Lundi 21 avril 2014 | Créer un compte | Connexion
Extra

"Si l’euro explose, l’Europe explosera" : que penser du pronostic de Nicolas Sarkozy ?

L'ancien président de la République a assuré lundi devant les cadres de l'UMP que la fin de la monnaie unique conduirait nécessairement à l'effondrement de l'Union européenne. Un pronostic sombre, qui suscite cependant beaucoup d'analyses divergeantes.

Pythie

Publié le 10 juillet 2013
 
"La monnaie unique, l’euro, est l’une des plus belles, sinon la plus belle réussite concrète de la Communauté européenne et de l’Union européenne."

"La monnaie unique, l’euro, est l’une des plus belles, sinon la plus belle réussite concrète de la Communauté européenne et de l’Union européenne." Crédit wikipédia commons

Atlantico : Nicolas Sarkozy a affirmé lundi lors de son intervention devant les cadres UMP que l'Europe telle qu'on la connaissait finirait par exploser si l'on abandonnait la monnaie unique. Peut-on dire que, dans l’éventualité d’une mort de l’euro, le projet européen dans son ensemble soit réellement mis en danger ?

Joseph Leddet : Abandonner la monnaie unique, pour un pays dans lequel elle a été déjà mise en service, relèverait de l’absurdité, voire du suicide économique et financier, sauf peut-être pour un mastodonte comme l’Allemagne, mais qui risque alors, en revenant au mark, de se doter d’une monnaie que paradoxalement elle ne contrôlera plus, et qui montera ou baissera contre euro et dollar au fil des caprices de la gigantesque arène du marché des changes. En tout cas, cet abandon de la monnaie unique serait bien, comme le dit M. Sarkozy, le début de l'explosion de l'Europe telle que nous la connaissons et dont nous espérons vivement le progrès.

La monnaie unique, l’euro, est l’une des plus belles, sinon la plus belle réussite concrète de la Communauté européenne et de l’Union européenne. Rappelons-nous, dans la période qui a précédé le lancement effectif de l’euro, au cours des années 90, nombreux étaient les détracteurs de tout poil, européens ou non, pour vilipender ce projet dangereux et nocif, stupide et irréaliste. Aujourd’hui, l’euro est devenu la première devise mondiale, et on se plaint régulièrement qu’elle est trop chère face au dollar. La masse monétaire en euros est pourtant la plus importante des masses monétaires, les émissions obligataires en euros sont les plus importante des émissions obligataires, et sa place dans les réserves de change des banques centrales augmente d'année en année; l’euro est vraiment un succès total , il a maintenant une valeur de soi, tout comme les métaux précieux ou les denrées rares.

Cela étant, si l’euro est une condition nécessaire pour la réussite du projet global européen, s'il joue le rôle d’un véritable ciment financier pour les Etats de l’Union, il n’est malheureusement pas une condition suffisante, car de nombreuses forces centrifuges - au premier rang desquelles le lobby atlantiste- sont à l’œuvre pour torpiller l’émergence d'une vraie Europe politique, économique et militaire, avec sa propre stratégie domestique et internationale ; aujourd’hui l’Union européenne est bien davantage une juxtaposition d’égoïsmes étatiques, qu’une entité autonome ayant sa personnalité propre et qui compte à l'extérieur.

En tout cas, s’il reste une seule chose que l’Europe est capable de maintenir, c’est bien sa monnaie commune, l’euro; en effet, à la différence de l’Union politique, l’euro a déjà largement acquis sa personnalité autonome, il vit sa vie propre, il est de fait à présent quasi-indestructible; un billet de 20 euros ou de 50 euros aura toujours de la valeur dans dix ou vingt ans, et ce non seulement dans la poche d'un européen, mais aussi bien dans celle d’un africain, d’un russe, d’un sud-américain ou d’un chinois; l'euro est devenu une entité "en soi", indépendante de ses territoires d'accueil.

Olivier Delamarche : Ces arguments sont plus ou moins toujours les mêmes : "Si l’on abandonne l’euro, c’est la fin de l’Europe et du monde". L’Europe a existé avant nous, et il n’y a pas de raisons qu’elle n’existe pas après. On entend aujourd’hui des batteries de stratégistes et d’économistes qui tentent de nous faire peur en nous répétant à chaque fois que l’on ne serait pas capable d’imaginer le coût astronomique d’une sortie de l’euro pour la Grèce. En attendant on sait ce que nous coûte son maintien au sein de l’euro : 6 milliards tous les trois mois. Le dogme actuel qui fait que l’on est traité d’affreux fasciste ou de communard lorsque l’on émet simplement l’idée d’une sortie de l’euro est une forme d’interdiction de penser assez aberrante. La monnaie unique a été mal montée au départ, et quelque chose qui a été mal monté au départ ne peut pas, logiquement, déboucher sur une fin heureuse. On pourrait être tenté de se dire que sortir les économies les plus faibles pourrait aujourd’hui nous sauver la mise, mais j’ai peur qu’il soit déjà trop tard. Si on les avait sorties au tout début, c’est-à-dire avec l’émergence des premières difficultés grecques, on aurait pu sauver les meubles, mais maintenant nous sommes allés beaucoup trop loin  pour corriger le tir.

