Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Jeudi 18 Octobre 2018 | Créer un compte | Connexion
Extra

Et selon vous, Nicole Delépine, quelle est la plus grosse connerie de l'année ?

C'est une privatisation définitive du système de santé : la proposition de loi Le Roux autorise les mutuelles à constituer des réseaux de soins fermés avec des professionnels de santé.

Le meilleur du pire

Publié le
Et selon vous, Nicole Delépine, quelle est la plus grosse connerie de l'année ?

La proposition de loi Le Roux a été votée par le Sénat et n'attend que la fin de la navette parlementaire pour être définitivement adoptée. Crédit Reuters

Il est difficile de choisir la plus grosse connerie de l’année car en mesures de privation de liberté, l’année fut riche. Ici il s’agit plutôt d’une catastrophe médicale, sociale et philosophique. Contrairement aux trompettes qui sonnent la "vérité" selon François (pas le pape) selon laquelle le gouvernement se préoccuperait d’égalité et d’équité, le drame actuel est la perte de liberté dans tous les domaines : une société liberticide pour notre bien et surtout celui… des financiers…c’est peut-être de cette égalité là que se préoccupent nos dirigeants.

On avait peut être mal compris.

La perte de la liberté de soigner et de choisir son médecin, généralisée par la loi Le Roux a été votée par le Sénat et n’attend que la fin de la navette parlementaire pour être définitivement adoptée, dans le silence médiatique et l’indifférence générale. Il faut dire que le gouvernement et le parlement ont choisi juillet pour en discuter à l’Assemblée et au Sénat et voter. Le moment idéal sûrement pour un débat démocratique, les Français sur leur transat, crémés et reposés sont sûrement disponibles pour la réflexion nécessaire. D’ailleurs les jeux télévisés sur les plages auraient été remplacés cette année par les débats sur la Sécurité sociale et les réseaux de soins…Vous ne l’avez pas su ?

La proposition de loi Le Roux vise à autoriser les mutuelles à constituer des réseaux de soins fermés avec des professionnels de santé comme le résume clairement le Dr Thiers-Bautrant sur MaVeriteSur.com[1]. Ceci n'était légal jusqu'à présent que pour les assurances privées et instituts de prévoyance. Ils privatisent définitivement le système de santé sans état d’âme et sans en avertir le bon peuple. Pourquoi faire ? On pense pour lui pendant qu’il bronze ; d’ailleurs notre bon président nous le fait remarquer à chaque JT : bronzez tranquilles je veille, je ne prends pas de vacances, moi, président etc …..

Le déficit "abyssal" de la Sécurité sociale, qui n’est plus depuis longtemps celle de 1945 contrairement aux allégations qui trainent un peu partout, est créé de toutes pièces. Elle a été livrée pieds et poings liés au ministère de la Santé qui décrète ce qu’elle doit rembourser ou non, définit le prix de vente des médicaments, (souvent aberrant),  dispense nombre organismes de payer leurs cotisations sociales (l’addition de ces dispenses est supérieur au supposé déficit ), etc.

En 1945 le Conseil National de la Résistance avait conçu un système de solidarité géré par les cotisants eux-mêmes pour assurer leurs soins  (le salaire différé) et non financer la recherche médicale (comme c’est le cas actuellement via la prise en charge depuis 2003 pour 1,5 milliards d’euros des thérapies dites innovantes, médicament en phase 1 de début d’essai avant toute autorisation de mise sur le marché [2] ou les remboursements des tests génétiques à l‘étude. Elle a obligation ministérielle de financer les lobbys pharmaceutiques via les décisions péremptoires de tel président de se faire une virginité par un plan cancer flambant neuf  et dispendieux des finances publiques (et aux suivants de renchérir sans analyse de coût efficacité !) ou de tel ou tel ministre de vacciner toute une population contre l’hépatite B qui ne menaçait guère en France ou contre la grippe que les Français n’ont tout de même pas du oublier malgré la canicule actuelle (qui n’en est pas une, va savoir pourquoi …) Encore quelques deux milliards d’euros pour le trou "abyssal". Sans parler du remboursement à 100 % de vaccins à haut risque et inutiles comme celui visant les cancers du col (éventuels dans trente ans peut-être mais les effets délétères sont tout de suite) et les exemples sont légion et l’addition en termes d’économies élevée. Mais personne ne l’entend de cette oreille. Surtout pas !

