Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Lundi 25 Juin 2018 | Créer un compte | Connexion
Extra

"Everybody knows" : un grand film

Intrigue, sentiments, style, casting, tout est au top dans "Everybody knows", film qui mérite bien de faire l'ouverture du Festival de Cannes.

Atlanti-culture

Publié le
"Everybody knows" : un grand film

CINEMA

« Everybody knows »

d’Asghar Farhadi 

Avec Penelope Cruz, Javier Bardem et Ricardo Darin

 

RECOMMANDATION

EN PRIORITE

THEME

 Un film qui démarre par de magnifiques gros plans des rouages de l’horloge du clocher de l’église d’un village, forcément on pressent que cette belle mécanique va se gripper…

A l’occasion du mariage de sa sœur cadette, Laura (Penelope Cruz), installée désormais en Argentine, revient dans son village natal, sans son mari (Ricardo Darin), mais avec ses deux enfants.

Alors que la fête des noces bat son plein, sa fille ainée disparaît. Très vite, une rançon est demandée par les kidnappeurs…

Le drame va non seulement anéantir Laura, mais bouleverser la vie jusque là en apparence paisible de ce village espagnol  viticole où tout le monde se connaît… Chacun des habitants va devenir suspect aux yeux des autres. Les rancœurs et secrets longtemps enfouis vont remonter…

POINTS FORTS

- On le savait depuis, notamment, A propos d’Elly (Ours d’Argent à Berlin en 2009) et Une Séparation (récompensé, en 2010, par une pluie de prix internationaux), Asghar Farhadi confirme ici, une fois encore, son sens inouï de la dramaturgie et sa maîtrise époustouflante de la mise en scène. Dans ce Everybody knows, le cinéaste iranien, qui, contrairement à ce que le titre laisse supposer, s’aventurait pour la première fois en terre espagnole, a incorporé beaucoup d‘éléments à priori disparates : la tension amoureuse, la jalousie, l’envie, les litiges financiers, le drame, le poids des traditions, les ravages du silence, etc… Mais il a su imbriquer tous ces éléments tout en les rendant, chacun, parfaitement lisibles. Résultat : en même temps qu’il  maintient un  suspense sans faille, son film est d’une  stupéfiante fluidité.

- Inutile de chercher : pas un instant non plus Farhadi ne s’abandonne aux facilités du manichéisme. Chacun de ses personnages, qu’il filme toujours au plus près pour en débusquer l’intimité, est complexe, fragile et donc intéressant. Le cinéaste les regarde avec bienveillance et tendresse, sans les juger, et donc sans les condamner. C’est très fort.

 - Une autre des grandes réussites de son film est le choix de ses acteurs. Les deux rôles principaux  ont été écrits pour le couple phare du cinéma espagnol et hollywoodien : Penelope Cruz et Javier Bardem. Tous deux, sont magistraux, elle, bouleversante dans la douleur d’une mère à qui on a arraché sa fille, lui, déchirant dans la mélancolie et le remords d’un homme qui, certes, a réussi dans son village, mais qui n’a pas su retenir la femme qu’il aimait. Avec Ricardo Darin à leurs côtés, ils constituent un des castings les plus sidérants du moment. 

POINTS FAIBLES

Je n'en vois aucun, si ce n’est d’infimes longueurs.

 
Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Dominique Poncet pour Culture-Tops

Dominique Poncet est chroniqueuse pour Culture-Tops.

Culture-Tops est un site de chroniques couvrant l'ensemble de l'activité culturelle (théâtre, One Man Shows, opéras, ballets, spectacles divers, cinéma, expos, livres, etc.).

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€