L’Europe se retrouve dans une situation où elle est de moins en moins capable de sauver sa monnaie, et elle finira par admettre le constat qui aurait dû être fait dès le début, à savoir un constat d’échec. Concevoir une devise commune est une opération extrêmement complexe, tout particulièrement lorsque cette devise est amenée à fonctionner dans une dizaine de pays aux fonctionnements divers. Au lieu de la logique "open-bar" qui a été la nôtre, il aurait été bien moins dangereux de limiter l’euro à l’Allemagne et la France, avec éventuellement l’inclusion d’un troisième pays à terme si cela fonctionnait bien.  

Jacques Sapir : Nous vivons actuellement une période de grande confusion intellectuelle. Le nombre d’économistes prenant conscience, non seulement des dangers de l’euro mais surtout de l’inéluctabilité de sa mort ne cesse d’augmenter. On l’a vu récemment avec l’ancien chef des études économiques de la CNUCED, Heiner Flassbeck, ou avec le livre de l’économiste portugais João Ferreira do Amaral Porque devemos sair do Euro (Pourquoi nous devons quitter l’euro), et ceci sans compter les prix Nobel comme Paul Krugman et Dani Rodrick. Pourtant, le personnel politique français se distingue, à l’UMP comme au PS, par sa frilosité et son inconscience sur cette question. On a pu le voir le lundi 8 juillet avec la déclaration de Nicolas Sarkozy. Que dit l’ancien Président ? Tout simplement que la mort de l’euro c’est la mort de l’Europe, et la mort de l’Europe, c’est bien connu, c’est la guerre. À ce tableau apocalyptique ne manquent plus que les pluies de sang, la Peste et le Cholera !

 


Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par ledevois - 11/07/2013 - 17:17 - Signaler un abus bruxelles

    je ne crois pas à cette europe ni aux eurocrates , tous ces politiques pourquoi faire - ? l'angleterre est pas plus mal sans l'euro ,

  • Par jurgio - 11/07/2013 - 16:10 - Signaler un abus Qu'est-ce que l'Europe ?

    Oui, ce n'est qu'une monnaie qui relie entre eux les pays qui ont adhéré. Dire que l'Europe a existé avant nous n'est pas plus intéressant que de dire que la Terre existait avant nous. Le problème de l'Europe est la balkanisation européenne qui a toujours existé et qui est toujours là dans les esprits.

  • Par vspatrick - 11/07/2013 - 14:58 - Signaler un abus On verra bien .....

    ce que dirons ces bandits de Bruxelles quand ils viendront piller vos assurances vie et vos comptes en banque.

  • Par mich2pains - 11/07/2013 - 10:06 - Signaler un abus LES PARIS SONT OUVERTS .........

    Certes , il y a ce Joseph LEDDET qui affirme " qu' un billet en Euro aura toujours la même valeur dans 10 ou 20 ans " (sic) ...Amusant de constater qu'un ancien de Polytechnique raisonne comme un ancien de la "Fac de Sciences Divinatoires " !
    Mais un Olivier DELAMARCHE , tout comme un Jacques SAPIR (pour ne citer qu'eux ) envisagent que " L ' inéluctabilité de la mort de l'euro est de plus en plus grande " ...
    Un autre Gourou , plus spécialisé en "Science du Karcher "qu'en économie résume ainsi son point de vue simpliste : fin de l'euro = fin de l' Europe = la guerre (sic) , oubliant de préciser que la fin de l'Euro sonnerait uniquement la fin de l ' Europe de ....MAASTRICHT !
    L'Europe existe depuis des millénaires , bien avant le Traité de Maastricht et lui survivra des millénaires après !
    La meilleure façon de prendre les paris là-dessus , ç'est de voter aux prochaines élections pour une SORTIE de cette U.E.RSS !
    ET pour ça , il y a que le vote utile : MARINE !

  • Par Benvoyons - 11/07/2013 - 09:26 - Signaler un abus gilou20 - 10/07/2013 - 23:30 Oui pour quoi pas mais tu sais les

    conférences d'Attali étaient superbes aussi avec des nationalisations et autres fumisteries et cela a donné quoi? et bien une des plus belles déconfitures de la France.Avec la corruption pendant la nationalisation et les dénationalisations, la fuite des riches, mais aussi des nouveaux riches de gauche pendant la corruption, la faillite du Crédit Lyonnais avec 180 milliards que la France à dans la dette et autres grandiosetés.
    Avec Sapir cela transpire le pire sous les "hessel" .
    Mais applaudi cela t'entraînera pour faire la manche aux touristes.

