Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Mardi 25 Juillet 2017 | Créer un compte | Connexion
Extra

L’été meurtrier d’Emmanuel Macron : la hollandisation est-elle en marche ?

Le discours du Congrès d'Emmanuel Macron et du discours de politique générale d'Edouard Philippe ont créé les premiers déçus du macronisme, notamment en raison du report de certaines promesses.

Déception

Publié le
L’été meurtrier d’Emmanuel Macron : la hollandisation est-elle en marche ?

Atlantico : La séquence de cette semaine du 3 juillet, entre le discours du Congrès d'Emmanuel Macron et du discours de politique générale d'Edouard Philippe a été à la source des premiers déçus du macronisme, notamment en raison du report de certaines promesses, sur des questions aussi diverses que la taxe d'habitation, de l'ISF, ou de la transformation du CICE en une baisse de charges. Au regard de ce contexte, dans quelle mesure Emmanuel Macron prend-il le risque d'un été dangereux, dans un enchaînement qui est passé d'une victoire construite sur une base sociologique faible, à un forme d'état de grâce ou les Français ont souhaité lui "donner sa chance", à cette séquence de renoncement et de reports ?

La déception d'une incapacité à répondre rapidement à la demande de "renouveau" pourrait elle se construire aussi rapidement que la popularité d'Emmanuel Macron durant la campagne électorale ? 

Alexis Massart : Le premier été suivant l’élection des deux derniers présidents ne leur a pas spécialement réussi. Inévitablement Emmanuel Macron va aborder cette période avec une certaine prudence. La séquence de la semaine, entre le discours devant le congrès et la déclaration de politique générale du premier Ministre a un bilan assez paradoxal. Autant les responsables politiques et commentateurs ont pointé du doigt une forme d’indélicatesse du Président vis à vis du locataire de Matignon, autant les français semblaient assez favorable au rétablissement d’un ordre institutionnel que les deux précédents Présidents avaient quelque peu écorné. De ce point de vue, la complémentarité d’un Emmanuel Macron qui fixe le cap et un Edouard Philippe qui détaille les mesures a été plutôt réussie. C’est en tout cas ce qu’indiquaient les enquêtes d’opinion. Où cela a commencé à coincé un peu c’est au niveau des mesures annoncées. Si une bonne partie d’entre elles sont plutôt acceptées (vaccination obligatoire, réforme de l’éducation…) une vient par contre très clairement perturber l’ensemble, c’est celle de la hausse de la CSG. La pilule, pourtant annoncée, semble avoir du mal à passer dans une grosse majorité de la population. A coté de ces annonces, il y a effectivement quelques reports qui risquent du coup de donner une image plus mitigée d’un véritable esprit de reforme et de rénovation. A ce stade la messe n’est pas dite mais la vigilance est nécessaire tout de même pour le Président.

Eric Verhaeghe : C'est le conte du roi nu. Depuis six mois, beaucoup bétonnent l'idée que toute critique contre Macron est inspirée par des choses que l'on déteste. On a eu droit à la critique anti-Macron est une complicité directe ou objective avec l'extrême droite. Ensuite on a eu droit au "il faut lui laisser sa chance". Et on a encore régulièrement droit au Président qui fait un sans faute et que le monde entier écoute. Tous ces arguments de mauvaise foi ont systématiquement procédé de façon simple: abandonnez votre libre arbitre, lâchez prise et laissez-vous faire. Tout a reposé sur des techniques émotionnelles. Il suffira que quelqu'un commence à dire: le roi est nu pour que tout le monde ouvre les yeux. Et on va comprendre que ce qui a été vendu dans l'emballage du renouvellement n'est qu'un produit de communication sans véritable idée et sans aucun renouvellement autre que l'envoi à l'Assemblée Nationale de béni-oui-oui inexpérimentés qui renoncent à contrôler le gouvernement. On le verra très vite sur la question des déficits cette année. On ne nous fera pas croire que Macron ne savait pas que Hollande avait organisé une "fuite" des dépenses. C'est une attitude habituelle dans les fins de mandat, surtout celle-là. Or tout montre que le gouvernement n'a pas le début d'une moindre idée sur la façon de diminuer les dépenses cette année. En réalité, entre inexpérience et suffisante d'avoir remporté une majorité large sur une base électorale faible, l'équipe Macron devrait connaître très vite ses premières difficultés et une impopularité record. 

