Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Vendredi 21 Septembre 2018 | Créer un compte | Connexion
Extra

Et pourtant il n’y a pas de fatalité… Cette stratégie économique adoptée par presque tous les pays de la planète et qui a mené la mondialisation dans le mur

Dans une récente interview relayée par Bloomberg, l'économiste Michael Pettis répond à la question "Pourquoi pensez que la mondialisation est terminée" en déclarant "La façon par laquelle nous avons généré de la croissance a été de baisser les salaires. C'est ce que tout le monde fait".

Perspectives économiques

Publié le
Et pourtant il n’y a pas de fatalité… Cette stratégie économique adoptée par presque tous les pays de la planète et qui a mené la mondialisation dans le mur

 Crédit Kirill KUDRYAVTSEV / AFP

Atlantico : Dans une récente interview relayée par Bloomberg, l'économiste Michael Pettis répond à la question "Pourquoi pensez que la mondialisation est terminée" en déclarant "La façon par laquelle nous avons généré de la croissance a été de baisser les salaires. C'est ce que tout le monde fait. Mais le problème est que cela réduit la demande parce que les salaires génèrent la consommation, et que des salaires plus bas signifient une demande plus faible. Chaque pays a la même stratégie : réduire sa contribution à la demande globale et essayer de récupérer une plus grande proportion de ce qu'il reste".

Comment évaluer une telle déclaration, quelle est la réalité décrite ici par Michael Pettis ?

 

Nicolas Goetzmann : Michael Pettis a déjà pu, à de nombreuses reprises, analyser les déséquilibres macroéconomiques mondiaux qui se sont formés depuis le début des années 2000, ce qui correspond à la période de l'entrée de la Chine dans l'OMC (décembre 2001) et à la naissance de l'euro en 1999. Au cours de ces 20 dernières années, la mondialisation s'est effectivement construite sur la compétition salariale, notamment entre pays occidentaux et pays émergents. Ici, il n'y pas réellement de surprise. Mais ce phénomène a été exacerbé par les stratégies économiques qui ont pu être menées par la Chine, et plus curieusement, par les pays occidentaux eux-mêmes, zone euro en tête.

 
Concernant la Chine, si l'émergence économique du pays a été spectaculaire depuis 20 ans, il faut se rendre compte que les dépenses de consommation des ménages ne représentent à ce jour que 39% du PIB du pays, contre 68% aux Etats-Unis. Une situation qui a été rendue possible par le déclin de la part des salaires dans le PIB chinois au cours de ces années, une tendance qui s'est cependant inversée récemment. Dans un tel cas, il existe un déséquilibre qui se créer du fait de la répression exercée sur les salaires. C'est ce qui permet de créer des excédents parce que logiquement, avec de faibles salaires, la population consomme peu, importe peu, en comparaison de ce qui est exporté vers le reste du monde. C'est ainsi que l'on créé un déséquilibre commercial basé sur la faiblesse des salaires. C'est une compétition ou le gagnant est celui qui paye le moins. Mais il faut regarder la situation des déséquilibres chinois comme le cas du passé. Parce que d'autres pays jouent à ce petit jeu.
 
La zone euro est le parfait exemple de cette stratégie destructrice. Selon les dernières prévisions macroéconomiques de la BCE, l'excédent de compte courant (la différence exportations-importations) pour la zone euro sera de 4.5% en 2020. Ce qui représente un excédent de 540 milliards d'euros sur le reste du monde en considérant que le PIB de la zone avoisinera les 12 000 milliards en 2020. Cet excédent n'est pas le fruit d'une super performance économique de la zone euro, mais tout simplement le résultat d'un processus de "cavalier solitaire", qui est une forme de parasitage de l'économie mondiale. Il s'agit, comme la Chine, de réprimer la progression des salaires à l'intérieur de la zone, ce qui peut se faire en menant une stratégie de chômage élevé (le pouvoir de négociation des salariés est alors faible et les revenus stagnent pendant que la production continue d'augmenter). Dans un tel cas, puisque les salaires ne progressent pas, la population se trouve dans l'incapacité d'acheter plus de biens et services, et les importations ne progressent que faiblement. A l'inverse, un pays comme les États Unis soutien sa demande intérieure, avec, comme nous l'avons vu, une consommation qui représente près de 70% du PIB (contre un chiffre proche de 50% pour la France et l'Allemagne). Logiquement, les américains consomment plus et importent plus en provenance de la zone euro que l'inverse. Le résultat, c'est que l'Europe surfe sur la croissance générée par d'autres pour s'enrichir au travers des exportations.
 
Ce qui est un peu nouveau, c'est que la zone euro s'attaque désormais au monde avec une telle stratégie. Avant, ce processus se réalisait au sein de la zone euro avec une Allemagne qui refusait de faire progresser ses salaires, et ce, alors même que la productivité augmentait (ce qui signifie que des hausses de salaires se justifiaient mais n'ont pas eu lieu) ce qui a conduit à une compétition féroce au sein de la zone euro et qui a abouti à la destruction des économies les plus fragiles. On voit le résultat en Italie, en Espagne, en Grèce, et bien sur en France. Encore une fois, après la "réussite" de la stratégie au niveau continental, c'est maintenant le monde qui est visé. Mais apparemment, les Etats-Unis sont plus réactifs que les pays qui ont subi cela au sein de la zone euro depuis près de 20 ans. Ce qui est sans doute le plus étonnant dans tout ce processus, c'est de feindre la surprise du résultat politique de tout cela, avec la guerre commerciale qui commence à prendre forme.
 
