Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Dimanche 23 Novembre 2014 | Créer un compte | Connexion
Extra

L'Europe en voie
de clochardisation militaire

Comme le montre l'intervention en Libye, la défense européenne ne brille pas par son efficacité. Alors que les Etats-Unis, l'Asie ou le Moyen-Orient augmentent leurs dépenses militaires, les pays européens - dont la France - ne cessent de réduire leurs budgets consacrés à la défense, comme le regrette Etienne de Durand, Directeur du Centre des études de sécurité de l'IFRI.

Combien de divisions ?

Publié le

Atlantico : L’enlisement de l’intervention en Libye symbolise-t-elle la faillite de la défense européenne ?

Etienne de Durand : Tout d’abord, il me semble encore un peu prématuré de parler d’enlisement en Libye. Il est certain que la solution initialement envisagée n’a pas fonctionné et qu’il faut donc ajuster. Mais « enlisement » fait presque sourire : rappelons-nous que nous sommes engagés en Afghanistan depuis 10 ans…

Les difficultés rencontrées actuellement relèvent de deux causes bien distinctes : les dysfonctionnements de l’OTAN d’une part, la faiblesse militaire des Etats européens de l’autre.

Pour les pays qui l’ont exigé, passer par l’OTAN plutôt que par une coalition ad hoc permettait de donner un vernis supplémentaire de légitimité multilatérale.

Les Anglais espéraient aussi maintenir par ce biais les États-Unis plus longtemps dans l’intervention, mais ils se sont trompés : les Américains ne participent plus aux frappes. En outre, l’OTAN est un système lourd, que ce soit en termes politiques, avec les divergences entre les Etats membres, ou en termes militaires, avec la lourdeur des états-majors. En conséquence, la sélection des cibles prend un délai relativement important. Pour résumer, en Libye comme d’ailleurs en Afghanistan, l’OTAN ne donne pas satisfaction.

L’Union européenne ne vaut pas mieux. Les désaccords des États membres sur la Libye ou sur les réfugiés tunisiens montrent que l’UE fonctionne mal voire pas du tout en matière de sécurité et de défense.

Toutefois, en matière d’intervention militaire, peu importe le chapeau, peu importe que celle-ci s’effectue via l’OTAN ou l’UE : les appareils militaires engagés demeurent nationaux. Il n’existe pas d’armée multilatérale, ni à l’ONU, ni à l’OTAN, ni à l’UE.

Si les divisions politiques européennes ont toujours existé, on assiste avec la Libye à un phénomène nouveau, celui du déclassement militaire de l’Europe : pour les Européens, la Libye est en effet une opération aérienne importante. Si l’intervention se prolonge, les deux principales puissances militaires européennes – le Royaume-Uni et la France – pourraient même connaître des difficultés, alors qu’il n’est question que du régime de Kadhafi, c'est-à-dire pas grand-chose militairement. On voit déjà que les armées de l’Air qui participent aux frappes risquent d’être sous peu à court de munitions.

Souvenons-nous qu’en 1956, Anglais et Français pouvaient organiser un débarquement à Suez avec pas moins de cinq divisions. Nous en sommes très loin aujourd’hui.

Comment en est-on arrivé à cette situation ?

En diminuant de façon continue et dans toute l’Europe les budgets de la défense depuis 25 ans. L’Europe actuelle n’est pas très loin d’être démilitarisée. On parle d’un manque d’unité européen, mais même si tous les États membres étaient unis, nous ne disposerions pas de capacités militaires suffisantes à l’échelle du continent. Ce qu’il reste de la défense européenne, ce sont des initiatives bilatérales, entre la France et le Royaume-Uni, par exemple. A l’avenir, on devrait même assister à des initiatives multi-bilatérales pour les quelques pays qui veulent encore exister militairement.

De nombreux États ont en effet démissionné sur ce sujet. Seuls la France, le Royaume-Uni et quelques pays de taille réduite, dont les pays nordiques, essayent de se maintenir. Par-delà les débats institutionnels sur « l’Europe de la Défense » (OTAN ou UE etc.), le vrai enjeu est là : que restera-t-il des capacités militaires européennes dans 10 ans ?

 

Cette baisse des budgets européens ne correspond elle pas à un contexte international post guerre-froide où la guerre semble moins prégnante ?

