Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Samedi 21 Juillet 2018 | Créer un compte | Connexion
Extra

Et voici les "non-souchiens" que nous aimons tant : Hallyday, Finkielkraut, Aznavour, Gainsbourg et tant d'autres

On ne parle pas assez d'eux. Et beaucoup trop des autres.

Y'a-t-il plus français qu'eux?

Publié le
Et voici les "non-souchiens" que nous aimons tant : Hallyday, Finkielkraut, Aznavour, Gainsbourg et tant d'autres

Finkielkraut se fait copieusement insulter. Il en a l'habitude. Il est l'homme que nombre de gens aiment haïr. Le philosophe a eu le malheur de relever qu'aux obsèques de Johnny Hallyday il n'y avait que des "blancs", des "souchiens" pour reprendre l'expression infâme  forgée par Houria Bouteldja des Indigènes de la République.

La banlieue en effet n'y était pas. Elle a d'autres idoles. Des rappeurs dont je me suis appliqué à ne pas retenir les noms. Pas par mépris. Par indifférence. Face aux injures le philosophe a jugé nécessaire de rappeler qu'il était lui-même un "non-souchien". Une occasion  pour parler enfin des "non-souchiens" qui font honneur à leurs origines, à la France et qui ont honoré la France par leur talent et leur attachement. Finkielkraut en effet est un Juif polonais. Comme Georges Charpak, prix Nobel.

Comme Goscinny, le père d'Astérix. Comme Jean Ferrat.

Johnny Hallyday, lui, était belge. Comme Marguerite Yourcenar, première femme à siéger à l'Académie Française. Académicienne également, l'Algérienne Assia Djebar. Le Sénégalais Léopold Sédar Senghor eut également un fauteuil quai Conti.

Encore un académicien : Joseph Kessel, Juif russe. Serge Gainsbourg était de la même origine que lui. Deux Arméniens maintenant : Missak Manouchian, héros de l'Affiche Rouge et Charles Aznavour. Des prix Goncourt : le Russe Andreï Makine et André Schwarz-Bart pas très français non plus.

Un Espagnol : Pablo Picasso. Des Italiens : Emile Zola et Max Gallo. Des métèques, des ritals, des juifs, des espingouins… Tous ont donné le meilleur d'eux-mêmes au pays qui les avait accueilli. Et tous avaient choisi la plus belle des patries qui soit : la langue française.

Tous des immigrés ou des descendants d'immigrés qui n'auraient jamais accepté qu'on puisse dénigrer ou détester la France, terre d'accueil, terre d'asile. Finkielkraut –revenons vers lui- est évidemment de ceux-là. Qu'on lui fasse un procès pour avoir constaté l'absence de certains aux obsèques de Johnny Hallyday témoigne du degré d'abaissement de notre débat public.

Il y a de cela plusieurs années quand la France remporta la Coupe du monde de foot une foule enthousiaste envahie les Champs Elysées. La banlieue était là, massivement représentée. Un chœur énamouré s'éleva pour chanter la beauté de la "France Black Blanc Beur". On avait alors le droit de s'enthousiasmer sur leur présence. Pourquoi n'aurait-on pas le droit aujourd'hui de constater leur absence ? 

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par Atlante13 - 12/12/2017 - 10:25 - Signaler un abus Le problème n'a jamais été la souche,

    mais la volonté et le désir d'être français pour autre chose que les allocations et les aides sociales.

  • Par Super Bobo - 12/12/2017 - 10:35 - Signaler un abus Polémique idiote

    Les "non-souchiens" n'étaient pas aux obsèques de Johnny parce que ce n'est pas le public de Johnny. Point barre. Vous iriez aux obsèques de Joey Starr, vous ? Ben non. Vous iriez aux obsèques de Jamel Debbouze ? Ben non. On peut pas forcer les gens à aller aux obsèques de quelqu'un qui ne signifie rien pour eux. Que ce soient des "souchiens" ou des "non-souchiens". Et d'ailleurs, à qui ils sont, ces chiens au fond ? Bref, une fois de plus, polémique stérile et clivante, juste bonne à se taper dessus en cadence.

  • Par assougoudrel - 12/12/2017 - 11:23 - Signaler un abus Souchiens = blancs

    Je croyais que "souchiens" voulais dire "français de souche". La Martinique est un département français depuis 1946 après que beaucoup de ses enfants aient trouvé la mort, d'autres estropiés pour la Patrie. J'ai salué tous les matins le Drapeau pendant près de 30 ans. Si être français de souche est une histoire de peau, il ne me reste plus qu'à aller aboyer près de la boite aux lettres avec mon frère...chien. Ou alors je n'ai pas compris toutes ces nuances.

  • Par cloette - 12/12/2017 - 11:27 - Signaler un abus @superbobo

    Souchien vient de "souche" ( Français de souche ) , mais ce qu'Houria Bouteldja appelle souchien est tout simplement un "blanc", car il faut le dire elle est raciste, et cela fait que l'article de Benoit Rayski ajoute à la confusion, car les personnes qu'il cite sont des souchiens dans l'esprit de l'auteur de l'expression.

