Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Mercredi 18 Juillet 2018 | Créer un compte | Connexion
Extra

Et leurs vies basculèrent en quelques secondes… : comment le cauchemar kafkaïen d'Outreau a été traité par l'avocat Hubert Delarue

Recueil des 50 plaidoiries des plus grands procès du XXe siècle : de Robert Badinter avec Patrick Henry à Jean-Marc Varaut avec Maurice Papon, en passant par Me Leclerc et Me Floriot, l'affaire d'Outreau ou les premiers procès d'islamistes radicaux. Ces plaidoiries illustrent la volonté d'agir sur des destins, de défendre une cause, et constituent aussi un miroir de la société. Extrait de "Les grandes plaidoiries des ténors du barreau" de Matthieu Aron, aux Editions Mareuil (1/2).

Bonnes feuilles

Publié le
Et leurs vies basculèrent en quelques secondes… : comment le cauchemar kafkaïen d'Outreau a été traité par l'avocat Hubert Delarue

L’affaire d’Outreau devrait rester comme l’une des plus ahurissantes erreurs judiciaires de l’après-guerre. En mai 2004, dix-sept personnes comparaissent devant les assises de Saint-Omer, accusées de faire partie d’un réseau de pédophilie, présentées comme de vrais monstres, qui vendent, violent et parfois même tuent des enfants. Il y a le curé sadique, l’huissier lubrique, la boulangère faisant commerce de cassettes pédo-pornographiques ou le chauffeur de taxi qui s’est rendu complice de cet odieux trafic.

Le lieu du crime : la tour du Renard, une cité HLM qui, à en croire l’instruction, serait devenue un haut lieu du commerce d’enfants dans le Nord de la France. C’est un conte d’ogre pour adulte. Parmi les accusés, treize se disent innocents. Ils sont dénoncés par les quatre autres, deux couples de voisins. Mensonges ou vérités ? Qui est coupable ? Qui est innocent ?

Lorsque le procès démarre, personne, ou presque, ne croit aux dénégations des martyrs d’Outreau. Et puis, audience après audience, l’accusation s’effrite. L’inimaginable devient peu à peu vraisemblable. Les treize innocents ont été pris dans la spirale infernale d’une instruction menée exclusivement à charge. L’accusatrice principale, Myriam Badaoui, a réussi à mystifier le jeune juge Burgaud, la parole des enfants a été imprudemment sacralisée, les assistantes sociales, qui avaient dénoncé le pseudo-réseau, ont été abusées. Treize hommes et femmes ont subi des années de détention préventive pour rien. Des familles ont été brisées par ce cauchemar kafkaïen. Ce terrible constat est flagrant dès le premier procès d’Outreau. Et pourtant, la cour d’assises de Saint-Omer ne blanchit que sept accusés. Il faudra attendre le second procès en appel, à Paris, pour que les six autres innocents soient enfin acquittés à leur tour. Maître Hubert Delarue a vécu les deux procès d’Outreau. Il se souvient de l’arrestation de son client, l’huissier Alain Marécaux, de son transfert au Palais de justice de Boulogne, de cette foule qui réclamait à grands cris « la peine de mort ». Il se rappelle surtout du jour où il a découvert, effaré, le vide du dossier. Aussitôt, il convoque une conférence de presse. « Aucun journaliste n’est venu, nous étions devenus aussi infréquentables que nos clients. » Hubert Delarue est un avocat solide comme le roc, un défenseur-né et un homme de coeur. À Saint-Omer, il a plaidé durant trois heures l’innocence d’Alain Marécaux.

Plaidoirie prononcée par Hubert Delarue, avocat de lhuissier Alain Marécaux, le 29 juin 2004 devant la cour dassises de Saint-Omer Mesdames, Messieurs.

En quelques instants, la vie d’Alain Marécaux a basculé pour toujours. Il est devenu ce notable dévoyé qui s’en allait satisfaire ses turpitudes et ses fantasmes dans les quartiers défavorisés de la banlieue boulonnaise. Il est devenu ce notable perverti qui s’en allait faire son marché d’innocence.

 
Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Matthieu Aron

Matthieu Aron est chroniqueur judiciaire depuis vingt ans. Il est spécialisé dans la couverture des grandes enquêtes criminelles et judiciaires. 

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€