La fin de l’histoire, c’est fini ! Les opinions ne s’en sont peut-être pas rendues compte, mais depuis les années 1990, il y a eu le 11 septembre, la prolifération nucléaire, l’Afghanistan... Les États-Unis avaient baissé leurs dépenses militaires dans les années 1990, mais les ont relevées dans les années 2000. Nous Européens avons continué à les diminuer. C’est un choix de société, encore faut-il en parler aux citoyens.

En 2008, Hervé Morin, alors ministre de la Défense, n’avait pas craint d’expliquer que nous étions la quatrième armée du monde. La vérité, c’est que la France dispose aujourd’hui de 140 canons… alors qu’il y en a 450 aux Invalides ! Il y a donc eu une réduction considérable de la puissance militaire nationale. Et c’est souvent pire dans les autres pays européens. Or, à l’échelle du monde, le seul continent qui désarme avec constance depuis 20 ans c’est l’Europe !

Un certain nombre d’erreurs ont sans doute été commises, par exemple des choix d’équipements très onéreux. Mais le facteur déterminant est bien la baisse des budgets : en France, nous sommes passés de 3% du PIB consacré à la défense à 1,5% (1% en moyenne pour l’Europe) en un peu plus de deux décennies.

 

N’est-ce pas difficile politiquement d’augmenter le budget de la défense en pleine période de crise ?

Oui, bien sûr, mais c’est d’abord un choix de société… A droite comme à gauche, on a pratiqué à grande échelle le « traitement social du chômage », autrement dit on a créé des emplois en partie fictifs pour soutenir l’économie - mais on aurait pu aussi faire du keynésianisme en soutenant des entreprises de défense, qui sont un facteur important d’innovation technologique. Il faut quand même savoir que la mairie de Paris emploie à peu près autant de personnes que l’armée de l’Air. Au rythme actuel des réductions de format des armées, l’armée de Terre devrait bientôt tenir dans le stade de France ! Et cette dynamique concerne toute l’Europe, pas seulement la France. Alors que, dans le même temps, l’Asie, le Moyen-Orient ou les États-Unis augmentent leurs dépenses militaires.

Si la France et l’Europe souhaitent être autonomes, elles doivent s’en donner les moyens. On touche aujourd’hui à l’heure de vérité : si rien n’est fait, l’Europe risque de ne disposer bientôt que de capacités militaires résiduelles.

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par ZOEDUBATO - 20/04/2011 - 08:47 - Signaler un abus Si vis pacem, para bellum

    La première dividente de la paix c'est d'avoir les moyens d'instaurer et de maintenir cette paix

  • Par Cicero - 20/04/2011 - 09:11 - Signaler un abus Froid dans le dos...

    On ne peut s'empêcher de penser qu'entre 1920 et 1935 la France et l'Angleterre avez eu la même approche que celle décrite ci-dessus. Cela fait froid dans le dos. Le ré-armement à tout va amorcé à partir de 1936 fut largement insuffisant malgré les sommes énormes engagées. On se souvient que sans le soutien des U.S.A. on serait des citoyens de seconde classe dans un état nazi. A bon entendeur...

  • Par slavkov - 20/04/2011 - 10:37 - Signaler un abus ras-le-bol

    ... exactement, "froid dans le dos" - imaginons les réfugiés qui déferlent sur les cotes européens était armés ? ...

  • Par popolR - 20/04/2011 - 11:03 - Signaler un abus Bravo

    @ Cicero Point Godwin au deuxieme post : chapeau ! Sinon, je n'ai pas l'impression que les USA avec leurs augmentation de budget gagne mieux les guerres que nous (Iraq, Afghanistan). Si la solution au lieu de plus s'armer etait de mieux s'armer non ?

  • Par benj117 - 20/04/2011 - 13:00 - Signaler un abus le probleme

    Ah oui mais non, tout ça, ça n'existe pas, voyons, c'est impossible!!!! voyons, la guerre, en Europe, qui peut imaginer ça. Je crois qu'en Europe, nous faisons des erreurs, et que ces erreurs ne nous servent à rien puisque nous fermons les yeux. Or, si vous fermez les yeux sur les erreurs que vous avez déja commises, et ben, vous étes dans le KAKA.

