Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Samedi 10 Décembre 2016 | Créer un compte | Connexion
Extra

Face aux frondeurs, aux syndicats, aux étudiants et à... Hollande, le plan de Manuel Valls pour sauver sa peau

Face à un François Hollande qui voudrait reculer, Manuel Valls souhaite rebattre les cartes pour essayer de sauver sa loi… Et sa peau.

Atlantico Business

Publié le
Face aux frondeurs, aux syndicats, aux étudiants et à... Hollande, le plan de Manuel Valls pour sauver sa peau

Le déjeuner du président de la République avec son Premier ministre ce jeudi aura été plutôt crispé.

François Hollande a fait du Hollande pur jus, c’est-à-dire qu’il a d’emblée rassuré son Premier ministre en lui disant qu’il excluait le retrait du texte, mais il a dans la foulée expliqué qu’il fallait écouter les manifestants et trouver les moyens de s’entendre pour éviter que le feu ne prenne partout.

Manuel Valls, lui, a fait du Valls pur jus, convaincu que la loi El Khomri allait dans le bon sens, en réexpliquant qu'il était hors de question de déshabiller le projet, qu'il allait dans le bon sens, qu’il fallait réussir une réforme du droit du travail que tous les pays en Europe avaient engagé avec des résultats positifs, que la pire des injustices était le chômage de masse, et que la majorité de l'opinion publique et notamment les chômeurs ne comprendraient pas que le Gouvernement baisse les bras une fois de plus.

D’autant que toutes les études d’opinion qui ont été faites depuis trois jours montrent clairement que la grogne et même la colère sociale est dirigée contre François Hollande et pas contre des réformes "dites libérales". 

Mais la politique ayant ses raisons et ses contraintes, il fallait aussi trouver le moyen de passer, sans mettre la France à feu et à sang.

Le Premier ministre considère que les manifestations n'ont sans doute pas eu le succès escompté par leurs organisateurs, et surtout que les étudiants sont très extérieurs à ce que racontent les dirigeants de l'UNEF. Le syndicat lié au PS représente moins de 10% des effectifs.

Manuel Valls semble estimer qu’il peut rebattre les cartes pour dégager des marges de manœuvre et sauver la loi.

Son plan s’organiserait maintenant sur trois axes.

1) Il va recevoir, et écouter, encore et toujours, y compris les étudiants qui au départ étaient exclus du jeu. Bref, il va faire la pédagogie qu’il aurait dû faire avant. Mais avant, c’était quand la loi avait été confiée à Emmanuel Macron. Passons sur cette querelle d’ego qui n’est pas sans importance dans le désordre actuel. Donc le Premier ministre va écouter.

2) Il va avancer deux concessions qui vont apparaître majeures aux syndicats. D’abord, il ne pourra pas ne pas donner raison à Laurent Berger, le premier secrétaire de la CFDT, quand il demande qu’on revienne sur le plafonnement des indemnités de licenciements. Valls a besoin de la CFDT. La deuxième concession est une suggestion faite par la CGT et qui avait été très vite abandonnée. Après examen, c’est la seule mesure qu'on pourrait remettre sur la table pour renouer le dialogue et sortir du piège du tout ou rien : il s’agirait d’admettre le principe d'une surtaxation des CDD. C’est très facile à expliquer à une opinion radicalement opposée au texte. Manuel Valls peut expliquer qu'en taxant les CDD, il dissuadera les chefs d'entreprise de signer des CDD. Il ne le croit pas, mais son problème est de désamorcer la fronde et d'empêcher qu’elle ne dégénère en Révolution. Et d'ajouter que si le chef d’entreprise est dissuadé de prendre des CDD, il prendra des CDI…

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par kaprate - 11/03/2016 - 10:59 - Signaler un abus cure...

    C est JM Sylvestre qui assure les cures psychanalytiques des politiques pour connaitre aussi bien leurs plans secrets?

  • Par Pourquoi-pas31 - 11/03/2016 - 11:12 - Signaler un abus A l'Elysée,

    nous aurions monsieur Subprime qui construit sa bulle. Explosion garantie pour son remplaçant !

  • Par vangog - 11/03/2016 - 12:40 - Signaler un abus Et pourquoi pas une sous-taxation des CDI...

    Plutôt qu'une sur-taxation des CDD? Ah ben non! Cela ne serait pas gauchiste...cela serait même un peu libéral réac ( n'est-ce-pas Micron?) Non, non!...

  • Par von straffenberg - 12/03/2016 - 09:54 - Signaler un abus La charrue avant les boeufs

    Le problème de fond à savoir les charges trop élevées n'est toujours pas réglé pour les entrepreneurs Ce problème aurait du être traité prioritairement en début de quinquennat (le gouvernement a bricolé ce sujet )

  • Par Anguerrand - 12/03/2016 - 11:51 - Signaler un abus Mais oui Valls réussira sa réforme

    Seul petit probleme le réforme sera vide, après avoir baissé la culotte comme d'habitude. la France ne sera pas avancé et pour lui l'honneur pensera t il sera sauf. Valls malgré ses coups de menton n'a aucun courage, sauf en parole.

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Jean-Marc Sylvestre

Jean-Marc Sylvestre a été en charge de l'information économique sur TF1 et LCI jusqu'en 2010 puis sur i>TÉLÉ.

Aujourd'hui éditorialiste sur Atlantico.fr, il présente également une émission sur la chaîne BFM Business.

Il est aussi l'auteur du blog http://www.jeanmarc-sylvestre.com/.

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€