Dans quelle mesure ces différents reports des promesses faites pourraient elle faire courir le risque à Emmanuel Macron de faire rimer le début de son quinquennat avec celui de François Hollande ? La hollandisation d'Emmanuel Macron est-elle un risque sous estimé par le Président lui même, et ce, dans un climat de rentrée qui pourrait raviver les tensions du pays autour de la loi travail ? 

Alexis Massart : Les ordonnances devant réformer le code du travail vont être un moment stratégique pour Emmanuel Macron. Si le dialogue social de cet été est bien géré, il pourra en bénéficier directement. En cas inverse, le climat social risque de se durcir et une opposition dans la rue pourrait très bien voir le jour. Ceci étant, cette séquence est volontairement programmée dès le début du quinquennat, ce qui laissera le temps de se relever si la situation se dégrade. C’est très certainement également le pari fait sur les reports annoncés, habillés de façon assez habile par le rapport de la Cour des comptes et les 8 Milliards manquants pour boucler le budget. Là encore, pas de mise en accusation directe du précédent gouvernement, simplement un rappel des chiffres qui justifient les reports.

Quant à la hollandisation d’Emmanuel Macron, c’est tout de même fort peu probable. Les signes donnés depuis l’élection présidentielle, quelque soit le sujet, montrent bien qu’il y a une maitrise de la communication et des actes présidentiels. Eviter de reproduire ce qui a tout de même plombé le quinquennat précédent est au centre de la stratégie.

Eric Verhaeghe : Il est très probable qu'Emmanuel Macron soit lui-même complètement dupe de son propre personnage marketing. Comme il n'est désormais entouré que de gens qui lui disent ce qu'il a envie d'entendre, il doit s'être convaincu que le monde entier attendait sa parole et que tout le reste suivrait de façon magique, grâce au fluide qui lui permet de transformer le plomb en or. Peu de conseillers doivent lui dire qu'il a été mal élu, et que l'équipe Philippe n'est pas équipée pour réformer en profondeur. Peu de conseillers doivent lui dire qu'au-delà des déclarations triomphantes, les débuts sont poussifs et que les idées tardent à se mettre en place. Probablement imagine-t-il aujourd'hui que ses débuts sont formidables comme la presse subventionnée le répète volontiers. Or, si l'on regarde sur le fond, on s'aperçoit que la doctrine étatiste qui a fait le malheur de François Hollande est aussi celle de Macron, même si celui-ci habille cet ensemble dans un corpus qui se veut philosophique. 

Emmanuel Macron semble suivre de près l'évolution de sa courbe de popularité, ce qui a pu être révélé par des discours peu clivant, et une formule répétitive du "en même temps" afin de séduire le plus grand nombre. Dans quelle mesure la leçon tirée du quinquennat Hollande, Président qui n'a pas su conserver une côte de popularité auprès des Français, pourrait elle être immobiliser l'action du nouveau locataire de l'Elysée ? Une course à la popularité pourrait elle conduire l’exécutif à l'impuissance ? 

Alexis Massart : Le suivi de la côte de popularité est un grand classique des responsables politiques. N’oublions pas les fameux sondages de nicolas Sarkozy qui en avait fait sa boussole. Dans le cas d’Emmanuel Macron, cette volonté d’être peu clivant n’est que la suite logique de sa campagne présidentielle. Il a cherché à incarner un vaste rassemblement de citoyens issus tant de la droite que de la gauche. Logique donc aujourd’hui de le voir poursuivre dans ce sens. L’enjeu est de transformer au fil du temps cette adhésion à une posture en une adhésion à un projet. Un tel bouleversement ne peut se faire du jour au lendemain. C’est l’évolution des réformes promises pendant la campagne, leur acceptation, qui permettront de juger sa capacité à transformer l’essai des présidentielles. A ce stade, dans le cadre d’un système politique en profonde mutation, il est trop tôt pour anticiper la réussite de l’opération. De nombreuses questions se posent encore. La plus actuelle, en dehors de la sphère gouvernementale, est liée à l’organisation de LREM. Le lancement du mouvement En Marche, très participatif et faisant appel à de nombreuses personnes en dehors de la sphère politique traditionnelle, a certainement fait naitre de multiples attentes, parfois contradictoires, de ceux qui s’y sont engagés. Si les attentes ne sont pas satisfaites, le retour peut être violent. Des « Marcheurs" en colère semblent déjà se manifester. Si le phénomène est endigué par des réponses satisfaisantes cela n’ira pas plus loin, si ce n’est pas le cas par contre...

