Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Lundi 25 Juin 2018 | Créer un compte | Connexion
Extra

Et pendant ce temps-là, les deux autres gagnants de la Trumpocalypse sont… le porno et le cannabis

En marge de l’élection présidentielle, lors des nombreux référendums de l’Election Day, les Etats ont approuvé des mesures parfois éloignées des positions de Donald Trump. La Californie a rejeté le port obligatoire de préservatifs pour les acteurs pornos, tandis que plusieurs États ont légalisé la consommation de marijuana. Et deux États démocrates ont adopté des mesures strictes de contrôle des armes.

THE DAILY BEAST

Publié le - Mis à jour le 11 Novembre 2016
Et pendant ce temps-là, les deux autres gagnants de la Trumpocalypse sont… le porno et le cannabis

Le plus grand gagnant de l’élection de jeudi – en-dehors de Donald Trump lui-même – : le lobby du cannabis. Des mesures en faveur de la marijuana ont été soumises aux urnes dans neuf Etats, dans la foulée du précédent établi en 2012.

Copyright The Daily Beast - Barbie Latza Nadeau

Pour comprendre les nouvelles priorités aux Etats-Unis, il suffit de jeter un œil aux propositions soumises aux référendums en novembre. Neuf Etats ont voté en faveur de la légalisation du cannabis. Seuls quatre Etats se sont attaqués au contrôle des armes à feu. Trois Etats ont rétabli ou renforcé la peine de mort et un seul Etat s'est prononcé sur une mesure visant à punir les pollueurs. La Californie a voté pour soutenir ses stars du porno et pour l’interdiction des sacs en plastique. D’autres référendums proposaient d’augmenter les impôts, de réformer les procédures électorales et de plafonner les prix des médicaments.

Les préservatifs en Californie

Selon les premiers résultats, les Californiens sont partis pour soutenir l’industrie pornographique en rejetant une proposition qui aurait obligé les acteurs à porter des préservatifs dans toutes les scènes de sexe. La proposition 60, qui prévoyait des amendes potentielles allant jusqu’à 70 000 dollars pour les acteurs pornos qui auraient refusé de se plier à la loi, a rencontré l’opposition de l’industrie du X, qui a affronté les défenseurs de la prévention en matière de santé. A l’heure de l’écriture de cet article, avec la plupart des bulletins dépouillés, cette mesure semble partie pour la défaite avec une marge d’au moins 10 points.

Les armes à feu

Donald Trump a peut-être promis aux Américains qu’ils garderaient la main sur leurs armes, mais plusieurs Etats démocrates ont remporté des victoires clés avec des lois de contrôle des armes à feu.

La Californie a tenu bon face au lobby de la National Rifle Association. Elle a voté pour rendre illégale la possession de chargeurs de munition d’une capacité supérieure à 10 cartouches. Elle a aussi voté en faveur de l’obligation de se soumettre à des vérifications d'antécédents judiciaires pour acheter des munitions et pour étendre les pouvoirs de la police en ce qui concerne la confiscation des armes pour les personnes qui se sont rendues coupables de crimes. Le lieutenant-gouverneur de Californie Gavin Newsom a déclaré au Los Angeles Times : "C’est une initiative très importante parce que je pense qu’elle marque le début d’un débat national sur la confiscation des armes pour les criminels et les vérifications d'antécédents judiciaires, qui aura je crois un impact très significatif sur la diminution de la violence due aux armes à feu dans ce pays".

Les électeurs de Washington se sont aussi mobilisés pour soutenir en masse une mesure qui permet aux autorités de réclamer une ordonnance au tribunal, au nom de familles "en crise", afin d'interdire à un individu estimé dangereux de posséder des armes à feu. Cette mesure, qui a aussi rencontré l’opposition féroce de la National Rifle Association, créera l'une des règlementations les plus restrictives en matière d’armes à feu aux Etats-Unis. Mais elle a toujours des détracteurs. "Il y a une inquiétude face à ce type de législation, qui pourrait permettre des abus de la part de personnes qui déposent une plainte dans le cadre d’un divorce, ou encore des ex-petits amis, ex-petites amies", a expliqué à KIRO 7 à Seattle Dave Workman, membre de la Second Amendment Foundation basée à Bellevue. "Je pense que nous devons être sensibles à cela".

 
Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Barbie Latza Nadeau

Barbie Latza Nadeau, est chef du bureau de Rome pour The Daily Beast.

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€