Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Lundi 27 Juin 2016 | Créer un compte | Connexion
Extra

Et l’origine des terroristes commettant le plus d’attaques dans le monde est...

Selon les statistiques d'Europol, sur les 5 dernières années 2 % des attaques terroristes en Europe ont été perpétrées pour des "raisons religieuses". La majorité de ces actes sont le fait de groupes séparatistes.

Préjugé

Publié le
Et l’origine des terroristes commettant le plus d’attaques dans le monde est...

Des soldats de l'Etat islamique Crédit Reuters

Atlantico : Depuis 15 ans, l'actualité voit régulièrement l'irruption de terroristes islamistes. Or, selon une étude dirigée par l’organisme intergouvernemental Europol, seulement une minorité des attaques terroristes survenues en Europe proviendraient de terroristes radicaux se revendiquant d'une religion : 2%. Pourquoi sommes-nous davantage marqués par les attentats perpétrés par les terroristes islamistes ?

Arnaud Blin : Ce qui frappe dans l'étude, c’est le rapport (pour 2013) entre le nombre peu élevé de victimes (7) d’un côté, et le nombre d’attentats (152) et d’arrestations (535) de l’autre. Mais pour 2015, le nombre de victimes a déjà plus que doublé par rapport à ce chiffre. Europol s’intéresse à l’UE et on voit des tendances similaires aux Etats-Unis par exemple même si l’attentat le plus retentissant des dernières années fut celui de Boston, organisé par deux frères qui revendiquaient leur islamisme militant.

En 2014, le Canada et l’Australie ont subi des attaques à caractère religieux particulièrement violentes, d’où l’impression, partiellement justifiée par ces faits, que les attaques terroristes sont principalement du fait de terroristes radicaux musulmans. Cette impression est par ailleurs renforcée par les attentats qui ont lieu ou ont eu lieu dans d’autres régions du monde et sont le fait de groupes revendiquant plus ou moins directement leur militantisme islamique. Cela va de la Tchétchénie aux Ouighurs, du Nigéria aux divers groupes rattachés à Al Qaeda en Afrique ou dans la péninsule arabique, à l’Indonésie, au Proche Orient, etc… Sans parler même de ce qui se passe en Syrie, en Irak ou au Pakistan et en Afghanistan, où les victimes, fort nombreuses, sont en majorité des musulmans. Il y a donc un effet d’accumulation qui se superpose aussi au choc du 11 septembre 2001 et des attentats de Madrid et de Londres.  

Tout ça pour dire qu’il faut regarder les choses à plus long terme et de manière plus globale que l’instantané fourni par les données d’Europol. Surtout, il faut garder en tête que le terrorisme se définit par son caractère psycologico-émotionel et que la perception des faits et leur impact est beaucoup plus important que les données brutes. Et même si une majorité des attentats est motivée par des considérations séparatistes et que, en conséquence, la plupart des auteurs de ces actes ne sont pas des combattants islamistes, cela ne change pas grand-chose à la donne. Ce qu’il faut voir, c’est qu’une bombinette sur un bungalow en Corse ne va pas avoir la même charge émotionnelle que la tuerie de Charlie Hebdo. En matière de terrorisme, tout est dans le caractère de l’attentat et les séparatistes corses, par exemple, sont tout à fait conscients qu’un attentat trop violent nuirait à leurs intérêts et serait contre productif. Au contraire, dans la mesure où les militants islamistes cherchent à briser une société entière, leurs attentats vont avoir un caractère intolérable. Contrairement à ce qu’on pense souvent, les terroristes ne cherchent pas nécessairement à commettre l’acte le plus violent ou le plus atroce mais celui susceptible de provoquer une réaction en rapport avec leurs objectifs, politiques ou autres.

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par zouk - 18/01/2015 - 10:47 - Signaler un abus Terrorisme

    Il est certain que le nombre de musulmans extrémistes violents est faible, ou très faible, par rapport à l'ensemble des musulmans, mais ce n'est pas le problème: il est dans l'effet recherché, fracturation de notre société càd volonté de déclencher une guerre civile dans nos pays et recherche de soutiens dans des pays musulmans faciles à mobiliser: Pakistan, Algérie, Niger.... en capitalisant sur leur très faible niveau de connaissances venu presqu'exclusivement des écoles coraniques.

  • Par Benoit 2011 - 18/01/2015 - 14:51 - Signaler un abus Jamais rien lu....

    ....d'aussi creux et stupide.

  • Par vangog - 19/01/2015 - 01:24 - Signaler un abus Encore une tentative de mise en case...

    afin d'évacuer le problème, sans le solutionner! Les attentats séparatistes Corses, Bretons ou Basques sont rarement mortels, les attentats islamistes le sont toujours. Comparer les deux types d'attentat relève de l'amalgame...inutile pour décliner une solution. Mais il faut bien justifier études et statistiques...

  • Par Frangipanier123Paris - 19/01/2015 - 12:02 - Signaler un abus Mieux vaut être en mesure de lire ces balivernes (billevesées ?)

    ... que d'être aveugle ! Mais franchement on se fout du monde !!!

  • Par Geolion - 19/01/2015 - 15:11 - Signaler un abus Trop vite dit !

    Cet article postule un nombre d' attentats relevant des djihadistes qui ne tiendrait pas compte du pays où ils ont lieu, ce qui n'est pas le cas du tout. En France, la très grande majorité des attentats a pour origine des intégristes musulmans.

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Arnaud Blin

Arnaud Blin est politologue, spécialisé dans l'étude des conflits et plus spécifiquement du terrorisme. Il est président de Modus Operandi et Monde Pluriel.

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€