Eric Verhaeghe : En réalité, et paradoxalement, c'est François Fillon qui avait, me semble-t-il, la meilleure doctrine en matière de popularité. Il avait compris que le secret était d'endosser deux ans de rejet dans l'opinion dû à un choc, à un remède de cheval pour redresser le pays, avant de retrouver la confiance des Français. Un bon Président doit commencer son mandat dans l'impopularité. On pensait que Macron allait endosser ce choix en prenant des ordonnances rapides et brutales, en infligeant un choc fiscal et une cure d'amaigrissement à l'administration. Le choc fiscal promis était d'ailleurs de faible ampleur, mais il existait. Dans la pratique, Macron a trop pris goût, semble-t-il, à la flagornerie des médias et ne veut plus se passer de ces compliments incessants. Il ne prendra donc pas le risque de l'impopularité et va rentrer dans le pilotage à vue qui a fait le malheur de François Hollande. C'est le triomphe de narcisse: le Président va rendre sa politique esclave de l'image qu'il a de lui-même. 

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par vangog - 08/07/2017 - 10:10 - Signaler un abus Macron-Narcisse...

    alors que la France avait besoin d'un (une?) President (e)-résistant (e)...encore raté!

  • Par edac44 - 08/07/2017 - 10:22 - Signaler un abus Macron : "coco" belle gueule ou un président narcissique ???

    Les deux mon général !... et cella ne va pas s'arranger avec le temps !... " Et on va comprendre que ce qui a été vendu dans l'emballage du renouvellement n'est qu'un produit de communication sans véritable idée et sans aucun renouvellement autre que l'envoi à l'Assemblée Nationale de béni-oui-oui inexpérimentés qui renoncent à contrôler le gouvernement. " tout est dit !... ==================================================================> Et si la presse subventionnée crédite encore Macron d'un "sans faute", c'est probablement parce qu'il n'a encore rien fait !...

  • Par cloette - 08/07/2017 - 10:30 - Signaler un abus Pepiements

    Le Macronus est un petit oiseau, sorte de moineau qui comprend six espèces , et le Micromacronus le même en plus petit en comprend deux . Ce Macronus là est peut être une septième espèce : le Macronus Jupitérus qui pépie plus fort , récemment découvert en Europe .

  • Par Jean-Benoit - 08/07/2017 - 10:37 - Signaler un abus La France ...

    commence à se réveiller avec une sacrée gueule de bois !

  • Par Ganesha - 08/07/2017 - 11:05 - Signaler un abus Rréussite triomphale !

    En faisant la promotion de François Fillon, mr. Verhaeghe commet la même erreur stupide qu'il reproche à Macron : il se base uniquement sur les sondages et la côte de popularité ! Les français sont un peuple adulte, nous disposons d'un minimum d'informations et nous réfléchissons. Ce que proposait à ses électeurs cet homme ''à l'honnêteté exemplaire'', c'est tout simplement le traitement appliqué à la Grèce ! Tout le monde connaît ce merveilleux exemple de réussite triomphale !

  • Par cloette - 08/07/2017 - 11:21 - Signaler un abus Ganesha

    entre deux maux il faut choisir le moindre, et Fillon aurait été mieux que Macronus . comme d'autres auraient été mieux que Fillon . De toute façon, il y'a aura cure d'austérité, mais avec Macronus, seulement pour le bas peuple. ( avec Fillon aussi d'ailleurs sans doute) . Si on dépense plus que ce qu'on ne gagne, il arrive un moment où il le faut . A trop vivre à crédit, le système finit par exploser .

  • Par clint - 08/07/2017 - 11:28 - Signaler un abus Le télé-évangéliste n'a ni la bonne bible, ni les bons aidants !

