Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Mardi 23 Octobre 2018 | Créer un compte | Connexion
Extra

Les états généraux de l'alimentation ont-ils été organisés juste pour gagner du temps ?

Le dernier épisode sur l'absence d'accord sur la loi issue des états généraux de l'alimentation renvoie à la question de l'utilité de ceux-ci : et s'ils avaient été organisés pour temporiser la contestation du monde agricole (face à des situations de crise à répétition) davantage que pour lui venir en aide ?

Utile ?

Publié le
Les états généraux de l'alimentation ont-ils été organisés juste pour gagner du temps ?

 Crédit JOEL SAGET / AFP

Mon propos va bien sûr paraitre iconoclaste, et me vaudra quelques commentaires outrés. Mais tout de même... S'il y avait eu la volonté de contenir les mouvements contestataires nés des situations bancales dans l'agriculture, aurait-on pu obtenir un meilleur résultat qu'avec les états généraux de l'alimentation ? Depuis l'arrivée du gouvernement actuel, il n'y a (presque) pas eu de manifestations agricoles, on ne parle plus du partage de la valeur ajoutée que sous la forme de solutions en train d'être trouvées...

Et pendant ce temps, la France soutient les accords de libre-échange que pourrait signer Bruxelles avec le Mercosur (pays de l'Amérique latine) ou l'Australie, elle n'informe pas la Commission européenne de difficultés rencontrées sur la carte des zones défavorisées car elle les ignore avec les multiples visites sur le terrain reportées par Stéphane Travert, elle fait fi du pastoralisme avec ses décisions sur les prédateurs, elle ne respecte pas ses engagements de rattraper le retard dans le versement des aides européennes, et nous pourrions multiplier ici les exemples de prises de position qui vont à l'encontre d'un développement tant humain qu'économique de l'agriculture française. Et tout cela, sans contestation, en tout cas, pas d'envergure nationale. Uniquement parce qu'il existe cette (toute) petite lumière d'espoir d'un meilleur partage de la valeur ajoutée à travers la loi issue des états généraux...

Nous sommes en juillet 2018. En 14 mois depuis l'arrivée du gouvernement actuel, quel résultat concret pour l'agriculture française ? Ah si, on a failli l'avoir ! Un accord en commission mixte paritaire entre le Sénat et l'Assemblée nationale aurait (enfin) validé la loi issue des états généraux de l'alimentation, et donc entre autres une disposition présentant un nouveau mode de calcul des prix pour l'agriculteur, en principe plus favorable pour lui. Seulement cet accord n'est pas intervenu... en raison d'une intervention gouvernementale, gouvernement qui n'a pas accepté que des parlementaires osent faire leur boulot en apportant quelques amendements à son texte d'origine. De fait, ce « non accord » renvoie de plusieurs mois la décision finale sur la loi en question... Comme s'il s'agissait, encore et toujours, de gagner du temps ! Et de rien d'autre. La période actuelle, pré-électorale pour les chambres d'agriculture (élections en janvier) est particulièrement crainte par l'exécutif, car chaque syndicat agricole a intérêt à mobiliser ses troupes, et donc à manifester dès que quelque chose ne va pas. Aujourd'hui, l'impression donnée est qu'il existe bien plus de sujets où ça ne va pas que l'inverse, et pourtant les manifestations restent localisées, parfaitement contrôlables...

Focus sur le renvoi de la décision sur la loi issue des états généraux de l'alimentation

Techniquement, la loi agriculture et alimentation est passée devant l'Assemblée nationale, où elle a connu les amendements des députés, puis devant le Sénat avec ceux des sénateurs. La commission mixte paritaire (c'est-à-dire composée de députés et de sénateurs) réunie mardi dernier avait pour vocation de trouver les compromis entre le texte issu de l'Assemblée et celui après le passage des sénateurs. Dans notre démocratie, cela se passe de cette manière. Or, le souci est expliqué par le sénateur Daniel Gremillet (sénateur LR siégeant à la commission mixte paritaire, et surtout agriculteur et ancien président de la chambre d'agriculture des Vosges et vice-président de l'APCA, preuve de son engagement pour la profession agricole) : « Dès le départ, on a senti qu’il n’y avait aucune volonté du côté des députés de la majorité présidentielle pour parvenir à un accord. Et j’en veux pour preuve : le Sénat n’avait même pas encore achevé l’examen du texte, que le rapporteur de l’Assemblée nationale, déclarait dans la presse, qu’il serait très difficile de trouver un accord … et pourtant, en ce qui concerne le titre I, en comparant mot à mot, plus de 70 % de l’ensemble est conforme ou quasi-conforme au texte adopté par les députés, ce qui atteste d’une grande convergence de vues entre nous. »

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par morsang - 15/07/2018 - 09:44 - Signaler un abus mission impossible

    n'est-il pas difficile de décréter que les prix seront fixés par les producteurs en fonction de leurs coûts?comme pour le prix du livre.(Personne ne lit mais tout le monde mange)Compte tenu du niveau des salaires les gouvernements peuvent-ils se passer d'une préssion sur les prix (toutes les révolutions ont commencé par l'augmentation du prix du pain)le choix du syndicalisme agricole de privilégier exclusivement la petite exploitation familiale a-t-il permis à ce secteur d'activité de résister aux acteurs en aval devenus entre temps des mutinationales? .Mettre en tas pour négocier d'une part les petits exploitants d'autre part des multinationales comme Danone,Nestlé ou carrefour a-t-il un sens?Le gouvernement peut jouer les "monsieur Loyal" les éléphants n' auront-ils pas toujours raison.Mendras dans son livre "la fin des paysans" prévoyait l'avènement d'une agriculture industrielle;il avait tort dans ses prévisions avait-il tort dans sa démarche?L'agriculture espagnole produit aujourd'hui deux fois plus de porcs que la France et exporte dans le monde entier.Faut-il faire comme si ce modèle n'existait pas?

  • Par J'accuse - 15/07/2018 - 11:52 - Signaler un abus L'agriculture n'est pas une exception

    La logique de l’Élysée, et donc celle du gouvernement, et donc celle de la majorité, est pour l'agriculture comme pour tout le reste: faire croire que des problèmes sont résolus ou en passe de l'être, alors que tout est renvoyé à plus tard. Sine die en fait. Des réformes et des décisions qui ne changent rien, d'autres qui sont promises et soit n'arrivent jamais soit ressemblent aux précédentes, d'autres enfin qui aggravent les problèmes: voilà notre "démocratie" en action.

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Antoine Jeandey

Antoine Jeandey est rédacteur en chef de WikiAgri.

Voir la bio en entier

WikiAgri

WikiAgri est un pôle multimédia agricole composé d’un magazine trimestriel et d’un site internet avec sa newsletter d’information. Il a pour philosophie de partager, avec les agriculteurs, les informations et les réflexions sur l’agriculture. Les articles partagés sur Atlantico sont accessibles au grand public, d'autres informations plus spécialisées figurent sur wikiagri.fr

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€