  • Par winnie - 11/07/2013 - 08:57 - Signaler un abus Nous ne valons pas plus qu'

    Nous ne valons pas plus qu' un pays du 1/3 monde ;on vote non au traiter de Maestrich et on nous le fait passer quand même .
    Arrêtons de croire tous ces politicards corrompus qui n'agissent que pour eux même

  • Par jon cole - 11/07/2013 - 08:45 - Signaler un abus false flag-ada

    "la france est plus sure, mais pas en securité"

  • Par Le gorille - 11/07/2013 - 05:44 - Signaler un abus La terre qui tourne

    @ Glop Glop - 10/07/2013 - 11:05
    Heu ! La terre oui, mais les gens ?
    Restons les pieds sur terre. Trois personnes, un X contre EHESS et gérance de finance : combat non équitable. Bref l'idéologie contre le pratique, qui vouliez-vous qui gagnât ? L'idéologie... et le monde s'écroula.

  • Par Gringo Nedromi - 11/07/2013 - 03:26 - Signaler un abus Aucun politique ne voudra!!!

    passer au yeux de l'histoire comme celui qui aura torpillé l'Euro.
    C'est la SEULE raison pour laquelle nous y sommes encore.
    Il faudra donc que cette belle construction irrealiste qu'est l'Euro finisse pas s'ecrouler d'elle meme.
    Ca prendra du temps et durant cette période nous assiterons impuissants à la mort économique de générations de jeunes européens et au démantellement des économies du Sud..
    C'est aussi simple et triste que ça...

  • Par vangog - 11/07/2013 - 00:43 - Signaler un abus Article de très grande tenue avec deux économistes

    visionnaires et réalistes et un économiste qui essaie de sauvegarder les illusions perdues de la construction Européenne bancale.
    Même si leurs perspectives sont inquiétantes et lourdes de menaces, les prévisions de Delamarche et Sapir vont certainement de réaliser à l'occasion de la prochaine crise, obligataire, financiere, ou sociale...
    El les Européens crieront alors leur colère contre ceux qui n'auront pas su ni pu anticiper cette ou ces crises et négocier une sortie en bon ordre de l'Euro!
    Il y a un stade ou la méthode Coué ne fonctionne plus et l'Europe a largement dépassé ce stade.
    La dilution des responsabilités au niveau Européen et entre les états eux-mêmes, prouve que personne n'ose plus assumer ce qu'il pressent intuitivement, plus de grand dessin Européen, plus d'union qui fait la force, plus de discours combattant sur l'Euro de la croissance, chacun s'apprête à passer entre les gouttes de l'ouragan qui va déferler sur l'Europe, en s'accrochant aux branches et en espérant que les Europeens lessivés auront oublié leur lâcheté, ensuite...

  • Par Ganesha - 11/07/2013 - 00:12 - Signaler un abus Élections Européenes

    En un an, 1,5 millions de chômeurs en plus en Europe et selon un autre article sur ce site, les 500 français les plus riches ont accru leur fortune de 25%... Une assemblée constituante européenne après les élections de Juin 2014 ?

  • Par gilou20 - 10/07/2013 - 23:30 - Signaler un abus Bravo a Atlantico

    Ça fait plaisir d´avoir un media qui donne la parole à des économistes comme Jacques Sapir et Olivier Delamarche, que j´accompagne toujours sur BFM. Les économistes et politiques qu´on entend normalement s´égosillent à nous prédire l´apocalypse en cas de sortie de l´Euro. Ni l´UMP ni le PS ne sont crédibles. Pour ceux qui ne veulent pas voter Le Pen, il y a toujours le recours à Dupont-Aignan ou à l´UPR de François Asselineau (ses conférences sont sensationnelles).
    Quel que soit votre choix, par pitié, ne votez plus dans des partis que demandent plus d´Europe!
    Les traités permettent l´immigration en masse, la vente de notre patrimoine à des étrangers, etc., et donc les conséquences que nous souffrons actuellement (chômage, compétitivité et autres).

  • Par ricouti - 10/07/2013 - 23:02 - Signaler un abus Caramba, encore raté!

    En 2005, avant le referendum ,la prédiction était : si vous votez non, l'Europe explose.

  • Par Benvoyons - 10/07/2013 - 21:33 - Signaler un abus Ramos - 10/07/2013 - 17:31 - Oui bravo maintenant explique

    moi pourquoi les USA peuvent le faire et comment la France avec son Franc pourrait le faire?????????
    LOL
    Prendre un fait USA n'est pas une résolution à ton problème (France).

