Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Samedi 18 Août 2018 | Créer un compte | Connexion
Extra

Facebook, le digital, vos données. De quoi nous plaignons-nous ?

Nous avons donné, nous donnons et donnerons nos données, chaque jour, encore et toujours plus. En échange de… de quoi au fait ?

Les entrepreneurs parlent aux Français

Publié le

Le seul élément marquant de cette pantomime politique aux USA, qui n’a en aucun cas envie de mettre FB à terre, car trop utile pour faire du marketing politique et gagner les élections (quand on sait comme Obama par exemple, bien les utiliser), c’est que notre ami à capuche à mis une cravate. C’est rare, d’ailleurs, elle semblait neuve. Elle brillait. C’est à peu près l’événement le plus marquant de cette pitrerie, cet exercice de crucifixion convenu et organisé, scénarisé, théâtralisé, pour que le coupable puisse feindre d’avoir fait amende honorable et que ses bourreaux soient élevés au rang de puritains en chef.

Pitoyable. Même le procès de la donnée démontre à quel point on nous prend pour des imbéciles. Nous sommes punis par la punition. Double peine en somme.

C’est un peu comme le tabac. Il tue, mais on le vend car l’Etat y gagne. La mort rapporte. Le Monde n’en fait pas sa première page. L’intelligence ne rapporte pas assez de lecteurs certainement. FB et le digital mériteraient que l’on pose la question du partage de la valeur. Ils utilisent nos données ? OK, pas de pb, mais combien cela nous rapporte t-il ? Les 2 milliards d’utilisateurs de FB devraient recevoir des actions en échange de leurs données, de nos données. Et au moins, nous pourrions, avec nos dividendes annuels, aller faire une énorme fête, que nous pourrions poster sur… Facebook ! Tout le monde serait gagnant. Le dividende « selfie », le nombril qui rapporte des dividendes, voilà un don utile. Et après, qu’ils fassent ce qu’ils veulent de la donnée. On s’en fiche au final. Le monde est digital et la donnée n’est plus privée. C’est fini. Donc la seule question qui mérite d’être posée, c’est comment en partager la valeur. Au moins nous serions prostitués pour de l’argent, et non en pur bénévolat.

La prochaine fois que je vois un dirigeant du digital passer à la télévision pour répondre de son utilisation de nos données, je l’applaudirai. Nous sommes des imbéciles, lui est riche. Bien joué ! Snowden ou Assange révèlent des données qui condamnent à mort certaines relations inter-gouvernementales ou certains espions, tout le monde applaudit. « Marko », en fait moins mais se retrouve au « tribunal ». Etrange monde dirait le Monde.

 

 
Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Denis Jacquet

Denis Jacquet est entrepreneur (Edufactory), investisseur (Entreprise et conquête) et président de Parrainer la croissance, une association d'aide aux PME pour rechercher la croissance, et cofondateur de l'observatoire de l'Uberisation. 

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€