T’inquiète, on s’en occupe du trou, on le creuse, il le faut pour justifier cette réforme antisociale auprès du public et livrer cette manne financière aux tenants de la Bourse…On le creuse  via les agences multiples et variées, les plans cancer (deux milliards d’euros pour le plan 2009-2013) et autres plans Alzheimer, autisme (autoritaire  et dangereux) pour imposer aux médecins les décisions autocratiques des agences régionales de santé (dont le fonctionnement annuel tourne aussi autour de 2, 5 milliards d’euros annuels) par les fonctionnaires détachés, surpayés (par rapport à leurs salaires normaux dans les ministères), via les remboursements abusifs de médicaments inutiles et dangereux [3]. Etc ..

L’argent coule à flot en France, le saviez-vous ? Mais pas dans les porte-monnaie des Français. Trop de milliards (plus de 1600) échappaient à la Bourse ce qui est véritablement honteux,  non ? et depuis l’avènement du  TGV du capitalisme financier aveugle et emballé des années 90 , rien n’est interdit pour diffamer, démolir, accuser, déstabiliser, broyer médecins et établissements qu’on découpe redécoupe, réunit, sépare, refusionne  pour induire des distorsions psychiques et entrainer une perte de repères des médecins et personnels paramédicaux  (qui se suicident plus souvent qu’à France Télécom...) Des patients ? N’en parlons pas,  on ne s’en préoccupe plus depuis longtemps déjà. Je fus un jour traitée d’anarchiste par un directeur des Affaires Médicales de l’Assistance Publique de Paris pour avoir osé parler de l’intérêt des malades dans une restructuration prévue pour mon service, il y déjà une vingtaine d’années. Je vous assure, je n’en rajoute pas. On ne devait déjà plus parler que budgets, prix de revient etc., bref l’APHP était en avance… le mot patient, inconvenant et déplacé.

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par Benvoyons - 11/08/2013 - 10:21 - Signaler un abus Cerise sur le gateau bientôt l'euthanasie pour aller plus vite

    légalement. Alors que la loi Leonetti est parfaite sur la fin vie sans douleur et sans acharnement.

  • Par Vincennes - 11/08/2013 - 10:28 - Signaler un abus "Quant aux violations du serment d'Hippocrate, nous devrons en

    reparler" Continuez, Chère Madame, à nous informer ce que nous attendons avec impatience car, comme vous l'écrivez si justement : "dormez braves gens.....je veille sur vous"......j'ajoute : mais surtout sur ma popularité (13% de satisfaits 11% sans opinion mais surtout 76% d'INSASTISFAITS" chiffre du Point qui, enfin, avait fait le Job, avant les vacances On nous enfume dans tous les sens du terme !!

  • Par Vincennes - 11/08/2013 - 10:35 - Signaler un abus Difficile de choisir la plus GROSSE CONNERIE de l'année.....

    à tel point que l'on ne saurait pas où commencer!! Par contre, celle, pour laquelle je n'ai AUCUN DOUTE c'est pour le locataire actuel de l'Elysée qui les accumule les unes après les autres à commencer par le choix de sa copine puis de ses Ministres novices, prétentieux, inefficaces etc

  • Par Ali ce - 11/08/2013 - 11:02 - Signaler un abus que du feu

    les français ne voient rien venir, que du feu, étape 1 Marisol Touraine permet aux mutuelles de ne pas publier leurs comptes en annulant un texte de Sarkosy, pourquoi ?? même les naïfs trouveront la réponse. étape 2, salir tous les médecins en les accusant de dépassements d'honoraires abusifs, étape 3, parler sans cesse des déserts médicaux tout en refusant d'augmenter le numérus clausus. étape 4, faire croire aux français qu'ils auront tous une mutuelle gratuite obligatoire payée par l'entreprise, point final, réseaux de soins obligatoires, les mutuelles ouvrent des centres, font travailler les médecins pour pas cher, augmentent les cotisations sans gêne, et tous les bénéfices pour eux explosent. La sécu se désengage et laisse le champ libre aux mutuelles. dans 5 ans, plus de liberté de choix, médecins aux 35 h, plus de visites pas rentables, chez le dentiste travail vite fait bâclé pour les actes sous payés, devis de prothèses à gogo, on voit déjà les premiers cas de mutilations devant les tribunaux pour les dentistes des centres qui doivent faire du CA et tenir leurs objectifs. le pire est à venir, et personne ne réagit.

  • Par jacqueshenry - 11/08/2013 - 11:07 - Signaler un abus Pourquoi ne pas s'inspirer d'autres pays ?

    J'habite en Espagne et j'ai ma carte de santé espagnole (pas valable en France où je n'ai même plus de carte Vitale). Le système de santé espagnol est à deux vitesses, le système public organisé autour de centres de santé (on dirait dispensaire en France) où on a un médecin référant et quelques spécialistes et un service de pédiatrie et les hôpitaux publics et en parallèle existent les compagnies d'assurance maladie privées. La médecine de ville est totalement privée et non remboursée par le système public. Les compagnies d'assurance privées gèrent leurs propres hôpitaux et cliniques privés et les médecins de ville. Le système des centres de santé publics permet des économies substantielles de gestion. Pourquoi ne pas s'en inspirer en France ?