  • Par Benvoyons - 10/07/2013 - 21:23 - Signaler un abus un_lecteur10/07/2013 -19:02 Maurice Allais était un libéral et

    comme beaucoup de libéraux le rôle de l’État doit rester que pour la régulation et le contrôle donc pas un État à 57% du PIB .
    Nous avions l'absolutisme du souverain et maintenant nous avons l'absolutisme d’État FonctionaroSocialoSyndicalMarxiste.
    Quand il parle de trop de rigidité, il parle d'un État et de ses corporations qui veulent tout décider de tout sans connaître la réalité du fonctionnement économique.
    Il était pour des zones des plaques économiques donc pas contre l'europe mais il était contre le montage trop rapide (intégration) qui a créé des déséquilibres . Mais il n'était pas contre l'Euro.
    Maurice Allais considère aussi que l'inflation est contraire à la vérité économique et fausse la bonne allocation des ressources.
    Donc contre le Franc qui faisait des dévaluations inflations avant l'Euro.
    Le problème actuel est la mise en place à marche forcée d'un nouvel équilibre de la plaque euro par la restructuration d'un certain nombre de pays (dont la France), mais la monnaie Euro en tant que telle n'y est pas directement fautive.

  • Par Equilibre - 10/07/2013 - 20:44 - Signaler un abus @sheldon

    Euh, non.
    Sans le neuro, suivant MADELIN, pas de 35 heures.... Eh oui... Plus "sérieusement"
    En fait, nous serions bien obligés de ne pas trop déconner trop longtemps sinon la sanction des marchés seraient immédiate.
    C'est le problème du neuro, "conçu" comme un bouclier, il ne fait pas correctement ressentir les marchés, les conneries budgétaires et autres joyeusetés politique et économiques ce qui fait que le premier z'ayraut élu, ce qui est vite arrivé en France, peut faire n'importe quoi, sauf imprimer des billets, sans en ressentir les effets.
    Sauf que tout a une fin et une limite, même les boucliers...
    Et cette fin arrive...

  • Par ibiscus61 - 10/07/2013 - 19:42 - Signaler un abus L'euro créature des USA

    @lobbying USA : intéressez-vous à l'Histoire (la vraie) et vous verrez que, dès l'origine, la construction européenne a été voulue et pilotée par les Américains. L'Europe puissance, contrepoids de la puissance US, est un mythe pour gogos !

  • Par ibiscus61 - 10/07/2013 - 19:38 - Signaler un abus ibiscus61

    Il est payé par qui, Joseph Leddet ? Ahurissant de lire autant de sornettes de sa part... Qu'il reconnaisse honnêtement (mais peut-on demander à tous ces politicards-rentiers un peu d'honnêteté ?) que l'euro est un fiasco total, qui a coûté des millions de chômeurs -notamment jeunes - aux peuples du continent !

  • Par Duffy - 10/07/2013 - 19:37 - Signaler un abus Pourvu que ...

    si seulement!

  • Par un_lecteur - 10/07/2013 - 19:02 - Signaler un abus texte de Maurice Allais en 1979

    « Notre société parait évoluer lentement, mais sûrement, vers une organisation de plus en plus rigide, vers certaines formes de corporatisme, comme celles qui les ont enserrées dans leurs carcans pendant tant de siècles, et que Turgot dénonçait à la veille de la Révolution française. Elle parait se diriger presque inéluctablement vers des systèmes antidémocratiques, tout simplement parce que l’incompréhension de la nature véritable d’un ordre libéral et l’ignorance rendent son fonctionnement impossible, parce que la démocratie, telle qu’elle parait entendue aujourd’hui, mène au désordre, et que des millions d’hommes, pénétrés d’idéologies irréalisables, ne pourront survivre que dans le cadre de régimes centralisés et autoritaires.
    Nous visons des temps à de nombreux points semblables à ceux qui ont précédé ou accompagné la décadence de l’empire romain. […] Aujourd’hui comme alors, des féodalités ploutocratiques, politicocratiques et technocratiques s’emparent de l’État. […] Aujourd’hui comme alors, nous assistons indifférents et sans la comprendre, à une transformation profonde de la société qui, si elle se poursuit, entrainera inévitablement la fin de notre civilisation."

  • Par kikigen - 10/07/2013 - 18:57 - Signaler un abus La fin d'un Rêve

    Ma génération a vu dans l'Europe l'aube d'une ère nouvelle et la fin de confrontations meurtrières et stériles. L'Euro, marquait pour nous l'espoir d'une fraternité économique et sociale conduisant à la prospérité... Hélas, l'égoïsme national n a perverti cet espoir.
    Retournons donc à nos petites magouilles national-socialistes , à notre inflation à 2 chiffres et à nos dévaluations répétitives.
    La fin de l'Euro, c'est la fin de l'Europe... Le déclin va donc s’accélérer , mais si c'est cela que veut le "bon" peuple, alors allons-y gaiement.

