Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Samedi 23 Septembre 2017 | Créer un compte | Connexion
Extra

Exclusif: les déçus d’En Marche pourraient créer un parti concurrent

Ils partirent 13.000 et n’arrivèrent que 577! Les déçus d’En Marche n’ont pas tous vu venir la tenaille très verticale du parti et certains sont bien décidés à contester les règles du jeu en créant un “En Marche” pirate. Ils ont contre eux l’échéance très courte de dépôt des candidatures…

Alternative

Publié le
Exclusif: les déçus d’En Marche pourraient créer un parti concurrent

Les déçus d’En marche sont remontés contre le bidouillage de Delevoye

On sait que Jean-Paul Delevoye a présidé la commission d’investiture d’En Marche.

Cet ancien président du Conseil Économique, Social et Environnemental, ancien ministre, ancien député, ancien sénateur, ancien maire, ancien conseiller régional, bref, le candidat du renouveau, a repris les bonnes méthodes de désignation qui ont fait leur preuve: un entre-soi opaque où des critères réputés transparents se transforment en machine à légitimer l’investiture des anciens et des apparatchiks.

La méthode devrait être destructrice pour un parti conduit par un chantre du “renouvellement des élites jusqu’au bout”: tous ceux qui ont cru aux promesses du gourou comprennent maintenant qu’elles n’engageaient que ceux qui les ont entendues.

Selon les mauvaises langues victimes d’une procédure qu’ils n’ont manifestement pas bien comprises, la déception est forte et prête à critiques. Ils assurent même que les noms qui sortiront de la cocotte minute jeudi prochain ne répondront pas aux critères annoncés la main sur le coeur par Emmanuel Macron, Richard Ferrand et Jean-Paul Delevoye réunis: il n’y aurait ni assez de femmes ni assez de gens nouveaux sur les listes définitives. On vérifiera avec attention cette assertion dans quarante-huit heures.

Les anciens élus font-ils partie de la société civile?

En attendant, il reste un flou: des gens comme Olivier Véran, plausible prochain ministre de la santé, suppléant en 2012 de la députée de Grenoble Fioraso et devenu député, de 2012 à 2015, à la faveur de la nomination de celle-ci comme ministre, font-ils ou non partie de la société civile qui disposerait de la moitié des investitures du mouvement jupitérien En Marche?

Selon Richard Ferrand, non. Selon Jean-Paul Delevoye, le lumineux chargé des investitures, oui.

Bien entendu, la réponse n’est pas neutre. Elle risque en effet de plomber ou non le quota de “nouveaux” proposés par En Marche, et d’augmenter d’autant la file des déçus.

Une subtile maîtrise du calendrier

Initialement, En Marche devait annoncer ses investitures dès le lendemain du second tour. Puis… l’annonce a été repoussée à jeudi. Les candidats investis ont certes tous été informés (confidentiellement) de cette investiture, et auraient dû acheter (selon nos informations) la mallette du candidat (vendue plusieurs milliers d’euros, selon des pratiques initiées… au Front National). Mais leur nom est tenu secret.

Pourquoi repousser la date de dévoilement? En partie pour imiter au maximum le temps de riposte des déçus. Les candidatures doivent en effet être déposées en préfecture entre lundi et vendredi prochain. C’est très court pour se “retourner” quand on découvre qu’on n’en sera pas mais qu’on veut quand même structurer un mouvement collectif.

Vers un parti pirate d’En Marche?

Sans surprise, donc, les promesses citoyennes d’En Marche font leurs premiers déçus officiels. Ceux-ci étaient séduits par le côte bottom up du mouvement: l’aspiration des idées du bas vers le haut. Le passage à la présidence jupitérienne tue ce mouvement ascendant et clôt le chapitre participatif du mouvement. Une fois arrivé au pouvoir, Emmanuel Macron jette le masque et ne cache plus sa préférence pour l’impulsion venue du haut.

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par Chan26 - 09/05/2017 - 18:03 - Signaler un abus marche à l'ombre

    bien fait!!

  • Par horus35 - 09/05/2017 - 18:24 - Signaler un abus Le bal des cocus !

    J'avoue que cet article m'a mis de très bonne humeur ! Et pour cause ! A peine 48 h après le vote qui a mis à la tête ( pour 5 ans ???)de notre pays une parfaite copie du tricheur-menteur- magouilleur hollande,nous découvrons le véritable visage de cette secte en marche pour cocufier tous les français qui ont été assez naifs( allez je vais rester poli) pour croire le gourou ! Coucou ! Mais c'est tant mieux, car rapidement le clone du ravi de la crèche corrézien va se retrouver face à une opposition dotée de multiples têtes ! Et il va en baver le minet ! Et des ronds de chapeaux ! Le delvoye est une vieille ordure,cela on le savait, et comme le dit l'adage: " qui se ressemble s'assemble" ! C'est bien vrai !

