Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Mercredi 24 Août 2016 | Créer un compte | Connexion
Extra

Et sinon, à part tâter le derrière des vaches, à quoi s’occupe Marine Le Pen en ce moment (et pourquoi ça nous concerne tous) ?

Désireux d'adopter un profil bas et de se "normaliser" en vue de gagner l'électorat senior et ainsi briser son plafond de verre, le Front national prend le risque de rompre avec son héritage de parti contestataire. Avec la possibilité, encore lointaine mais réelle, de se voir doubler à l'avenir sur ce créneau.

Ça Trump pas énormément

Publié le - Mis à jour le 4 Mars 2016
Et sinon, à part tâter le derrière des vaches, à quoi s’occupe Marine Le Pen en ce moment (et pourquoi ça nous concerne tous) ?

Atlantico : La déception électorale du Front national lors des dernières régionales a engendré une réflexion au sein du parti, qui a découlé sur la stratégie de la "France apaisée". Pour briser le plafond de verre du second tour, le FN ciblerait désormais l'électorat senior en se reposant sur un discours plus lisse, moins clivant. Quelles seraient selon vous les conséquences, à long terme, de cette stratégie électorale, qui repose plus sur un calcul politique électoral que sur la traditionnelle contestation ?

Bruno Cautrès : Le FN a engagé cette campagne de communication après les élections régionales mais avait voulu donné des signes allant dans ce sens entre les deux tours de ces élections. A  la suite des réflexions internes au FN conduites dans la foulée, et notamment en ayant en ligne de mire les échéances de 2017, le FN a communiqué par le biais d’affiches sur le thème de la « France apaisée ». Sur ces affiches, on voit une photo en gros plan de Marine Le Pen, avec ce slogan. La communication du FN veut ainsi mettre en avant un paradoxe : utiliser un vocabulaire « mainstream » de la communication politique et s’inscrire dans un registre symbolique d’apaisement alors que le FN est en général considéré comme « non mainstream » et comme un parti attisant les divisions plutôt que les apaisant. Il s’agit pour le FN de vouloir rassurer, notamment les électeurs les plus âgés qui constituent un électorat captif pour la droite et notamment pour les Républicains. Alors que Marine Le Pen avait conclu son dernier meeting de 2015 par un « n’ayez pas peur », Florian Philippot n’a cessé de communiquer depuis sur le thème du FN qui doit « déminer les choses fausses qui collent à la peau » du FN selon son expression. Au-delà de l’électorat âgé, cette stratégie souhaite également anticiper la question du « front républicain » qui sera à nouveau au cœur des débats politiques en 2017.  On peut aussi observer que cette stratégie alimente celle plus générale de « dédiabolisation » du FN.

Mais on sait que la « dédiabolisation » du FN est une stratégie de communication : les recherches faites sur le programme actuel du FN, sur la sociologie de ces électeurs ou de ses sympathisants, sur l’idéologie et les attitudes politiques de ces mêmes électeurs ou sympathisants montrent que les thématiques traditionnelles du FN sont toujours bien présentes : le FN continue de prôner la « préférence nationale », de dénoncer l’immigration comme le grand mal de la France ; ses sympathisants ou électeurs continuent d’adhérer à des systèmes symboliques de croyances et d’attitudes politiques xénophobes, ethnocentriques et autoritaires. Les questions de l’Europe, de la mondialisation, des frontières et de l’identité nationales sont toujours centrales dans le programme du FN et des préoccupations de ses militants ou sympathisants. Si l’adhésion au programme et aux propositions du FN est plus forte qu’auparavant dans son électorat et que le vote FN est sans doute moins protestataire qu’auparavant, cette dimension n’a pas disparu.

Raul Magni-Berton : Le Front national perçoit en ce moment qu'il ne peut pas dépasser un certain seuil en l'état actuel des choses. Il n'arrive pas à passer le deuxième tour, même s'il fait le plein de voix au premier. La raison tient dans le fait que lorsqu'on demande dans des enquêtes la probabilité de voter pour tel parti ou le degré de rejet de tel parti, le Front national apparaît toujours comme le parti le plus détesté de France. Si l'on votait négativement, il ferait un très petit score car s'il y a beaucoup d'électeurs qui aiment bien ce parti, il y en a encore plus qui le détestent. Evidemment, sa stratégie est donc d'essayer de convaincre et de s'adoucir pour faire moins peur. L'électorat actuel du Front national, c'est beaucoup de jeunes, de chômeurs, de personnes qui ont des soucis professionnels ou des soucis de santé. Un électorat plutôt fragile.