    Son gouvernement est du style de celui de Ayrault : non préparés, non à la hauteur. Juppé n'aurait d'ailleurs jamais choisi Philippe comme PM, ni Le Maire qui a fait une campagne minable pour la primaire (d'où son résultat!). Les députés En Marche de la société civile sont pour beaucoup des ex "consultants externes" dont on connait le manque d'efficacité en entreprise quand le management fait appel à eux pour "faire passer la pilule". Et les seules mesures certaines seront l' augmentation des impôts (comme sous Hollande) et des stigmatisations de fonctionnaires en jouant sur l'amalgame entre fonctionnaires d' état et territoriaux. Et en septembre il aura des grèves avec de plus une ministre qui devra, peut-être, être remplacée in extremis !

  • Par gerint - 08/07/2017 - 12:21 - Signaler un abus Le côté brillant de Macron a été survendu

    C'est de la com et si bien sûr le personnage est intelligent ce n'est sûrement pas Superman et il y a bien d'autres doués et surdoués dont on ne parle guère car ils ne sont pas dans la politique ni parmi les people. Je pense par contre que Macron n'a pas beaucoup de profondeur mais que c'est un pur arriviste. Il fait des bêtises et son discours devant le congrès en est une pour moi : un suicide avant même d'avoir commencé tant on a vu qu'il se moquait du monde en prétextant une situation en fait très bien connue de longue date de déficit public pour défaire ses engagements de campagne

  • Par habert - 08/07/2017 - 12:29 - Signaler un abus macron

    aïe, les fautes ! "Où cela a commencé à coincé un peu..." relisez-vous que diable !

  • Par ajm - 08/07/2017 - 12:30 - Signaler un abus Erreur de demarrage.

    La chance de Macron était de "booster" la croissance en prenant tout de suite les mesures fiscales, pas nécessairement populaires parce que ne profitant pas directement à la masse, visant a encourager les investisseurs privés et entreprises à miser sur la France, permettant à moyen terme un afflux supplémentaire de recettes fiscales et permettant une vrai relookage de la marque "France" qui en a bien besoin. En reportant ces mesures il gache cette trajectoire vertueuse et risque de s'engluer dans le rabotage fiscal et budgétaire qui ne mène a rien, surtout si , en plus, on n'engage pas une profonde reforme de modernisation de l'appareil administratif, y compris des statuts, comme l'ont fait d'autres pays , par exemple la Suède.

  • Par Deudeuche - 08/07/2017 - 12:32 - Signaler un abus Comme Hollande; de l'impôt et du sociétal

    CSG++ et PMA/GPA, clivage quand tu nous tient!

  • Par casanostra - 08/07/2017 - 12:59 - Signaler un abus Macron n'est pas le Président qu'il fallait et qu'il faut

    M. Macron a été élu par une minorité il fera son mandat cinq ans c'est long et court sera-t-il réélu qui le sait. Les deux derniers ne l'ont pas été jamais deux sans trois. Les médias, les chroniqueurs soi disant experts émettent des aphorismes sans se rendre compte qu'ils sont comme tout un chacun ignorants.Ils sont payés pour tenir des propos inconscients.

  • Par atlante29 - 08/07/2017 - 13:23 - Signaler un abus En seulement

    60 jours le capital confiance du couple philosophico-littéraire Macron-Philippe s'est déjà dilapidé : atermoiements, ligne économique s'enfonçant dans les sables mouvants du report, manque de lisibilité prévisionnelle claire pour des réformes vouées aux calendes grecques, communication qui se prend pour le réel en créant de faux débats alors qu'un problème devient incontournable, celui de l'immigration et de ses effets collatéraux....Seule variable d'ajustement trouvée par nos nouveaux Gorgias : la paupérisation des classes moyennes, en particulier des fonctionnaires et l'euthanasie des nouveaux nantis, les retraités de plus de 1200 euros par mois, au profit des 1% d'ultra-riches et de nouveaux venus sans aucun apport qualitatif ; ce dernier élément étant une exigence fondamentale pour s'enraciner aux Etats-Unis et dans la plupart des autres pays. La philosophie manducatoire n'est pas un gage de réussite politique, il faut aussi prendre le réel à bras le corps : dans l'antiquité les philosophes pythagoriciens ont aussi exercé le pouvoir à Crotone et leur confrontation avec le réel a été rude...