C'est ce constat qui est fait par Michael Pettis, tout en considérant que cette stratégie est également celle qui est poursuivie par la Corée, Taiwan, le Japon, Singapour, la Suisse etc… Et il faut éviter de croire qu'un excédent commercial serait forcément signe de bonne santé économique, à moins de considérer que l'Italie et l'Espagne, qui présentent un excédent important, ont une économie plus performante et compétitive que celle des États- Unis. La mondialisation va dans le mur parce qu'elle se construit sur une compétition qui met la pression sur les salaires, et non pas sur une compétition de l'investissement, de l'innovation, de la technologie, de la productivité.
 

Quelles en sont les conséquences sur la mondialisation, et comment appréhender la guerre commerciale qui semble s'annoncer au regard d'une telle analyse ? 

 
Ce qu'il faut bien voir, c'est que la guerre commerciale, c'est l'Europe qui la mène. Quand la BCE publie au début de ce mois de juin qu'elle prévoit un excédent commercial de 4.5% de son PIB sur le reste du monde, et donc principalement sur les États-Unis, il ne faut pas s'étonner que les Etats-Unis réagissent de façon violente alors que les avertissements durent depuis des années. Ce que fait Donald Trump n'est que la suite logique, en plus folklorique, que ce qui a avait déjà été dit sous le mandat de Barack Obama. C’est-à-dire que la mondialisation ne peut fonctionner que si tout le monde joue le jeu, d'autant plus que la zone euro et son PIB de 12 000 milliards d'euros ne passe pas exactement inaperçue dans l'économie mondiale.
 
L'important c'est de changer de stratégie, et non pas forcément de s'ajuster aux tarifs douaniers imposés par les Etats-Unis. Imaginons que la Chine décide d'importer plus en provenance des Etats-Unis. Si la Chine veut continuer à faire des excédents, il lui suffit d'acheter moins ailleurs dans le monde. Et les pays qui subirons cette baisse de la demande chinoise répercuteront cette baisse sur d'autres, ce qui aboutira normalement, en bout de course, toujours vers les États Unis, qui continuerons de consommer sur une rythme élevé. Donc les tarifs douaniers ne sont pas la solution, mais ils peuvent être une incitation.
 

Quels sont les moyens de rectifier la situation et de modifier la stratégie économique de la mondialisation ? N'est ce pas une fatalité ?

 
Il n'y a pas de fatalité économique, mais il y a peut-être une fatalité dans les esprits. Lorsque l'on parle de compétitivité, en Europe surtout, on pense "coûts". Je suis compétitif parce que je ne suis pas cher. C'est avec ce genre d'idées que la mondialisation va dans le mur. Si les pays en excédent se mettaient à jouer le jeu, en soutenant la croissance, en cherchant le plein emploi et permettant une progression des salaires, et donc une meilleure répartition des revenus et une réduction des inégalités, la compétition ne se ferait plus sur les coûts mais sur la performance, le savoir, les compétences, et l'innovation. C'est cette définition là de la compétitivité qui pourrait permettre un retour à la raison. Mais il est vrai que le déni européen, avec des dirigeants qui semblent ne pas vouloir regarder le problème en face, ne permet pas d'être très optimiste. Même les Chinois semblent plus réactifs alors qu'ils représentent une menace moindre sur les États Unis que la zone euro. Cela fait plus de 20 ans que la mondialisation se construit sur ce processus, que les victoires des populistes se succèdent un peu partout dans un environnement global de répression des salaires et de progression des inégalités, et pour le moment, rien ne se passe. La réflexion stratégique n'est pas encore présente, malgré les alertes de certains. Même le FMI semble se préoccuper  de ces déséquilibres, mais beaucoup préfèrent penser que les excédents sont un signe de supériorité économique, alors qu'il s'agit de parasitage.
 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par guy bernard - 21/06/2018 - 09:08 - Signaler un abus les entreprises mondialisée ne sont pas prêtes

    Si nous avons eu une dévaluation interne des revenus hors FP, c'est qu'à la base nos salaires étaient trop élevés dans un partage de la VA trop favorable aux salaires au début des années 80, ce qui a engendré la ruine des entreprises et la mondialisation. la conséquence a été l'abandon du compromis fordien, l'appel à la bourse, et la fin du modele banque / entrepreneur. la suite a été une redistribution interne des revenus effectué par les Etats avec des prélèvements plus ou moins excessifs. la fin de la mondialisation est la volonté de retour à la situation antérieure, mais les entreprises mondialisée ne sont pas prêtes à se remettre à la merci des Etats qui les ont ruinées par leurs gouvernances.

  • Par gerard JOURDAIN - 21/06/2018 - 09:30 - Signaler un abus 1@ guy bernard

    je n'aurais dit mieux.

