Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Dimanche 25 Juin 2017 | Créer un compte | Connexion
Extra

Et quand on est un Français originaire de Chine, on fait quoi pour Noël ?

Les vacances de fin d'année sont généralement l'occasion, pour les Français originaires de Chine, d'un retour au pays. Suivant leur génération, les motivations, et même l'envie, d'un tel voyage diffèrent. Retrouvailles avec sa famille restée sur place, voyage d'affaires ou de tourisme...les agences de voyages savent se montrer attractives.

Tourisme identitaire

Publié le

Atlantico :  La France compterait environ 400 000 personnes issues de l'immigration chinoise depuis les années 1970. Cette population adopte-t-elle le comportement classique – que l'on voit chez les autres populations immigrées – d'une pratique marquée du tourisme vers son pays d'origine ? Y a-t-il des spécificités qui n'appartiennent qu'à cette communauté ?

Richard Beraha : Il n’y a pas une communauté chinoise en France, mais une diversité de courants migratoires d’origine chinoise. Les Boats People d’ancienne Asie du Sud-est (250 000 environ) dans les années 1970 sont liés à leur pays d’origine : Vietnam, Laos, Cambodge...Mais certains vont rechercher leur passé familial dans le Guangdong, en Chine.

Ils font partie de la classe moyenne française et ont des pratiques touristiques ou d’affaires classiques. En revanche, les migrants arrivés dans les années 1980-2000, souvent originaires de la région de Wenzhou (250 000 environ), restent culturellement, affectivement, socialement, économiquement liés à leur famille en Chine. Quand ils sont restés bloqués en Europe, car beaucoup n’avaient au départ pas de papiers, la première décision après la régularisation est de retourner au pays, faire découvrir leur origine, leur langue aux enfants nés en France. Et le lien se maintien pour raisons affectives, et plus tard d’affaires. Certains grossistes dans la confection vivent même entres les deux pays. Quand ils en ont les moyens – et le temps - ils profitent en effet de leur séjour pour faire du tourisme classique en Chine, à Pékin, Shanghai…

La distance qui sépare la Chine de la France, par rapport aux autres pays d'immigration, influe-t-elle sur la pratique du "retour au pays" pour les vacances ? Peut-on noter une fréquence moindre ou la concentration des départs en vacances sur une période particulière de l'année ?

Les agences chinoises pratiquent des prix relativement bas tout au long de l’année. Bien sûr, on constate un flux plus important durant les fêtes de fin d’année chinoise en Février. Mais ils font comme tous les citoyens de France, ils partent avec leurs enfants pendant les vacances scolaires.

Les nouveaux Chinois de France sont généralement plus jeunes, souvent étudiants et d'un niveau social et financier plus élevé que la précédente immigration chinoise. En quoi leur comportement vis-à-vis du tourisme diffère-t-il ?

Concernant la seconde génération née en France, ces jeunes se rendent dans la région de leur famille (quand il en reste, ce qui n’est pas toujours le cas), d'autant plus qu'il n’est pas rare qu’ils y aient suivi, à l'adolescence, des cours de culture et de langue chinoises. Quand ils en ont les moyens effectivement, ils visitent la Grande Chine qui conserve une place au sein de leur identité aujourd’hui française. Beaucoup rêvent d’y développer des activités commerciales, jouant ainsi un pont entre les deux pays. Néanmoins une minorité ne s’y rend jamais et se tient éloignée pour des raisons politiques, familiales ou économiques du monde chinois.

Comment sont perçus les touristes chinois de France en Chine ? Sont-ils dans une optique de tourisme classique, et considérés comme tels, ou est-on plutôt dans l'optique d'un passage au pays d'une personne qui n'est pas perçue comme étrangère à la Chine ?

Tout dépend de la pratique de la langue (mandarin, dialectes régionaux) et de son look, plus ou moins occidental, bien qu’aujourd’hui la jeunesse multiculturelle de tous les pays se ressemble un peu partout; Le lieu joue également car la Chine réserve autant de diversité que l’Europe. Le principal tourisme en Chine est encore de loin celui des Chinois et ensuite des Asiatiques venant d’Asie, des Etats-Unis, de l’Océanie, d’Europe. La diaspora chinoise dans le monde est estimée à plus de 50 millions d’individus dispersés dans tous les pays de la planète (dont 70% en Asie). Je ne sais pas dire à quel moment on est considéré comme étranger, c’est une frontière très contextuelle, dans l’espace comme dans le temps.

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par ABCD - 25/12/2013 - 10:57 - Signaler un abus "On fait couaaaa"

    "On fait quoi": quelle expression lourde et maladroite digne des meilleurs maîtres de la langue de Racine.

  • Par Blanche Debasenhaut - 25/12/2013 - 16:08 - Signaler un abus Et le tourisme des français d'origine maghrébine

    ou subsaharienne, ça n'intéresse personne ? Dommage...

  • Par Ni pour-ni contre-bien au contraire ... - 26/12/2013 - 08:47 - Signaler un abus C'est vrai qu'ils ne font pas beaucoup parler d'eux !

    Vous avez une "vision" très courte et très parisienne des Français d'origine chinoise ! Sachez qu'il sont pratiquement tous de confession catholique, ce qui ne les empêche pas de fêter chaque année Guan Di et le nouvel an chinois. Sortez de Lutèce, visitez un peu la France profonde et les Dom/Tom !

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Richard Beraha

Richard Beraha est l'auteur de La Chine à Paris (Robert Laffont 2012). Il anime le site lachineaparis.fr

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€