Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Mardi 23 Janvier 2018 | Créer un compte | Connexion
Extra

Et Macron sortit de l’enfer de l’impopularité : retour sur ces précédents historiques où l’opposition avait (quasi) disparu

Selon un sondage IFOP pour Paris Match, la popularité d'Emmanuel Macron est en hausse. Il y aurait désormais un Français sur deux satisfait de son action. Une situation qui s'explique notamment par la faiblesse de l’opposition.

Populaire ?

Publié le

Pour finir disons que les oppositions ne peuvent redevenir majorités qu’en unissant leurs forces. En transcendant les lignes apparemment infranchissables et en faisant fi des « interdits » et autres « lignes rouges ». C’est parce qu’il a eu l’intelligence politique de passer une alliance avec le PCF que Mitterrand en construisant l’Union de la Gauche, même si celle-ci a explosé en septembre 1977,  a pu l’emporter en 1981. C’est parce qu’il a apporté son soutien à Macron en février 2017 que Bayrou est non seulement sorti de son ostracisation politique au point de compter aujourd’hui, avec le MODEM, le troisième groupe parlementaire de l’Assemblée nationale mais a aussi contribué à la victoire de Macron le 7 mai dernier.

Mélenchon et la France Insoumise s’ils veulent se donner une quelconque espérance de victoire devront forcément réunir toutes les gauches autour d’eux. A droite, par ailleurs, le futur ou la future personnalité à la tête de LR ne pourra pas faire l’économie d’une vraie réflexion sur une alliance avec le FN… Structuralement comparable à celle que passa Mitterrand avec le PCF en 1972…

Quelles sont les leçons à en tirer pour l'opposition actuelle ? Un rebond de l'opposition devrait il plus dépendre des actes, et éventuelles fautes d'Emmanuel Macron ou de leur capacité respective de proposer une offre politique renouvelée ?

Attendre qu’Emmanuel Macron fasse des erreurs n’est pas une manière de s’opposer des plus excitantes et emballantes. Ce n’est pas que le jeune Président n’en commette pas. Plutôt doué dans tous les compartiments du jeu, il aurait tendance à être même excellent dans celui des dérapages et des « boulettes ». Mais il dispose d’une grande qualité tactique : il ne s’entête pas, reconnait assez facilement qu’il a fait une  bêtise et tend à apprécier fortement la technique du « passement de jambe » lui qui aime le foot ou plutôt celle du dribble instinctif… Autrement dit il n’est pas facile à attraper, même en flagrant délit de provocation ou de « parler cash ». Là où d’autres auraient attiré ripostes et critiques (voire ironie condescendante ou lever de boucliers des « bonnes âmes ») Emmanuel Macron semble passer à travers les gouttes quand son prédécesseur était abonné à se les prendre par seaux entiers sur la tête…

Je ne crois guère dans une offre politique renouvelée comme « arme fatale » de l’Opposition dans la mesure où Macron, dans une sorte de stratégie du coucou, récupère et recycle à peu près tout ce que la droite a été incapable de mettre en place depuis son retour aux affaires en juin 2002 à partir des législatives gagnées et de la confirmation à Matignon de J.P. Raffarin. Et cette offre politique, quand bien même aurait-elle quelque probabilité de concrétisation, ne pourra exister dès lors qu’il existera comme nous l’avons dit en préambule de notre entretien au moins cinq « oppositions ». Il me semble évident que la cure d’Opposition des oppositions à Emmanuel Macron et à son fort talentueux premier ministre Edouard Philippe qui réussit, en tous points, un parcours sans faute à Matignon, va durer au moins jusqu’aux européennes de 2019 et même aux municipales de 2020. L’avenir dira si la France va connaitre une période d’instabilité politique chronique par explosion/implosion de la « majorité Macron » ou bien par incapacité de l’exécutif à gérer une crise sociale et sociétale imprévisible et aussi soudaine et inattendue que celle qui secoua le pays il y aura un demi-siècle en mai prochain. Mais même dans un tel scénario uchronique rien ne dit que les oppositions sauront se coaguler pour présenter une alternative acceptable aux citoyens français. On est au moins sûr que ce n’est pas le cas actuellement.