  • Par Benvoyons - 21/06/2018 - 09:39 - Signaler un abus L'Art de Goetzmann de toujours voir à l'envers

    Pourquoi la Mondialisation? Il y avait des pays Riches et des Pauvres. Puis vous avez la Culture & la Politique dans chaque pays. Donc comment faire croître la richesse dans les pays pauvres? En distribuant de l'argent & en envoyant à manger comme cela se passait & qui finalement n'augmentait pas la richesse?? Donc seule solution pour réduire la pauvreté il faut commercer avec lui et lui acheter les produits qu'il est capable de produire à cette période initiale pour provoquer l'enrichissement & l'organisation structurelle du pays (Écoles Enseignement ,Médecine, sociale,etc..). Malheureusement la culture&le politique qui se met en place du pays peut ne pas être adapté & freine la mise en place les dispositions structurelles nécessaires au pays. Bien évidemment l'enrichissement des Pays pauvres ne peut pas augmenter de la même manière l'enrichissement équivalent dans les pays riches sauf les investisseurs qui vont dans ces pays. Des pays riches qui déversaient dans son pays de l'argent sans regarder l'efficacité se sont trouvés en difficultés. Des pays riches se sont restructurés & vont mieux(pas la France qui elle a fait les 35h qui n'a fait qu'augmenté le nombre de fonctionnaires

  • Par kelenborn - 21/06/2018 - 10:15 - Signaler un abus Benvoyons, ben couillon

    Je ne sais pas si Goetzmann voit à l'envers mais, à la différence de toi, il voit plus loin que le bout de ses pompes! D'ailleurs, je cite "Malheureusement la culture&le politique qui se met en place du pays peut ne pas être adapté & freine la mise en place les dispositions structurelles nécessaires au pays " Quand on écrit comme cela c'est que l'on a du mal à distinguer ce que l'on voit en face de ce qui est sur les côtés! Voir des gogols donner des leçons à Goetzmann c'est quand même fort de café! Au mieux c'est une nouvelle version de l'eau ferrugineuse mais comme dirait l'autre c'est pas parce qu'on ne comprend rien qu'il faut fermer sa gueule !

  • Par kelenborn - 21/06/2018 - 10:18 - Signaler un abus BENDIDONS

    Que Gerard ne soit pas capable de dire mieux que Guy Bernard on s'en doute! C'est l'étourneau qui confesse ne pas avoir plus de cervelle que la girouette!

  • Par kelenborn - 21/06/2018 - 10:22 - Signaler un abus En tout cas

    Très intéressante analyse de Goetzman! Les chiffres sur la part des salaires dans la valeur ajoutée sont éloquents! Qui a dit que Keynes était mort ? Et, au passage, pour la Chine, on voit bien que la contrepartie de la faible consommation intérieure ce sont les exportations et l'investissement. Pour l'Europe , ce sont les exportations mais , quid des investissements?

  • Par vangog - 21/06/2018 - 10:44 - Signaler un abus Excellent diagnostic de Michael Pettis!

    Et ce diagnostic corrobore celui déjà effectué par le Rassemblement National. Les politiques immigrationnistes, salario-répressives et normatives de l’UE, et les politiques de contrôle des changes chinois sont des politique si protectionnistes agressives pour leurs peuples, avant de l’être pour le monde...Donald a eu parfaitement raison de mettre le holà à ces politiques mortifères, initiées par l’OMC du socialiste Lamy...encore une erreur!

  • Par guy bernard - 21/06/2018 - 10:44 - Signaler un abus @kelenborn

    la période de référence des salaries et de la gauche est généralement 1980, en oubliant qu’après des années d'inflation et de partage trop favorable aux salaires, les entreprises étaient ruinées et leurs productions médiocres, le débat portant essentiellement sur le social. les entreprises qui ont survécu ont du alors se financer par la bourse et adopter des modes de gestions démembrés (la BSC), deux modeles étant simultanément morts : le compromis fordien et la banque / entrepreneur. ceux qui ont gardé ses modeles en les faisant évoluer (Allemagne Japon) s'en sont tirés ; ceux qui ont confié leurs gestions aux Etats sont dans un welfare ruineux, une production et des salaires nominaux bas et dans des déficits considérables. la bourse et le BSC mettent les entreprises à l'abri des fantaisies des gouvernants en assurant la pérennité de l'entreprise par ses résultats et la répartition des risques politiques. étourneau.

  • Par GP13 - 21/06/2018 - 10:45 - Signaler un abus Quid de la financierisation des entreprises ?

    Les rendements élevés du capital investi dans les entreprises exigés par les financeurs n'exercent-ils pas une pression considérable sur l'évolution des masses salariales ?

  • Par vieux croco - 21/06/2018 - 10:49 - Signaler un abus enfin

    une analyse rationnelle , mais alors il faut que l'Allemagne change de paradigme . Ce n'est pas la France qui l'incitera car la haute fonction publique ne jure que par le modèle d'Outre Rhin tout en refusant la moindre baisse des effectifs de la basse fonction publique . Désolé mais nos élites sur diplômés ne voient que la paille des administrés sans apercevoir l'énorme poutre qui aveuglent les administrateurs , un aveuglement de très mauvaise foi surtout qu'une branche des administrateurs dénommée "Cour des Comptes" n'arrêtent pas de les éclairer .