  • Par cloette - 12/12/2017 - 11:30 - Signaler un abus @Assougoudrei

    la Martinique est française depuis plus longtemps que la ville de Nice, vous êtes donc un souchien , eh oui !

  • Par Mario - 12/12/2017 - 11:57 - Signaler un abus ah oui les martiniquais,

    ah oui les martiniquais, guadeloupéens, reunionnais sont bien des souchiens et j'en oublie...

  • Par assougoudrel - 12/12/2017 - 13:35 - Signaler un abus Merci, Cloette et Mario

    J'étais peiné, pas pour moi, mais pour un homme qui habitait près de chez mes grands parents. Pendant la dernière guerre, il avait combattu en France et en Allemagne où il avait été blessé par un éclat d'obus. Comme il vivait pauvrement, l'assistante sociale avait préparé tous les documents nécessaires afin qu'il obtienne la pension de guerre qu'il aurait dû toucher depuis longtemps. Au grand dam de ses enfants, il l'a refusée avec fermeté disant que pour lui cela aurait été un déshonneur d'accepter cet argent, qu'il avait combattu pour la France. Jusqu'à sa mort, il est resté campé sur sa position. Je me souviens qu'il me donnait le nom de chaque villes française et allemande où il était passé; il parlait comme s'il avait fait du tourisme et il s'exprimait lentement sans haine aucune. Beaucoup de nos dirigeants et privilégiés sont loin, très loin de lui arriver à la cheville.

  • Par adroitetoutemaintenant - 12/12/2017 - 15:16 - Signaler un abus Quelques traits de caractère de Johnny

    Il aimait Israël et les Etats Unis d’Amérique, il ne battait pas ses femmes, il n’était pas pédophile, il était blanc et hétérosexuel, bref il était très différent de toutes les mauviettes françaises !

  • Par kelenborn - 12/12/2017 - 17:12 - Signaler un abus Overdose

    j'en viendrais presque à partager l'opinion de Super Bobo, tellement on commence à en avoir ras-la-casquette de ce gloubigoulba de la pensée critique où les pétitions pour une canonisation immédiate de Johnny se multiplient: faut au moins ça pour "s'excuser" d'avoir oublié de l'accueillir à l'académie française! Mais que faisait alors Frankencroute ?de même que faisait-il quand il était encore au conseil d'administration de la LICRA la veille du procès Bensoussan!!! Il faut certes combattre la pensée unique odieuse mais pour cela, mieux vaut ne pas être ridicule! Mieux vaut voir que parmi ceux qui pleuraient leur idole il devait surtout y avoir des vieux se disant que.... pour eux la vie a commencé ..il y a un bout de temps! Pendant que 2 Bout est allé sur sa mobylette pleurer son idole, il nous aura foutu la paix! Mais être assez con , comme j'ai pu le lire ici pour affirmer que cette France la , qui n'en demandait pas tant, s'est réconciliée avec les riches, trop c'est trop ! Un de ces matins , Bruno va nous raconter que Melenchon a du reconnaitre qu'il avait eu tort de refuser de tailler une pipe à Tapie!

  • Par Liberdom - 12/12/2017 - 17:34 - Signaler un abus Eh oui

    Les staliniens bienpensants de nos médias, notre classe politique (sans classe du tout), les antiracistes (racistes) et toutes ces cliques qui veulent nous imposer leur pensée délétère représentent la nouvelle France. Cette France qui a perdu toute aura et tout crédit dans un monde où des hordes l'assaillent et lui crachent dessus; c'est aussi la France de toute cette faune gauchiste qui pratique la compassion à bon compte (avec l'argent de ceux qui travaillent). Aux obsèques de Johnny la racaille n'était pas représentée, elle ne l'est que sur les plateaux et les unes des médias.

  • Par cloette - 12/12/2017 - 19:36 - Signaler un abus Liberdom , c'est très juste

    On avait oublié que cette France là existait, car on voyait autre chose sur les plateaux tv, je n'en suis pas encore revenue !

  • Par Anouman - 12/12/2017 - 20:24 - Signaler un abus degré d'abaissement de notre débat public?

    Il n'y a pas de débat public, seulement des gens qui essayent de crier plus fort que les autres leurs obsessions. Et pour crier plus fort aujourd'hui, il faut et il suffit d'être relayé positivement par les médias. Et le reste devient un murmure.

  • Par ISABLEUE - 13/12/2017 - 09:30 - Signaler un abus hé oui !! et je rajoute

    Sardou Bruel Aznavour Zemmour etc... Ca va encore grincer des dents mais c'est comme cela...

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Benoît Rayski

Benoît Rayski est historien, écrivain et journaliste. Il vient de publier Le gauchisme, maladie sénile du communisme avec Atlantico Editions et Eyrolles E-books.

Il est également l'auteur de Là où vont les cigognes (Ramsay), L'affiche rouge (Denoël), ou encore de L'homme que vous aimez haïr (Grasset) qui dénonce l' "anti-sarkozysme primaire" ambiant.

Il a travaillé comme journaliste pour France Soir, L'Événement du jeudi, Le Matin de Paris ou Globe.

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€