Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Vendredi 24 Octobre 2014 | Créer un compte | Connexion
Extra

L'Etat-Exemplaire : le pari impossible de la moralisation
de nos élites

François Hollande a déclaré vouloir proposer la nomination des hauts-fonctionnaires au Parlement dans l'optique d'équilibrer les pouvoirs, et de faire de l'Etat français un Etat-Exemplaire. Mais peut-on réellement moraliser les élites françaises ?

Exemplarité... bof

Publié le

Atlantico : François Hollande a déclaré vouloir soumettre au Parlement les candidatures aux hauts-postes de la République pour selon lui garder un équilibre politique et participer à la construction d’un Etat Exemplaire. Peut-on interpréter cette déclaration comme la volonté de maîtriser la reproduction des élites ?

Maurice Bernard : Dans l’idéal, c’est une bonne initiative de chercher à lutter contre le copinage. Mais il ne s’agit pas d’oublier que le copinage a été le fait de tout le monde, la droite comme la gauche.

C’est un sport très répandu en France et depuis longtemps. La volonté de le réduire ne peut être que louable et déjà en 1980, la gauche disait vouloir « couper les têtes ».

D’un côté, on comprend bien que dans les deux camps, mettre à la tête de hauts postes politiques à droite comme à gauche des personnalités qui ne soient pas des ennemis est primordial, seulement, cela va à l’encontre du principe, qui devrait normalement être majeur : The right man in the right place (la bonne personne au bon endroit). Soit trouver dans notre République « le meilleur » à un poste donné. Cela soulève une question un peu philosophique à savoir : Qui est le meilleur ? L’excellence n’est pas facile à définir.

Ensuite il faut prendre en compte le problème de l’adéquation, en effet le meilleur mathématicien ou le meilleur juriste ne seraient peut-être pas qualifiés pour diriger une grande institution. Le meilleur suppose donc « en fonction d’un objectif ».  Ceci dit, la déclaration de François Hollande dénote d’un souci – tout à fait compréhensible d’ailleurs – de transparence vis-à-vis de la population naturel en démocratie.

Les hommes politiques doivent avoir  aussi une idée claire du Bien Commun surtout quand on considère qu’une nomination à la tête d’une entreprise ou une grande administration est une question fondamentale.

En cela, je trouve que la démarche adoptée par les meilleures universités sont spécifiées telles que Harvard  ou Cambridge tout à fait intéressante car elles abordent leur recherche de la meilleure personnalité, du meilleur homme à l’échelle mondiale. Une fois l’objectif de recherche défini, elles mettent en place un comité de sélection composé de personnalités indépendantes qui n’ont pas d’attaches intéressées.

Elles semblent avoir compris que, l’essentiel quand un parti politique arrive au pouvoir, c’est la qualité des hommes qui l’entourent et le forment. Il faudrait avoir des gens de grande qualité. Si un Président, un Premier Ministre a autour de lui des gens de très haute qualité intellectuelle humaine et professionnelle, ils conseilleront normalement les bonnes personnes car les bons attirent les bons. En revanche, si on se laisse aller à de simples amitiés politiques, on sort totalement de l’objectif d’excellence.

N’est-ce-pas un peu paradoxal de la part de François Hollande de soumettre à d’autres hauts-fonctionnaires la nomination de leurs semblables au Parlement ?

J’irais même plus loin, j’y vois un danger. D’abord parce que les parlementaires ne sont pas forcément en dehors de l’élite française, la plupart fait partie de l’establishment. Mais surtout le fait de présenter les nominations au Parlement ouvre une porte dangereuse à la politisation des candidatures. Quelle que soit l’opposition, ce serait pour elle l’occasion de tirer à vue. Si le gouvernement, supposons, de droite, veut proposer quelqu’un, les gens de gauche s’y opposeront, et vice versa.

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par laurentso - 29/04/2012 - 11:04 - Signaler un abus Oui bien sûr on peut.

    A condition de ne pas scier la branche sur laquelle, nous, citoyens, sommes assis et ne pas laisser s'installer "la tyrannie de la majorité" comme l'appelait Tocqueville. Cela veut dire lire la presse au lieu de la conchier, adhérer à des associations, des partis ou des syndicats au lieu de les dénigrer, faire agir les contre-pouvoirs, quoi.