  • Par Plongeur - 21/06/2018 - 10:58 - Signaler un abus Plusieurs paramètres

    Que les salaires doivent être corrélés avec la productivité tout le monde en convient, cela dit, Goetzmann semble oublier (volontairement ?) plusieurs paramètres tels que le problème démographique. L'Allemagne avec sa population vieillissante n'a d'autre choix que d'accumuler les surplus commerciaux pour investir sur les marchés financiers et protéger ses retraités. En effet puisqu'elle ne peut pas compter sur les jeunes pour abonder les retraites par répartition elle n'a pas d'autres choix. Ceci pour dire que, indépendamment des mauvaises politiques, chaque pays a son histoire et ses impératifs, les distortions sont inévitables et aboutissent systématiquement à des crises. L'évolution de l'économie mondiale n'est elle pas qu'une suite de crises qui se résolvent plus ou moins bien ?

  • Par guy bernard - 21/06/2018 - 11:06 - Signaler un abus @ GP13

    bonjour l'etat français monopolise toute l’épargne des français et ce n'est pas suffisant puisque nous levons cette année 200 Mds sur le marché. globalement, nous sommes en sous-épargne ; d'où vient alors l'argent ? de la bourse et il faut rémunérer le capital : celui qui ne remunere pas son capital se fait jeter, c'est donc une condition d'existence des entreprises.

  • Par ajm - 21/06/2018 - 11:50 - Signaler un abus On voit bien que la

    On voit bien que la productivité n'augmente que peu dans toutes les economies matures, à part les pays qui sont encore en phase de rattrapage .

  • Par ajm - 21/06/2018 - 12:00 - Signaler un abus Evolution de la productivité.

    On voit bien que la productivité n'augmente que peu dans toutes les economies matures, à part donc les pays qui sont encore en phase de rattrapage . Comment expliquer cette situation alors que tout le monde parle de high tech, d'IA ? Mauvaise évaluation des progrès de cette productivité, tertialisation des économies ( productivité augmentant structurellement moins dans les services), investissements insuffisants, accroissement des coûts administratifs, juridiques et de conformité dans les economies "évoluées" qui plombent la partie productive de leurs économies, surestimation de l'apport réel des GAFA et de l'economie de réseau, vieillissement de la population etc...A la base c'est évidemment l'évolution de la productivité qui permet d'améliorer pouvoir d'achat et salaires.

  • Par guzy1971 - 21/06/2018 - 12:26 - Signaler un abus article populiste ?

    je déconne

  • Par Ganesha - 21/06/2018 - 12:41 - Signaler un abus Nuremberg

    L'article de mr. Goetzmann nous décrit de façon impitoyable la folie meurtrière, les exactions barbares du Capitalisme Libéral ! Mais les abonnés d'Atlantico s'amusent à s'imaginer en avocats au procès de Nuremberg en 1945 : les arguments qu'ils auraient présenté pour la défense de Göring, Hess, Ribbentrop, Keitel, Dönitz et les autres...

  • Par Benvoyons - 21/06/2018 - 12:42 - Signaler un abus Ben couillon :)::)

    La Chine freinait son économie & n'y arrivait pas car sa politique économique Socialiste l'en empêchait. Une fois qu'elle s'est mis dans un fonctionnement économique Libérale elle a décollé. Idem pour le Vietnam. Donc bien évidemment l'économie n'est pas applicable ni donne le même résultat partout car cela tient aussi à des choix Culturels pesant sur la réalité & qui agissent sur le positif ou le négatif d'une nation. Exemple: Esther Duflo sortant de ses études & qui avec sa pensée Socialiste est allée dans des pays pauvres en voulant simplement préconiser & donner (sans résultat positif sur la population) a été obligée de faire l'effort sur elle même pour comprendre le Culturel du pays pour ensuite déterminer qu'au lieu de donner il fallait vendre et que le pauvre devait avoir un coût pour qu'il utilise ce qui allait faciliter sa vie & sa santé. Ben couillon :)::) Elle est aujourd'hui professeur & titulaire d'une chaire sur la pauvreté et le développement au Massachussets Institute of Technology,

  • Par kelenborn - 21/06/2018 - 12:46 - Signaler un abus AJM

    Oui mais il faut croire que , dans ce cas, l'économie américaine ne doit pas être une économie mature car son taux de croissance depuis les années 70 est bien supérieur à celui de l'Europe et que ce n'est quand même pas de la croissance extensive. C'est l'Europe qui est une zone de stagnation, ceci étant du à la multiplication des activités de services à faible productivité et à la multiplication des normes.Au demeurant, un accroissement de la productivité ne peut venir que des nouvelles technologies lesquelles ont été dévastées dans un pays comme la France. Au demeurant, qu'est ce qu'une économie mature: cela n'a pas de sens. L'économie des pays développés pouvait être considérée comme mature à la fin de la première révolution industrielle

  • Par kelenborn - 21/06/2018 - 12:52 - Signaler un abus Benvoyons

    Ca ne s'arrange pas !!!! Ca tient du discours d'ivrogne! C'est qui Esther Duflo ? la soeur de Zezette Duflot , la reine du pédalo pour visiter les Maldives. Et puis, normalement , les phrases de plus de 5 lignes c'était réservé à Marcel Proust .... pas à Gerard Prout !!! à Kevin non plus d'ailleurs!

