Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Mercredi 15 Août 2018 | Créer un compte | Connexion
Extra

Expérience de mort imminente : une nouvelle étude compile les 7 sensations ressenties par ceux qui sont morts brièvement avant de revenir à la vie

Les chercheurs ont établi sept familles de sensations ou visions que les gens ressentent après une expérience de mort imminente.

Post-mortem

Publié le
Expérience de mort imminente : une nouvelle étude compile les 7 sensations ressenties par ceux qui sont morts brièvement avant de revenir à la vie

Un tunnel, une voix douce et puis notre vie qui défilent devant nos yeux…. Nous avons tous entendus les mêmes histoires à propos de personnes ayant connu une expérience de mort imminente, c'est-à-dire ces quelques secondes connues par ceux ayant vu leur cœur s'arrêter puis repartir. Certains y croient, d'autres n'y voient qu'hallucinations ou balivernes. Mais la science a-t-elle son mot à dire ?

Durant des années, les chercheurs ont rechigné à se lancer sur ce genre de sujet glissant, très proche du champ religieux. Mais les choses ont changées. Une équipe composée de scientifiques venant d'universités anglaise et américaines,  s'est penché sur les cas de plus de 2 060 victimes d'arrêts cardiaques, durant plus de quatre ans (les autres causes de mort imminente n'ont pas été étudiées). Sur ces derniers, les docteurs ont pu en sauver 16%. Et l'équipe scientifique a pu en interroger 101 parmi eux. Les données de l'étude ont été publiées dans la revue Resuscitation.

Alors que le cerveau ne peut plus fonctionner quand le cœur a cessé de battre, l'état de conscience des patients semble s’être poursuivi. "L'objectif était de saisir ce que représente vraiment l'expérience mentale et cognitive de la mort", explique Sam Parnia, chef de l'équipe. "Et pour les gens qui prétendaient avoir une conscience auditive et visuelle au moment de la mort, étaient-ils vraiment conscients ?". 

>> Et pour en savoir plus Expériences de mort imminente : la plus grosse étude jamais menée confirme que l’état de conscience continue après l’arrêt du cœur

Alors que plusieurs personnes ont raconté "avoir flotté au dessus de leur corps", les scientifiques ont voulu une preuve de ce phénomène. En conséquence, ces dernières années, Sam Parnia et son équipe ont décidé d'installer des panneaux suspendus,  accrochés au plafond de 15 hôpitaux d'Europe continentale.  Sur le côté supérieur de ces panneaux étaient notées des inscriptions, des mots et des chiffres. 

Ces inscriptions n'étaient donc visibles que du dessus. L'idée était que, si les patients sortaient effectivement de leurs corps, ils seraient capables de voir les écrits. Une telle théorie remettrait en cause notre conception de la conscience humaine, qui ne serait donc pas forcément liée à l'activité de notre cerveau. Mais aucun patient n'a vu les inscriptions, car aucune expérience de mort imminente n'a été constatée dans les hôpitaux pourvu de ces panneaux.

En revanche, selon les résultats, deux patients ont eu des visions de choses liées à leur environnement du moment de leur "mort". La BBC cite le cas de monsieur A. Ce britannique a été admis à l'hôpital de Southampton après s'être effondré au travail. Alors qu'il fait un arrêt cardiaque sur la table d'opération, se trouvant donc en situation de mort clinique, les médecins parviennent à la ramener à la vie à l'aide d'un défibrillateur.

Entre ces deux moments, monsieur A déclare avoir eu conscience de son environnement. Il affirme avoir vu une femme étrange lui faire un signe depuis le plafond de l'hôpital et avoir commencé à la rejoindre, tout en quittant son enveloppe corporelle. "J'avais la sensation qu'elle me connaissait, que je pouvais lui faire confiance", raconte-t-il. "Je sentais même qu'elle elle était ici pour une raison, mais je ne savais pas laquelle." Il se rappelle également avoir entendu une voix criant "Ranimez le patient, ranimez le patient!". Cette phrase ainsi que la description de la salle qu'il a donnée par la suite se sont avérées tout à fait exactes, après vérification des chercheurs auprès des personnes présentes.

