Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Lundi 22 Janvier 2018 | Créer un compte | Connexion
Extra

Expulsions d’étrangers en situation irrégulière : cette démission intellectuelle qui paralyse la France

L'Etat rencontre des difficultés pour parvenir à expulser des ressortissants en situation irrégulière qui commettent des crimes en France. Les pays d'origines de ces ressortissants ne jouent pas le jeu de la coopération en acceptant leur prise en charge. Certaines lois adoptées en France freinent aussi ce processus.

Application des peines

Publié le
Expulsions d’étrangers en situation irrégulière : cette démission intellectuelle qui paralyse la France

Atlantico : Que faudrait-il faire pour que les étrangers en situation irrégulière soient effectivement expulsés ? Quels moyens mettre en œuvre ?

Alain Marsaud : Un geste supplémentaire de volonté politique pourrait permettre d'avancer sur cette question. La droite a été très loin. C'est Monsieur Sarkozy, alors ministre de l'Intérieur qui a mis fin à la double peine en faisant voter cette disposition. Les associations des droits de l'homme disaient que les étrangers qui sont condamnés sont doublement condamnés. Ils sont d'abord condamnés à de la peine de prison puis ils sont condamnés à quitter le territoire. Cela créé une forme d'inégalité avec les citoyens français qui ne connaissent que la peine de prison.

Certains politiciens français ont été convaincus et ont mis fin à la double peine. Les conséquences sont les suivantes. L'assassin de Nice, responsable de l'attentat en 2016 a été condamné. Si la double peine avait existé, il aurait été expulsé en Tunisie et nous n'aurions pas eu l'affaire de Nice. Le terroriste de Marseille a été condamné à sept ou huit reprises. Ce cas nous met face à l'inertie liée à l'idéologie, la paresse et à l'incapacité de résoudre le problème depuis plus d'une décennie. L'affaire a commencé avec sa première condamnation  qui remonte à 2005. Que le gouvernement soit de gauche ou de droite, il y a la même inertie, ce qui est intolérable.

Pour vous donner une idée, Il y a quelques temps, un algérien a été condamné à sept ans de réclusion criminelle pour viol sur mineur. Il a été expulsé en Algérie et à notre grande surprise, l'Algérie l'a qualifié en sauf-conduit. Il récupérait le prisonnier mais finissaient par conclure à une erreur d'interprétation et déclaraient qu'il est de culture  Française et doit de fait être pris en charge par les autorités françaises. Il y a une difficulté de la part de certains pays à accepter la prise en charge de leurs ressortissants. C'est souvent le cas lorsque la personne n'a pas de passeport ou alors s'il y a un doute sur sa nationalité. Le pays en question refuse toute prise en charge. Il y a tout de même quelques pays de bonne volonté comme le Liban. La Tunisie qui est sous contrainte de la France dans le cadre d'une lutte contre le terrorisme accepte de s'occuper de ses ressortissants. Il y a une paresse intellectuelle et une idéologie "droit de l'hommiste". Le pays comme l'Algérie fait comprendre que cette personne est en danger dans son pays. Toute les associations des droits de l'homme débarquent et crient au scandale. Certains d'entre eux créaient du désordre en entrant dans l'avion et le commandant de bord refusait de les embarquer au nom de la sécurité des passagers. Pour toutes ces raisons, c'est quelque chose qui n'a jamais fonctionné. Il m'est déjà arrivé de dire à l'Assemblée Nationale que tout étranger qui arrivait sur le sol français et qui ne voulait pas en repartir devait dès lors y rester parce que nous n'avons pas les moyens de les contraindre à quitter le territoire. Ne repartent que ceux qui sont impressionnés ou qui acceptent de repartir.

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par Olivier62 - 04/10/2017 - 12:39 - Signaler un abus Pas de l'inertie, de la complicité !