  • Par cloette - 08/07/2017 - 13:32 - Signaler un abus @Atlante

    Tout est dit dans votre commentaire, je rajoute juste qu'avec le problème numéro 1 de l'immigration, il y a aussi le problème du remplacement des emplois perdus par les nouvelles technologies car il ne suffit pas de sauter sur sa chaise comme un cabri en répétant "innovation, innovation", (si je puisse permettre de plagier le regretté De Gaulle) , ni de croire que l'innovation suprême est la PMA ou la GPA ....

  • Par kelenborn - 08/07/2017 - 15:19 - Signaler un abus Oui

    Qu'est ce que les français ont à foutre de savoir qui gouverne du PR ou du PM , comme du nombre de parlementaires! franchement! Pour le reste Verhaegue a complètement raison! le roi s'est retrouvé vite à poil! Et on va retrouver le cauchemars Hollande: quand on ne peut plus lâcher ses promesses sous peine de passer pour une fiotte, alors on s'accroche rageusement à un projet, quitte à y laisser sa peau (loi El Konnerie) Mais enfin qu'est ce qu'on pouvait attendre ( à moins de faire partie des 24% de blaireaux qui l'ont mis en tête) d'un type qui est tellement immature qu'il fait une gaffe par mois: les illettrées, les alcoolos, le crime algérien, le costard,les moins que rien, les kwasa kwasa! Vous avez pensé que ce mec a le doigt sur l'arme atomique et pourrait, un matin décider de détruire Valdemort sans demander son avis à Goldorak

  • Par kelenborn - 08/07/2017 - 15:23 - Signaler un abus Par cloette

    Oui et...il y a aussi le Macroleo: celui qui se prend pour le roi!

  • Par kelenborn - 08/07/2017 - 15:26 - Signaler un abus cloette+ganesha

    Mais enfin!!!avant de nous ressortir le balai du père fouettard du placard, peut être faudrait-il d'abord libérer la croissance! Or que fait Macroléon? Il envoie l'escrologiste au gouvernement!! c'est reparti pour le sous-développement durable!

  • Par Ganesha - 08/07/2017 - 16:23 - Signaler un abus 25,7 % du PIB français !

    Cloette, auriez vous le courage de lire cet extrait d'un article du Parisien et d'essayer de le comprendre ? Ou bien pour vous, c'est du chinois ? Les problèmes essentiels du monde actuel, c'est la spéculation boursière frénétique, permise par l'Assouplissement Quantitatif, et la non-séparation des banques de dépôt, acceptée par Sarko en 2008. En 2017, la fortune cumulée des Français les plus riches représente 25,7 % du PIB français. Elle ne représentait que 6,4 % du PIB en 1996. En 22 ans de classement «Challenges», le produit intérieur brut (PIB) français a à peine doublé, passant de 1259 milliards d'euros en 1996 à 2222 en 2017. Dans le même temps, la fortune des 500 personnes les plus riches de France du classement Challenges a été multipliée par sept, passant de 80 à 571 milliards d'euros de 1996 à 2017. La fortune cumulée des 10 Français les plus riches a été multipliée par 12. Cette progression est surtout due au cours de la bourse. Contrairement à ce qu'affirmait Fillon, appauvrir le peuple n'est pas la solution ! ==== http://www.leparisien.fr/economie/la-fortune-des-500-francais-les-plus-riches-multipliee-par-sept-en-20-ans-27-06-2017-7091565.php

  • Par Liberte5 - 08/07/2017 - 17:20 - Signaler un abus Seuls les médias seront là pour masquer le flou ......

    qui qui entoure la politique d’Emmanuel Macron, car à partir de maintenant la majorité des Français vont comprendre qu'il ont élu un produit qui ne correspond pas à l'emballage. Nous avons notre Obama.

  • Par ALAIN B - 08/07/2017 - 17:56 - Signaler un abus COCU

    On les entend pas les cocus !!!!!