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par vangog - 01/03/2016 - 11:16 - Signaler un abus Rien de bien intéressant de la part de ceux qui ne

    percoivent le Front National que par l'enseignement univoque de Science po ou de la presse mainstream... Quand aura-t'on, en France, un vrai journalisme d'investigation qui remplace le journalisme d'opinion (unique) de ces trente dernières années? Un conseil à Atlantico: laissez écrire les sujets sur le FN par ceux qui connaissent le FN, et vous ne serez pas obligé d'écrire, ensuite, comme Durpaire: "je m'etais trompé, à propos de Trump"...

  • Par cloette - 01/03/2016 - 11:22 - Signaler un abus Si elle est élue

    eh bien tant mieux qu'un coup de pied soit donné dans la fourmilière du politiquement correct qui la taxe de xénophobe nazie etc parce qu'elle a le toupet de critiquer (comme Zemmour ) ce qui ne va pas actuellement . Si elle est élue il faudra respecter ce choix démocratique, d'ailleurs je suis bien tranquille c'est ce qui sera fait et qui sait si elle ne sera pas avalée toute crue elle aussi par ceux qu'elle critique , car la démocratie c'est aussi cela "cause toujours tu m'intéresse "

  • Par Lafayette 68 - 01/03/2016 - 12:05 - Signaler un abus Bavardages

    "déception électorale" : ils arrivent en tête aux régionales au premier tour dans 6 ou 7 grandes régions (inédit ) , triple le nombre de leurs conseillers (inédit) , premier parti en voix : mais décevant ! Certes les magouilles électorales (mais républicaines) du second tour les privent d'un exécutif mais plus de 42 à 45 % dans 2 régions , c'est inédit aussi ! Les auteurs nous ressortent la xénophobie etc..et la tarte à la crème habituelles : c'est un peu du bavardage de salon pour bobos."Approfondissez" comme on dirait à un élève de lycée...

  • Par de20 - 01/03/2016 - 12:18 - Signaler un abus Au final ce sont les

    Au final ce sont les electeurs qui votent : tactique, cosmetique, etc...ne sont que postures lá ou le verbe se fait attendre.

  • Par zouk - 01/03/2016 - 12:22 - Signaler un abus Marine le Pen et le FN

    Il me semble peu probable que les quadragénaires, quinquagénaires et autres générations oublient les outrances du FN. Et le programme présent du FN est parfaitement débile: sortir de l'Europe pour commencer plus un forte dose de démagogie.... j'en passe. Qu'elle soigne sa popularité auprès des agriculteurs, ils ne croient plus aucune promesse.

  • Par MIMINE 95 - 01/03/2016 - 12:36 - Signaler un abus A LAFAYETTE

    Comme quoi "républicain" ne signifie pas démocratique...mais magouilles et compagnie, où la carpe n'hésite pas à coucher avec le lapin ou vice versa pour n.quer le dêmos ! depuis 1981, la France est devenu peu à peu une Oligarchie et les dernières élections le prouvent si besoin était.

  • Par cloette - 01/03/2016 - 12:42 - Signaler un abus Zouk

    Elle a le courage de refuser ces outrances et de se positionner en dehors de son père dont elle n'est pas responsable dire que son programme est débile n'est pas juste non plus car qui a parfaitement prévu ce qui se passe en Europe ? C'est elle justement ! Pour terminer, elle est à 7 % toute seule contre les deux gros partis unis contre elle depuis des décennies, 7% c'est très peu !

  • Par cloette - 01/03/2016 - 12:45 - Signaler un abus 7%

    7% d'écart pas de score !

  • Par Mike Desmots - 01/03/2016 - 13:13 - Signaler un abus Rien de rien , article linéaire et plat...

    No comment.

  • Par vangog - 01/03/2016 - 13:34 - Signaler un abus La sortie de l'UE n'est pas systématique, avec le FN!

    Marine Le Pen a simplement précisé que, si elle était élue, elle proposerait un référendum aux Français, exactement comme Cameron le réalise fort justement. Si jamais Marine Le Pen était désavouée par ce réferendum, elle a affirmé qu'elle ne pourrait pas appliquer son programme: C'est démocratique, non? (Voir la jurisprudence De Gaulle). Pas de quoi avoir peur, ni pousser des cris d'orfraie! Les français retourneraient alors à la case départ, et un coalition LR socialoécolofrondegauchistes proposerait une alternative européiste et immigrationniste. C'est aussi simple que cela! Pas de quoi en faire un drame national!