  • Par Benvoyons - 21/06/2018 - 13:11 - Signaler un abus Oh Putain d'Ethanol !:)::))

    CnH2n+1OH enfin Une Eau de Vie :)::))

  • Par Ganesha - 21/06/2018 - 13:53 - Signaler un abus TINA

    Ce que j'ai écrit à 12:41 s'appelle un ''Point Godwin'' et cela peut être considéré comme une ''solution de facilité''. Cependant, il y a un autre style d'arguments, qui est infiniment plus minable ! C'est le traditionnel TINA ! Là, c'est le degré zéro de la réflexion politique ! Bien sûr, chers vieux débiles, personne n'imagine un instant le retour du Socialisme et du Communisme. Ce qui serait passionnant, ce serait de discuter de notre programme pour le futur.

  • Par Ganesha - 21/06/2018 - 13:56 - Signaler un abus Premières propositions

    Mes premières propositions : réduction du temps de travail, pour offrir un emploi à tous ceux qui le souhaitent. Et, bien sûr, le Revenu Universel !

  • Par MIMINE 95 - 21/06/2018 - 14:55 - Signaler un abus LUCIDE

    Merci monsieur Goetzmann, ça change des "analyses" de JM Sylvestre.

  • Par Benvoyons - 21/06/2018 - 15:14 - Signaler un abus Franchement l'article fait appel à des simplifications tellement

    .......... ! Comment & en combien de temps un pays pauvre comme la Chine ou autres peut passer de 50€ mois à 1490€ de salaire minimum?? Un pays qui n'a pas encore de structure industrielle & pendant que cette structure se met en place les salaires ne peuvent être augmentés de 5 ni 10% par an car la consommation se fera au détriment de son investissement dans son industrialisation. L'Allemagne avec l'arrivée de la RDA réunification l'a obligé en effet à ralentir les salaires pour relancer les processus Est Allemand sans y arriver parfaitement encore. Cela prouve que d'intégrer un pays pauvre par sa structure industrielle & bloqué par l'ancienne philosophie & malgré l’excellente formation des travailleurs Est Allemand 18ans après rien n'est totalement résolu. Maintenant depuis 2014 les salaires sont à la hausse & le salaire moyen Allemand est de 3500€ plein temps. Si la France avait fait les mêmes efforts dans sa structure nous serions devant les Allemands au lieu du Malade Européen mais dont les Français s'abrutissent en pensant que cela est une maladie imaginaire. :):) Notre Structure de Fonctionnement doit être démolie, même dès la Fondation!

  • Par ajm - 21/06/2018 - 15:33 - Signaler un abus Le cas US

    L'économie US est à la fois "mature" et en pleine recomposition sur la " nouvelle économie" , sans que l'on sache encore quel sera le resultat final. Mais les USA , economie monde, détentrice UNIQUE de tous les attributs de la souveraineté impériale, militaires et monétaires, fait largement financer par les autres pays, en terme de consommation populaire US, les conséquences de cette mutation. La productivité US n'évolue pas de façon sensiblement différente de celle des autres pays comparables, même si la croissance totale y est supérieure ( le PIB par tête évolue moins vite compte tenu de la démographie, facteur immigration latinos à prendre en compte). Cela mérite evidemment des tas de développements.

  • Par kelenborn - 21/06/2018 - 15:35 - Signaler un abus Ah je vois

    Méthanol en fait! On se disait que tu fonctionnais comme un alambic ! Tas bu trop vite c'était du méthanol!

  • Par kelenborn - 21/06/2018 - 15:41 - Signaler un abus Benvoyons gros blaireau

    A cette différence près que c'est le "Lebensraum" allemand, à l'est de l'Oder Neisse qui a financé tout ça! A trop écouter le révérend père Fillon , on finit par croire que l'eau bénite peut remp!acer le schnaps. Quant au salaire moyen c'est en brut ou en net, parce qu'en net cela m'étonnerait! Le salaire médian doit être à 1600 euros en France! Mais tes statistiques ont peut être celles de Ernst August de Hanovre! A moins évidemment que ce soit le pauvre salaire de Penelope!