  • Par Anouman - 09/05/2017 - 19:02 - Signaler un abus Quoi d'étonnant

    Que certains aient cru à ce boniment rien d'étonnant, quand on a envie de croire rien ne peux vous en empêcher. Mais enfin c'était tellement gros... Maintenant ils se débrouillent et s'ils se bouffent le nez c'est leur problème.

  • Par vangog - 09/05/2017 - 19:13 - Signaler un abus l'Uberisation de la politique, c'est maintenant!:

    après avoir uberisé les taxis, les notaires, bientôt les Pharmacies (?), Macron-Uber-alles va se faire uberiser par ses (déjà) déçus...la France macronisée façon puzzle!

  • Par Deneziere - 09/05/2017 - 19:28 - Signaler un abus Mais où est donc bd ?

    Il y a peu, officiait ici même sous le pseudo "bd", une groupie de Micron qui semblait très bien renseignée. Elle pourrait peut-être nous donner quelques petits cmmentaires sur cette info ?

  • Par clint - 09/05/2017 - 19:28 - Signaler un abus @E. Verhaeghe : voilà un article réconfortant !

    Tout se casse, le FN, le PS, LR (mais après les législatives) alors que vous faites des heureux ici !

  • Par Beredan - 09/05/2017 - 20:07 - Signaler un abus Jusu'à l'os ! Position du missionnaire.....

    Le banquier fou les à bien eus.....ils ont flippé pour le clone de Hollande...

  • Par Louna - 09/05/2017 - 20:18 - Signaler un abus Bien fait pour eux !!

    Super nouvelle !!! Et ça ne fait que commencer. Beaucoup croyaient participer aux festins du Roi Macron mais ils n'auront même pas un os à ronger.

  • Par Marie-E - 09/05/2017 - 21:10 - Signaler un abus c'est un soulagement

    de voir que le changement ce n'est pas encore le moment. Mais comment les gens ont ils pu croire au joueur de flûte. Il y a aura des copains de l'ENA (ça doit être la société civile) et puis les recyclés. Dans mon département : Macron est arrivé 4 e au 1er tour, évidemment il est arrivé premier au 2e tour. Mais nous avons 4 députés LR qui sont restés LR et qui sont appréciés. Vous croyez vraiment que nous allons voter pour d'obscurs candidats (qui lorsqu'on les écoute en fait veulent la place et c'est tout) ...ben nous verrons le score de la République en marche le 18 juin...et j'espère bien que j'aurai une bonne surprise. Aujourd'hui on vient d'apprendre que Hollande a voté aux 2 tours pour Macron. Et quand on a vu la cérémonie hier avec Hollande c'était vraiment pathétique. Hollande a l'air de crier victoire un peu tôt...il va flinguer MAcron.

  • Par euphorbevenus - 09/05/2017 - 21:12 - Signaler un abus @ Deneziere

    bd s'appelle clint maintenant !

  • Par alam - 09/05/2017 - 23:11 - Signaler un abus Etonnant

    M. Verhaeghe, vous voila bien critique de E. Macron. Ce n était pas le cas quand vous aviez rejoint la meute médiatique pour vilipender F. Fillon. Un lecteur d ' Atlantico qui n 'oublie pas.

  • Par JLH - 09/05/2017 - 23:38 - Signaler un abus Faut il être con, ou naïf

    pour croire aux promesses, et pour penser que la démocratie participative aurait la moindre chance d'exister. C'est bien mieux comme çà, je vous renvoie à Joseph de Maistre, effaré par la diarrhée de textes, fruits de deux assemblées d'amateurs. Et Delevoye aux manettes, ancien président du CESE, cette sous-merde parlementaire, sorte d'escroquerie démocratique, vous pensiez une seconde qu'il fut "moderne". Non, c'est un vieux briscard, dont les intérêts personnels l'emportent sur tout le reste. Carrière avant tout ! Delevoye est allier de Macron parce qu'il acvait une carte à jouer, et le maire de Lyon, aussi, le roi du clientélisme ! J'ai voté blanc, à mon âge je n'ai plus aucune illusion.

  • Par Helveticosuisse - 10/05/2017 - 07:03 - Signaler un abus Le renouveau

    Dimanche soir, naïf que je suis, je m'attendais à découvrir les nouvelles têtes tant annoncées,venues encenser le nouvel élu. Que nenni ! je n'y ai vu que des vielles badernes courant vers la soupe Ségolène par exemple. Les " jeunes " avaient ils peur de venir ferrailler avec les anciens? Dés le début de sa campagne, je n'ai pas cru au renouvellement du personnel politique mais il fallait vendre du rêve.

  • Par edac44 - 10/05/2017 - 08:52 - Signaler un abus Calcul du nombre de "cocus" (de tête) : 13.000-577= 12.423 !...