Alors, que ressentons-nous nous au moment de mourir ?

Excepté les facteurs "environnementaux", les scientifiques ont classé les sensations et visions des patients en sept familles.

  • La peur,
  • La famille
  • Une lumière brillante
  • Les animaux ou les plantes
  • La violence et la persécution
  • Le sentiment de déjà-vu
  • Le souvenir d'événements post-cardiaque

Comme on peut le constater, ces expériences varient de l'agréable à la terreur. De manière assez surprenante, le sentiment de persécution est assez présent. "Je devais subir une cérémonie dans laquelle j'étais brulé", raconte ainsi un patient. Un autre témoigne avoir été "trainé dans l'eau", un autre encore prétend "avoir été informé de sa mort" de manière violente.

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par 2bout - 06/03/2015 - 11:15 - Signaler un abus J'ai traversé très récemment cette expérience,

    et je peux témoigner que pendant cette mort « clinique », cet arrêt cardiaque, je suis resté conscient un « certain » temps. Si certains décrivent alors une sensation de brûlé, c’est qu’en effet les électrodes vous brûlent. D’autres vont dire être sortis de leur enveloppe tant la situation est irréelle. Pour mon cas, j’ai le souvenir précis et presque complet (car oui, il y a eu une « absence » ensuite) de la procédure mise en place pour ma défibrillation, et quand sur l’instant j’ai réalisé que cette intervention se faisait sur moi-même, je suis devenu spectateur, extérieur à mon corps, certain d’être incapable seul de « rallumer la lumière ». Etais-je vraiment déjà mort et avais-je donc besoin de ressusciter ? Peut-être mais je n'ai vu ni les 70 vierges (que je ne méritais sans doute pas), ni aucun vieux barbu ou de quelconques « chérubins ailés », et mieux encore, aucun démon, ce qui me conforte dans mes choix quotidiens.

  • Par assougoudrel - 06/03/2015 - 14:38 - Signaler un abus Il y a une trentaine d'années,

    j'ai été opéré du genou pour rupture du ligament croisé. Trois jours après l'opération, une nuit, je suis sorti de mon corps et je flottais au-dessus de moi. J'étais pris de panique, car ça a duré un bout de temps et je ne pouvais pas réintégrer mon enveloppe. Ca fait une drôle de sensation et j'étais entre 0,50 à 100cm au-dessus de moi. Puis, je suis revenu dans moi. La seule chose que j'ai vu, c'était mon corps en-dessous, légèrement sur le coté. Il est vrai que ma vie n'était pas en danger comme 2bout.

  • Par cloette - 06/03/2015 - 16:54 - Signaler un abus Les gens qui font de la méditation poussée

    le disent aussi , ils "sortent de leur corps " , est ce l'esprit qui sort détaché du corps , ou une activité neuronale dans le cerveau qui prend conscience du corps immobile et " le voit " , mais ces témoignages sont tout de même impressionnants !

  • Par 2bout - 06/03/2015 - 18:02 - Signaler un abus Vous savez assougoudrel,

    je n'ai aucun mérite et n'ai même pas souffert. Par contre, si avant je me savais perfectible, maintenant, je relativise encore plus facilement.

  • Par Bretondesouche - 06/03/2015 - 20:38 - Signaler un abus La vie éternelle

    Est du domaine de la croyance . Avant de mourir on est en vie,tout le reste est bavardage

  • Par Anouman - 06/03/2015 - 21:58 - Signaler un abus Mort imminente

    Comme ils ne sont pas morts cela n'apprend rien sur la mort mais sur un état entre la vie et la mort. Et puis quel intérêt ce qu'il y a après la mort? On verra bien, tous.