  • Par cloette - 08/07/2017 - 18:30 - Signaler un abus oui mais

    Si les intérêts ne sont pas payés, l'argent n'a plus de valeur et la crise sera insoluble, c'est le gros piège dans lequel on nous a tous mis en 1974 ( je crois )

  • Par Cervières - 08/07/2017 - 18:43 - Signaler un abus @GANESHA

    Et oui, les fortunes professionnelles de nos plus riches ont gonflé, vu qu'ils font aujourd'hui des affaires non plus dans 4-5 pays comme en 1996 mais dans 50 ou 100 aujourd'hui avec la mondialisation et les sommes décrites sont plus à rapporter aux PIB cumulés de tous ces pays. La majorité de ces 500 plus grosses fortunes gagnent plus d'argent à l'Etranger qu'en France et apportent ici de nouvelles rentrées fiscales.

  • Par Ganesha - 08/07/2017 - 19:50 - Signaler un abus Cervières

    Bêtises et contre-vérités ! Mais je ne vais pas offrir un ''cours particulier '' !

  • Par Ganesha - 08/07/2017 - 20:03 - Signaler un abus Cervières

    Mme Bettencourt, propriétaire de l'Oréal, paie moins d'impôts que sa secrétaire !

  • Par Michèle Plahiers - 08/07/2017 - 21:55 - Signaler un abus Son ascension fulgurante

    fait peur. PLus on monte haut,....

  • Par Citoyen Ordinaire - 08/07/2017 - 22:19 - Signaler un abus Sans rire

    Mais après 50 ans de mensonges, comment croire au père Noel et aux promesses, surtout d'un président venu tout droit du club Bilderberg, comme son premier ministre ? Tout cela n'est que pour faire croire à la démocratie et empêcher de vous poser des questions.... Quand à la dette qui n'aurait jamais du exister (Loi du 03 Janvier 73), et à comment est produit l'argent aujourd'hui faites vos recherches.(Cf Maurice Allais, prix Nobel). Surtout quand la BCE crée 80 Milliards de fausse monnaie pour sauver le système financier tous les mois...pour des types qui ont vendu des montages complètement délirants. Mais vous devez vous payer toujours plus et vous serrer la ceinture ? Sans rire.. Un bon coup de balai dans la finance et la vie sera belle pour tous sur la planète. Mais avec Mr Macron...ca ne risque pas...alors continuons d'être dominés et esclaves des marchés. Un libéralisme sain sur des bases saines, oui. Un casino mondial au mépris de toute humanité, non. Il n'y a pas pire aveugle. Bises.

  • Par ajm - 08/07/2017 - 23:33 - Signaler un abus Obligation pour la France.

    Ganesha tente un débat économique et financier en mélangeant des données tirées de n'importe où, avec une culture personnelle dans ces domaines qui est pour le moins sommaire , mélangée avec un vécu professionnel manifestement très loin des sujets qu'il aborde avec son aplomb habituel et des préjugés dignes d'un gaucho primaire des blogs type Mediapart. Sur le fond, il faut avoir en tête que la France est un pays actuellement en déclassement accéléré et non plus la grande nation de la révolution qui tenait tête à l'Europe entière, ce qui, d'ailleurs, à l'époque, lui avait coûté sa place de première puissance occidentale au profit de la Grande-Bretagne. Il faut donc se remettre dans la course des nations sérieuses sous peine de tiers-mondialisation définitive de la France. Cela passe, qu'on le veuille ou non, par une vraie politique économique libérale et par le rejet des conneries socialo-facho franchouillardes habituelles. Il n'y a tout simplement aucune alternative à cette obligation.

  • Par Ganesha - 09/07/2017 - 03:05 - Signaler un abus AJM, fantasmes et racontars ?

