Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Samedi 22 Septembre 2018 | Créer un compte | Connexion
Extra

Exit Rex (Tillerson), hello Mike (Pompeo) : Donald Trump s’octroie les moyens de gouverner autrement que par tweet

Le président américain a nommé Mike Pompeo à la place de Rex Tillerson au poste de sécrétaire d'Etat.

Un fidèle à la barre

Publié le
Exit Rex (Tillerson), hello Mike (Pompeo) : Donald Trump s’octroie les moyens de gouverner autrement que par tweet

En quoi l'éviction de Rex Tillerson de son poste de sécrétaire d'Etat et son remplacement par l'ancien dirigeant de la CIA, Mike Pompeo, peut laisser à penser que la politique voulue par Donald Trump aura désormais une application réelle ? Quelles sont les "qualités" de Mike Pompeo qui seront utiles à Donald Trump dans la poursuite de la politique qu'il souhaite imprimer au pays ? 

Mike Pompeo a un profil très différent de Rex Tillerson. D’abord parce qu’il a été élu et qu’il connaît bien les rouages du Congrès.  Il était en effet un des représentants du Kansas à la Chambre avant que le président Donald Trump ne le nomme à la tête de la CIA. Il a gagné son élection sur une base dure, inspirée des idées du Tea Party et avec le soutien des frères Koch, ces richissimes donateurs du parti républicain qui « fabriquent » de bons conservateurs à coup de millions. Et Mike Pompeo a été un très bon élève.  Le directeur de la CIA est très vite devenu un très proche de Donald Trump, dont il a épousé toutes les vues, sur tous les sujets.

Aujourd’hui, il est bien difficile de glisser ne serait-ce qu’un papier de cigarette entre les deux points de vues de ces deux hommes, tellement ils sont proches. Cela n’a pourtant pas toujours été le cas : pendant la campagne, Mike Pompeo a même été très critique envers l’actuel président ; mais c’était lorsqu’il soutenait Marco Rubio. Et c’est bien un vestige du passé qui semble totalement enterré.

 

Quelques heures avant l’annonce d’une rencontre entre le président des Etats-Unis et Kim Jong Un, Mike Pompeo a été aperçu dans le bureau ovale avec Donald Trump, lorsque celui-ci recevait la une délégation sud-coréenne qui lui a transmis cette invitation. Mike Pompeo a donc figuré au nombre des très rares personnes qui ont été immédiatement informées de cette décision. Et cela n’est pas surprenant car il est considéré comme un loyaliste de Trump : il a prouvé ses compétences au sein de la CIA où il lui avait été demandé de ramener le calme et de mettre en place un équilibre qui est toujours très délicat à obtenir entre l'agence d'espionnage et ce commandant en chef qui a comparé les services de renseignement américains aux nazis.

 

 

Cette nomination peut ainsi laisser entendre que Rex Tillerson n'agissait pas selon les termes définis par le Président. Si la nomination de Mike Pompeo peut dès lors apparaître comme une forme de prise de pouvoir sur le "deep state" qu'il dénonce, celle-ci ne peut-elle pas être la source d'une levée de boucliers, aussi bien de la part du parti que de l'administration ? La nomination de Mike Pompeo peut-elle apparaître comme le début des véritables problèmes pour Donald Trump ? 
 

Le parcours de Pompeo n’a rien pour déplaire tant à l’administration qu’au parti républicain. Mis à part qu’il a été lui-même élu, ce qui ne peut que plaire à ses anciens collègues du Congrès, il est diplômé de West Point et a servi comme officier en Europe, avant de compléter sa formation par des études de droits à la prestigieuse université d’Harvard. Il n’a certes jamais été diplomate et s’est toujours montré très dur sur les questions de sécurité nationale. Mais, là encore, cela ne posera pas de problème avec quiconque dans sa fonction. Bien au contraire, cela pourra rassurer alors qu’il y a une négociation très complexe à mener avec la Corée du Nord. La position de Pompeo est bien plus dure que celle du locataire de la Maison-Blanche, à tel point qu’il est favorable à titre personnel à un changement de régime. Il n’y a donc pas de problème particulier à redouter pour le président des Etats-Unis et il semble difficile de concevoir qu’il y ait une levée de bouclier à un moment où Donald Trump renforce sa main mise sur son administration et se comporte « en patron ».

 

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par Liberte5 - 14/03/2018 - 15:21 - Signaler un abus J.E. Branaa est un obsvervateur, assez objectif ce qui est rare

    en France,a donner un avis équilibré et non partisan sur l'action de D. Trump. Cela fait longtemps que le divorce est consommé entre D. Trump et Rex Tillerson. leur point essentiel de désaccord porte sur l'Iran. R. Tillerson considérant l'accord avec l'Iran sur le nucléaire comme bon .Pour D. Trump c'est le contraire. Et il a raison.

  • Par CasCochyme - 14/03/2018 - 16:52 - Signaler un abus sur la forme

    Sur le fond, rien à dire de particulier sur l'article. Sur la forme, il y a pas mal de commentaires négatifs aux US sur le fait que Trump n'ait pas jugé utile de faire cette annonce à Rex Tillerson entre quatre yeux, dans le bureau ovale, ce qui semblait la moindre des choses. Même de la part de gens généralement en faveur de l'action de DT (et je ne me suis jamais associé aux jérémiades et à l'hystérie des démocrates et des médias qui ont suivi la défaite de H. Clinton). Hier, un candidat démocrate s'est imposé sur le fil du rasoir, dans la région de Pittsburgh, dans un district dans lequel DT l'avait emporté de 20 points d'écart à la présidentielle... Précisons seulement qu'il y a quelques jours, venant soutenir le candidat républicain de ce district, DT s'est autorisé à traiter en public un journaliste politique connu, genre Pujadas, de "son of a bitch". Brillant. Les quelques centaines de voix qui séparent le Dém. du Rép. sont peut-être là. Il est évident que nombreux sont celles et ceux (notamment les électeurs indépendants) qui en ont réellement ras le bol de ce type de comportement, quasi quotidien, même si par ailleurs ils peuvent être d'accord sur certaines politiques.

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Jean-Eric Branaa

Jean-Eric Branaa est spécialiste des Etats-Unis et maître de conférences à l’université Assas-Paris II. Il fait partie de l'IRIS. Il est notamment l'auteur de Hillary, une présidente des Etats-Unis (Eyrolles, 2015), Qui veut la peau du Parti républicain ? L’incroyable Donald Trump (Passy, 2016), et d'American Touch (Parlez-moi de vous), aux éditions de Passy (2016). Il vient de sortir "Trumpland, portrait d'une Amérique divisée" aux éditions Privat (2017).

Son prochain livre, 1968: Quand l'Amérique gronde, Privat (mai 2018).

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€