  • Par Henrik Jah - 06/03/2015 - 23:35 - Signaler un abus @tous

    Je vous conseille vivement dans le même thème "La source noire" de Patrice van Eersel et si vraiment ça vous plait "La vie après la vie" de Raymond Moody. C'est ce qu'assougoudrel et 2bout racontent mais en livre. :)

  • Par assougoudrel - 07/03/2015 - 09:19 - Signaler un abus J'ai lu un livre du 14 ème

    Dalaï Lama (l'actuel) qui explique la mort, étape par étape. Cela fait tout drôle après. Certain Lama, grâce à la méditation, à leur mort, arrive à conserver leur corps intact un bon mois, avant qu'il ne commence à se décomposer. Cloette parle de la méditation poussée. J'ai vu un documentaire sur une expérience américaine. Des scientifiques ont mis des moines tibétains dans une chambre froide pendant des heures; on voyait de la vapeur s'échapper d'eux et ils étaient aussi à l'aise que dans un salon de thé. Ils discutaient tranquillement comme si de rien n'était. Ils n'avaient pas froid. Je joue beaucoup au scrabble. Je m'isole dans une pièce et je médite environ un quart d'heure. Je reprends mon jeu et j'ai l'esprit aussi clair qu'après une bonne nuit de sommeil réparateur.

  • Par assougoudrel - 07/03/2015 - 09:40 - Signaler un abus Une histoire me revient

    En 1983, j'étais à l'hôpital (toujours pour ce problème de genou réglé définitivement 3 ans plus tard). C'était en Martinique et j'étais dans le secteur militaire. Un chirurgien militaire m'avais fait une arthroscopie et enlevé le ménisque interne. Une infirmière civile avait subit quelques années auparavant une opération au ventre et elle avait une affreuse cicatrice d'une trentaine de cm. Elle en avait parlé au chirurgien qui m'avait opéré et il lui avait promis un ventre "neuf". Il l'a opéré et, effectivement il lui a gommé cette cicatrice et elle a pu remettre des bikinis. Elle m'a raconté que pendant l'opération, elle s'est retrouvée en pleine ancienne Egypte, du temps des Pharaons, avec tout plein de de détails. Elle n'avait jamais mis les pieds là-bas et ne connaissait presque rien sur l'Egypte ancienne. Comme quoi...

  • Par cloette - 07/03/2015 - 12:03 - Signaler un abus @assougoudrei

    L'article du jour de Christian Combaz te donnera l'explication

  • Par assougoudrel - 07/03/2015 - 23:33 - Signaler un abus La petite voix, quand ce n'est pas le jour, ni l'heure.

    J'avais environ 25 ans et j'étais avec une section (40 hommes) en stage commando. Lors d'un cours de mines et pièges, le moniteur montra un mortier de fortune qui projetait une grenade offensive (OF)qui retombait à une certaine distance. Sous un long tube cylindrique, il avait placé une petite charge explosive et à l'autre bout, il avait coincé l'OF. Le dispositif était piégé et celui qui butait sur un fil piège provoquait une explosion et la grenade s'envolait dans les airs. Dans la réalité, c'est une défensive qui provoque des dégâts à cause des éclats. Par sécurité, tout le monde était allongé plus loin. J'étais au sol comme tout le monde et un voix dans ma tête m'a dit "recule". J'ai reculé de 50 cm. Quand l'explosion a eu lieu, une pierre de la taille d'un ballon de hand s'était plantée dans le sol à 20 cm de mon crâne à une cinquantaine de cm de profondeur. L'OF était tombée dans un trou d'eau, ce qu'on appelle un bourrage, démultipliant l'explosion, d'où l'explication de la pierre. Ce n'était pas mon jour, ni mon heure, sinon j'avais le crâne fracassé. Je l'ai montrée discrètement à mon collègue moniteur afin de ne plus utiliser ce mortier de fortune.

  • Par cpamoi - 08/03/2015 - 05:56 - Signaler un abus Des expériences similaires.

    Ma grand-mère et mon grand-père ont fait l'expérience de sortie du corps à l'hôpital. Si l'on n'en parle pas davantage c'est que peu de médecins sont réceptifs à ce genre de déclaration - la médecine occidentale est profondément matérialiste. jDans le bouddhisme les sorties du corps sont assez banales.

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Je m'abonne
à partir de 4,90€