  • Par kelenborn - 21/06/2018 - 15:59 - Signaler un abus AJM

    En 1970 , quand Nixon met fin à la convertibilité or du dollar, l'Europe de l'Ouest a pratiquement rattrapé le niveau de vie américain. En 2006 ( source Eurostat) et en parité de pouvoir d'achat, pour un indice 100 pour l'Europe , l'indice US est à 155 !!!!. En 2016 tjs par rapport à 100, l'indice est à 145 mais...l'Europe de l'est a fait baisser l'indice puisque le niveau de vie s'est rapproché de celui de l'Ouest: 88 pour la république tchèque contre 79 en 2006. Dans le même temps , tous les pays d'Europe de l'Ouest ont vu leur indice baisser: la France n'est plus qu'à 4% au dessus de la moyenne sauf.... les "tricheurs": l'Allemagne qui s'est enrichie grâce aux bas salaires de l'est et ...les paradis fiscaux : Irlande et Luxembourg de Mr Juncker! Contrairement à ce qu'affirment les bigots et bigotes fillonistes qui déroulent leur chapelet en psalmodiant, ce ne sont pas les lois Harz qui expliquent la réussite allemande mais ( la croissance étant en gros comparable) l'effet déflationniste sur les prix allemands des importations en provenance du Lebensraum! lequel (mais ça c'est pour que Benvoyons voie mieux) entraine, à croissance égale une augmentation du revenu en PPA !

  • Par Benvoyons - 21/06/2018 - 16:01 - Signaler un abus Je te laisse à ton Antigel favori Méthanol & je me conserve

    mon éthanol avec mes bouteilles de Vin. Je vais voir si je puis t'avoir du Méthanol des Ceps de vigne :)::) pour cet hiver . Tu préfères quoi pour ton méthanol des ceps en Rouge Auxerrois (cot, malbec) Cabernet Franc Cabernet Sauvignon Gamay Grenache Merlot Mourvèdre Nebbiolo Pinot Noir Sangiovese Syra Tannat Tempranill Zinfandel ou Blanc Aligoté,Chardonnay,Chenin, Gewürztraminer Marsanne Muscadet Muscat blanc Petit manseng Riesling Roussanne Sauvignon Sémillon Sylvaner,Viognier

  • Par Benvoyons - 21/06/2018 - 16:22 - Signaler un abus Le Blaireau :)::) Même le minimum est supérieur en Allemagne

    http://www.lefigaro.fr/conjoncture/2015/02/26/20002-20150226ARTFIG00219-le-salaire-minimum-mensuelest-desormais-bien-plus-eleve-en-allemagne-qu-en-france.php http://www.lefigaro.fr/conjoncture/2014/12/26/20002-20141226ARTFIG00030-plus-forte-hausse-des-salaires-en-allemagne-depuis-23-ans.php

  • Par moneo - 21/06/2018 - 16:41 - Signaler un abus Goetzmann persiste et siugne

    j'ai appris que le déficit était une bonne chance ouf tant mieux pour nous... Goetzmann distribue l'argent que nous n'avons pas... ou le prendra t il? emprunt boursier ( quid des prêteursr internationaux)? emprunt OBLIGATOIRE sur les comptes des français ( déjà que Macron voudrait piquer dans les assurances vie) j'oubliais sortie de l 'euro pour DEVALUER et oui dévaluer c'est la richesse parait il .putain mon plein d'essence va côuter un max surtout que question pétrole de schiste on peut pas la mondialisation c'est la pauvreté si .. si enfin le Printemps et les Galerie Lafayette ont un avis différent enfin les comparaisons internationale bidon : comparer USA et EU, pire comparer USA avec France c'est du foutage de gueule les structures de côut sont différentes, l'exploitation des 'énergies est permise et surtout les USA peuvent imprimer autant dollars qu'ils veulent ( PAS NOUS ) le keynesianisme dans toute son horreur la vérité n'est pas plaisante une bande de saprophytes publics vit sur les autres allez voir le nombre de faillites de petites entreprises ( on n'en parle jamais mais ça existe) accuser le liberalisme et le commerce fallait oser...

  • Par kelenborn - 21/06/2018 - 16:44 - Signaler un abus A toutes fins utiles

    Pour le blaireau et autres malvoyants: voici les coûts salariaux moyens en Europe en 2016: On observera qu'il est légèrement plus élevé en France qu'en Allemagne mais à cause des charges-le salaire net est légèrement supérieur en Allemagne.Mais surtout regardez bien à droite du tableau les coûts en Tchéquie, Slovaquie, Hongrie et Pologne qui sont les ateliers de l'Allemagne! Sauf si vous êtes bouchés à la colle comme le mal voyant, c'est clair! et si cela ne vous suffit pas, regardez la balance commerciale de ces quatre pays!

  • Par kelenborn - 21/06/2018 - 16:50 - Signaler un abus Le Blaireau mal voyant

    Quand j'étais gamin il y avait un bistrot et devant un camion sur lequel était écrit : "si tu bois tu meurs,,si tu ne bois pas tu meurs quand même alors bois du Dom José" Temps bénit où la mère Bouzin devait encore faire pipi dans sa culotte! Je pense donc que tu as bu du Dom José ou du Sénéclauze ou du vin des Rochers ( le velours des l'estomac ) et que depuis tu as été méthanolisé.... Faut vivre avec ...Alzheimer c'est la phase suivante mais....tu confonds déja le salaire moyen allemand avec celui de Penelope, alors tu vas bientôt prendre les hosties pour des pièces de deux euros!

  • Par cloette - 21/06/2018 - 16:58 - Signaler un abus L'article est clair comme de l'eau de roche

    Si les salaires sont bas, on achète moins donc nul besoin d'importer, exporter suffit .hi hi .

