Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Dimanche 20 Août 2017 | Créer un compte | Connexion
Extra

Et maintenant la violation d’un traité anti-missiles : à partir de quand faudra-t-il vraiment s’inquiéter des instincts belliqueux de la Russie ?

La Russie a déployé des missiles de croisière qui visent l'Europe selon un général américain, violant de fait le traité de 1987 sur les Forces nucléaires intermédiaires (FNI). Il serait temps de reconnaître et de s'inquiéter de ces signes belliqueux qu'envoie le Kremlin.

Camarade ?

Publié le
Et maintenant la violation d’un traité anti-missiles : à partir de quand faudra-t-il vraiment s’inquiéter des instincts belliqueux de la Russie ?

Atlantico : C'est dans l'air de dire que la Russie n'est pas à considérer comme une menace. Sauf que le Kremlin vient d'enfreindre le traité de 1987 sur les Forces nucléaires intermédiaires (FNI) selon un général américain, en déployant des missiles de croisière qui visent l'Europe occidentale.  Début février, deux bombardiers russes TU-160 "Blackjack", pouvant transporter des missiles nucléaires, ont été interceptés au large des côtes françaises. A quel moment faudra-t-il s'inquiéter de ces signes belliqueux qu'envoie la Russie ?

Jean-Sylvestre Mongrenier  : Ces "signaux" s’inscrivent dans la durée et le déni de l’expression de "nouvelle guerre froide" est trop systématique pour ne pas être suspect. Nul besoin d’être docteur en psychanalyse pour le comprendre. Il y a dix ans déjà, le "discours de Munich" prononcé par Vladimir Poutine, en février 2007, constituait une déclaration ouverte d’hostilité à l’encontre de l’Occident. L’année suivante, la guerre russo-géorgienne d’août 2008 faisait réapparaître le spectre de la guerre. Avec le recul, on comprend donc que la politique de "reset", lancée par l’Administration Obama en 2009, n’aura été qu’une parenthèse. Le point tournant dans ce nouveau conflit Est-Ouest aura été le rattachement manu militari de la Crimée et le déclenchement d’une "guerre hybride" dans le Donbass, à partir de février-mars 2014. Ces derniers mois, les interférences des services russes dans la campagne électorale ont marqué une "extension du domaine du conflit". Ce conflit géopolitique a bien une dimension idéologique, même si le poutinisme n’a pas la force d’expansion du marxisme-léninisme d’antan. Le syncrétisme idéologique est grossier, mais il se révèle plus attractif qu’on pouvait le penser. Bien des personnes sont attentives non pas aux choses, mais aux mots (la société russe n’a rien d’un modèle traditionnel qui pourrait être importé et les maux qui frappent les sociétés occidentales s’y retrouvent, en plus grande proportion encore). 

S’en inquiète-t-on ? Oui, à l’évidence, même si certains commentateurs sont encore dans le déni, voire l’approbation, le récit mensonger d’une "Russie blanche", citadelle de la Tradition et grande alternative à la modernité occidentale, fascinant certains esprits. D’autres forces, plutôt situées à l’extrême-gauche, hostiles à l’économie de marché et aux libertés, sont séduites par tout ce qui ressemble à de l’étatisme, de l’autoritarisme et du centralisme. La passion anti-américaine, temporairement atténuée chez certains par la personnalité de Donald Trump, constitue un trait d’union entre ces éléments pro-russes, hétéroclites par ailleurs. Il reste que les gouvernements des pays membres de l’Union européenne et de l’OTAN se sont accordés sur l’adoption de sanctions diplomatiques et économiques, à la suite de l’affaire ukrainienne et sur le renforcement de la "présence avancée" sur l’isthme Baltique-mer Noire. Il s’agit de consolider la protection militaire des pays proches de la Russie (Etats baltes, Pologne, Roumanie, Bulgarie) afin de dissuader Moscou de toute répétition du "scénario" ukrainien à l’encontre d’un pays allié. Les mesures visant à renforcer la posture de défense et de dissuasion de l’OTAN ont été adoptées lors du sommet de Varsovie (8-9 juillet 2016) et elles sont aujourd’hui mises en œuvre. Ce renforcement devrait aussi concerner le bassin de la mer Noire (réunion des ministres de la Défense de l’OTAN, 15-16 février 2017). Il y a donc bien eu une prise de conscience.

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par Deudeuche - 10/03/2017 - 09:05 - Signaler un abus UE OTAN certes

    mais sans le social libéralisme d'une Clinton ou d'un Macron. Clinton c'est réglé!

  • Par pitron67 - 10/03/2017 - 09:23 - Signaler un abus unipolaire

    il ne voit que d'un oeil ce type .les usa viennent d'acheminer des chars lourds dans les pays baltes ,installent des missiles a la frontière russe 'patrouillent de façon ostentatoire dans la mer noire et c'est les russes qui seraient agressifs .combien de chars russes au mexique ou au canada? les troupes us sont massés à la frontière russe et c'est les russes qui sont belliqueux ?

  • Par pitron67 - 10/03/2017 - 09:28 - Signaler un abus docteur

    ce mec a un titre de docteur ! comment peut il sans sourciller énumérer autant de conneries? tu vas dans un café et n'importe quel quidam qui s'est arrété au certificat d'études primaires te raconte la meme chose .c'est quoi l'institut thomas moore une officine de désinformation?

  • Par assougoudrel - 10/03/2017 - 10:09 - Signaler un abus Docteur

    Est-ce des gros suppositoires que les américains ont placé le long de la frontière russe. C'est pour boucher les trous dans la couche ozone? Vous êtes un guignol de gaucho.

