Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Samedi 18 Novembre 2017 | Créer un compte | Connexion
Extra

Et pendant ce temps là, l'Allemagne investit sur sa stabilité politique en apaisant les tensions de son marché du logement

La promesse d'Angela Merkel de construire 1,5 million de logement est cependant beaucoup plus inquiétant qu'il n'y parait pour l'Allemagne, car elle est révélatrice de la lourde menace qui pèse sur l'équilibre social du pays si les loyers continuaient à monter de la sorte.

Haüser

Publié le

Ensuite il est vrai que la chancelière annonce 1,5 million de logements nouveaux, mais il faut mesurer à quel point elle ne dispose pas d'outil au niveau fédéral pour piloter tout cela. Il n'y a pas d'équivalent du logement social et du financement à la française, cela reste l'affaire des communes et des Länder. Et cela pose d'autres problèmes en Allemagne du fait de la faible disponibilité du foncier et des règles très strictes qui contraignent la construction. Les procédures d'urbanisme (et les procès qui les accompagnent) sont plus dure en Allemagne qu'en France, où l'on s'en plaint déjà beaucoup.

Il ne suffit donc pas d'annoncer 1,5 million de logements pour les faire dans des conditions acceptables pour la population. Il y a loin de la coupe aux lèvres entre ce genre de promesse et leurs réalisations.

Le problème du logement pose aussi problème parce qu'il correspond à l'arrivée du million de migrants venus du Moyen-Orient entre 2015 et 2016 pour s'installer en Allemagne. Quel rôle tient cette question migratoire dans la gestion de la crise du logement en Allemagne ?

Ce mouvement de hausse des prix était déjà engagé avant le grand afflux de 2015-2016, mais il est vrai que cela considérablement aggravé. En Allemagne, il y a un système fédéral de répartition des réfugiés et chaque ville en a en fonction de sa population et donc effectivement sur les zones déjà tendues cela a contribué à aggraver la situation et les tensions sur le marché du logement. 

Les Allemands ont toujours été partisan de la collocation et de ce genre d’accommodements, ce qui fait qu'ils occupent bien leurs logements. Mais l'afflux des réfugiés aggrave les choses notamment dans ces villes-là. Surtout que si dans un premier temps les réfugiés étaient dans des camps, des gymnases et autres logements temporaires, ces derniers mois on est passé à des relogements dans des logements plus pérennes, dans des zones habitées avec souvent des subventions de l'Etat. Cela contribue à tendre le marché du logement. Ce qui est remarquable, c'est que cela ne contribue pas pour l'instant à pousser les hôtelleries à pratiquer des prix hauts. 

Il y a évidemment des villes, en particulier dans l'est de l'Allemagne qui vont au contraire continuer de se vider, mais parce qu'elles n'ont pas d'activité économique, et cela n'aurait pas de sens d'y faire affluer des populations immigrées.  

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par kelenborn - 05/07/2017 - 16:09 - Signaler un abus Häuser

    Des maisons!!! ouf! on avait cru que c'était un nouvel article d'Hausser!! Hausser, Sylvestre, Garibal, le Doyen Neveu heureusement sans Lin Piao!!! Atlantico a fait les soldes dans les maisons de retraite?

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Guillaume Duval

Guillaume Duval est rédacteur en chef du mensuel Alternatives économiques, auteur de La France ne sera plus jamais une grande puissance ? Tant mieux ! aux éditions La Découverte (2015) et de Made in Germanyle modèle allemand au-delà des mythes aux éditions du Seuil et de Marre de cette Europe-là ? Moi aussi... Conversations avec Régis Meyrand, Éditions Textuel, 2015.

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€