  • Par Benvoyons - 21/06/2018 - 17:14 - Signaler un abus kelenborn - 21/06/2018 - 16:50 Boire de l'antigel Méthanol du

    Camion t'a rendu même très rendu pour qu'aujourd'hui encore tu pisses dans ton pantalon. Pourquoi tu affirmes "Quant au salaire moyen c'est en brut ou en net, parce qu'en net cela m'étonnerait! Le salaire médian doit être à 1600 euros en France! Mais tes statistiques ont peut être celles de Ernst August de Hanovre! A moins évidemment que ce soit le pauvre salaire de Penelope!" http://www.lefigaro.fr/conjoncture/2015/02/26/20002-20150226ARTFIG00219-le-salaire-minimum-mensuelest-desormais-bien-plus-eleve-en-allemagne-qu-en-france.php http://www.lefigaro.fr/conjoncture/2014/12/26/20002-20141226ARTFIG00030-plus-forte-hausse-des-salaires-en-allemagne-depuis-23-ans.php & puis après tu fuis le texte que tu as écrit (en fait sans savoir aucun comme d'habitude). :)):)

  • Par cloette - 21/06/2018 - 17:21 - Signaler un abus Benvoyons

    Je me demande si tu ne te trompes pas, le salaire est moins élevé en Allemagne me semble-t-il, les gens sont moins propriétaires, et les loyers moins élevés .

  • Par cloette - 21/06/2018 - 17:47 - Signaler un abus finalement

    je n'en sais rien, il serait un peu plus élevé en Allemagne, mais de peu .

  • Par cloette - 21/06/2018 - 17:50 - Signaler un abus Et en Suisse

    eh bien les salaires sont plus élevés ... Aux US aussi, mais pas en Chine où ils sont plus faibles . Est ce que ça a fait avancer le scmilblick ?

  • Par Benvoyons - 21/06/2018 - 17:53 - Signaler un abus cloette - 21/06/2018 - 17:21 "Il te semble" est-ce suffisant

    pour affirmer? Les Journalistes éco du Figaro utilisent http://ec.europa.eu/eurostat/fr/home mais d'autres sont restés bloqués aux années 2004 pour arroser l'Allemagne avec leur Pipi de chat & psalmodier à l'infinie une statistique de10ans d'âge comme eux d'ailleurs.

  • Par Benvoyons - 21/06/2018 - 18:28 - Signaler un abus Cloette: Faire croire comme Caton H =Hollande & même Macron

    que l'augmentation à 1,9, 2% de la France est du à la France est un mensonge car la France n'y participe que pour 0,4% directement en fait. C'est les salaires & investissements (2014,2015,2016,2017) Allemands, Pays Bas etc.. qui relancent la France en 2017 & 2018.

  • Par Carl Van Eduine - 21/06/2018 - 19:24 - Signaler un abus De Gaulle pas mort ?

    J'ai l'impression que cet article oublie un point : en admettant que les salaires doivent être contenus pour préserver la compétitivité, si celle-ci s'en trouve maintenue et même accrue, alors il faut effectivement restituer une partie de la VA aux salariés. Sinon, on va vers la révolution, ce que les nantis appellent le populisme, ou le nationalisme, bref, tout ce qui leur permet de dénigrer ceux qui souffrent. On ne peut agir sur les salaires, admettons le, parce que ça met la compétitivité par-terre, dès lors que le niveau technologique du pays n'est pas assez élevé dans quelques secteurs clés. Il reste alors cette idée gaullienne que les gens de gôche ont honnie, parce que ça ne correspondait pas à leur vision de la lutte des classes : je parle bien sûr de la participation au capital. Une opposition des socialistes qui a bien fait l'affaire de nos entrepreneurs qui en ont profité pour développer leur capacité à se goinfrer. Là où ce monsieur a raison, mais il ne dit pas assez haut et clair, c'est l'alliance contre nature du capital et de ceux qui étaient censés défendre les salariés qui a précipité ceux-ci dans un gouffre sans fin. Jusqu'à la prochaine guerre ?

  • Par lima59 - 21/06/2018 - 19:37 - Signaler un abus L'Euro pas neutre

    Il y'a d'abord L'euro qui est trop fort pour la France, Italie Espagne etc. Donc si on ne peut dévaluer une monnaie, nos politiques nous diminuent nos salaires. En Espagne on parle de croissance, mais ils ,les politiques, ont tapé de 30à40% les salaires vers le bas. Comme travailleurs détachés il font de la compétition aux travailleurs Polonais. Enfin très bon article

  • Par moneo - 21/06/2018 - 20:57 - Signaler un abus @lima

    Pas diminuer les salaires diminuer la dépense publique moins de fonctionnaires ,moins d'assistanat, moins d 'étages d'administration plus de travail dans la fonction publique revenir aux 39 h sans augmentation, plus de concurrence ( aille mot interdit ) moins de gaspillages ,moins de dépenses irresponsables( mairie de Paris qui après les vélos , les autos va se lancer dans la trottinette électrique) moins de subventions aux assoss bidons etc etc...

