Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Dimanche 24 Septembre 2017 | Créer un compte | Connexion
Extra

Et pour tous ceux qui voient en Emmanuel Macron un Justin Trudeau à la française, voici de quoi il s’agit vraiment

Pour Jean-Paul Delevoye, un des principaux soutien au candidat d' "En Marche !", les Français attendent un Justin Trudeau de 40 ans. Jeune, beau, moderne, libéral, progressiste... Emmanuel Macron aurait tout pour devenir le parfait Justin Trudeau français. Mais derrière la comparaison se cache une réalité moins flatteuse, celle d'un pays qui malgré les apparences n'est pas le paradis occidental que l'on décrit souvent.

Borgne

Publié le - Mis à jour le 14 Avril 2017
Et pour tous ceux qui voient en Emmanuel Macron un Justin Trudeau à la française, voici de quoi il s’agit vraiment

Atlantico : Jean-Paul Delevoye, président du Comité d'investiture d'En Marche ! a déclaré qu'il fallait un Justin Trudeau en France. Sous-entendant qu'Emmanuel Macron était la personne désignée pour l'incarner. La comparaison est tentante : jeunes, libéraux, "dynamiques", progressistes : Macron est-il vraiment le Trudeau français ?

Matthieu Bock-Côté : Tout dépend de ce qu’on entend par-là.
Justin Trudeau est d’abord le fils de son père, Pierre Elliot Trudeau, un premier ministre qui a marqué en profondeur l’histoire politique récente du Canada, à la manière d’un roi-philosophe ayant transformé de part en part l’identité canadienne – pour le pire, à mon avis ! Autrement dit, il est arrivé en politique en disposant déjà d’un nom de famille prestigieux, à tout le moins au Canada anglais où on vénère encore son père, justement.
 

Cela dit, son élection est le fruit d’une conjoncture politique très improbable. On ne le sait pas à l’étranger, mais trois semaines avant sa victoire électorale de l’automne 2015, personne ne l’imaginait devenir premier ministre. Il avait l’air d’un dandy égaré en politique, d’un comédien plus à sa place dans le monde du showbiz. Rares étaient ceux aussi qui reconnaissaient à Justin Trudeau la formation intellectuelle nécessaire pour devenir premier ministre. Il n’était pas le favori des élections.

Justin Trudeau, avant d’être porteur d’une politique, est l’incarnation de l’esprit de l’époque : il y adhère sans la moins la moindre nuance et il le fait avec le charme d’un acteur de cinéma qui sait séduire les foules. Il incarne aussi ce que certains appellent l’idéal canadien, ou même, le rêve canadien : un pays sans histoire, sans culture fondatrice, se présentant comme le laboratoire de la diversité heureuse, et censé représenter la prochaine étape dans l’histoire de l’émancipation humaine. Il est permis, naturellement, de croire que ce rêve correspond bien peu à la réalité.

Retour à Macron. Je comprends la comparaison avec Trudeau, mais elle a ses limites. Il incarne lui aussi la jeunesse, bien qu’il soit plus proche de la finance que du showbiz. Il incarne aussi ce qu’on pourrait appeler les élites mondialisées, qui ne prennent pas au sérieux l’insécurité culturelle des peuples – en fait, elles la méprisent- et qui s’imaginent toujours que la demande d’identité est en fait le symptôme d’une crispation identitaire et autoritaire. Cela dit, il me semble infiniment mieux formé que Justin Trudeau pour exercer des responsabilités politiques supérieures.

Il n’en demeure pas moins que les deux sont chouchoutés par le système médiatique qui fantasme à travers eux à une vie politique délivrée du conservatisme. Les deux sont présentés comme des modernes heureux de l’être, les deux comprennent parfaitement les codes de la communication contemporaine, les deux font rêver ceux qui veulent encore croire à la mondialisation heureuse.

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par Deneziere - 10/04/2017 - 08:30 - Signaler un abus Gay power

    Le déterminant homosexuel n'est pas cité par l'article, mais il est très fort. Trudeau n'est rien moins qu'une icône LGBT, et Macron, homme de tous les communautarismes a de puissants soutien dans ce mouvement.

  • Par tubixray - 10/04/2017 - 08:54 - Signaler un abus Trudeau 2, un vrai newfi !

    Pour les non initiés un "newfi" est un habitant de Terre Neuve, province canadienne appelée Newfoundland en anglais .... Les histoires belges que racontent acadiens et québécois se rapportent aux newfis !.....Ce gauchiste sociétal, très français à ce titre, est un promoteur zélé de la cause islamique... En témoigne les femmes voilées ou pire dans les lieux publics qui fait ressembler le Canada au royaume uni .....