  • Par Ganesha - 01/03/2016 - 14:36 - Signaler un abus Alzheimer

    Comme le remarque très bien cet article, la politique de la France est actuellement décidée, lors des élections, par le 3ème et 4ème âge ! Il est probable que lorsque l'Alzheimer des plus anciens devient trop évident, on les fait voter par procuration… La solution pour progresser, pour nous sortir du désespoir que nous vivons, n'est donc pas de convaincre quelques irréductibles sur Atlantico, mais plutôt d'espérer que les jeunes générations d'adultes, celles qui sont vraiment dans la crise, renoncent à s'abstenir ! Quant aux ''militants socialistes'' qui sont allés voter Estrosi ou Bertrand au 2 ème tour des Régionales, comme on dit dans la Bible, qu'ils soient maudits jusqu’à la 7ème génération !

  • Par Benvoyons - 01/03/2016 - 15:18 - Signaler un abus vangog - 01/03/2016 - 13:34 Se faire élire à la

    Présidentielle c'est un référendum sur le programme des Socialistes Nationalistes FN Philipot & MPL Donc pourquoi faire un référendum après l'élection sur un sujet dont elle est sûr puisqu'il faut des frontières à la France avec les taxes , il faut le retour au Franc Symbolique , la retraite à 60 ans etc... Philipot et MLP sont sur d'eux! Ou alors il y a une embrouille magouille c'est à dire elle n'est pas sûr de la politique de SON PROGRAMME! Ce qui en dit long sur la tartufferie du parti Socialistes Nationaliste FN Philipot & MLP :)::))

  • Par Texas - 01/03/2016 - 16:59 - Signaler un abus Ganesha

    Si vous saviez le nombre d' Alzheimer qui votent pour Me Le Pen , vous retourneriez chez Besancenot dont l' état liquide n' a rien à envier aux précédents .

  • Par Texas - 01/03/2016 - 17:11 - Signaler un abus @ Ganesha

    Votre salut est encore moins parmi les trentenaires biberonnés pour la grande majorité au " Touche pas à mon pote " depuis leurs naissances Un créneau du côté des 20/25 , encore que...le multiculturel , ils sont nés dedans . En dehors des Quadras , Quinquas et " Alzheimer "....ce qui représentent du monde pour lesquels vous devriez avoir un brin de respect .

  • Par Texas - 01/03/2016 - 17:14 - Signaler un abus " Ce qui représente...."

    De gros soucis avec mes conjugaisons . Alzheimer ?

  • Par Anguerrand - 01/03/2016 - 17:19 - Signaler un abus Ganesha n'a qu'un argument ; l'insulte

    Il déteste tous ceux qui ne sont pas d'accord avec lui. Son argument ? L'insulte. Vouloir revenir à la fermeture des frontieres, ce qu'aucun pays n'a réussi, un mur? On passe en dessous ou au dessus meme en Israël ou aux USA n'ont pas réussi, et que va t on faire de nos 10 milliards d'excédent alimentaires ( entre autres ). Les autres pays ne sont pas fous ils taxeront nos exportations, Ganesha pourrait bien être atteint d' Alzamer. Il a quitté le PC sans s'en rendre compte pour le FN. Vous pourrez manger à loisir ces excédents alimentaires et vous demanderez à Michelin de fabriquer nos tablettes et PC.

  • Par Fran6 - 01/03/2016 - 18:14 - Signaler un abus oui oui oui!

    oui, j'adore lire ses je sais tout qui connaissent rien de ce que les français subissent dans lavrai vie de tout les jours, bobo parisien rien qu'a lire les proses, je les invite à me voir, je ferai bien voir les réalités de l'artisanat, de l'entreprise et de ce pense vraiment ma clientèle qui je le voit tout les jours, bascule du coté sombre de l'UMPS vers un éclairage, certes, incertain, mais tellement nouveau et jamais tenté!!

  • Par Leucate - 01/03/2016 - 18:50 - Signaler un abus "républicain"

    L'adjectif républicain recouvre tout et n'importe quoi. Si on peut faire une comparaison entre aujourd'hui dans la V° finissante et une république du passé, je verrais très bien celle du Directoire avec ses bobos appelés à l'époque les "incroyables et les merveilleuses".

  • Par Borgowrio - 01/03/2016 - 19:00 - Signaler un abus Une gauche de plus ?

