Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Lundi 20 Novembre 2017 | Créer un compte | Connexion
Extra

Et maintenant l’Eurexit !

Ce jeudi, le Royaume-Uni a donc choisi le "Brexit", le départ de l'Union Européenne. Pour Serge Federbusch, ce choix est celui de la raison, les Britanniques ayant ouvert le chemin de la souveraineté retrouvée.

Opinion

Publié le
Et maintenant l’Eurexit !

Depuis le début des années 2000, l’Union européenne est un peu comme le Norman Bates du «Psychose» d’Hitchcock, elle vit attachée psychologiquement et physiquement à un cadavre dont elle n’a pas réalisé la mort. Ayant substitué l’enflure bureaucratique à l’arbitrage démocratique elle a perdu sa légitimité, s’est privée de toute assise populaire et a sombré dans une sorte d’autoritarisme mou dissimulé dans des normes de plus en plus absurdes et épaisses. Sa monnaie, l’euro, d’abord instrument de domination allemande s’est muée elle-aussi en une créature incontrôlée, imprimée au gré de ses humeurs et ses intérêts par une technocratie inquiète sise à Francfort.

Jeudi, 23 juin 2016, les Britanniques ont fait, comme nous l’espérions, le choix de la raison, de l’avenir et de la liberté. Les sempiternels esclaves de la machinerie berlino-bruxelloise vont maintenant tenter de colmater les brèches, d’invoquer la nécessité d’une construction plus allante qui ne serait en réalité pour la France, dans le rapport des forces actuel, qu’une soumission plus grande à l’Allemagne.

Mais cela ne fonctionnera pas. Trop de questions sont insolubles. Qui va payer les sommes que les Britanniques versaient au budget communautaire ? Comment allons nous collectivement renégocier les conditions de nos échanges de tout type avec les Anglais alors que nous ne parvenons déjà que très difficilement à trouver des accords sur des sujets microscopiques comme les emballages alimentaires ou l’affinage des produits laitiers ?

Les Britanniques nous ont ouvert le chemin de notre souveraineté retrouvée. Il sera escarpé car le confort de la dette garantie par l’Allemagne nous permettait, au prix de notre servilité, de croire que nous pouvions éviter de réformer notre propre bureaucratie. Cela ne sera plus le cas.

Angleterre, merci pour ce moment !

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par langue de pivert - 24/06/2016 - 11:35 - Signaler un abus On est mal parti !

    §§§ "Le ministre des Affaires étrangères Frank-Walter Steinmeier recevra samedi 25 juin les ministres des Affaires étrangères français (Jean-Marc Ayrault), néerlandais (Bert Koenders), italien (Paolo Gentiloni), belge (Didier Reynders) et luxembourgeois (Jean Asselborn) pour des discussions" et un "échange sur les thèmes actuels de la politique européenne" selon un communiqué. §§§ ☺ Le "JM-0" va représenter la France ! Un type qui n'a même pas le niveau d'un sous-préfet ! Même pas celui d'un prof d'allemand ! Un psychorigide sclérosé et momifié confit dans la graisse idéologique socialiste ! ☺Pourvu qu'il dorme, ça limitera la casse !

  • Par Silver569 - 24/06/2016 - 11:54 - Signaler un abus HI

    "Qui va payer les sommes que les Britanniques versaient au budget communautaire ?" Personne presque, le peu de décalage ne le nécessite pas. Si évidemment, il y aura un trou dans le budget, il y aura aussi un gain dans les dépenses. A écouter, le RU ne percevait rien de l'UE. "Comment allons nous collectivement renégocier les conditions de nos échanges de tout type avec les Anglais" La renégociation ne se fera pas. Il est certain que des pays intraUE vont la bloquer.

  • Par bebert4 - 24/06/2016 - 12:59 - Signaler un abus A langue de pivert

    Tout à fait d'accord pour JM0,il existe une loi universelle:un superieur ne peut choisir comme subalterne quelqu'un qui le surpasse.

  • Par gerint - 24/06/2016 - 13:10 - Signaler un abus À Silver569

    Les échanges commerciaux avec la GB sont importants dans les deux sens et le simple intérêt sonnant et trébuchant rendra les accords bilatéraux faciles et profitables aux deux parties à mon avis contrairement aux menaces ridicules de Macron. Les états d'âme auront peu de place

  • Par attila - 24/06/2016 - 13:14 - Signaler un abus Cette europe à 28

    est une stupidité--revenons aux errements antérieurs, à savoir l'europe des 6 !!!- nos politiques sont fous--enfin, ce n'est pas la fin du monde ..sauf pour pour les marchands de sous !!!

  • Par khayam12 - 24/06/2016 - 13:42 - Signaler un abus Souveraineté Illusoire

    Mais enfin comment Atlantico, dont la probité intellectuelle est habituellement impeccable, peut il publier un tel verbiage réactionnaire et passionné? L'UE assure la cohérence d'un ensemble de démocraties qui représentent 500 millions de personnes. Chine: 1,3 milliards, Inde: 1,2 milliard. Quelle serait la place de la France avec ses 70 millions et son 1,2 % de croissance les bonnes années? Le monopole de la miette?

  • Par cloette - 24/06/2016 - 14:09 - Signaler un abus khayam

    Ce n'est pas la superficie ni l'effectif qui fait la grandeur ou la force d'un pays , de plus une entente et des alliances peuvent exister entre nations sans que chacune perde sa souveraineté . Il peut y avoir des guerres civiles dans un pays trop grand et surtout le risque de dictature y est grand .