  • Par un_lecteur - 10/07/2013 - 18:56 - Signaler un abus Le mal est plus profond

    Nous avons eu un prix nobel d'économie : Maurice Allais, qui s'opposait à l'Euro , au mondialisme et au laissez-fairisme financier.
    Résultat : il a été interdit de media, et aucun de ses conseils n'a été suivi.
    Voir :
    http://www.les-crises.fr/le-testament-de-maurice-allais/
    .
    Comme les faits sont têtus, ses prévisions se réalisent, et l'Europe risque d'exploser. L'Euro n'est qu'une des causes de cette explosion.
    .
    Si la fin de l'Euro n'est pas gérée, nous nous retrouverons dans une situation proche de celle de l'Argentine en 2001, avec blocage des comptes (Corralito), récession profonde, chômage...
    .
    http://fr.wikipedia.org/wiki/Crise_%C3%A9conomique_argentine
    .
    Dans ce cas l'europe explosera probablement. Une sortie organisée de l'Euro pourrait permettre de sauver l'Europe.
    Pour cela, il faudrait des politiques lucides et courageux.
    Pas des Sarkozy.

  • Par Qwantix - 10/07/2013 - 17:44 - Signaler un abus Alors l'Europe va exploser...

    Parce que l'euro est une vraie-fausse monnaie qui ne repose sur aucune fiscalité commune (de type fédéral) et ce n'est pas demain que les européens vont se mettre d'accord en matière fiscale: les fourmis du nord contre les cigales du sud, les premières vont gagner!

  • Par Ramos - 10/07/2013 - 17:31 - Signaler un abus @Benvoyons ...... Voilà juste pour info

    La banque centrale des Etats-Unis (Fed) a annoncé, mercredi 19 juin, qu'elle maintenait en l'état sa politique de soutien exceptionnel à la reprise économique du pays. Ce qui comprend un objectif de taux directeur entre 0 et 0,25% et des injections de liquidités sur les marchés, indique un communiqué officiel.
    La Réserve fédérale dépense en effet 85 milliards de dollars par mois depuis le début de l'année en bons du Trésor et titres hypothécaires, afin de peser au maximum sur le niveau des taux d'intérêt, du plus court au plus long terme. Le tout afin de favoriser la consommation, l'investissement et l'emploi.
    Info de BFM Business

  • Par Benvoyons - 10/07/2013 - 17:22 - Signaler un abus prochain 10/07/2013 - 17:09 Mais ce qui défini un grand homme

    c'est justement de faire même si cela te fait mal pour toi même, car tu le fais pour l'intérêt de Nation et non pas de tes Consanguins.

  • Par prochain - 10/07/2013 - 17:09 - Signaler un abus Bonjour Benvoyons, l'homme n'est pas dépourvu d'intérêts

    Ils ont tous les pouvoirs, voulez-vous leur demander de se réformer ou de se faire hara-kiri se qui revient au même.

  • Par prochain - 10/07/2013 - 17:02 - Signaler un abus Qu'en pense le père de l'euro? pourtant le silence est delors

    Il dit : " Je ne suis pas le père de cet euro-là ".
    Selon le président tchèque " L'euro est une catastrophe"
    ...
    ...

  • Par Benvoyons - 10/07/2013 - 15:56 - Signaler un abus Acacia - 10/07/2013 - 13:25 Enfin un commentaire plein de

    réalités sur la situation.
    En effet c'est pas l'euro qui fait le problème de la France mais la FonctionaroSocialomarxiste et syndicale qui font le problème de la France.
    Les Français sont des égos intellectuels passifs et qui ont une propension à chercher chez les autres qui ont réussi, l'argent que nos FonctionnaroSocialoSyndicats sont dans impossibilités de créer par un manque d'esprit libre et positif d'entreprendre.
    C'est pas avec la camisole de force de l’État ,des syndicats des corps intermédiaires(sous consanguinité avancé) que la France redeviendra une référence économique viable et dynamique.

  • Par sheldon - 10/07/2013 - 15:43 - Signaler un abus Vive l' € : c'est le seul rempart contre la gauche française !

    Sans l'euro on serait comme en 81 avec une pluie démagogique d'aides, de subventions, d'emplois d"état, etc,
    et d'une 1ère dévaluation du franc pour récupérer la gabegie de la politique dite sociale, elle même suivie d'une augmentation du SMIG et d'une perte accrue de compétitivité que les barrières douanières ne permettraient pas d' adoucir.
    On ne serait pas loin d'un nouveau contrôle des changes car les Montebourg stigmatiseraient ceux qui voudraient aller à l'étranger (hors maghreb et Afrique ça va de soi !)
    Si nous étions dans un pays normal, bien dans son époque, non attiré par les Chavez et Castro : Europe du nord, GB, Allemagne : alors pourquoi pas ?

  • Par Equilibre - 10/07/2013 - 14:37 - Signaler un abus @Acacia , une question

    Pour l'ensemble de ton commentaire, es-tu:
    - très ignorant
    - très stupide
    ...
    Plus simplement, tu t'es perdu ici?

