Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Mardi 17 Juillet 2018 | Créer un compte | Connexion
Extra

Facebook, le digital, vos données. De quoi nous plaignons-nous ?

Nous avons donné, nous donnons et donnerons nos données, chaque jour, encore et toujours plus. En échange de… de quoi au fait ?

Les entrepreneurs parlent aux Français

Publié le
Facebook, le digital, vos données. De quoi nous plaignons-nous ?

De quoi nous plaignons nous ? Quand on donne sans compter, plus rien ne compte! Nous sommes tous dépendants, totalement, d’une forme plus insidieuse et addictive que la cocaïne, et sans comparaison avec le cannabis, qui fait figure de petit joueur. Effectivement, légaliser le cannabis paraît une évidence si l’on interdit pas le digital et les réseaux sociaux. Tant que nous ferons du smartphone une extension de nous même, et troquerons sans réflexion, notre intimité pour un peu de facilité et de rapidité, nous n’avons pas à nous plaindre.

Donner c’est donner, repris, c’est trop tard!

Il y a encore peu de temps nous utilisions une carte bleue. Eventuellement un GPS, et encore, dans les grands jours. Notre fuite de données vers les opérateurs était déjà réelle mais encore limitée. Quelques achats dévoilaient certainement notre folie consommatrice, mais assez peu, faute de recoupement, sur notre personnalité. Puis notre feu ami Steve, a fait de notre vie une longue suite de glissement de l’index sur surface vitrée et mobile, et nous avons accéléré le mouvement. A poil !! Nous avons commencé à livrer à la « smart voleuse » notre vie, sans tabou, ni interdit. Vie privée, publique, déviances sexuelles, furie acheteuse, photos de vacances, romances d’un soir ou de toujours, beuveries ou photos de communion ou bar mitzvah. Même nos enfants, qui n’ont rien demandé, se retrouvent exposés comme autant de marchandises à l’étalage ou de prostituées en devanture, devant vos 5000 meilleurs amis, qui à la base n’avaient rien demandé non plus. L’offre créée la demande. La bêtise se multiplie comme les pains du nouveau testament, au profit de cette nouvelle religion, ou secte, numérique. Les fournisseurs de tuyaux n’avaient certainement pas prévu de notre part une si grande générosité et si peu de pudeur. Nous livrons nos offrandes aux nouveaux Dieu, ou Gourous. Qui encaissent. Car selon la fameuse phrase, si c’est gratuit, c’est toi le produit !

Mais tout le monde s’en fiche. Nous sommes devenus des mendiants, des SDF devant les bâtiments des géants du numérique, qui nous balancent, par pitié, quelques pièces, en récompense de ce petit gain dont nous nous contentons (la gratuité), pendant que leurs sociétés engrangent plus de trésorerie que la totalité des profits de nos grands groupes Français. Apple dispose de 260 milliards de trésorerie. Google de 57 milliards. Et le journal le Monde, en France, qui s’étrangle, avec une démagogie franchouillarde, quand nos comptes du CAC40 alignent péniblement 94 milliards de profits !! De la petite monnaie. Nous préférerions certainement qu’ils perdent 94 milliards, car alors la France serait officiellement en situation de banqueroute et le Monde pourrait faire sa Une, sur ces sociétés vertueuses, qui ont accepté de refuser le profit, pour licencier plus sûrement leurs salariés !!

Nous avons donné, nous donnons et donnerons nos données, chaque jour, encore et toujours plus. En échange de… de quoi au fait ? Alors, sincèrement, pourquoi nous plaindrions nous, que les données de FB se retrouvent vendues à leur tour, à des officines qui les détournent de leur destination prévue. Tout le monde se fichant bien de les donner, tout le monde devrait se moquer de savoir ce qu’ils en font, non ? On ne peut jeter à la poubelle ses biens de famille, et demander des comptes au SDF qui les revend ensuite. Il ne fallait pas les donner en premier lieu.

 
Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Denis Jacquet

Denis Jacquet est entrepreneur (Edufactory), investisseur (Entreprise et conquête) et président de Parrainer la croissance, une association d'aide aux PME pour rechercher la croissance, et cofondateur de l'observatoire de l'Uberisation. 

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€