    AJM, l'oligarchie qui gouverne le monde, Bill Gates, Zuckerberg, les milliardaires russes, chinois et mexicains, et en France, Arnault, Pinault, Bouyges et les autres, c'est un groupe ''d'honnêtes travailleurs'', qui paient régulièrement leurs impôts, correctement calculés ? Kerviel à la Société Générale et Macron chez Rothschild exerçaient des ''activités honorables'' ? Avez vous entendu parler ''d'optimisation fiscale'' et des paradis fiscaux ? La spéculation boursière, c'est un fantasme, des racontars ? Vous êtes un ''idiot utile'' qui nie l'évidence ! Le lien n'est pas Médiapart, mais le Parisien. http://www.leparisien.fr/economie/la-fortune-des-500-francais-les-plus-riches-multipliee-par-sept-en-20-ans-27-06-2017-7091565.php

  • Par ArCoat - 09/07/2017 - 09:53 - Signaler un abus Prendre aux uns

    (aux retraités) pour donner aux autres (aux actifs) peut se défendre (choix de société), mais ce n'est pas une réforme, et ne fera pas repartir l'économie. Ce que les retraités touchés ne dépenseront plus, les actifs le dépenseront peut-être (ou pas: épargne). Bref, pour la consommation, bilan probablement négatif, ou au mieux nul. Personnellement, je ne me plaindrai pas, mais je compte résilier ma mutuelle, laquelle me coûte bien plus qu'elle ne me rapporte. En devenant mon propre assureur, j'économiserai (sur le dos de la solidarité) largement de quoi payer la csg macron. Moralité: ainsi que le disait Bastiat, en économie, il y a ce qu'on voit, et ce qu'on ne voit pas. Je veux bien attendre un peu avant de juger, mais j'ai bien peur qu'on ne voie cette montagne accoucher d'une souris.

  • Par ajm - 09/07/2017 - 10:26 - Signaler un abus Reponses

    Ganesha vous mélangez tout: les activités de Macron dans le secteur des fusions -acquisitions étaient parfaitement honorables. L'optimisation fiscale n'est pas la fraude, c'est l'utilisation intelligente et parfaitement légale des lois et conventions fiscales. Comparer des Bill Gates, Arnault etc ...qui ont créé de grandes entreprises leaders dans leurs secteurs avec un employé de banque qui falsifiait les comptes de son employeur n'a pas de sens. S'agissant des fortunes de grands entrepreneurs qui se sont considerablement valorisées (pas toutes en réalité) en 20 ans, elles reflètent le flair et la capacité à profiter de la mondialisation, en particulier de l'Asie, bien au-delà du petit marché Français.

  • Par ArCoat - 09/07/2017 - 12:13 - Signaler un abus Ajm

    Vous avez à la fois raison et tort :=). Raison dans tout ce que vous écrivez, mais tort en essayant de raisonner Ganesha qui est un amusant provocateur.(enfin je l'espère pour lui)

  • Par Deudeuche - 09/07/2017 - 20:41 - Signaler un abus @ajm et ArCoat

    Laisser tomber! Ganesha est un gauchiste-FN, authentique libertaire, anti capitaliste et évidemment anti-chrétien, mysogyne sur les bords et qui traite "d'ordure" tout ce qu'il désapprouve. Néanmoins sa présence est utile et il est un de nos spring-partners préférés PS; et anti Allemands primaire!

  • Par Anguerrand - 10/07/2017 - 06:02 - Signaler un abus A ajm, Arcoat et Deudeuche

    Vous avez raison pour Ganesha, c'est un marxiste qui apprend l'économie dans l'Humanité, le journal de laCGT et a eu comme prof d'économie Nathalie Arthaud . Il est pro FN a la faveur de la présence de Philipippot. Il avait diagnostiqué la victoire de MLP, voilà un croûton ( c'est sa façon de parler habituelle) . Je le crois fonctionnaire et avec son balais toute la journée il a le temps de " penser" marxisme.et aux vacheries qu'il va écrire à toutes heures, en tout cas il ne semble pas débordé.

  • Par Anguerrand - 10/07/2017 - 06:10 - Signaler un abus Le G 20 ?

    Macron a déjà tout renoncer des promesses faites. On aurait eu Hollande le resultat aurait été le meme, la com en moins. Disons qu'il fait moins ridicule que notre ex pitre qui se prenait toujours les pieds dans le tapis, à tous les sens du mot. On a bien repris 5 ans de Hollandisme avec une majorité qui immanquablement va se disloquer, ça commence deja

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Alexis Massart

Alexis Massart  est directeur d'Espol, école européenne de sciences politiques et sociales de l'Université catholique de Lille.

 

 

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€