  • Par Acacia - 10/07/2013 - 13:25 - Signaler un abus lobbying USA

    Le plus triste dans tous ces commentaires, c'est le constat, prévisible, de la réussite du travail de sape contre l'Euro, bien avant sa création d'ailleurs, par les USA.
    L'Euro est le seul vrai concurrent du Dollar et le seul apte à le remplacer comme monnaie de référence mondiale.
    L’Airbus est le seul vrai concurrent de Boeing.
    Kourou est le seul vrai concurrent de Cap Carnaveral, etc…
    Les Américains sont un peuple jeune et génétiquement endurant et conquérant alors que nous sommes un peuple vieux, dégénéré, lâche et sans avenir.
    L’Euro n’est que le Bouc émissaire de notre manque de confiance dans l’avenir….et la facilité de retourner douillettement dans le passé ou l'inflation nous permettait de vivre encore plus largement au dessus de nos moyens...

  • Par Benvoyons - 10/07/2013 - 13:10 - Signaler un abus Ramos - 10/07/2013 - 12:34 je ne savais pas qu'avec

    le Franc l’État pouvait emprunter comme bon lui semble avec le taux qu'elle veut, pourquoi pas -5% et puis que la Banque de France pouvait imprimer du Franc comme bon lui semble.
    Putain tous les pays sont vraiment cons.
    Fait de beau rêve Ramos.

  • Par Vinas Veritas - 10/07/2013 - 13:10 - Signaler un abus Etats contre monnaie en Europe

    L’euro € est une construction européenne qui s’inscrit dans un processus d’Europe unie.
    Le dollar US$ est la monnaie des 50 états US et personne ne trouve rien à redire car ces 50 états, aussi différents l’un de l’autre à l’intérieur de l’Union marchent tous ensembles hors frontière et ont adopté un gouvernement fédéral fort, capable de parler avec une voie unique et représentative.
    Regardons quelle est l’actuelle représentation Européenne !
    28 états qui se comportent Independent l’un de l’autre hors frontière, 28 états qui revendiquent face à l’étranger des individualités contradictoires. Bref une usine à gaz autodestructrice.
    Si la monnaie € possède une bonne valeur d’échange sur le marché des devises, il en reste que l’union politique qui qui devrait l’appuyer n’existe pas.

  • Par Ramos - 10/07/2013 - 12:34 - Signaler un abus Si la France pouvait emprunter à 0 % à la Banque de France.....

    Aujourd'hui elle emprunte à 2,3% à 10 ans sur les marchés. Notre dette publique de 1900 milliards d'€ nous coûte donc 43,7 milliards d'€ d'intérêts annuellement !
    Imaginons, et c'est probable, qu'on passe comme l'Italie avec un taux à 4,5% : la charge annuelle de la dette ( si elle restait stable !) passerait à 85,5 milliards d'€ ! N'imaginons pas des taux à la Grec à 18% !
    Il faut donc, d'urgence, que la France récupère sa possibilité d'emprunter à la Banque de France ( comme du temps de Charles de Gaulle ) ou au moins que la BCE prête directement aux Etats comme le fait la FED . Pourquoi le contribuable doit-il remplir les caisses des banques ?

  • Par evans94 - 10/07/2013 - 12:27 - Signaler un abus l'économie n'est certe pas une science.....

    Mais quand même, comment se peut-il que deux "éminents" personnages comme ceux de l'article ci-dessus puissent sans tousser défendre deux opinions aussi divergentes !!!???...
    Le problème n'est pas l'euro, le franc, le mark...etc...La réalité c'est les équilibres et les forces économiques d'une région, en l'occurrence, l'Europe.
    Sont déterminants : le niveau de la dette, la performance de l'économie, le niveau de richesses créé par an, l'épargne des ménages, l'inflation et surtout le niveau de performance de cette région relativement aux autres ( USA, Chine, ...)
    Le reste n'est que remplissage médiato médiocre...

  • Par Gérard Couvert - 10/07/2013 - 11:50 - Signaler un abus taupe

    On voit de plus en plus les méfaits de l'ENA et de la conformation des esprits, on oublie l'X. Ces cerveaux bien huilé, coucous réguliers, néo-aristo et vrais cons.
    L'inculture -au sens de non-partage des référents- qu’implique le rabâchage anglo-mateux fait d'eux d'éternels immatures, des enfants gâtes d'une société sans saveur, la peur est dans leur âme et l'imagination est leur pire terreur.
    Monsieur Leddet est un bon exemple de ces irresponsables, de ces gens sans densité humaine : le pouvoir aux puceaux en quelques sorte.

