiates, ils ne peuvent pas forcément se prononcer sur les tendances sur le plus long terme.

Ceci demande un travail de veille et de réflexion – et donc cela nécessite du temps.

C'est pourquoi beaucoup de marques travaillent avec des cabinets de sociologie - comme le mien - qui sont aptes à émettre des tendances sur les modes vestimentaires masculines sur le long terme (10 à 20 ans). Je suis d'autant plus sollicitée que j'ai travaillé, dans le cadre de ma thèse, sur la masculinité (Le mâle du siècle : mutation et renaissance des masculinités. Archétypes, stéréotypes, et néotypes masculins dans les iconographies médiatiques). Nous sommes capables d'avoir de l'avance sur les cabinets de tendance justement en proposant ce qui devrait marcher sur 10/20 ans en analysant les modes de consommation. Par exemple, aujourd'hui nous savons que nous sommes sur une tendance long terme visant à renouer avec la nature, l'animal, l'enfantin et le féminin. Nous remarquons alors que l'homme exprime ses facettes sauvage, barbare, juvénile et féminine cachées. Ce travail nécessite du temps, de la curiosité, des connaissances (y compris historiques et psychanalytiques), de la réflexion mais aussi de la mobilité : il faut être présent et dans les capitales de la mode et dans les zones plus reculées.

De même, les bureaux de tendance ont une capacité à flairer les engouements futurs et à élaborer des carnets de tendances pour la mode féminine. Ils sont très influents mais restent des précurseurs dans la mode masculine.

Nous ne pouvons pas être sûrs que les tendances décelées marcheront. Mais nous nous efforçons à dresser les tendances lourdes. D'ailleurs, pour qu'une marque perdure, elle ne doit pas suivre la tendance mais être créatrice de tendances en s'inspirant de tendances plus larges.

Comment est-ce que les modèles présentés à cette Fashion Week inspireront les lignes de prêt-à-porter pour la collection hiver 2015 ? Quel est le modèle opératoire de ces grandes lignes de prêt-à-porter pour "vulgariser" et "démocratiser" des pièces dessinées par de grands stylistes ?

Les défilés qui se déroulent sont largement suivis sur place ou online. Les lignes de prêt-à-porter récupèrent ensuite rapidement les grandes coupes pour leur propre collection. Ils font en fait du copier-coller. Ce phénomène du copier-coller est très visible avec les "collections capsules", ces collections éphémères reprises à outrance. Les collections capsules concernent beaucoup la mode féminine mais la mode masculine s'y met peu à peu. Toutefois, aujourd'hui, les lignes de prêt-à-porter se concentrent plus sur les styles, les allures que sur un type de vêtement.

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par Baskerville - 17/01/2014 - 19:13 - Signaler un abus Mode d'emploi

    Personne ne décide pour moi ce que je vais porter l'hiver prochain. Je prends dans la mode ce qui me plaît, je laisse ce qui me déplaît. Les "sociologues" et autres pseudo-gourous devraient arrêter de prendre les gens pour des zombies décervelés.

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Emilie Coutant

Emilie Coutant est sociologue, consultante en mode, médias, tendances, risques et addictions.
Docteur de l’Université Paris V, elle a soutenu une thèse intitulée “Le mâle du siècle : mutation et renaissance des masculinités. Archétypes, stéréotypes, et néotypes masculins dans les iconographies médiatiques” (2011). Fondatrice et dirigeante de la société d’études qualitatives et prospectives Tendance Sociale, elle réalise études et enquêtes sociologiques pour le compte d’entreprises ou d’institutions. Enseignante dans diverses universités et écoles de mode, elle est également Présidente du Groupe d’Etude sur la Mode (GEMode), rédactrice éditoriale des Cahiers Européens de l’Imaginaire et secrétaire du Longeville Surf Club.

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€