Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Mardi 26 Septembre 2017 | Créer un compte | Connexion
Extra

Eurodéputés français : y a-t-il un non cancre dans l’avion ?

Un Parlement trop éloigné géographiquement ou simplement trop éloigné des intérêts français ? Nos parlementaires ont en tous les cas souvent tendance à déserter les bancs de Strasbourg.

Zzzzzzz..

Publié le

La Fondation Robert Schuman a déploré une attitude française qui donne l’impression que l’eurodéputé français va à Strasbourg « par défaut » ou « faute de mieux sur le plan national ». A la dernière place, on retrouve Philippe de Villiers (74e) ; précédé du nouveau secrétaire d’Etat aux Affaires européennes Harlem Désir (73e) ; Jean-Marie Le Pen (71e) ; et Marine Le Pen (70e) ou encore Jean-Luc Mélenchon (65e). Parmi les plus assidus figurent Jean-Pierre Audy (1er) ; Yannick Jadot (6e) ou Brice Hortefeux (13e).

La France est 21e sur 28 au classement du taux de présence des Etats membres au Parlement, selon Vote Watch Europe. Elle est loin derrière l’Allemagne (8e). L’absentéisme Français s’expliquerait par trois facteurs. Tout d’abord, le cumul des mandats est plus important en France que dans les autres pays européens. Selon un rapport de la fondation Robert Schuman, plus de 40% des eurodéputés français cumulent un mandat national en plus de leur mandat européen. En comparaison, 22% des eurodéputés allemands cumulent des mandats et 4% des eurodéputés britanniques. La tendance montre qu’à la première occasion, l’élu français préfère revenir dans sa ville pour se consacrer à son mandat local ou national.

Par ailleurs, une certaine amélioration se dégage au cours du dernier mandat (2009-2014), comparé au précédent (2004-2009). Les eurodéputés français ont eu tendance à être plus présent à Strasbourg et à se concentrer davantage sur leur mandat européen. En

Démission des Français en cours de mandat

Le second facteur qui explique le taux d'absentéisme français au Parlement est la démission relativement fréquente des eurodéputés en cours de mandat, selon le rapport de la fondation Schuman. Au cours des cinq dernières écoulées, 18% des eurodéputés français ont quitté leur fonction pour rejoindre la capitale. Autrement dit, un député sur cinq a quitté Strasbourg avant la fin du mandat, notamment à l’issue des élections législatives de juin 2012. Ce chiffre est cinq fois plus élevé que chez nos voisins Allemands.

Enfin, le troisième facteur vient du fait que les Français sont moins europhiles que leur voisin allemand. Les eurodéputés français ne cumulent pas les mandats dans le temps. La tendance montre qu’un député qui se présente pour un seul mandat a moins de poids ou d’influence sur les décisions prises, ainsi que moins de chance d’occuper un poste à responsabilité. Les différences de longévité des députés européens ont des conséquences sur l’influence qu’ils peuvent avoir au sein du Parlement.

La Fondation Robert Schuman déplore l’attitude française qui consiste à ne rédiger aucun rapport à la différence des eurodéputés allemands et qui alimente l’idée que les Français vont à Strasbourg « par défaut, faute de mieux sur le plan national ».

Les bons et les mauvais élèves français

Les deux meilleurs élèves sont les eurodéputés Jean-Pierre Audy (UMP, député pour la circonscription du Massif Central-Centre) qui se classe au premier rang, suivi de Françoise Grossetête (UMP, députée pour la circonscription Sud-Est). Ce sont des eurodéputés aguerris, déjà membre du Parlement entre 2004 et 2009 et dont le taux de présence était déjà parmi les plus élevés.

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par Anguerrand - 20/05/2014 - 16:49 - Signaler un abus C'est bien le paradoxe de ceux qui prétendent

    tout changer à Bruxelles, en particulier le FN c'est qu'ils ne travaillent pas au Parlement et absents aux commissions, quand a leur présence elle est quasi nulle. De la à penser qu'ils se font élire pour de confortables avantages et revenus, il n'y a pas loin et pas du tout pour appliquer leur prétendu programme....

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

AllGov

AllGov est un site d’information politique indépendant en français, réalisé par une équipe de journalistes professionnels.
Il décortique l’action de l’administration et du gouvernement français.
• 3 à 5 articles d’actualité par jour
• plus de 130 biographies de ministres, secrétaires d’Etat, directeurs généraux, membres de cabinets
• près de 240 articles encyclopédiques sur le gouvernement et l’administration de la France

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€