  • Par Equilibre - 10/07/2013 - 11:40 - Signaler un abus Delamarche sur Atlantico, eh be

    La question aurait été de savoir si nous chutons avec ou sans le neuro
    Trop tard, nous chuterons donc avec...
    .
    Cela fait longtemps que la novlangue existe et à tous les niveaux.
    La vraie affirmation est: Si l’euro explose, l’UE explosera.
    Oui, et?
    Je ne veux plus de l'UE et du neuro, de toute manière. Si c'est pour faire du libre échangisme comme objectif à terme, ils n'ont qu'à faire revivre tout ou partie des traités de libre échange, AELE, même minimaliste s'il le faut, ce qui ne me satisfera guère plus que cela, mais bon, en attendant...
    Et l'Europe? Elle en a vu d'autres. Ce qui me fait le plus peur est la nullité de nos dirigeants tout juste bon à signer des dettes, débiter des conneries à la télé et importer des myons d'immigrés au niveau de l'UE, pour maintenir tous les ponzis en cours.
    Soyons clair, le neuro est une partie du problème, pas tout le problème. C'est le début d'une solution, pas la solution.

  • Par Glop Glop - 10/07/2013 - 11:05 - Signaler un abus L'Euro disparaîtra...

    ... et la terre continuera de tourner.

  • Par Benvoyons - 10/07/2013 - 10:34 - Signaler un abus Le problème de nos économistes de l'article, c'est que l'Europe

    est à l'article de la mort et que la solution miracle bien sûr n'est pas l'euro mais les monnaies locales.
    Problème dans la solution présenté comme miraculeuse et bien elle n'est que sur un seul paramètre comme la lecture d'un compte de fée.
    Les coûts globaux de la nouvelle situation n'y sont pas, envolés,la baguette magique est passée par là.
    Quand un soit disant expert dit que le prix de vente de l'Airbus va baisser de 7 % ( j'éclate de rire, car cela est une pensée comme quoi le prix n'est fait qu'avec le Franc ) car la personne n'a aucune connaissance de la composition du prix d'un l'Airbus.
    La perte de l'euro sera comme un barrage qui s'écroule, les pays européens seront emportés comme fétus de paille par les eaux du dollar et pour se raccrocher il ne restera pour les européens que la pitance Chinoise en dollar.

  • Par la saucisse intello - 10/07/2013 - 10:24 - Signaler un abus @ hgo 04

    Une fois encore, on entend vibrionner "le bourdon de Sikorsky". TOUS les autres pays de la planète ne savent pas qu'il leur est IMPOSSIBLE de (sur)vivre SANS l'euro, c'est pourquoi ils (sur)vivent quand même !

  • Par la saucisse intello - 10/07/2013 - 10:21 - Signaler un abus Ca se passe en mai 1945.....

    L'anglais dit : "moi, je monte sur big ben et je vois tout Londres". L'américain dit "moi, je monte sur l'empire state builiding et je vois tout new-york". Le français dit "moi je monte sur la tour eiffel et je vois tout Paris" et l'allemand dit "moi, je monte sur une chaise et je vois tout Berlin". Pour l'euro, l'europe, les eurocrates, les politicards (TOUS les politicards) il faut faire comme les russes ont fait à Berlin en mai 1945 : Tout crâmer, tout nettoyer, tout mettre au niveau du sol. Je pensais il y a peu de temps encore qu'il suffisait d'attendre que ça s'écroule tout seul, erreur : Le temps est un luxe que nous n'avons plus ! Surtout quand les "hommes providentiels s'appellent sarkozy ou pire copé, fillon, juppé et autres merdes de retour ! Au lance-flammes !!!

  • Par EOLE - 10/07/2013 - 09:36 - Signaler un abus La valse a mis le temps...

    L'alternative à l'Euro revient, ni plus ni moins, au retour à une politique de dévaluation compétitive qui ne résoud en rien les problèmes franco-français, lesquels sont à l'origine de la dissociation entre les deux moteurs de l'Europe que sont la France et la RFA.
    Ce que proposent Sapir et ses soutiens n'est qu'une valse de la devise nationale pour nous faire tourner en rond sans mesure jusqu'à épuisement de l'orchestre.
    Les adorateurs fanatiques de la bêtise, de l'aveuglement, de l'incurie et de la veulerie nationale pourront ainsi défendre le "modèle français" et ses "acquis sociaux" jusqu'à notre proche extinction finale sans nous faire subir les affres de l'effort et des réformes profondes.

  • Par hgo04 - 10/07/2013 - 09:33 - Signaler un abus Ciel... mais comment le monde survit il???

    Rien que de penser que d'autres pays ne sont pas sous l'euro, je me demande!!! mais comment ces pauvres gens survivent ils???
    D'ailleurs, nous devrions proposer aux américains de laisser tomber leurs dollars et de passer sous l'euro aussi...
    Et ces chinois... mais comment peuvent ils avoir une monnaie qui porte le même nom qu'un animal!!!
    D'ailleurs, l'euro sera la monnaie mondiale, oui MONDIALE!!!!
    On vivra heureux... enfon pour ceux qui en ont beaucoup, mais en attendant AUSTERITE!!!ù! AUSTERITE!!!!! AUSTERITE!!!!! pour les mêmes d'ailleurs...

