Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Jeudi 26 Mai 2016 | Créer un compte | Connexion
Extra

Face à un sectarisme rétrograde, j'ai quitté les Frères musulmans

À 37 ans, Mohamed Louizi dévoile son passé de "frère" actif parmi les Frères musulmans : dès l'âge de 13 ans, il a été au service de l'idéologie d'Hassan al-Banna, au Maroc, puis en France, au sein de l'Union des organisations islamiques de France (UOIF). Il raconte ses quinze ans de militantisme dogmatique, et revient sur les découvertes, les doutes et les interrogations qui ont précédé son désengagement ; il décrypte la stratégie d'islamisation globale non-déclarée des Frères musulmans en France et en Europe, avant de conclure sur son retour vers un islam éclairé et apolitique. Extrait de "Pourquoi j'ai quitté les Frères musulmans" aux éditions Michalon 1/2

Bonnes feuilles

Publié le

Le vendredi 20 octobre, à 12 h 30, je me suis rendu à la mosquée pour préparer les deux salles qui allaient accueillir les fidèles de l’Église, comme cela était prévu au programme de cette semaine.

Avant l’installation des chaises et l’aménagement des salles, j’ai pris le microphone pour rappeler aux fidèles la présence, avec nous, de nos amis catholiques au moment du sermon et au moment de la prière. Je leur ai demandé de libérer la dernière rangée pour cette fin. Avant de finir ma petite intervention, j’ai vu l’imam me regarder avec un air sérieux, voire à la limite de l’explosion colé- rique. Tout de suite, je me suis rendu dans la salle du milieu pour en savoir plus. Ça a été la première et la dernière fois que l’imam m’a adressé la parole avec autant de brutalité et de violence verbale.

C’était presque incroyable !

L’imam n’était pas d’accord avec l’idée d’installer des chaises à l’intérieur de la salle de prière pour permettre aux fidèles présents, des autres religions, de s’asseoir au fond de la salle. Pour lui, ce que je faisais était contraire aux préceptes de la religion musulmane. Selon ses dires, les savants musulmans interdisent aux non musulmans, dans notre cas aux catholiques, l’accès à la mosquée. L’imam a rajouté que des fidèles seraient choqués par cette présence indésirable et que je devais assumer seul la responsabilité de ce qui risquerait de se produire !

En réponse à cela, et en dépit de mon point de vue religieux et personnel, je lui ai dit qu’il ne s’agissait pas de mon initiative personnelle, mais d’un engagement associatif. J’ai ajouté qu’à ce moment-là, je ne faisais qu’exécuter un programme adopté par le CA de l’AAEC. En oubliant que je m’adressais à un imam, je lui ai rappelé sa fonction de salarié de l’association, et qu’à ce titre, il avait un contrat à remplir. S’il avait des choses à reprocher à ce programme, je lui ai proposé de se plaindre auprès de son patron, le président de l’AAEC. Pendant ces minutes, j’ai dû trouver les mots justes pour faire face à son sectarisme rétrograde, se voilant la face derrière des positions insoutenables de supposés savants musulmans. Il a compris, certainement, que nos points de vue étaient fondamentalement opposés, que nos lectures de l’islam n’avaient strictement rien en commun.

Dix minutes plus tard, il est monté sur son minbar à trois marches pour célébrer le sermon. On attendait de lui qu’il exprime sa joie et son enthousiasme, en présence d’une vingtaine de fidèles catholiques, des hommes assis en face de lui et des femmes écoutant son discours via des amplificateurs de son, installés dans la salle des femmes. L’imam a fait semblant de n’être au courant de rien.

Pire encore, le texte qu’il a prononcé sans âme reprenait les mêmes mots qu’une rhétorique comparative des différentes expressions de foi, en concluant que seule la religion musulmane était, selon lui, « la » voie authentique, et « la » foi authentique. Les autres expressions n’étaient, selon sa conclusion, que fausseté et égarement. Ses déclarations choquantes et indignes ne sont pas passées inaperçues. Lors de la réunion du bilan de ces journées, l’abbé nous a fait savoir que les propos de l’imam avaient profondément choqué les fidèles catholiques qui étaient venus partager ce moment de prière avec les musulmans de Villeneuve-d’Ascq ! Je peux citer d’autres exemples dévoilant le vrai visage d’une misérable posture à double face, mais cela suffit, me semble-t-il. Depuis, je ne sais pas si l’imam adopte toujours cette posture vis-à-vis des croyants chrétiens ou s’il a pu changer. Une chose est sûre, son sectarisme reste intact, sans aucun doute.

 
Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Mohamed Louizi

Mohamed Louizi est un ancien membre du mouvement marocain Attawihid wal'Islah, du PJD et de l'UOIF, ex-président des Étudiants musulmans de France (Lille) Il est ingénieur. Il anime depuis 2007 le blog "Écrire sans censures !".

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€