Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Samedi 16 Décembre 2017 | Créer un compte | Connexion
Extra

Les Etats-Unis et le gaz de schiste : comment démêler le vrai du faux

Le débat sur le gaz de schiste est encombré de toutes sortes de clichés et de désinformation. Un petit tour d'horizon pour y voir plus clair.

Decod'Eco

Publié le
Les Etats-Unis et le gaz de schiste : comment démêler le vrai du faux

Le gaz de schiste, il y a ceux qui sont pour et ceux qui sont contre. Généralement, les deux n’aiment ni débattre ensemble ni même se rencontrer. Le gaz de schiste fait aussi partie de ces sujets qui peuvent transformer un paisible déjeuner en véritable champ de bataille.

Pour tout vous dire, j’hésite toujours à écrire sur le gaz ou le pétrole de schiste, n’ayant aucune velléité à me faire traiter de vendue par un parti ou l’autre mais aussi tout simplement par manque de sources d’information fiables et impartiales. La plupart des faits (même les simples chiffres) sur le sujet sont à prendre avec des pincettes… et ne parlons même pas des articles, forums et autres formes d’expression.

Le sujet est tellement explosif qu’il en est devenu tabou. Le 12 septembre dernier, François Hollande présentait les 34 plans de la "Nouvelle France industrielle" préparés par Arnaud Montebourg. Sauf qu'à l’origine, comme le révèle L’Usine Nouvelle, ce n’est pas 34 plans qui avaient été proposés mais 36. Dont un plan pour le nucléaire… et un autre sur les gaz de schiste. 

Malgré tout, le gaz de schiste, il faut en parler, ne serait-ce que, selon l’Agence américaine d’information sur l’énergie (IEA), parce que les États-Unis devaient cette année devenir les premiers producteurs de gaz — et de pétrole — au monde, devant la Russie et l’Arabie Saoudite, et ce grâce à la fracturation hydraulique. 

Or, plusieurs questions se posent : quelle influence a eu le gaz (et le pétrole) de schiste sur l’économie américaine ? Qu’implique un très faible cours du gaz aussi bien pour l’industrie gazière que pour le prix de l’énergie aux États-Unis ? Quelle est l’ampleur des réserves de gaz de schistes américaines et peuvent-elles réellement faire une différence en termes d’emplois ou de compétitivité ? L’indépendance énergétique est-elle pour demain ?

Petit tour d’horizon des réponses…

Le poids du gaz de schiste dans l’économie américaine

Selon l’EIA, la production de gaz de schiste américaine est actuellement de 7 850 milliards de pieds cube (soit 220 milliards de mètres carrés si je ne me suis pas trompée dans mes calculs), ce qui représente un tiers de sa production totale de gaz.

Une production qui permet aux Etats-Unis d’augmenter (un peu) leur indépendance énergétique, comme le rappelle une étude du Crédit Agricole datant de juillet dernier : “De plus, le ratio de dépendance énergétique (part de l’énergie importée dans l’énergie consommée) devrait passer de 28% à 24% d’ici à 2030. Le ratio de dépendance vis-à-vis du pétrole diminuera de 66% à 60% et celui du gaz de 12% à 9% sur la même période”.

Huile et pétrole de schiste devraient donc contribuer à rééquilibrer, lentement et partiellement, la balance commerciale américaine même si l’indépendance énergétique américaine devrait pendant encore longtemps rester ce qu’elle est, à savoir un mythe. 

Quant aux conséquences profondes sur l’économie américaine, le débat est intense pour ne pas dire violent (et biaisé), les chiffres difficilement vérifiables et partiels. 

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par yt75 - 16/10/2013 - 10:30 - Signaler un abus Imports US

    "Ajoutons à cela que les États-Unis qui étaient devenus d’importants importateurs de gaz ne sont pas équipés des infrastructures permettant d’exporter le gaz. Le gaz a en effet besoin d’être liquéfié (GNL) pour être transporté sur de grandes distances." Les Etats-Unis n'ont jamais été un importateur majeur de gaz par méthaniers (GNL). Leurs importations de gaz ont toujours été très majoritairement du Canada, et cela par gazoduc (pipeline) : http://www.eia.gov/dnav/ng/ng_move_impc_s1_m.htm (par contre effectivement les projets de terminaux méthaniers d'import existaient, maintenant plus des projets de terminaux d'export) Où l'on remarque aussi qu'ils sont toujours importateurs net de gaz. Par ailleurs les aspects financiers et bullesques sont très importants autour du gaz de schiste, voir par exemple le rapport de Deborah Rogers sur : www.shalebubble.org (et articles sur le New York Times à ce sujet).

  • Par helios - 16/10/2013 - 10:33 - Signaler un abus et les coûts dans tout ça ?

    il manque une étude du coût réel de ce gaz, qui incluerait : -- les aides fiscales (je ne sais combien de $ par puits, et il y en a un tas) -- les dettes accumulées pour rendre possible cette exploitation. -- les coûts de réparation du préjudice environnemental, s'il existe. La même chose devrait d'ailleurs être faite pour l'énergie nucléaire (combien coute la surveillance des déchets pendant 10000 ans ?).

  • Par yt75 - 16/10/2013 - 11:54 - Signaler un abus @helios

    Oui en effet c'est vraiment ce qu'il manque. Sans oublier qu'il y a les couts mais aussi les bénéfices, et que les possibilité de bénéfices du "business complet" ne se résument en rien à la vente du gaz, et surtout aux US (en particulier du fait de la législation sur la propriété des ressources en sous sol, et de la multitude de sociétés sur le marché) : - revente des "lease" ou droits de propriétés sur les terrains - faire monter les actions en bourse, sortir au bon moment - frais financiers associés à toutes les transactions et service des dettes - etc

  • Par Ravidelacreche - 16/10/2013 - 18:11 - Signaler un abus le gaz de schiste : comment démêler le vrai du faux

    Il faut repérer les faux derches.

  • Par prochain - 16/10/2013 - 19:57 - Signaler un abus 2000 nouveaux millionnaires au dakota du Nord

    Ruée vers le pétrole dans le Dakota du Nord enquête du Monde. Les nouveaux Eldorados seront la Nouvelle Zélande et la formation Monterey en Californie, c'est le moment d'acheter des actions yt75@ à 5 - 6 dollars (au lieu de raconter des salades). L'énergie bon marché en abondance est la clé de la réussite n'écoutez pas les pisse-vinaigres

  • Par yt75 - 21/10/2013 - 08:20 - Signaler un abus @prochain

    Ça roule ma poule, vas y fonce

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Cécile Chevré

Cécile Chevré est titulaire d’un DEA d’histoire de l’Ecole pratique des hautes études (EPHE) et d’un DESS d’ingénierie documentaire de l’Institut national des techniques de documentation (INTD). Elle rédige chaque jour la Quotidienne d'Agora, un éclairage lucide et concis sur tous les domaines de la finance.

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€