    Calcul du nombre de mouvements "les cocus en marche" possibles !... : 13.000 divisé par 577, soit 23. Rappelons aux français que nous avons déjà autant de députés que les "nos amis" américains 6 fois plus nombreux que nous !... Tous les députés français et probablement leur conjoint ???) doivent surement adhérer au syndicat des ex PTT (traduisez : Petit Travail Tranquille) !.... Et donc, tout va très bien madame la marquise, tout va très bien, tout va très bien, la vie n'est-elle pas encore pour l'instant, un long fleuve tranquille !...

  • Par MIMINE 95 - 10/05/2017 - 08:55 - Signaler un abus DELEVOYE - DELEVOYE .

    "Un rapport accablant – et enterré- plombe Jean-Paul Delevoye, l’ex-président du CESE devenu lieutenant d’Emmanuel Macron" Par Cédrik Viala avec la rédaction de LPLD.fr

  • Par MIMINE 95 - 10/05/2017 - 09:41 - Signaler un abus J'AI HATE D'EN SAVOIR UN PEU PLUS SUR LES MALETTES

    obligatoires à plusieurs milliers d'euros .....

  • Par arvensis - 10/05/2017 - 09:45 - Signaler un abus Au conditionnel; on peut tout écrire !

    Ce n'est pas une information, c'est une spéculation ! Et c'est parti pour une rumeur, frais ou faux, peut importe, il en reste toujours quelque chose et c'est ça qui est bon ...

  • Par arvensis - 10/05/2017 - 09:48 - Signaler un abus rectif

    ...vrai ou faux, peu importe...

  • Par Michdep' - 10/05/2017 - 09:56 - Signaler un abus Qu'on nous foute la paix

    Avec toutes ces spéculations de couloir . On a élu un président , qu'on lui laisse une chance de réussir son programme de redressement du pays . On n'a pas trop le choix . Alors , un peu de pragmatisme à tous les donneurs de leçons , et beaux parleurs de comptoirs .

  • Par Aldel - 10/05/2017 - 10:04 - Signaler un abus Critique des rumeurs, cela n'est pas très sain

    Qu'il y aura des déçus, il n'y a pas de doute. Effectivement, beaucoup ont probablement cru de bonne foi que l'on pouvait diriger un pays comme on discute de ses bonnes idées au café du commerce. Et le mouvement En marche n'a probablement rien fait pour retirer aux naïfs leurs illusions. Il n'empêche qu'au final, les députés auront à voter la loi et à contrôler l'action du gouvernement, ce n'est pas une affaire à porter de tous (ce n'est pas populaire de le dire, mais c'est ainsi : tous les élus locaux vous le diront: c'est déjà complexe de gérer une petite ville, alors pour un pays, même s'il n'est pas nécessaire d'avoir fait l'ENA, il faut avoir un bagage certain). On ne peut donc que se réjouir que les investitures ne soient pas distribuées au bonheur la chance, et qu'une fraction des députés aura déjà une expérience dans les affaires publiques ou autre; quelles que soient les opinions, on ne peut pas souhaiter que des "amateurs" siègent à l'Assemblée Nationale. Maintenant, l'article fait un procès d'intention fondé sur des rumeurs, et il faudra voir la réalité des faits quand ils seront connus: c'est à dire la fraction des "nouveaux" et des "anciens".

  • Par jurgio - 10/05/2017 - 13:28 - Signaler un abus Macron a beaucoup de visages

    mais certainement pas celui de la gratitude.

  • Par l'enclume - 10/05/2017 - 15:41 - Signaler un abus Tout n'est pas perdu?

    Quand vous aurez lu l'article de Causeur, vous serez édifiés par le renouvellement de la classe politique, pronée par E. Macron. Toutes et tous d'ancien(e)s socialistes qui ont fait leurs armes dans les cabinets ministériels, les COnseils généraux où régionaux. http://www.causeur.fr/emmanuel-macron-manuel-valls-ralliements-44254.html

  • Par Michèle Plahiers - 11/05/2017 - 11:30 - Signaler un abus Si chacun crée son propre parti.

    L’entrée du Noeud Nord en Lion au moment des élections montre bien cette tendance au retour à l’individuel par rapport au groupe ou au parti (camarades,…). Avec Pluton qui arrive en Verseau (dislocation) et Uranus dans le taureau où il est contraint de retourner à la sagesse terrienne., le monde va changer totalement de configuration. Que de contradictions. Et comme le dit Jean-François Vézina dans son dernier livre: Découvrir son petit dictateur intérieur. Laissons l’ancien monde s’engloutir de lui-même, cela ne nous concerne plus.

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Éric Verhaeghe

Éric Verhaeghe est le fondateur du cabinet Parménide et président de Triapalio. Il est l'auteur de Faut-il quitter la France ? (Jacob-Duvernet, avril 2012). Son site : www.eric-verhaeghe.fr
 

Diplômé de l'Ena (promotion Copernic) et titulaire d'une maîtrise de philosophie et d'un Dea d'histoire à l'université Paris-I, il est né à Liège en 1968.

 

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€