  • Par golfy17 - 10/07/2013 - 09:27 - Signaler un abus Euro et croissance

    L'Euro est certainement une belle réalisation, mais qu'est ce que cela à apporté aux habitants de la zone Euro ? avoir une belle réalisation intellectuelle qui ne résout pas les problèmes des populations ça sert à quoi ? Il y a des pays qui n'auraient jamais dû entrer dans l'Europe, ils ont profité de la manne et lorsque la source s'est tarie, ils sont revenus à leur état antérieur, et pendant la période de la manne, ils ont concurrencé nos économies et ont posé des problèmes chez nous. On ne change pas l'ordre des choses il y avait un classement des économies avant l'Euro et on y revient, chaque nation a ses qualités et ses défauts et l'Europe ne peut rien contre cela.

  • Par pale rider - 10/07/2013 - 08:41 - Signaler un abus Tres bon article , merci

    Tres bon article , merci atlantico !

  • Par troiscentsalheure - 10/07/2013 - 08:17 - Signaler un abus L'Union Européenne c'est la guerre sociale

    Sans protections douanières, l'UE met en concurrence les employés des pays de l'UE avec ceux des pays à bas coûts. Le niveau technologique de certains pays à bas coûts (Chine, Inde) étant comparable au notre l'UE est le fossoyeur de l'économie dans les pays européens. Nos ministres de l'Economie qui plastronnent sur le thème de la relocalisation subventionnée avec nos impôts sont tout simplement des imposteurs. L'UE c'est la misère organisée par une élite non représentative, une élite qui met à l'abri les siens pour la "culture" et livre à la concurrence sauvage le reste de l'économie et des hommes.

  • Par gliocyte - 10/07/2013 - 08:09 - Signaler un abus Vice de construction

    Quand il y a un vice de construction dans une machine, elle tombe en panne. Essayez de réparer, bricoler, rafistoler et vous obtiendrez au mieux quelques hoquets avant que la machine ne rende définitivement l'âme.
    L'UE n'existe pas, n'a jamais existé, c'est un "esprit" que les politiques assis autour d'une table ont fait apparaître.
    L' euro, c'est la guerre économique qui a engendré chômage et dévastation. Que Sarko ose dire que la mort de l'euro, c'est la mort de l' Europe, est inadmissible. Osez jongler sur cette peur alors que cette peur de ne plus pouvoir manger est déjà là, c'est vraiment faire preuve d'inconscience et d'indécence.
    Après cette sortie de Sarko, j'espère que l'UMP mourra de faim et ne s'en remettra pas financièrement.

  • Par armoric2 - 10/07/2013 - 07:20 - Signaler un abus l'europe

    bonjour
    pourquoi, pleurer sur quelque chose , qui n'aurait jamais du exister?
    vive la France libre et souveraine en son pays
    merci de m'avoir lu

  • Par rudi11 - 10/07/2013 - 07:01 - Signaler un abus oh oh il deraille

    l europe à 12 marchait bien, sans euro - c est l accroissement idiot avec des pays inutiles qui a coulé l europe, une espece de fuite en avant vers les mafias de l est.....avant l euro, l 'ecu servait parfaitement de monnaie commune...
    ce que l homme a fait, peut etre defait; donc oublions la propagande et mettons de l ordre la dedans: pour l instant je ne vois qu une fonction à l euro....des valises moins lourdes vers les paradis fiscaux..

  • Par nervall - 10/07/2013 - 06:51 - Signaler un abus pour annuller les dettes

    toutes irremboursables en euros forts , 14 000 milliards en europe , la crise politique qui proviendrait en cas de rupture de l'euro ferait baisser au minima 50% de l'euro , donc 50 % des dettes en valeur , quitte a recuperer les monnaies nationales et chacun retrouve ses leviers souverains . pas besoin de disserter pour voir que cet euro actuel , seme un desastre abominable , record mondial de chomage , et de recessions en série . bonne journée

Olivier Delamarche - Jacques Sapir - Joseph Leddet

Joseph Leddet est ancien élève de l'Ecole polytechnique et de l'ENSAE, économiste et consultant financier. Il intervient par ailleurs régulièrement dans les médias (presse écrite, radios, télévisions…), et publie le bimensuel la « Gazette des Changes » depuis une vingtaine d’années.

Olivier Delamarche est gérant de portefeuille chez Platinium Gestion. Il intervient régulièrement sur BFM Business pour commenter l'actualité économique.

Jacques Sapir est directeur d'études à l'École des Hautes Études en Sciences Sociales (EHESS), où il dirige le Centre d'Études des Modes d'Industrialisation (CEMI-EHESS). Il est l'auteur de La Démondialisation (Seuil, 2011). Il tient également son Carnet dédié à l'économie, l'Europe et la Russie.

 

Voir la bio en entier

Fermer