Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Lundi 11 Décembre 2017 | Créer un compte | Connexion
Extra

Faites-vous partie des sacrifiés du budget de la Sécu ?

L'Assemblée nationale a achevé vendredi 24 octobre dans la nuit l'examen du projet de loi de financement de la Sécurité sociale (PLFSS) pour 2015. Le vote par scrutin public a quant à lui lieu ce mardi 28 octobre après-midi. Tour d'horizon des mesures qui vous concernent et de la manière dont elles vont vous impacter.

Mère de l'injustice

Publié le - Mis à jour le 31 Octobre 2014

Axe Dépenses de santé

  • La part des dépenses de santé dans le budget

Pierre-François Gouiffès : La France détient le record du monde en la matière avec 33% de son PIB consacré à la protection sociale et la santé, 665 milliards d’euros en 2012. Le sociologue Julien Damon a d’ailleurs évalué à 15% la "part de marché" mondiale de la France en matière de dépenses sociales.
Donc il n’y a pas de maîtrise des dépenses publiques françaises si l’on n’adresse pas la dynamique de dépenses sociales qui ont progressé de 0,8 points de plus que le PIB sans discontinuer depuis 1995 et provoquent un phénomène d’éviction de toutes les autres dépenses publiques, par exemple dans le champ régalien.
 
De très loin le plus grand poste de dépense est constitué par les retraites (311 milliards d'euros, 15,4% du PIB) devant la santé (221 milliards d'euros, 11%), soit 80% du total des dépenses sociales sur ces deux segments. Il ne reste que 20% des dépenses sociales pour la famille, les allocations sociales et les minimas sociaux. Les dépenses liées à la famille représentaient 52 milliards d'euros en 2012, soit 2,6% du PIB, un montant stable depuis 1995 alors que les dépenses sociales sont passées de 28,7% à 32,8% en 20 ans.
 
Pour le PLF et le PLFSS 2015, le gouvernement indique que 9,6 des 21 milliards d'euros d’économies concernent les administrations de sécurité sociale qui gèrent 26,6% des 33% de dépenses sociales. Toutefois dans ce segment comme pour tous les autres, les économies sont principalement une "baisse de la hausse". Au final l’ONDAM augmente de 2,1% (contre une hausse de 3,8% "spontanée") et les dépenses vieillesse de 2,4%, plus vite que la croissance du PIB en valeur (1,9%). Sur l’enjeu des retraites (14% du PIB, le plus gros segment unitaire de dépense), la réforme Ayrault de 2013 a consisté notamment a augmenté les recettes (+0,3 points de cotisations patronales et salariales à terme) avec la mécanique traditionnelle des réformes de retraites françaises depuis vingt ans faisant porter l’essentiel de l’ajustement sur les actifs. On retrouve cette année une modulation de la CSG pour les retraités en fonction du revenu (460.000 perdants contre 700.000 gagnants pour le gouvernement). On est loin d’une réforme structurelle soit très simple – recours à la désindexation – soit plus lourde – équilibre actuariel des régimes de retraite à la suédoise par exemple, sans même évoquer l’épineux dossier des régimes spéciaux.
 
  • Baisser les coûts de l'hôpital

Frédéric Bizard : Notre système de santé a besoin d’une véritable refondation de son organisation, de son financement et de sa gouvernance. D’un système centré sur l’hôpital, on doit évoluer vers un système centré sur le lieu de vie des individus, en ville pour les actifs et sur le domicile pour les inactifs.

Les mesures préconisées dans le PLFSS pour l’hôpital concernent principalement les achats, les dépenses informatiques et les réductions de coûts prévues sur la chirurgie ambulatoire.

C’est la méthode du rabot appliquée à un secteur de dépenses de 85 milliards d’euros dont 65 milliards d’euros pour le secteur public. La France dispose de la dépense hospitalière la plus importante au monde avec une part de 37% dans la totalité des dépenses contre 29% en moyenne dans l’OCDE. Dotée d’une surcapacité de près de 100 000 lits, la réduction de notre surface hospitalière est une nécessité de plus en plus urgente. Un vaste plan de restructuration des hôpitaux, qui impliquera la fermeture progressive de services voir d’établissements s’impose. La surdépense hospitalière met l’ensemble du système de santé sous pression et nuit à son efficience.