    "Ce cas nous met face à l'inertie liée à l'idéologie, la paresse et à l'incapacité de résoudre le problème depuis plus d'une décennie." Le problème n'est pas là du tout. Le problème est que l'immigration est une politique délibérée de l'élite visant au remplacement à terme de la population de souche; cela dans le cadre des objectifs du mondialisme qui veut la dissolution des nations blanches et chrétiennes. Si on le voulait on pourrait sans aucune difficulté empêcher d'entrer les illégaux ou expulser les délinquants, mais on ne le veut pas, quitte à accepter délibérément les actes qu'ils vont commettre !

  • Par Djib - 04/10/2017 - 12:51 - Signaler un abus Il n'y a pas eu de "dysfonctionnement" à Marseille.

    Au contraire tout a parfaitement "fonctionné" puisque tout le monde (cour de justice européenne, magistrats, politiques, associations "droits de l'hommisme", médias) s'acharnent pour que les immigrés en situation irrégulière ne puissent pas être renvoyés dans leur pays d'origine.

  • Par Ganesha - 04/10/2017 - 12:55 - Signaler un abus Exemples

    Les exemples de la Turquie, de la Libye et de la Tunisie montrent que l'on peut modifier les politiques d'un pays sur ce problème par la corruption : il suffit d'arroser quelques dirigeants avec des ''espèces sonnantes et trébuchantes'' !

  • Par Ganesha - 04/10/2017 - 12:55 - Signaler un abus Exemples

    Les exemples de la Turquie, de la Libye et de la Tunisie montrent que l'on peut modifier les politiques d'un pays sur ce problème par la corruption : il suffit d'arroser quelques dirigeants avec des ''espèces sonnantes et trébuchantes'' !

  • Par vangog - 04/10/2017 - 14:35 - Signaler un abus Les droitdelhommistes tuent et violent...

    en empêchant ces délinquants d'être expulsés dans leurs pays d'origine, cette minorité d'activistes qui influence les cerveaux mous, se rend complice des meurtres de ces délinquants maghrébins, Africains...une forme de culpabilité passive de ces gauchistes tiers-mondistes!

  • Par Semper Fi - 04/10/2017 - 19:42 - Signaler un abus Pourrait-on m'expliquer pourquoi....

    ... il faut demander l'autorisation du pays d'origine d'un ressortissant pour lui rendre son "rejeton" ?

  • Par winnie - 05/10/2017 - 09:23 - Signaler un abus Politicards sans courages

    Couards,combinards,immigrationistes, angeliques etc,etc.... Et la,je reste tres polie.

  • Par Raymond75 - 05/10/2017 - 09:29 - Signaler un abus Pression diplomatique

    Qui peut penser que les pays 'exportateurs' de leurs chômeurs, et qui sont incapables de maitriser leur développement et la croissance de leur population, vont accepter spontanément de reprendre leurs immigrés illégaux ? Les accords internationaux les autorisent à le refuser, et ils en abusent. Seule une pression diplomatique très forte pourra y mettre fin ... Tous ces pays sont corrompus, leurs dirigeants sont à vendre.

  • Par cloette - 05/10/2017 - 10:29 - Signaler un abus Ils ne veulent pas être renvoyés ?

    On les embastille ( dans un cachot et au pain sec ) jusqu'à ce qu'ils changent d'avis . ( l'inquisition fut efficace, il suffit d'en prendre exemple ! hi hi )

  • Par Pharamond - 05/10/2017 - 12:13 - Signaler un abus Les droits de l'Homme?

    Les Droits de l'Homme?:" j'ai vu dans ma vie des français,des italiens,des russes,etc,je sais même, grâces à Montesquieu, qu'on peut être Persan;mais quant à l'Homme,je déclare ne l'avoir jamais rencontré de ma vie,s'il existe,c'est bien à mon insu" (Joseph de Maistre -Considérations sur la France). Dans les situations évoquées,c'est le bon sens qui doit prévaloir.

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Alain Marsaud

Alain Marsaud est député de la 10e circonscription des Français de l'étranger. Ancien magistrat, il a aussi occupé le poste de chef du Service central de lutte antiterroriste au Parquet de Paris.

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€