Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Samedi 20 Octobre 2018 | Créer un compte | Connexion
Extra

Et voilà ce que le manque de sommeil peut faire à votre santé

Quels sont les impacts concrètement ressentis physiquement et moralement lorsqu'on ne dort pas suffisamment ?

Siestes réparatrices

Publié le
Et voilà ce que le manque de sommeil peut faire à votre santé

 Crédit PATRICK BERNARD / AFP

Atlantico : Quels sont les impacts concrètement ressentis physiquement et moralement lorsqu'on ne dort pas suffisamment ? (dépression, capacité intellectuelle, physique..).

 
Joëlle Adrien : L'insuffisance de sommeil a un impact en deux temps.
A court terme, c'est-à-dire pendant la journée qui suit, on est somnolent (surtout en début d'après-midi), on ressent de la fatigue physique (manque d'énergie) et intellectuelle (difficultés de concentration, pertes de mémoire).
De plus, on se sent psychologiquement plus fragile, irritable, voire démoralisé ou déprimé.
 
A long terme, si le sommeil est insuffisant plus de trois nuits par semaine, ces conséquences ressenties s'aggravent. Mais le plus préoccupant est que cette "dette de sommeil" a un l'impact négatif majeur sur la santé qui concerne notamment l'hypertension et les risques d'accidents cardio-vasculaires, le métabolisme et les risques d'obésité et de diabète de type 2, les défenses immunitaires et les risques de maladies infectieuses et de cancers, l'équilibre émotionnel et les risques de dépression, de burn-out et d'addiction...
 

Le neuroscientifique Matthew Walker explique dans son livre "Why We Sleep: The New Science Of Sleep And Dreams" que des dommages importants peuvent être causés lorsque l'on dort trop peu même une seule nuit. Est-il justifié d'être aussi alarmiste ?

 
Tous les spécialistes du sommeil mettent en garde sur les risques, pour la santé, de la dette chronique de sommeil, c'est-à-dire le manque de sommeil nuit après nuit.
Pour ce qui est des conséquences d'une seule nuit de sommeil trop court ou de mauvaise qualité, il ne faut pas être trop alarmiste: la plupart du temps l'organisme en bonne santé met en place des mécanismes de compensation, notamment un sommeil beaucoup récupérateur la nuit suivante. Mais chez les personnes fragiles ou en mauvaise santé, l'impact d'une seule "mauvaise nuit" peut aggraver brutalement une maladie pré-existante.
 

La sieste peut-elle être une alternative pour ceux qui ont du mal à dormir plus de 5h par nuit ?

 
Oui, la sieste est une très bonne alternative. On a montré que 30 min de sieste après une nuit trop courte permettait de rétablir, non seulement la vigilance, mais aussi la fatigue, les défenses immunitaires, l'équilibre émotionnel... etc, c'est-à-dire de diminuer les dégâts causés par l'insuffisance de sommeil. Mais attention, cette sieste ne soit pas dépasser une durée de 20 à 30 minutes et doit se faire avant 16h. Sinon, on entame son "capital sommeil" pour la nuit suivante qui sera à son tour de mauvaise qualité.
 

Matthew Walker évoque également le rôle des médecins soulignant qu'ils devraient sensibiliser les patients sur l'importance de dormir suffisamment. Le font-ils assez ? Sont-ils eux-mêmes suffisamment sensibilisés sur la question ?

 
La médecine du sommeil est une toute nouvelle discipline qui commence seulement à être enseignée en tant que telle dans le cursus médical en France. Mais les médecins sont sensibilisés à ce problème de par leur expérience de praticien ainsi que par les différentes formations qu'ils suivent. Toutefois, il leur est difficile de faire passer ce message dans notre société moderne hyperconnectée qui prône la performance, l'activité 7jours/7 et 24h/24!!
 
C'est toute la population qui doit être sensibilisée, chacun respectant son propre besoin de sommeil ainsi que le besoin de sommeil de son voisin !
 
Quelques gestes tout simples que chaque personne devrait intégrer dans son emploi du temps quotidien: le jour, 30 min d'activité physique (au minimum de la marche active) si possible le matin et en plein air (à la lumière du jour); la nuit, un "couvre-feu digital" (extinction des ordinateurs, tablettes, smartphones) à partir d'1h avant de se coucher et pendant toute la durée du sommeil.
 
Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Joëlle Adrien

Joëlle Adrien est neurobiologiste et directrice de recherche à l'INSERM et à la SFRMS (Société française de recherche et médecine du sommeil). Elle est aussi présidente de l'Institut National du Sommeil et de la vigilance, etauteur de Mieux dormir et vaincre l'insomnie, paru chez Larousse en juin 2014.

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€