Propos recueillis par Franck Michel / sur Twitter
 
 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par ELLENEUQ - 28/10/2014 - 07:52 - Signaler un abus NON !

    La sécu, pour mois se résume à un seul organisme totalitaire : l'URSSAF. Entrepreneur dans une petite PME de 20 personnes, j'ai été harcelé, maltraité voire insulté par les employés crasseux de cette organisation. Une simple erreur (parfois volontaire et de leur fait) et vlan ! Amende. Trois contrôles de ces vampires alors que je n'avais comme clientèle que des grandes entreprises et une activité de services, ils restaient des jours entiers à emmerder mon personnel et moi-même et à nous empêcher de travailler. Nous étions dans le sentier et on voyait dans le journée des hordes de pakistanais et autres sans papiers qui poussaient des chariots dans les rues, et le soir venu, des centaines de caves éclairées avec des travailleurs illégaux au boulot toutes les nuits. Quand je leur demandais ce qu'ils foutaient chez moi alors que la fraude leur sautait aux yeux ils me répondaient "on a des ordres pour ne pas intervenir là" ! Il m'ont enquiquiné 8 jours pour une affaire de ... tickets restaurants auxquels, soit disant je n'avais pas droit pour des raisons obscures. Ils m'ont réintégré ces sommes dans mon revenu car je n'en utilisais pas assez, déjeunant souvent dehors. Une honte !

  • Par Brunoke - 28/10/2014 - 10:27 - Signaler un abus Les emmerdeurs

    Les fonctionnaires sont tellement nombreux qu'ils doivent se trouver des activités a emmerder les salariés pour s'occuper ! Triste France de socialos

  • Par Ganesha - 28/10/2014 - 11:26 - Signaler un abus Jésus-Christ, Alice au Pays des Merveilles

    Globalement, on ne peut pas dire que nos pays ''s’appauvrissent'' : au pire, notre ''produit national brut'' reste stable. Nous avons aussi la chance de vivre la fin d'une idéologie extrêmement délétère, et totalement contraire aux enseignements de Jésus-Christ, qui constituent pourtant la base de notre civilisation : l'amour des pauvres et la protection des faibles et des opprimés. Instauration d'une ''Lutte des Classes Inversées'' : les riches essayant de plonger les défavorisés dans une misère de plus en plus profonde, avec pour but principal la création d'une oligarchie de multimilliardaires ! Ce qui est surprenant, c'est qu'une telle extravagance ait pu prospérer dans des pays démocratiques, en principe contrôlés par des élections : en fait, les classes populaires, découragées, se sont réfugiées dans l'abstention. Quand aux classes moyennes, elles ont longtemps cru qu'elles se trouveraient ''du bon côté'' et pourraient participer au festin. Mais il n'y a désormais plus que sur internet que l'on trouve encore quelques retraités atteints de ''démence sénile'' pour croire dans cette version sociale de ''Alice au Pays des Merveilles''.

  • Par CAPUCINE61 - 28/10/2014 - 11:30 - Signaler un abus Et l' AME

    Puisqu'il devient indispensable de faire des économies au niveau du budget de la Sécurité sociale, pourquoi ne pas supprimer purement et simplement l'aide médical d'état pour TOUS les étrangers ? Quand on voit que cela coûte plus d'1 milliard d'euros, que ces gens qui n'ont ni travail ni domicile en FRANCE sont toujours en situation irrégulière, il n'y a pas à avoir honte de refuser de les soigner. Ils ont un pays qui devrait subvenir à leur état de santé. Mais il est clair que cela arrange bien les pays concernés : il est préférable d’avoir recours aux services de la FRANCE, poubelle du monde, que d’avoir les infrastructures chez soi pour pallier aux maladies chez soi. Et je suis bien placée pour savoir que les factures concernant les étrangers et envoyées aux différentes ambassades des ressortissants soignés ne sont JAMAIS payées même s'il s'agit de pays riches comme l'Arabie Saoudite, le Qatar, etc. Cela n'existe pas ailleurs et essayez donc de vous faire soigner aux USA, en Grande-Bretagne, etc. vous verrez s'ils sont aussi laxistes qu'en FRANCE !

  • Par Ganesha - 28/10/2014 - 11:32 - Signaler un abus Enfants Fictifs ?