  • Par l'enclume - 11/08/2013 - 11:18 - Signaler un abus Et selon vous, quelle est la plus grosse arnaque de l'année?

    Planquer à des postes rémunérateurs, tous, toutes les serviles du système socialiste. "Ex-secrétaire générale de Syndicat des commissaires de la Police nationale, Sylvie Feucher, qui avait appelé à voter pour François Hollande, vient d'être promue par Manuel Valls au poste de préfet délégué pour l'égalité des chances auprès du préfet du Val-d'Oise, Jean-Luc Névache, ancien directeur de cabinet de Marisol Touraine."

  • Par prochain - 11/08/2013 - 11:56 - Signaler un abus Le système à bout de souffle, à qui profite le statu quo?

    Il aurait tenu plus longtemps que dans la défunte URSS où il s'est implosé sous le poids de la gabegie bureaucratique il y a déjà 25 ans. Dans tous les domaines les apparatchiks de parti "sont nommés du simple fait du prince", dans les pays libéraux ils sont sélectionnés par concours. Le poisson pourrit par la tête. Le changement ce n'est pas maintenant ni demain.

  • Par vangog - 11/08/2013 - 13:07 - Signaler un abus Oui, Delepine a raison de craindre cette marchandisation

    de notre système de Santé, par un état indigent qui ne gère plus rien, en matière de santé solidaire, et préfère transférer son incompétence aux systèmes mutualistes, qui, eux, ne se gêneront pas pour créer leurs réseaux de soins marchands, avec petites corruptions entre amis de même idéologie mutualiste... Ce n'est pas une "privatisation", au vrai sens du terme, car elle enterre définitivement le choix libre du système de santé par le patient, et ne fait que transférer une charge ingérable par l'état à une corporation ( les mutuelles) en échange de leur allégeance à l'idéologie dominante: c'est la version la plus moderne et la plus aboutie du Socialisme corporatif, exactement ce qui caractérisait le Socialisme Allemand et Italien des années 30 et 40, et ce qui structure les sociétés Russes et Chinoises. La France se dirige à grandes enjambées vers ce type de dictature rampante, où la Nomenklatura socialiste, après avoir noyauté les grands corps de l'état, se donne pour objectif la colonisation de tous les corps intermédiaires, mutuelles et assurances comprises!

  • Par Le Vendéen - 11/08/2013 - 15:14 - Signaler un abus Non, la plus grosse connerie, c'est...

    D'avoir Hollande et son gouvernement de bras cassés pour gérer la crise.

  • Par Thibs - 11/08/2013 - 15:24 - Signaler un abus "En France on a la triste

    "En France on a la triste habitude d’additionner les dérives du capitalisme financier aux dérives des systèmes autocratiques à la soviétique." Ce système a un nom, le "crony capitalism", ce qui se traduit pas "capitalisme de connivence" (synonyme d'ailleurs de socialisme de connivence") où les entreprises s'entendent avec l'etat pour obtenir des avantages. Ce que vous appelez aussi néo-libéralisme (quant Clinton, Fanny Mae et Freddy Mac s'entendent ....). Son contraire, le libéralisme et vous pouvez le vérifier sur tous les sites libéraux qui condamnent à tour de bras ce "crony capitalism" (peut-être même encore plus que le socialisme).

  • Par Vinas Veritas - 11/08/2013 - 17:24 - Signaler un abus Voyez déjà par l'exemple

    devant effectuer des soins sérieux et devant le prix hors forfait démandé par mon dentiste de Paris, je me suis adréssé au centre de soins de ceux qui savent tout sur tout : la MGEN. Pour eux, il faut extrairepuis poser prothèse; 3 dents donc 9 prothèses dont les 3 non remboursées sur les 3 briges. la MGEN est plus chère pour ma bourse profitant d'un séjour dans le sud ouest, les osins dont effectués au tarif de responsabilité par le praticien privé. Allez donc dire maintenant que les mutuelles socialistes sont mieux (pour vous) !

  • Par mich2pains - 11/08/2013 - 17:26 - Signaler un abus C'est triste mais .......

    Quelques Français ont mis en place la racaille Socialo-Coco-Pastèque ! Si vous en avez vraiment ras-le-C.. de leurs conneries , prochaine fois , pensez à votez FN !