  • Par Paulquiroulenamassepasmousse - 10/03/2017 - 10:33 - Signaler un abus Escalade

    Ou plutôt réponse du berger à la bergère comme on dit chez nous.... Obama a foutu le bordel volontairement en montant l'Ukraine contre la Russie... L'Europe et Flamby ont suivi.... Et refusé la main tendue de Poutine... Tant pis !!!

  • Par Mkutch - 10/03/2017 - 11:06 - Signaler un abus Ah que c'est bon...

    Ah que c'est bon d'avoir un méchant-méchant-ennemi, et d'être bien au chaud sous la couverture américaine. USA Grands Pacifistes, comme chacun sait.

  • Par vangog - 10/03/2017 - 11:51 - Signaler un abus Lorsque Marine Le Pen aura sortie la France de l'OTAN

    et recrée une Défense digne de ce nom et digne des frontières de la France, alors les belliqueux se calmeront, grâce à ce Nouveau Centre de gravité géostratégique...de chaque côté de l'Atlantique et de la Baltique!

  • Par Paulquiroulenamassepasmousse - 10/03/2017 - 12:52 - Signaler un abus @vanguogues

    La méthode "caué"ne fonctionnera pas.... En 2017 c'est Macron ......et en 2022 un musulman issu du parti des démocrates musulmans..... Alors faut arrêter de perdre son temps avec la marine à voile..... Il y a longtemps qu'elle est ringardisé par la vapeur....et le nucléaire.

  • Par pitron67 - 10/03/2017 - 13:02 - Signaler un abus vangog

    toujours à attendre l'homme ou la femme providentiel! ça n'existe pas ! il faut se prendre en main et agir individuellement et collectivement Marine pas plus que fillon encore moins ne changeront quelque chose

  • Par padam - 10/03/2017 - 17:12 - Signaler un abus l'ours russe: si méchant que ça?!

    Ce n'est plus de la russophobie primaire, mais de la russophobie de primate. Que la Russie ait eu des contentieux avec ses voisins, où comme toujours les torts sont partagés, elle partage en cela la destinée de tous les Etats européens. Mais en une Histoire d'un millénaire la Russie ne s'est jamais attaquée à l'Occident, en particulier à la France dont elle a constamment recherché l'amitié. Par contre, qui a envahit la "Sainte Russie" en 1812, avec le brillant résultat que l'on sait? Qui 50 ans plus tard a pris le parti des Turcs, sous l'égide des bons amis anglais, contre la Russie? La Russie n'a-t-elle pas été un allié fidèle lors du 1er conflit mondial (cf: la coûteuse offensive Broussilov), du moins jusqu'à la prise du pouvoir par les Bolchéviks en 1917? Qui a rompu le pacte germano-soviétique le 22 juin 1941, avec à la clé une effroyable guerre germano-soviétique de 4 ans qui a tué plus de 30 millions de Russes? Et qui au final a abattu définitivement l'emprise nazie sur le continent européen? Après les Tsars et la parenthèse soviétique, la Russie d'aujourd'hui continue à défendre ses intérêts et sait le rappeler si nécessaire. Comme tout un chacun. Qui pourrait la blâmer?...

  • Par Deneziere - 10/03/2017 - 17:54 - Signaler un abus L'ours est Russe, le bisounours est Français

    Les commentaire russolâtres ci-dessus représentent bien l'attelage hétéroclite mentionné par Mongrenier. Poutine réconcilie effectivement le bolcho et le facho, représentée à merveille par le FN actuel, peuplé de transfuges populo-beuglards du PCF. Le nouveau poème du FN : "Quand elle voit Poutine, Marine, Mouille sa petite culotte bleue... Marine".

  • Par pitron67 - 10/03/2017 - 20:14 - Signaler un abus deneziere

    je ne suis pas russolatre ni FN monsieur ! vous faites parti des gens qui traitent les autres de débiles quand ils ne sont pas d'accord avec vous vous etes au niveau zéro de l'argumentation ! vous traitez vos contradicteurs de facho et tout est dit :relisez votre commentaire ,le débile qui saute aux yeux ce n'est pas celui que vous croyez

  • Par padam - 11/03/2017 - 10:19 - Signaler un abus Deneziere

    Je ne dirai rien de la forme de votre commentaire qui, pour le moins, ne vous honore pas. Ce bref rappel de la réalité historique qui vous dérange tant, a simplement pour objet de montrer que la tradition russe, contrairement aux affirmations partiales et fallacieuses du chroniqueur, ne nourrit aucune visée "belliqueuse" envers l'Occident. Et encore moins que jamais aujourd'hui où les préoccupations géostratégiques de la Russie sont avant tout tournés vers l'Est, et singulièrement la Chine. Autrement dit, ne serait-il pas pas plus opportun de cesser ce genre de posture paranoïaque nombriliste de bon ton chez nous...

  • Par Paulquiroulenamassepasmousse - 11/03/2017 - 19:10 - Signaler un abus @padam

    Très bonne analyse, Poutine est le dernier rempart de l'Occident , face à la Chine et face à l'islam.....Que faut-il qu'il fasse de plus pour convaicre nos Islamogauchistes .......Je crains que ce soit peine perdue....!!!

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Jean-Sylvestre Mongrenier

Jean-Sylvestre Mongrenier est docteur en géopolitique, professeur agrégé d'Histoire-Géographie, et chercheur à l'Institut français de Géopolitique (Université Paris VIII Vincennes-Saint-Denis).

Il est membre de l'Institut Thomas More.

Jean-Sylvestre Mongrenier a co-écrit, avec Françoise Thom, Géopolitique de la Russie (Puf, 2016). 

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€