Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Dimanche 23 Novembre 2014 | Créer un compte | Connexion
Extra

Michigan : la victoire de Romney cache son énorme loupé sur l'industrie automobile de la région

Le républicain Mitt Romney a remporté ce mardi la primaire du Michigan. Mais cet État devrait soutenir massivement Barack Obama, lors de la présidentielle, qui a sauvé un secteur automobile américain particulièrement présent dans la région.

Trans-Amérique Express

Publié le
Michigan : la victoire de Romney cache son énorme loupé sur l'industrie automobile de la région

Mitt Romney a conforté sa position de favori pour la nomination républicaine en remportant la primaire du Michigan. Crédit Reuters

Mitt Romney a conforté sa position de favori pour la nomination républicaine en remportant la primaire du Michigan devant Rick Santorum, avec 41% des voix contre 38%. Couplé à sa victoire dans l’Arizona, 47% contre 26%, ce résultat lui permet d’aborder les dix scrutins du 6 mars prochain avec un regain de confiance.

Son succès dans le Michigan n’en a pas moins un goût amer. C’est l’Etat où il est né et a grandi. Son père George Romney en fut le gouverneur de 1963 à 1969. Au lieu de gagner haut la main, il a dû batailler. Sachant qu’en novembre, le Michigan voterait à une large majorité pour Obama.

Pourquoi ? Parce qu’en 2008 et 2009 le gouvernement fédéral a orchestré un plan de sauvetage de l’industrie automobile américaine, alors en plein marasme, et que les Républicains, Romney en tête, ont toujours critiqué ce plan. Or il a permis de sauvegarder trois millions d’emplois. Des emplois touchant des électeurs qui reprochent aux Républicains, et surtout à « l’enfant du pays », d’avoir voulu les sacrifier sur l’autel de l’orthodoxie économique.

Pour le comprendre, il faut remonter au mois d’août 2008.

Le prix du baril de pétrole vient de connaître un sommet à plus de 145 dollars. A la pompe, le « gallon » d’essence (4 litres) dépasse 4 dollars. Du jamais vu ! General Motors, Chrysler et Ford produisent alors, pour le marché américain, presque exclusivement des gros modèles (4X4, vans, pick-ups) à forte marge, mais très gourmands en essence. Les ventes ne cessent de chuter.

La crise des subprimes qui éclate au même moment assèche le marché du crédit. En quelques semaines les fabricants automobiles se retrouvent à cours de liquidité. Ils se tournent vers Washington et demandent 34 milliards. Sous peine de mettre la clé sous la porte.

L’industrie reine des Etats-Unis, le symbole de « l’American way of life », vacille. George W. Bush refuse de voir sa présidence associée à un tel cataclysme. Son administration prépare un plan de sauvetage et le 15 décembre, le Congrès approuve un prêt d’urgence de 17 milliards de dollars.

Le 21 janvier 2009 Barack Obama entre à la Maison Blanche tandis que les « Big Three » poursuivent leur descente aux enfers. Dans les mois qui suivent, 25 autres milliards sont débloqués. Finalement, en échange d’une prise de participation de l’Etat à hauteur de 60% de GM, et d’un rachat partiel de Chrysler par l’italien Fiat, les deux constructeurs et Washington s’entendent sur un plan de restructuration. Ford s’en sort grâce à une ligne de crédit privée.

Après un bref passage par la case « banqueroute » GM et Chrysler renaissent et relancent leur production. Le plan de restructuration les engage à investir dans la production de véhicules électriques ou à faible consommation, à baisser les salaires et les prestations sociales, ainsi qu’à réduire le nombre de leurs concessionnaires. L’UAW (United Auto Workers), le grand syndicat automobile, partie prenante aux négociations, et nouvel actionnaire de GM (à hauteur de 17%) et Chrysler (à hauteur de 55%), accepte ce tour de vis et suspend toute revendication jusqu’en 2015. Une décision qui lui permet de préserver son existence. Car la faillite totale de l’industrie automobile aurait entraîné sa disparition.

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par Mandos - 29/02/2012 - 14:44 - Signaler un abus Quand même bien pratique

    Ce système où on peut acheter des voix à coups d'argent emprunté aux générations futures pour conserver les réseaux d'influence et les mandarins en place sur le dos des salariés du Michigan et de l'ensemble des contribuables américains. Bravo Barack. Oh, et pour une fois que l'occasion se présente de le dire - au point que vous fûtes vous-même obligé de l'admettre : sur ce point précis, les Républicains ont effectivement eu parfaitement raison, et ont pour une fois soutenu un raisonnement économique cohérent. Seulement voilà "ce raisonnement ignore le facteur humain". Et cette phrase, pour Gérald Oliver et tous les soc-dem bon teint, c'est le sésame pour l'abandon de toutes les démonstrations qui ont pu précéder, le passe-droit qui permet de se vautrer la conscience tranquille dans l'apologie de systèmes de corruption institutionnalisée et de décisions économiques désastreuses à long terme pour les petits pouvoirs d'achat, tout en continuant à passer pour un grand humaniste.

  • Par Redmonde - 29/02/2012 - 15:52 - Signaler un abus ROMNEY, la politique comme un business

    La grande faiblesse de Romney, c'est qu'il aborde la politique comme un businessman: détaché, sans émotions, des calculs, beaucoup d'argent , des superPACs , de la stratégie électorale. Il ne sait pas susciter l'enthousiasme, juste la tiédeur (on soutient Romney parce qu'on pense que Santorum est trop extrémiste). Il n'est pas aimé non dans le GOP. Son image de patron (chez Bain) qui restructure en licenciant à tour de bras lui colle à la peau. Dans le Michigan industriel, c'est spécialement mal vu.

  • Par dranreb - 29/02/2012 - 16:37 - Signaler un abus journaleux Français >>>

    occupez vous de vos affaires laissez les autres faire comme bon leur semble.

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Gérald Olivier

Gérald Olivier est journaliste et  partage sa vie entre la France et les États-Unis. Titulaire d’un Master of Arts en Histoire américaine de l’Université de Californie, il a été le correspondant du groupe Valmonde sur la côte ouest dans les années 1990, avant de rentrer en France pour  occuper le poste de rédacteur en chef au  mensuel Le Spectacle du Monde.  Aujourd’hui il est consultant en communications et médias et se consacre à son blog « France-Amérique ».

Il est l'auteur de Mitt Romney ou le renouveau du mythe américain, paru chez Picollec on Octobre 2012.

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€