  • Par kelenborn - 21/06/2018 - 23:31 - Signaler un abus Bon maintenant suffit

    Ganesha nous avait déjà alerté sur les délires de Benvoyons qui doit déjà avoir du mal à compter le nombre de couilles qu'il a dans son slip. Il me rappelle un certain Durru, qui erre sur Louseur et qui fait partie de cette catégorie de gens qui ne comprennent pas qu'ils ne comprennent pas. La parade chez lui consiste à assommer les gens avec des liens . Si on va sur ces liens on voit qu'il n'a pas compris ! Donc tirons la chasse! Rappelons simplement que si le salaire moyen était en Allemagne de 3500 euros il serait en gros le double du français et que cela signifierait soit que le revenu par tête des allemands est le double du nôtre, soit que la part des salaires dans la valeur ajoutée en Allemagne est dans la même proportion! Donc on ne discute pas! en revanche la chasse au troll est ouverte

  • Par kelenborn - 21/06/2018 - 23:39 - Signaler un abus C'est quand même pas compliqué

    Il y a une monnaie unique mais en Allemagne les prix augmentent moins vite pour deux raisons: la raison majeure: une grande partie de la production vient de consommations intermédiaires qui sont importées des ateliers à bas salaires de l'Est. S'y ajoute des éléments culturels qui font que le recours aux hausses de prix est évité en raison des souvenirs des années 30 ! Les réformes Harz ont sans doute ajouté une baisse des coûts salariaux. Il résulte de ce qui précède que l'on demande aux pays du sud de s'adapter à la cylindrée allemande. C'est comme si on reprochait à des gens roulant en mobylette (Ah 2 bouh connait) de ne pouvoir suivre des gens roulant en moto ! Mais cela n'empêche pas les crétins endimanchés de chanter des cantiques au Père Fillon qui paie sa bonne 6500 euros en exigeant la pauvreté de ses paroissiens!

  • Par 2bout - 22/06/2018 - 09:17 - Signaler un abus Comprenez-le bien Kelllenborn,

    sur ma moto, ma mobylette, mon vélo, qu'importe la vitesse ... si j'ai trop froid, je rentre à la maison.

  • Par Benvoyons - 22/06/2018 - 09:34 - Signaler un abus kelenborn - 21/06/2018 - 15:59 Parle de ( source Eurostat)

    Les Journalistes du Figaro pour les 3500€ n'ont fait qu'utiliser la même source Eurostat mais en utilisant les bonnes années 2014,2015,2016 etc..pas en restant bloqués dans l'analyse à l'an 2000 & jusqu'à 2010,2011 :)::)

  • Par edac44 - 22/06/2018 - 10:00 - Signaler un abus Aux "économistes" en herbe rase (et sèche) du dessus

    Le paradigme de la croissance infinie...et ses limites en 4 minutes pour améliorer votre peu de culture https://www.youtube.com/watch?v=Qi-hfL-zCvw et pour en étaler d'avantage sur le paradoxe "CROISSANCE ECONOMIQUE ET DÉVELOPPEMENT DURABLE" voir ici == > http://ses-noailles.fr/2013/11/chapitre-3-croissance-economique-et-developpement-durable/

  • Par moneo - 22/06/2018 - 10:08 - Signaler un abus Kelenborn faut arrêter la chicha

    c'est bien d'insulter ceux qui ne pensent pas comme vous ça ne prouve pas que vous ayez raison :croire que la monnaie moins forte empêcherait l 'appauvrissement des français c'est confondre l'instrument thermomètre et le symptôme température Moins vous reformerez le pays qui est inefficace en termes de dépenses publique plus vous aurez recours plus souvent à la dépréciation de notre monnaie ( modéle 4eme République) l'euro est un juste un révélateur.... soit vous vous illusionner, soit vous voulez nous faire prendre des vessies pour des lanternes... Si demain nous sortons de l'euro ou si celui ci explose nous aurons tous le temps d ' en méditer les conséquences Pour les Gaullistes si si y en a surtout chez ceux qui l'ont combattu de son vivant... l'ardente obligation du Plan ressurgit , les plans calcul, de sauvetage des mines de fer et de charbon font pleurer dans les chaumières , ;Le colbertisme saupoudré de socialisme ( les chabanistess ,vous vous rappelez ?) mais le courage de réglementer le droit de grève dans la fonction publique, faut oublier, normal les copains de promo veulent un parachute après avoir tondu le pays

  • Par edac44 - 22/06/2018 - 10:18 - Signaler un abus Et si les lecteurs d'Atlantico devenaient intelligents ???

    Bon, c'est vrai, pour certains, il y a du boulot mais il n'est jamais trop tard pour s'y mettre, alors, pour débuter avec deux éminents spécialistes en économie, des vrais ceux là, Augustin Landier, professeur à l’Ecole d’économie de Toulouse et David Thesmar, professeur à HEC, leur ouvrage "10 idées qui coulent la France" ===> http://bit.ly/2KcRREx

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Nicolas Goetzmann

Nicolas Goetzmann est responsable du pôle Economie pour Atlantico.fr.
 
Il est l'auteur chez Atlantico Editions de l'ouvrage :

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€