  • Par Deudeuche - 24/06/2016 - 14:31 - Signaler un abus @khayam

    amateur de censure? ou de "bienpensance" ?

  • Par vangog - 24/06/2016 - 15:55 - Signaler un abus @khayam un mondialiste égaré à atlantico?

    si c'est le chiffre qui est important pour vous, et si vous considerez que les Nations n'ont plus le droit de réaliser du commerce entre elles, pourquoi ne pas réclamer un gouvernement mondial, chapeauté à moitié par le Bilderberg et la dictature chinoise? le gouvernement de la norme universelle...

  • Par J'accuse - 24/06/2016 - 16:53 - Signaler un abus L'Union est morte, vive la Communauté

    La rupture n'est pas entre le peuple Britannique et les peuples continentaux, mais entre les peuples et leurs élus. Le projet d'une Europe fédérale est une stupidité qui n'a jamais été souhaitée par les peuples: personne ne veut abandonner son histoire et sa culture propres, pour tout fondre dans un ensemble hétérogène dépourvu d'identité et de légitimité. Nous avons évidemment de nombreux points communs (que nous ne partageons pas avec les migrants actuels), mais l'un d'entre eux est justement de tenir à nos différences. Pour bien marquer ce refus net et définitif, je propose d'abandonner la dénomination "Union européenne" pour revenir à celle de "Communauté européenne".

  • Par Dano - 24/06/2016 - 17:02 - Signaler un abus L'avenir montrera que les anglais ont eu raison le 23 juin 2016

    Ils ont eu raison de refuser le monstre bureaucratique bruxellois. Car c'est cela la réalité européenne aujourd'hui : un monstre technocratique incontrôlable, détaché des européens, qui enfle tous les jours en voulant s'occuper de tout et corrélativement demandant toujours plus de moyens financiers, mais sans se soucier des attentes et aspirations des citoyens. On avait déjà ça en France et l'Europe bruxelloise en est devenue une super version additionnelle. Ce n'est pas de cette Europe là dont nous avons rêvé ! Je ne suis pas inquiet pour les anglais : England won't fail, England won't fall

  • Par Tite Live - 24/06/2016 - 17:40 - Signaler un abus Les anglais n'ont ni raison ni tort, ils sont anglais

    Voyons, reprenez vos livres d'histoire et de géographie ! l'Angleterre est une île tournée vers l'océan depuis des siècles. Jamais les anglais n'ont voulu une quelconque intégration politique européenne : ils ont remplacé leurs colonies par le grand marché européen, c'est tout. L'Europe politique va peut-être pouvoir se construire maintenant que ceux qui ne l'ont jamais voulue en sont sortis. Les affaires continueront et les anglais resteront des cousins éloignés mais agréables à vivre : "On ne fait pas une grande république avec un vieux royaume" (Napoléon Bonaparte)

  • Par Fran6 - 24/06/2016 - 20:56 - Signaler un abus que nenni

    c'est l'Europe qui est devenue une ile à la face du monde!

  • Par Silver569 - 24/06/2016 - 22:26 - Signaler un abus Reponse a gerint

    Négatif, il y a une disproportion au profit de l'UE. Rien que la France a un excedent de 10 milliards avec le RU. Le RU exporte à 55% vers le monde (hors UE) et importe à 45/47% du monde (hors UE), donc il importe à 53/55% de l'UE; presque 10% d'écart c'est énorme d'où le "au profit de l'UE". La renégociation ne se fera pas, donc le régime normal des droits de douane s'appliquera (qui au passage sont très faibles; les USA étant à 2.2%, au pire ça sera 2% voire rien du tout).

  • Par Gin - 25/06/2016 - 03:06 - Signaler un abus Mr Federbusch

    Merci pour avoir, en quelques lignes, parfaitement resume avec votre talent habituel la deliquescence des institutions europeennes et francaises. J'ai particulierement apprecie la pertinence de votre tete de chapitre: "Depuis le début des années 2000, l’Union européenne est un peu comme le Norman Bates du «Psychose» d’Hitchcock, elle vit attachée psychologiquement et physiquement à un cadavre dont elle n’a pas réalisé la mort"... O combien vrai!

  • Par Olivier K. - 25/06/2016 - 09:16 - Signaler un abus Le problème s'est la sur reglementation

    Comme souligné dans l'article, le système est sclérosé par la sur-reglementation. Sortir de l'Europe n'y changera rien: on se trouvera en France avec d'autres malades pour provoquer cet excès. Le problème est la structure de nos institutions étatiques qui imaginent le règlement est le seul moyen de transfert d'information vers la population civile. L'autre moyen c'est la communication, on publie articles, pub etc, pour justifier changement de pratiques, et les entreprises suivront naturellement la demande. Il y aura des écarts, et alors? Il y en a dans tous les cas. Il y aura bcp moins de contrainte. Certains se diront il y a des contraintes qu'on ne sera expliquer,... Quand on sait pas expliquer une idée c'est qu elle ne mérite pas d'être transmise, et avec un système tel que je le propose, ces mauvaise idées ne pourront être imposés. Par pitié, n'aillez pas la bêtise de croire que sortir de l'Europe résoudra le cancer administratif, la sorti de l'Europe ne ferait que le déplacer de Bruxelles à Paris.

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Serge Federbusch

Serge Federbusch est président du Parti des Libertés. Il est l'auteur de La marche des lemmings ou la 2e mort de Charlie, et de Nous-Fossoyeurs : le vrai bilan d'un fatal quinquennat, chez Plon.

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€