  • Par Benvoyons - 11/08/2013 - 17:30 - Signaler un abus La sécu n'est pas déficitaire en Alsace Moselle et cela marche

    très bien. Mais les cotisants et les professionnels de Santé savent que les cotisations chaque année sont réactualisées en hausse pour garder l'équilibre des comptes de la caisse où en baisse si il y a eu trop de positif et cela responsabilise grandement. C'est fou comme les gens deviennent adulte avec ce système.

  • Par LILLBee - 11/08/2013 - 22:50 - Signaler un abus Il y a une grande opacité chez les mutuelles!

    Il faut d'abord savoir que les dirigeants des mutuelles (nommés par copinage pour l'essentiel) sont des communistes purs et durs et qui s'assument en plus. Ça non plus, ce n'était pas l'idée de base, mais la politique d'extrème gauche a récupéré le mouvement mutualiste. Ensuite, un bon quart des patients de mutuelles sont sujets à la CMU, c'est-à-dire que l'argent gagné provient du trésor public, un marqueur très "de gauche" là aussi. Il faut comprendre les décisions du gvt PS-extrème gauche d'après le circuit de l'argent... Les médecins salariés de mutuelles n'y sont pas très bien payés, il faut le dire (moins de 20% de leur chiffre d'affaire) et ont de moins en moins le choix quant à leurs produits (restrictions budgétaires extrèmes) avec des tensions avec leur direction qui n'y comprend rien et ne fait que de la gestion, quitte à oublier le bien-être de leur salariés. Un comble pour des gauchistes! Bref, dernier coup de vice avant l'effondrement du système? ...

  • Par vangog - 11/08/2013 - 23:10 - Signaler un abus @LiLLbee Ah, mais ça, nous le savons parfaitement!

    ...et ne cessons de le dénoncer depuis des années: le système associatif, avec son fer de lance Mutualiste et assurantiel, sont, avec les médias, les trois cibles privilégiées du noyautage socialo-communiste, dont le principe est simple( les fameuses prescriptions de Terra Nova...): Les Socialistes qui ont tout les pouvoirs depuis les années 1974, concèdent à leurs alliés cocos( et sous-marins écologistes), de noyauter les plus influentes des corporations de la social-démagogie gauchiste: Les syndicats contre accords politiques, les associations contre subventions, et les mutuelles et assurances, contre leur muette acceptation de la dérive gauchiste du système de santé! C'est connu et circonscrit depuis trente ans, mais seuls les médias ne le savent pas et ne le dénoncent pas, privilèges obligent...

  • Par Frohmuhl - 11/08/2013 - 23:20 - Signaler un abus " La sécu n'est pas

    " La sécu n'est pas déficitaire en Alsace Moselle et cela marche très bien " Certes. Il s'agit du régime local Maladie d' Alsace. Mais cela reste un régime complémentaire. Géré par les seuls salariés. Dont les représentants sont issus des organisations syndicales de salariés. Voir : http://www.regime-local.fr/

  • Par Benvoyons - 12/08/2013 - 00:37 - Signaler un abus Frohmuhl - 11/08/2013 - 23:20 -

    http://www.jds.fr/sorties-loisirs/guide-de-l-alsace/la-securite-sociale-alsacienne-34268_A

  • Par Ganesha - 12/08/2013 - 05:21 - Signaler un abus Tous Pourris

    Article très inquiétant, surtout parce qu'il vient d'une dame qui sait manifestement de quoi elle parle ! Personnellement, j'aurais tendance à qualifier de "Socialiste", en encore plus de "Communiste", un système qui soit accessible gratuitement à l'ensemble de la population et lorsque je veux exprimer mon indignation, en général, je dis plutôt "Capitaliste"... mais ne nous querellons pas sur les mots ! Il y a surtout une classe politique en alternance de pouvoir depuis des décennies et qui est complètement pourrie, corrompue jusqu'à la moelle, et il faut s'en débarasser d'urgence !

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Nicole Delépine

Nicole Delépine ancienne responsable de l'unité de cancérologie pédiatrique de l'hôpital universitaire Raymond Poincaré à Garches( APHP ). Fille de l'un des fondateurs de la Sécurité Sociale, elle a récemment publié La face cachée des médicaments, Le cancer, un fléau qui rapporte et Neuf petits lits sur le trottoir, qui relate la fermeture musclée du dernier service indépendant de cancérologie pédiatrique. Retraitée, elle poursuit son combat pour la liberté de soigner et d’être soigné, le respect du serment d’Hippocrate et du code de Nuremberg en défendant le caractère absolu du consentement éclairé du patient.

Elle publiera le 4 mai 2016  un ouvrage coécrit avec le DR Gérard Delépine chirurgien oncologue et statisticien « Cancer, les bonnes questions à poser à mon médecin » chez Michalon Ed. Egalement publié en 2016, "Soigner ou guérir" paru chez Fauves Editions.

 

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€