Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Jeudi 21 Septembre 2017 | Créer un compte | Connexion
Extra

Etats-Unis / Canada / Mexique : Pourquoi Trump veut-il la renégociation de l'ALENA ?

Les discussions relatives à la renégociation de l’Accord de Libre-Echange Nord-Américain (ALENA) se sont ouvertes le 16 août dernier.

Chamboule-tout

Publié le
Etats-Unis / Canada / Mexique : Pourquoi Trump veut-il la renégociation de l'ALENA ?

Atlantico : Les discussions relatives à la renégociation de l’Accord de Libre-Echange Nord-Américain  se sont ouvertes le 16 août dernier. Un traité qualifié de désastre par Donald Trump. Quel bilan peut-on tirer du traité signé en 1994, du point de vue des 3 pays concernés ? 

Frédéric Farah : Ce traité a été au moment de sa signature l’une des illustrations significatives de la période que certains ont qualifié de « mondialisation heureuse », période qui court selon nous de la fin de l’URSS en 1991 jusqu’aux premières contestations à l’égard de ce phénomène en 1999 à Seattle. Non pas que la mondialisation fut heureuse, mais fut vivace et peut l’être encore, la croyance que l’extension des principes du marché à l’échelle du monde serait profitable à tous. La promotion du libre échange comme jeu à somme positive, à même de réduire les écarts de développement entre les nations a connu de riches heures dans les années 1990. 

L’ALENA, traité de libre échange entre le Mexique, les Etats Unis et le Canada devait donc en profiter  aux trois indifféremment de leur poids économique. 24 ans après,  ce temps euphorique apparait vraiment loin.

Le bilan de ce traité fait l’objet de débats extrêmement rugueux afin de savoir si ce traité valait la peine d’être signé. Dans les débats, ce sont souvent les rapports Mexique et Etats Unis qui dominent le devant de la scène. Pour les détracteurs du traité, la main d’œuvre peu qualifiée, l’agriculture mexicaine, les PME, les droits sociaux sont les grands perdants.  

Le bilan pour les travailleurs américains n’est guère reluisant, surtout pour les catégories les plus vulnérables. Plus de 700 000 emplois perdus, qui s’accompagnent de salaires stagnants et une redistribution de la richesse du bas vers le haut. Les pertes se font sentir dans les Etats du Michigan, du Texas et de la Californie, qui concentrent une forte activité industrielle. Pire, le traité a servi de levier de pression sur les salariés américains pour qu’ils en rabattent sur leurs revendications salariales ou leurs droits sociaux. C’est le tristement célèbre chantage à la délocalisation. Ce traité a été le levier d’une puissance offensive anti syndicale. 

Mais le cercle vicieux a été plus loin. Le Mexique, particulièrement dans l’agriculture et la petite entreprise a subi de lourdes pertes presque deux millions de  destructions dans l’agriculture, amplifiant les mouvements migratoires vers les Etats Unis. Cette présence abondante de travailleurs peu qualifiés a exercé une pression à la baisse sur les salaires aux Etats Unis. Les PME américaines ont vu leur part sur le total des exportations vers le Mexique et le canada a baissé, elle est passée de 15à12% entre 1996 et 2012.

Néanmoins certains insistent pour rappeler les avantages du libre échange et particulièrement dans le secteur automobile américain qui a retrouvé de la compétitivité en délocalisant des lignes de production au Mexique ou encore pour ce dernier qui est devenu une porte d’entrée pour le marché américain attirant de la sorte des investisseurs étrangers. De la sorte, le Mexique s’est trouvé gagnant.

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par Liberte5 - 21/08/2017 - 13:30 - Signaler un abus Analyse un peu courte mais qui en gros montre bien les enjeux...

    à venir pour les 3 Pays. Le bilan de ces accords montre que la mondialisation heureuse n'était que dans la tête des dogmatiques qui voulaient que l'occident distribue une part de ses richesses vers des pays moins développés. Si la mondialisation est devenue incontournable il faut que toutes les parties y gagnent ou au moins que l'occident y perde moins et ne soit plus le dindon de la farce comme le voulaient et le veulent toujours la gauche mondialiste des pays occidentaux. D. Trump a une analyse solide qui lui permet de changer les règles du jeu, sans remettre en cause les échanges commerciaux profitables à toutes les parties.

  • Par vangog - 21/08/2017 - 23:15 - Signaler un abus @Liberte5 parfaitement d'accord avec votre analyse!

    Et ce professeur de science po, après avoir dessiné un bilan objectif catastrophique de la mauvaise ALENÀ, à bien du mal à lui trouver des avantages....certes les échanges ont triplé, mais ils ont triplé partout dans le monde, et sans cette ALENA inepte! Quant à reduire les écarts de développement entre pays, ils ne sont un objectif enviable que pour une science pipologue biberonné à la pensée unique égalitariste et uniformisante, mais est-il capable d'imaginer que le Mexique n'atteindra jamais le niveau des USA, et qu'il n'est pas souhaitable qu'il l'atteigne, en perdant son identité, et pour se soumettre à un égalitarisme malsain? Obama-Clinton étaient totalement soumis à cet ultra-libéralisme malfaisant, et incapables de contrer les effets ultra-pervers de l'ALENA (de chacal). Fort heureusement, Donald y réussira, et le nouvel accord sera gagnant-gagnant pour les 2 pays car il respectera leurs identités (créativités) propres, sans vouloir bêtement mixer l'une dans l'autre (beurk!)...

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Frédéric Farah

Frédéric Farah est diplômé de Sciences-po Paris, professeur de sciences économiques et sociales et chargé de cours à l’université Paris Sorbonne-Nouvelle. Il a contribué à l’ouvrage collectif Regards sur un XXIè siècle en mouvement (Ellipses, 2012).

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€