Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Samedi 20 Décembre 2014 | Créer un compte | Connexion
Extra

100 milliards de dollars :
la valorisation de Facebook
est-elle excessive ?

Facebook a fait ce mercredi le premier pas vers son introduction en bourse. Le réseau social a révélé qu'il envisageait de mettre sur le marché environ 5 milliards de dollars de titres (3,8 milliards d'euros).

Facebourse

Publié le
100 milliards de dollars : 
la valorisation de Facebook 
est-elle excessive ?

Facebook a fait ce mercredi le premier pas de son introduction en bourse. Crédit Reuters

La valorisation des actions des sociétés à forte croissance a toujours été un exercice délicat. En effet, lors de la bulle internet, grand nombre de commentateurs avaient réussi à mettre une explication sur des valorisations farfelues pour des sociétés des nouvelles technologies. Certaines d'entre elles valaient quelques millions de dollars alors qu'elles ne constituaient que quelques idées présentées sur des slides PowerPoint. La difficulté de la valorisation des sociétés de ce type réside dans les hypothèses de croissance à retenir et dans le périmètre des activités. En fonction de l'innovation dans la monétisation de Facebook la valorisation de 100 milliards sera soit sous évaluée soit excessive.

Nous avons largement entendu dans les années 2000 que certaines sociétés révolutionneraient notre façon de consommer, notre façon de nous cultiver ou notre façon de chercher des informations. Pour chacun de ces domaines, un acteur s'est illustré et a résisté au raz-de-marée des faillites des sociétés technologiques post-éclatement de la bulle internet. 

Facebook, de l'avis de nombreux commentateurs, constitue une nouvelle façon de communiquer. Certains comparaient Facebook à l'invention du téléphone. Nous pouvons y ajouter que le réseau social a réussi à imposer la liberté d'expression.

Chacun utilise Facebook à sa façon. Certains l'utilisent pour garder le contact avec des amis, d'autres pour mettre en scène leur vie (à l'image de l'expression célèbre de Andy Wharol sur la recherche du quart d'heure de gloire), d'autres encore pour mettre en valeur leurs talents artistiques... Cependant, un point commun se dégage de toutes ces utilisations : la liberté d'expression.

Personne ne peut remettre en cause l'effet positif de Facebook dans les révolutions arabes. D'ailleurs, certains commentateurs estimaient que la société avait des chances d'être lauréate du Prix Nobel de la Paix de 2011 pour son action importante dans l'accompagnement du printemps arabe. Mais au delà de son aspect "humaniste", Facebook bénéfice de la possibilité de monétiser la démocratique mondiale. Avec 800 millions "d'amis", et bientôt un milliard (soit 14% de la population mondiale), la planète Facebook constitue le marché économique le plus important du monde (supérieur au quelques 300 millions de consommateurs européens, américains ou à la classe moyenne chinoise).

La fonction "j'aime" ou "like" constitue un bulletin de vote instantané pour tout sujet ou produit. En effet, à l'inverse de campagnes de publicité dont l'impact est difficile à appréhender, le "like" de Facebook permet de connaître quasi instantanément si le produit, la communication, le packaging... remplissent les besoins des clients potentiels. A cela s'ajoute l'effet mode et l'effet d'auto entretien qui permet d'ouvrir les portes à un artiste talentueux méconnu ou d'entretenir le dénigrement d'une marque mondialement connue. D'ailleurs, les candidats aux élections politiques ne se sont pas trompés en mettant l'accent sur le web et sur Facebook pour entretenir le "buzz" sur leurs programmes, leurs habilités et leurs actions. Ils cherchent à travers ce buzz de faire jouer le bouche à oreille et obtenir un feedback rapide sur leurs actions grâce aux fonctions telles que le "like".

 

La croissance et la justification de la valorisation de Facebook, qui représente environ 100 USD par membre (en retenant comme hypothèse 1 milliard de membres pour le réseau social), semble être une valorisation faible au vu des standards du coût d'acquisition de nouveaux clients pour les sociétés de marketing. Cependant la valeur des "membres" dépendra de la capacité de Facebook à juguler le risque de réduction des libertés individuelles et par conséquent l'attractivité de ce réseau social. Aussi, la capacité de rétention des membres du réseau social constitue la principale valeur commerciale compte tenu du trade off entre la liberté offerte par ce réseau et l'acceptation de publicité dans des domaines qui intéressent les membres du réseau.

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par Nanard10 - 02/02/2012 - 09:42 - Signaler un abus liberté d'expression !!!

    au moins la moitié de ca qui est dit sur FB sont des banalités pour ne pas être méchant

  • Par bacal - 02/02/2012 - 11:35 - Signaler un abus La bulle tjs la bulle

    La seule question qui vaille est la suivante: combien ça dégage de bénéfices Facebook ?. Le reste n'est que "enculage" de mouches.

  • Par bacal - 02/02/2012 - 17:52 - Signaler un abus Données financières

    Avec un chiffre d'affaires de 3,7MD$ et un résultat net de 669 M$, je ne vois pas comment on peu raisonnablement valoriser cette entreprise 100 MD$; le rapport valo/résultat équivaut à ce jour à 150 ans de résultat. C'est complétement fou et hors de raison.

  • Par letroll - 02/02/2012 - 21:09 - Signaler un abus oh la belle bulle

    c'était pas Goldman Sachs qui était en charge de valoriser Facebook ? ça sent l'arnaque

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Je m'abonne
à partir de 4,90€