  • Par Marie17 - 20/04/2011 - 15:17 - Signaler un abus Europe low cost ?

    Nous arrivons dans les guerres low cost plus les uns ?(http://alliancegeostrategique.org/2011/02/26/les-resumes-des-articles-des-guerres-low-cost/) ou la paix low cost pour les autres ? Beaucoup d'armées de grand pays sont sous le seuil de Versailles donné à la Reichswerh ! Mais comparaison n'est pas raison...

  • Par Jean-Malo - 20/04/2011 - 15:42 - Signaler un abus O + O =

    Ce chercheur montre bien que mutualiser des moyens ne donne rien s'il n'y a rien à mutualiser au départ. Regardons les porte-avions. Un pour la France, deux pour la Grande-Bretagne... et c'est tout ! Ce qui fait trois porte-avions pour toute l'Europe ! Là où les Etats-Unis ont onze porte-avions...

  • Par theArtOfBlue - 20/04/2011 - 15:58 - Signaler un abus Et les autres ?

    c'est sur qu'au jeu des comparaisons historiques c'est moins brillant ! plus capable d'envahir l'Italie comme François 1er de faire la guerre à l'Europe entière comme Louis XIV ou Napoléon 1er ! mais les américains, c'est quand qu'ils sortent d'Irak malgré les milliards engloutis ... ou d'Afghanistan ? Le budget de la défense sert surtout a maintenir en vie M. Dassault .. qu'à acheter des canons !

  • Par theArtOfBlue - 20/04/2011 - 16:02 - Signaler un abus et les autres ? suite et fin

    En synthèse, avec son budget (4ème rang mondial) la France à les moyens de sa défense ! encore faut-il faire des choix rationnels ! un avion de combat seul ou à plusieurs ? un groupe aéronaval (donc 2 porte avions) au lieu d'un seul CharleDeGaulle ! et ainsi de suite !

  • Par Jean-Malo - 20/04/2011 - 16:45 - Signaler un abus @ the art of blue

    "mais les américains, c'est quand qu'ils sortent d'Irak malgré les milliards engloutis ... ou d'Afghanistan ?" Les américains ont fait partir d'Irak leurs troupes de combat l'été dernier, et les derniers soldats présents partiront a priori d'ici la fin de l'année. Quant à l'Afghanistan, eux au moins partiront quand ils le souhaiteront. La France ne fait que suivre le calendrier américain, hélas.

  • Par Chamaco - 20/04/2011 - 18:03 - Signaler un abus eh m'sieur le consultant

    pouvez-vous nous rappeler la dernière guerre a avoir été remportée sans troupes au sol ? même les US pour envahir la Grenade (seul ennemi à leur taille) ont été obligés de mettre des chaussures. si augmenter un budget permettait de gagner des guerres, l'Iraq et l'Afghanistan seraient débarassés de l'occupation depuis longtemps.

  • Par NOVY12 - 20/04/2011 - 19:16 - Signaler un abus C'est du pipo !!!

    Aucun pays ne manque de munitions ou d'armes sophistiquées... On peut dire que certains traînent la patte pour des raisons économiques ( business is business ) ou électorales comme les Allemands par exemple qui ont les pacifiques et les écolos sur les basques !!! Si c'est les USA même problème les futures élections et OBAMA qui ne veut pas passer pour un va t en guerre....

  • Par AMMON - 21/04/2011 - 09:31 - Signaler un abus L'Europe en voie de clochardisation militaire

    L'Europe compte toujours sur les Etats-Unis, pourquoi?à quand des responsables compétent, car il ressort de tout cela une grande confusion dans la stratégie, pendant ce temps aux soldats de faire avec, rien ne change dans notre pays.

  • Par Soulreader - 21/04/2011 - 18:02 - Signaler un abus @Cicero

    Sans le soutien des U.S.A. à la fin de la 2eme GM, nous ne serions pas dans un état nazi, mais communiste...

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Etienne de Durand

Etienne de Durand est directeur depuis 2006 du Centre des études de sécurité de l'IFRI.

Il traite régulièrement des questions liées aux politiques de défense française et américaine, ainsi qu’aux interventions militaires récentes.

Il écrit par ailleurs pour le blog Ultima ratio.

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€