    Mais d'ici que la Révolution soit déclenchée, nous continuerons à lire sur Atlantico des articles sur les projets de notre gouvernement (socialiste!) pour réduire le ''Déficit de la Sécurité Sociale''. La cible actuelle est relativement modeste puisque l'on s'attaque d'abord aux allocations familiales, et surtout aux ''gosses de riches'' ! Il y a pourtant une cible qui paraîtrait infiniment plus lucrative : les enfants fantômes ! La plupart des retraités français doivent avoir l'habitude de se présenter régulièrement dans leur mairie pour obtenir un certificat attestant qu'ils sont ''toujours en vie''. Un échange extraordinaire a eu lieu il y a quelques semaines sur le plateau de ''On n'est pas Couché''. Eric Zemmour citait des chiffres indiquant que des allocations familiales et autres avantages sociaux étaient versés pour 7 millions d'enfants en bas-âge. Aymeric Caron lui a rétorqué, a juste titre, que les statistiques sur le nombre des naissances indiquaient, que ce groupe de citoyens ne pouvait pas dépasser les quatre millions d'individus. La question est : s'agit-il d'enfants fictifs, ou bien résident-ils de l'autre côté de la Méditerranée ?

  • Par assougoudrel - 28/10/2014 - 20:56 - Signaler un abus @ ELLENEUQ

    Près de Lorient, le client d'un café a rapporté sa tasse vide au bar. Un espion de l'URSSAF était présent et le propriétaire s'est fait massacré, avec une amende, en plus du harcèlement, de 9000€. Ma fille travaille dans une banque, tout en ayant une boulangerie-pâtisserie avec son mari. Il y a toujours des erreurs en leur défaveur. Ils faut qu'ils paient et ne sont remboursés que plusieurs mois après, au goutte à goutte, tout en recevant d'autres sommes à payer, sous peine de pénalités. De vrais fumiers, dignes des Soviets.

  • Par vangog - 28/10/2014 - 22:14 - Signaler un abus "Surcapacité de plus de 100000 lits!"

    Mais comment le système UMPS a-t-il pu parvenir à de telles erreurs de gestion?...

  • Par Orchidee31 - 29/10/2014 - 00:28 - Signaler un abus A vangog

    Vous nous bassinez, et je reste polie, avec l'umps - l'umps n'existe pas - Il y a l'UMP et le ps et Dieu merci ils ne se ressemblent pas - on sait pour qui vous roulez et vous croyez être au-dessus des autres avec votre fn mais le fn on n'en veut pas - alors arrêtez de raconter n'importe quoi -

  • Par Ganesha - 29/10/2014 - 01:16 - Signaler un abus Orchidée31

    A vous, et à tous les lecteurs, je conseillerais de revoir sur Arte les deux chapitres d'hier mardi soir sur l'histoire du Capitalisme... La faillite de Lehman-Brothers en 2008 a déjà été un cataclysme équivalent au jeudi noir de Wall-Street en 1929, et il est probable qu'un nouveau krach boursier encore pire va survenir dans les semaines qui viennent. L'Europe entre en récession et le chômage qui nous attend sera bien plus explosif que la situation actuelle. A Bruxelles, comme à Francfort, c'est la panique ! Alors, au lieu de chicaner sur des mots (qui sont pourtant une évidence) pensez plutôt à l'avenir ! Marine Le Pen serait beaucoup plus ''contrôlable'' en tant que premier ministre de François Hollande qu'en tant que présidente de la République. A moins que vous ne soyez une ''groupie de Sarko'' ?

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Frédéric Bizard

Frédéric Bizard est économiste de la santé et enseignant à Sciences Po Paris. Il est un expert reconnu du secteur de la santé en France et à l'international. Il dirige la société Salamati Consulting, société de conseil en stratégie de santé.

Il est notamment l’auteur de Protection sociale: Pour un nouveau modèle, Dunod, Mars 2017 et de Politique de santé: réussir le changement, Dunod, 2015

Voir la bio en entier

Pierre-François Gouiffès

Pierre-François Gouiffès est maître de conférences à Sciences Po (gestion publique & économie politique). Il a notamment publié Réformes: mission impossible ? (Documentation française, 2010), L’âge d’or des déficits, 40 ans de politique budgétaire française (Documentation française, 2013). et récemment Le Logement en France (Economica, 2017). Il tient un blog sur pfgouiffes.net.
 

Vous pouvez également suivre Pierre-François Gouiffès sur Twitter

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€