  • Par Ludo1963 - 29/04/2012 - 11:11 - Signaler un abus Hollande et Rose mafia

    Ce livre est choquant, ecoeurant. Étouffé par les medias. Cette ordure de Kucheida au centre de ce système est un soutien proche de Flamby qui etait au courant, comme Aubry. On entend plus le coq Montebourg Tous ces gens immaculés préfèrent taper sur Sarko avec l aide des medias. Hollande, mouillé jusqu au cou, protégé par les medias. En grand chevalier blanc de la vie publique LES FRANÇAIS SONT TELLEMENT CONS ET DE MAUVAISE FOI Que le baratin de cette bille marche J ai hâte qu il s y colle à la fonction de président . Ce sera la fin du PS

  • Par laurentso - 29/04/2012 - 11:18 - Signaler un abus Eh, ludo1963

    Vous dites que ce livre est "étouffé par les médias". mais alors, pourquoi Le Figaro n'en reprend pas des pages ? pourquoi les élus, les candidats de Droite, n'en font jamais mention ? A entendre certains, nous serions (déjà!!) dans une dictature stalinienne ! Non, chacun peut s'exprimer. La presse est libre. Donc si ce livre -qui contient sans doute des choses intéressantes- n'est pas plus repris, c'est qu'il y a peut etre des raisons.

  • Par Mamounette - 29/04/2012 - 15:56 - Signaler un abus Rose Mafia

    J'ai lu ce livre, il semblerais que le poste dudit Kucheida serait gelé par la mèremptoire. Ce livre n'a pas eu la publicité qu'il mérite, nous apprenons le système de financement du PS du Pas de Calais. L'hypodrome de Compiègne est de la petite bière à coté, selon le PS il aurait été vendu à un prix trop bas. Nonobstant, que ce sont les Domaines qui fixent le prix, mais il est vrai que le prix demandé peut-être plus élevé. Dans Rose Mafia, c'est l'inverse, le prix payé par les organismes locaux lors de l'achat d'un terrain ou immeuble est supérieure à l'estimation des Domaines. La différence va dan sla poche du PS local. Il y a aussi un problème de haine locale entre les fédérations du Nord (Aubry) et Pas de Calais (Percheron) . Le cher Arnaud ne parle guère du Nord et plus précisement du Pas de Calais. La mèremptoire n'a pas peut-être pas intérêt à trop sortir les cadavres du placard, il y a aussi ses turpitudes. Pour gagner le PS, il faut avoir le soutien des Bouches du Nord. (les journalistes de Marianne et du Figaro Magazine, sic). Le FN Steeve Briois a été mis en place par le PS héninois, quand Hollande accuse Sarko d'avoir favorisé le vote FN, qu'il balaye devant sa porte.

  • Par cqoiqéqon - 29/04/2012 - 19:48 - Signaler un abus tatatata

    effectivement la moralisation des élites est impossible, parce que par nature l’élection est une forme de désignation d'un pouvoir et qui détient le pouvoir souhaite le conserver et qui ne l'a pas souhaite le posséder. A ce jeu, il n'y a pas de place pour la morale. Une solution? pensez stochocratie ou acceptez de subir les conséquences de se que vous appelez bêtement une démocratie. "il est oligarchique que les magistratures soient désignées par le vote, il est démocratique qu'elle le soit par le sort!" Aristote méditez là dessus où circulez, philosophes de comptoir.

  • Par Septentrionale - 30/04/2012 - 03:59 - Signaler un abus http://toutsaufhollandepourquoi.wordpress.com/

    VOTONS N.SARKOZY

  • Par galt17 - 30/04/2012 - 07:56 - Signaler un abus quelle elite?

    L'été d'un pays c'est avant tout les chefs d'entreprises, les inventeurs et non pas les hauts fonctionaires. En résume ce sont les créateurs de richesses qui forment notre élites, les autres ne sont que des petits soldats aux ordres du pouvoir politique issue des mêmes cenacles. L'auteur étant lui même fonctionnaire, son schéma de lecture reste archaïque.

  • Par fifi90 - 30/04/2012 - 21:41 - Signaler un abus Hollande rigole

    L'Etat-Exemplaire : le pari impossible de la moralisation de nos élites , Hollande se moque de qui ? Il n'est pas propre, vu qu'il a trompé sa compagne Royal pendant plusieurs années avec sa compagne actuelle, la moralisation commence par son propre couple, il a été nul, aujourd'hui il vient faire la morale aux français, Hollande VA TROMPER LES FRANCAIS COMME IL L'A FAIT A MME ROYAL.

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Maurice Bernard

Maurice Bernard est l'ancien directeur de l’enseignement et de la recherche de l’École Polytechnique. Il était également Directeur du Laboratoire de recherche des musées de France, au Louvre.

Il est l'auteur de l'essai en trois volumes Les Elites Françaises (L'Harmattan, mars 2010) : La méritocratie française, La marche vers le pouvoir et Ombres et lumières.

 

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€