Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Dimanche 22 Octobre 2017 | Créer un compte | Connexion
Extra

État islamique : au-delà du message audio supposé du « Calife », quelle stratégie pour se relancer après les défaites militaires ?

Les défaites subies en Irak et en Syrie cachent une profonde mutation du mouvement djihadiste qui envers et contre tous continue à mener sa lutte. Mais avec de nouveaux modes opératoires et à d'autres échelles.

Mutation

Publié le
État islamique : au-delà du message audio supposé du « Calife », quelle stratégie pour se relancer après les défaites militaires ?

Atlantico : On a souvent l'impression que l'Etat Islamique aurait été décapité et vivrait ses dernières heures depuis la prise des derniers bastions irakiens et syriens par leurs adversaires. Pourtant ils restent encore actifs dans les faits, avec attentats et réorganisation. Quelle forme est en train de prendre l'Etat islamique aujourd'hui ? Avec quels modes opératoires ?

Alain Rodier : Il est totalement exact que Daech (l'Etat Islamique -EI-) en train de perdre son implantation territoriale qu’il avait établi en 2014-2015 située à cheval sur la Syrie et l’Irak. Le pseudo « Etat » islamique a vécu. Cela veut dire que ce mouvement salafiste ne gère plus des espaces géographiques et des populations avec une « administration » qui réglait la vie de ses ouailles avec une méthode bureaucratique à la soviétique. Point fondamental, Daech va perdre des sources de revenus importantes dont les ressources pétrolières, les impôts et différentes taxes qu’il prélevait régulièrement.

Mais cela ne signifie en aucun cas que Daech est vaincu. En fait, à l’image du prophète Mahomet qui avait dû fuir la Mecque pour se réfugier à Médine, il s’agit d’un « retour au désert » qui se traduit par une plongée dans la clandestinité et la poursuite d’une guerre asymétrique. Pour ce qui concerne ses finances, il va devoir plus faire appel aux revenus de ses différents trafics criminels. 

D'origine irakienne, l'organisation de l'Etat islamique s'est internationalisée depuis sa fondation. Quel est son champ d'action aujourd'hui et où risque-t-on de le revoir revenir en force tout particulièrement dans les années à venir ?

Tout d’abord, en Syrie et en Irak, Daech va mener des opérations de guérilla qui vont perdurer dans le temps. En effet, ni Damas ni Bagdad n’ont les moyens humains et matériels pour tenir totalement le terrain. Seules les grandes villes et les zones stratégiques seront placées sous étroite surveillance - ce qui n’empêchera pas le déclenchement d’attentats spectaculaires comme c’est déjà souvent le cas -. Daech est toujours en mesure de mener des actions offensives de type hit and run un peu comme sa branche égyptienne le fait déjà dans le Sinaï. Il est encore capable de mettre en oeuvre des armements lourds en Syrie et des missiles anti-chars sur les deux fronts. Un fait inquiétant: il semble être mieux doté en armements anti-aériens comme des missiles sol-air à courte portée. 

Les populations, en particulier rurales vont être prises entre le marteau et l’enclume : d’un côté les forces gouvernementales qui ne pourront les protéger en permanence et qui seront promptes à dénoncer d’éventuelles "complicités" avec les "terroristes", de l’autre les hommes de Daech qui feront régner la terreur vers ceux qui refusent de respecter la charia et de collaborer avec eux. Pour reprendre un exemple historique récent, la Syrie et l’Irak se retrouvent un peu dans l’état où était l’Algérie au début des années 1990 durant les "années noires". Les victimes - surtout civiles - vont continuer à se compter par milliers.

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par A M A - 01/10/2017 - 11:01 - Signaler un abus Question à poser à l'entité

    Question à poser à l'entité qui manipule le Califat et l'islamisme.

  • Par Marie-E - 01/10/2017 - 21:23 - Signaler un abus A M A

    pourriez vous être plus explicite ? je ne comprends rien à votre commentaire

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Alain Rodier

Alain Rodier, ancien officier supérieur au sein des services de renseignement français, est directeur adjoint du Centre français de recherche sur le renseignement (CF2R). Il est particulièrement chargé de suivre le terrorisme d’origine islamique et la criminalité organisée.

Il est l’auteur, en 2017 de Grand angle sur l'espionnage russe chez Uppr et de Proche-Orient : coup de projecteur pour comprendre chez Balland, en 2015, de Grand angle sur les mafias et de Grand angle sur le terrorisme aux éditions Uppr ; en 2013 du livre Le crime organisé du Canada à la Terre de feuen 2012 de l'ouvrage Les triades, la menace occultée (éditions du Rocher); en 2007 de Iran : la prochaine guerre ?; et en 2006 de Al-Qaida. Les connexions mondiales du terrorisme (éditions Ellipse). Il a également participé à la rédaction de nombreux ouvrages collectifs dont le dernier, La face cachée des révolutions arabesest paru chez Ellipses en 2012. Il collabore depuis plus de dix ans à la revue RAIDS. 

 

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€