Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Samedi 18 Novembre 2017 | Créer un compte | Connexion
Extra

Une étude met pour la 1ère fois en évidence l’impact sociologique que les sites de rencontre ont sur nos sociétés

Les sites de rencontre et plus récemment, les applications de rencontres bouleverse la société. Elles éclatent les cercles dans lesquels les couples se forment. Une étude réalisée par le MIT met en avant ces nouveaux enseignements.

Tournez manège

Publié le

Dès lors, quels changements sont à prévoir dans notre société ? 

A nouveau, je ne peux pas prophétiser.

Je peux uniquement insister sur quelques tendances qui se valideront ou s’invalideront dans l’avenir. La première concerne le fait que les sites de rencontres mettent en relation des personnes que rien ne liait auparavant. Quand deux personnes s’unissent, elles font également se rencontrer leurs proches et amis respectifs de sorte que des liens se créent forcément entre ces personnes. On peut donc dire qu’une plus grande mixité sociale est favorisée.  

La deuxième tendance sur laquelle j’ai envie d’insister concerne le rôle que l’on attribue à la technologie. Lorsqu’on lit cette étude, il est tentant de se dire que les sites de rencontres sont une autoroute vers la mixité sociale. Autrement dit, on fait comme les personnes qui y recourent pour rencontrer l’âme sœur dont je vous parlais tout à l’heure : on attribue à la technologie un pouvoir quasi-magique. A une époque de plus en plus concernée par l’Intelligence Artificielle, je trouve cela intéressant à noter. Ceci dit, si la technologie pouvait permettre une plus grande mixité sociale à l’avenir, ce serait une très bonne chose.

Contrairement aux apparences, l'étude nous apprend que les relations issues de ces rencontres sur internet donnent des mariages beaucoup plus solides que lors de rencontres plus traditionnelles. Quels sont les facteurs qui permettent de l'expliquer ? 

On peut expliquer la solidité des unions issues des rencontres en ligne par la dimension très individualisante de la démarche. En effet, de la création du profil aux premières rencontres IRL en passant par les échanges en ligne, aller sur un site de rencontres est une démarche très personnelle où les proches n’interviennent pas. C’est donc le choix propre qui guide la rencontre. On ne le confronte pas immédiatement avec le jugement des autres, qu’ils appartiennent à nos amis ou à notre famille. Et quand ce dernier intervient, le couple est déjà constitué, les liens sont là, l’histoire aussi, et les deux protagonistes se projettent ensemble dans un avenir commun. Donc le regard des autres a moins de prise sur l’union que s’il était intervenu au tout début de la rencontre, quand les deux personnes alternent entre enthousiasme et doute. 

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par kelenborn - 15/10/2017 - 22:25 - Signaler un abus digne d'une sociologue

    C'est à dire abyssalement creux sinon abyssalement bête. On relèvera simplement cette phrase:"Ceci dit, si la technologie pouvait permettre une plus grande mixité sociale à l’avenir, ce serait une très bonne chose." D'abord en quoi est ce le boulot d'un sociologue de dire ce qui est bien est ne l'est pas; ensuite...s'il y a Elite rencontre, c'est bien parce que, avec le temps, les différences sociales prennent le pas mais c'est...l'escrosociologie!!! du moment qu'ils sont payés!

  • Par Tassendar - 16/10/2017 - 16:09 - Signaler un abus et les sites de rencontre "communautaires" ?

    Et que dire de la tendance aux sites de rencontres entre personnes de même opinion politique, de même religion ou autre ? Là cela favorise l'endogamie soit exactement le contraire des conclusions du sociologue...

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Nathalie Nadaud-Albertini

Nathalie Nadaud-Albertini est docteure en sociologie de l’Ecole des Hautes Etudes en Sciences Sociales et correspondante au Centre de Recherche sur les Médiations de l’Université de Lorraine. 

 

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€