  • Par tubixray - 10/04/2017 - 09:08 - Signaler un abus Trudeau 2, célèbre enfin

    Pour être exhaustif il faut rappeler comment ce fils à papa c'est fait un prénom au Canada.... Il a affronté un sénateur conservateur en boxe lors d'un combat caritatif en 2012 !!!.... Plus con tu meurs !.. Le cannabis est légalisé, l'islamisme encouragé, les dépenses publiques s'envolent, les salauds de riche taxés ... Un mélange de Hollande / Aubry / Taubira .... Après 3 décennies de réformes et de prospérité (crise de 2008 inconnue au Canada) ma deuxième patrie va s'enfoncer dans le déclin .... Seul point positif, il est défavorable aux séparatistes québecois (ouf, merci papa)....

  • Par Deudeuche - 10/04/2017 - 09:12 - Signaler un abus @Deneziere

    Tout à fait Macron et Trudeau sont l'internationale Gay pride. Comme d'habitude avec ces "progressistes" cela rime avec le Niqab et la sauce salafiste communautariste. Des héros pour ceux qui voient le monde comme le festival de Cannes.

  • Par hermine_20 - 10/04/2017 - 11:09 - Signaler un abus Autre vision

    http://www.valeursactuelles.com/politique/filteris-marine-le-pen-profite-de-la-chute-de-macron-79449 sondage Filteris

  • Par cloette - 10/04/2017 - 11:44 - Signaler un abus Le Gay power

    La dictature des minorités au lieu de la protection légitime des minorités ! car oui la Gay idéologie n'est qu'une idèologie ! Et les idéologies ne font jamais long feu, l'Histoire l'a prouvé .

  • Par clint - 10/04/2017 - 13:39 - Signaler un abus Bla Bla Bla !

    Eh bê ! on en découvre sur ce site !!!

  • Par clint - 10/04/2017 - 19:27 - Signaler un abus Trudeau devient la hantise de Trump !!

    Sujet dans le Time de cette semaine sur les GAFA qui commencent à avoir des bureaux au Canada pour permettre aux étrangers bannis par Trump de venir y travailler !

  • Par jc0206 - 11/04/2017 - 09:26 - Signaler un abus Surtout pas un Trudeau !

    Donc pas de Macron !

  • Par MMG - 11/04/2017 - 13:32 - Signaler un abus Le multiculturalisme en marche forcée

    N'est ce pas Trudeau qui a autorisé les femmes policiers à porter le voile et interdit toute critique de l'islam sous risque de sanction pénale ? Qui rêve de la même société en France ?

  • Par bd - 12/04/2017 - 01:55 - Signaler un abus Emmanuel Macron: La logique pragmatique (1)

    Parce qu’Emmanuel Macron peut être d'accord avec des gens de droite et de gauche, il n'aurait pas d'idée? Nous souffrons tous depuis des années de voir des lois élaborées sous un gouvernement être détricotées par le suivant. "En Marche!" n'est pas comme les autres. Le rôle d'un Président dans un pays mature est, en effet, de trouver le dénominateur commun entre des personnes et des positions différentes, pour avancer, pour que le pays, en tant que nation, avance. Est-ce que les politiques qui divisent, qui pointent du doigt l'autre, sont plus claires pour l'électorat? Il est temps de comprendre que ceux qui jouent à diviser, à opposer, sont des apprentis sorciers.

  • Par bd - 12/04/2017 - 01:55 - Signaler un abus Emmanuel Macron: La logique pragmatique (2)

    Pantin, sans expérience, disant ce que d'autres puissances l'enjoignent à dire?
 Dont acte, il a 39 ans, c'est vrai, et sans doute donc moins d'expérience que des hommes et femmes politiques rompus aux joutes électorales...
 Il suit une ligne cognitiviste, ce qui pour tout pédagogue, est particulièrement parlant.
Il faut des constats, argumentés, intellectualisés, et de ces constats, découlent des solutions.
Cela s'appelle du pragmatisme. 
Il ne prétend pas que toutes ces solutions seront un succès. 
Il explique le droit à l'échec (pour lui comme pour tout le monde en promettant le droit au chômage pour tous).
Mais on tente, on essaie, parfois cela marchera, parfois non. Mais, bon sang, qu'est-ce que ça fait du bien justement d'entendre quelqu'un qui peut ne pas être totalement sûr de lui et dire : «on va faire ensemble». Cela permettra à chacun, individuellement, de se sentir meilleur, en ayant le sentiment légitime d'avoir participé à l'élévation de la société dans son ensemble. Là où tous les politiques depuis plus de 40 ans expliquent à longueur de temps sur Les plateaux télé savoir exactement ce qu'il faut faire, et qu'une fois élus, ils semblent d'un coup avoir tout oublié...

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Mathieu Bock-Côté

Sociologue, enseignant, essayiste et chroniqueur québécois. Mathieu Bock-Côté a publié en 2016 Le multiculturalisme comme religion politique, aux éditions du Cerf.

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€