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par MIMINE 95 - 07/12/2017 - 11:40 - Signaler un abus LE ROI DE LA COM

    grimpe dans les sondages non pas à cause de l'application du non-programme et du flou artistique de sa campagne mais grâce au ralliement d'une partie des électeurs de la droite, à des déclarations "populistes " du style des propos qu'il a tenu récemment à une Marocaine :["On aide les gens quand ils sont malades. Mais je ne peux pas donner des papiers à tous les gens qui n’en ont pas. Sinon comment je fais avec les gens qui sont déjà là et qui n’arrivent pas à avoir un travail ? Donc il faut protéger les gens très faibles qui sont en insécurité chez eux, mais si vous n’êtes pas en danger, il faut retourner dans votre pays. Au Maroc, vous n’êtes pas en danger"] (et là , il nous prend vraiment pour des billes), et aux projets de bon sens de JM Blanquer sur l'école, une manière de détourner l'attention. Quand à E Philippe ,il me fait penser à F Fillon sous Sarkozy, un1er ministre absent des médias, type "fantôme". Fillon aussi aussi jouissait d'une bonne popularité sous Sarko. Etant donné le nombre de Français qui ont approuvé et voté pour le programme de Macron, je doute que le fait d'appliquer son programme le valorise beaucoup. A quand Le retour de bâton, ça commence déjà dans

  • Par MIMINE 95 - 07/12/2017 - 11:40 - Signaler un abus LE ROI DE LA COM suite

    9a commence déjà dans les ra

  • Par MIMINE 95 - 07/12/2017 - 11:43 - Signaler un abus OUPS

    je reprends : les critiques et les défections commencent déjà dans les rangs de son propre (futur) parti, et rien n'est pire qu'un ex qui a le sentiment de s'être fait roulé dans la farine ......

  • Par Vincennes - 07/12/2017 - 12:03 - Signaler un abus IFOP pour P.MATCH !!!! quelles références !!!!

    c'est comme le JDD, TOUS bien trop proches des "Macron" qui sur tous les sites ne semblent, pourtant pas, être appréciés. Attendons d'autres sondages .....à moins qu'eux aussi aient été "achetés"...... ARRETEZ de nous ENFUMER svp et que SANARES reste sur BFMTV pour donner ses sondages plutôt que sur le service public......idem pour Jeudy, invité récurrent de ROUX "miss bouclette/talonnettes" "C dans l'air" alors qu'il est TOUS les SOIRS sur BFMTV !!! Bientôt le service public sera une SUCCURSALLE de BFMTV (écurie Drahi) !!!

  • Par cloette - 07/12/2017 - 13:49 - Signaler un abus Sondages+matraquage des images

    sont les deux mamelles de la réussite à des élections .Ce sont les médias qui FONT les rois, et qui SONT le vrai pouvoir

  • Par Ganesha - 07/12/2017 - 15:49 - Signaler un abus Bas de la page 4...

    En bas de la page 4 : ''Fillon le plus mauvais candidat pour la droite''. Bravo et merci Mr. Pétaux ! Pour être aimable, je dirai que votre article est un peu plus pertinent que d'habitude ! Personnellement, j'attache moins d'importance que vous aux accords entre partis, aux ''ralliements'', et encore moins aux ''programmes communs''. L'avenir ? Je dirais : un événement, une question, une réponse ! Trois hypothèses : une explosion sociale, type Mai 68, contre le chômage et la pauvreté, ou alors, un krach boursier avec effondrement de l'euro. Je serais très étonné qu'une de ces deux opportunités ne se présente pas avant 2019. Dans ce cas, il y aura la campagne pour les élections européennes. C'est mon rêve : les français confrontés à de vraies questions et avoir réellement le droit de décider !

  • Par MIMINE 95 - 07/12/2017 - 17:52 - Signaler un abus MERCI VINCENNES

    j'avais zappé le "IFOP pour paris match", le magazine le plus Macron- bibiche de l'année 2017. Déjà le mot IFOP me fait généralement mourir de rire mais Paris match en plus !! là c'est trop.

  • Par pierre de robion - 07/12/2017 - 21:58 - Signaler un abus Je vous la fais courte!

    - Quel danger voyez-vous? -Aucun, et c'est ce qui m'inquiète!

  • Par Vincennes - 08/12/2017 - 00:31 - Signaler un abus et maintenant on nous vend "l'amitié des MACRON/HALLIDAY"

    qui va lui faire gagner des points entend t'on !!!!! Une amitié de qq mois !!! ne serait ce pas plutôt de l'OPPORTINISME ? car, là, il est très fort Jupiter

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Jean Petaux

Jean Petaux est docteur habilité à diriger des recherches en science politique, ingénieur de recherche, politologue à Sciences Po Bordeaux, grande école dont il est depuis 27 ans le directeur de la Communication et des Relations extérieures. Auteur d’une dizaine d’ouvrages,  il dirige aux éditions « Le Bord de l’Eau » la collection « Territoires du politique » et y a publié en avril 2017 un livre d’entretiens avec Michel Sainte-Marie, ancien député-maire de Mérignac  intitulé « Paroles politiques ».  Parmi ses publications antérieures il a  codirigé aux Editions Biotop, en 2010,  Figures et institutions de la vie politique française.

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€