    Manifestement la montée du FN semble moins nette . Serait ce depuis la main mise de Philoupot sur le parti , énarque et haut fonctionnaire qui entraîne le parti vers un programme de type socialo-communiste . Ce qui déplait fortement au patriarche Jean Marie , qui a toujours été clairvoyant

  • Par Semper Fi - 01/03/2016 - 20:41 - Signaler un abus Dédiabolisation = communication

    L'auteur semble regretter que la "dédiabolisation" du FN ne soit qu'une opération de communication... mais c'est bien son objectif assumé et non celui de changer de programme pour devenir LR. La dédiabolisation consiste à conserver le même programme politique - assumé - en le débarrassant des "fioritures" détestables de "papa Jean-Marie". Il s'agit donc de faire du FN un parti comme les autres, avec son analyse de la situation et un programme politique clair... libre à chacun de s'y reconnaître ou de préférer un autre programme. Je crois que c'est cela la démocratie et le pluralisme : des partis avec des idées parfois radicalement différentes et à la fin des électeurs (le Peuple si cher aux marxistes) qui choisissent... populiste la démocratie ? par essence oui !

  • Par Ganesha - 02/03/2016 - 06:26 - Signaler un abus Répétitions

    Un site comme celui-ci serait bien ennuyeux sans contradicteurs… Alors, il faut bien se contenter de ce que l'on a ! Un commentateur qui vous répète pour la millième fois que Marine au pouvoir, c'est la sortie immédiate de l'Europe, ou que ce sera le retour de Georges Marchais, on prend le temps de lui répondre calmement. Même si l'on sait que dès le lendemain, sans avoir réfléchi ou compris, il viendra vous répéter exactement la même connerie !

  • Par Ganesha - 02/03/2016 - 07:22 - Signaler un abus Texas

    La génération des ''Soixante-huitards'', ceux qui croyaient au progrès de l'humanité, à un monde plus juste et plus équitable, a longtemps voté socialiste. Au moins jusqu'en 1981. Elle a été ensuite été séduite par Mélenchon et Besancenot. Mais aujourd'hui, ceux qui sont encore en capacité de réfléchir, qui ne sont pas encore complètement entrés en sénilité, comprennent finalement que dans le désastre actuel, seuls les souverainistes, dont Marine Le Pen en France, présentent une solution raisonnable. Même François Hollande l'avait dit au Bourget, ''l'ennemi, c'est la Finance'' ! Notre mollasson national ne se sent pas la force d'agir seul, mais depuis quatre ans, il pousse les français à la révolte. D'après les études qui nous sont régulièrement présentées, chez nous, les vieux votent, les jeunes et les pauvres s'abstiennent. Vont-ils enfin descendre dans la rue le 9 Mars ?

  • Par Le gorille - 02/03/2016 - 19:35 - Signaler un abus Je suis "soixante-huit" ard

    Ou plutôt, j'ai appris que les pavés volaient à Paris quand j'étais à Rome. A mon retour en France, je n'avais qu'une hâte : en découdre avec les étudiants, et les mettre "à la raison". Je n'étais pas le seul. Cela ne s'est pas fait, c'est la raison qui s'est imposée à nous-mêmes. Par la suite, mon vote n'a jamais été "socialiste". SVP : ne mettez pas tout le monde dans le même panier, Ganesha !

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Bruno Cautrès

Bruno Cautrès est chercheur CNRS et a rejoint le CEVIPOF en janvier 2006. Ses recherches portent sur l’analyse des comportements et des attitudes politiques. Au cours des années récentes, il a participé à différentes recherches françaises ou européennes portant sur la participation politique, le vote et les élections (Panel électoral français de 2002 et Panel électoral français de 2007, Baromètre politique français). Il a développé d’autres directions de recherche mettant en évidence les clivages sociaux et politiques liés à l’Europe et à l’intégration européenne dans les électorats et les opinions publiques.  En 2014 il a publié Les européens aiment-ils (toujours) l'Europe ? aux éditions de La Documentation Française.

Voir la bio en entier

Raul Magni Berton

Raul Magni Berton est professeur de sciences politiques. Il a enseigné à Paris, Montréal et Bordeaux et enseigne depuis 2009 à l’Institut d’Études politiques de Grenoble. Spécialiste de politique comparée, il travaille sur les régimes, les élections et l’opinion publique, surtout dans les pays européens. Il a publié plusieurs livres et articles dont Démocraties libérales (Economica, 2012) et Que pensent les penseurs ? (PUG, 2015).

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€