Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Mardi 02 Septembre 2014 | Créer un compte | Connexion
Extra

Et si la "cool attitude" était l'une des formes les plus paradoxales de la servitude ?

"Be cool", "keep cool"... Autant d'expressions passées dans le langage de tous les jours. Claude Habib explique en quoi ces injonctions transforment en obligation une attitude nonchalante. Extraits de "Malaise dans la civilité ?" (1/2).

Yo man !

Publié le

La leçon est difficile, et particulièrement en France, vieux pays de hiérarchie, ordonné par les statuts et l'honneur d'en être digne. Quand remplir sa fonction, c'est aussi tenir son rang, on a bien du mal à se faire au relâchement du cool. Quiconque s'efforce d'être à la hauteur a besoin de dignité.

Pour un jeune Français qui cherche à s'avancer dans la vie, la verticalité n'est pas l'ennemi mais l'appui. Quant aux autres, les jeunes qui n'ont rien à faire des places, qui s'en sentent exclus ou qui s'en détournent, pour eux non plus, l'appropriation de la notion n'allait pas de soi. Il ne faut pas méconnaître l'existence d'une perplexité qui vient de l'incompréhension pure et simple. Mais l'antiaméricanisme aussi eut sa part. On le voit aujourd'hui que le cool a gagné, même en France : l'injonction "keep cool" se traduit par "reste zen", manière comme une autre de ne pas régler ses dettes.

[...]

Le cool serait né en 1949, avec la pratique d'un nouveau type de jazz, recueilli par la suite dans l'album Birth of the Cool. Ce nouveau jazz aux sons feutrés rompt avec le goût pour les sons éclatants comme il rompt avec la frénésie du be-bop. Tout est plus retenu, moins clair et plus prenant. En jazz et en général, le cool invente une douceur qui n'est pas le contraire de l'énergie : proposition inédite. Il prône un relâchement qui n'est pas exclusif de l'extrême concentration. Allez comprendre.

On pourrait dire que, passant par-dessus des siècles de dandysme, le cool renoue avec la sprezzature italienne, cette désinvolture distinguée définie par Castiglione. Trop attentif à lui, le dandy n'est pas cool. Les figures de l'homme coquet, du petit marquis de Versailles au minet du XXème siècle, ont toujours eu quelque chose d'exclusif et de composé. Ce sont des genres de vie pour happy few, des maniérismes de petits-maîtres - de telles visées regardent ceux qui ont les moyens et qui se donnent du mal. Mais le cool s'ouvre à tous, et d'abord aux adolescents. C'est une manière d'être à la limite de la mollesse, une sprezzature désossée du mépris qui lui servait de squelette. Le cool n'a rien de noble ni de stable, nul souci de préséance, dès qu'il peut, il s'affale. Il lui suffit d'être à l'aise sans être choquant, et l'adolescent qui m'irrite, les pieds sur la banquette du RER, est souvent plus cool que moi (ce qui n'est pas sûr : il peut être aussi ivre mort ou furieux).

L'attitude détendue sape les convenances et produit un dérèglement momentané. Car elle ne se contente pas d'être sans façons : l'idéal est de piéger l'autre et de lui prouver, sans bouger, qu'il déteste la détente, l'aisance du corps et la liberté. Tout ce qui se fait à la bonne franquette est sans intérêt : la bonne franquette est hors jeu. Car le jeu consiste à mêler, à une inertie qui ne suit pas l'usage, une inventivité qui le défait. Il en résulte une prime à l'enfantillage. Ainsi Jamel Debbouze, interviewé au journal télévisé de France 2, refuse de répondre aux questions que le journaliste lui pose sur son spectacle, puis lui propose un café, le lui apporte malgré ses refus, puis l'assaille de questions sur le métier de journaliste. Ne pas jouer le jeu fait aussitôt apparaître la ritualisation du journal télévisé, son déroulement prévisible et réglé. Qu'on dénonce l'infantilisme ou qu'on approuve l'esprit d'enfance, on reconnaît immédiatement dans ces grains de sable ou ces brèches le propre de notre temps. Le bon usage d'aujourd'hui, c'est d'attaquer gratuitement, en plaisantant, sans aucune agressivité.

_________________________________________________

Extrait de "Malaise dans la civilité ?" Tempus Essai (août 2012)

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par Urbon - 15/09/2012 - 12:34 - Signaler un abus Enfin quelqu'un pour le dire !

    Et ça mérite le temps d'y réfléchir... Je repasserai. J'espère qu'il y aura plein de réactions. Coooool !

  • Par Le monocle - 15/09/2012 - 12:52 - Signaler un abus La cool attitude......

    ou le refus de toute contrainte mais sous la protection bienveillante de l'etat providence. Sans doute la forme la plus raffinee de l'esclavage...

  • Par sam84 - 15/09/2012 - 18:11 - Signaler un abus Cool ,?

    Tout cela n'est que le faux nez du renoncement,de l'avachissement morale et de la lâcheté individuel Cela fini par l’asservissement Ce pays n'en est plus un,mais hélas peu de Français ont les moyens de le quitter et beaucoup ont déjà acquit la mentalité des serfs prêt a se livrer aux barbares

  • Par Kulashaker - 15/09/2012 - 19:46 - Signaler un abus Justement, j'y songeais...

    L'autre jour, je me demandais en effet pourquoi tous les jeunes hommes de mon âge répètent ce mot et quel sens y a-t-il derrière celui-ci. Le cool est en effet le summum de l'attitude relâché, il n'est en effet pas noble. C'est un avachissement, rien d'autre ! Malheureusement, quiconque n'est pas cool de nos jours est qualifié de ringard. Triste...

  • Par Epsilon - 16/09/2012 - 08:37 - Signaler un abus Pub

    Encore un article publicitaire? Bientôt atlantico rejoindra le figaro dans la liste des médias qui sous couvert de journalisme ne sont que des placeurs de produits à destination d'une clientèle aisée...

  • Par Urbon - 20/09/2012 - 15:49 - Signaler un abus Bah mince alors, pas cool.

    Et non, pas cool, tellement peu de réponses, de commentaires, d'exaltation. M'enfin bon, à propos, ça veut dire ça, être cool : Laisser sa chance à tout le monde. C'est une question d'état d'esprit, liée à la résurgence de l’apartheid entre les riches blancs et les esclaves noirs, à une époque pas si lointaine. La musique était un échappatoire. Comme vous le faites remarquer. Aujourd'hui le sens n'a pas changé. Alors, donner sa chance à tout le monde, surtout au petit jeune qui n'a pas encore l'âge, c'est cool ou pas cool ? Acceptable ou pas ? C'est d'un problème de jeunisme que nous souffrons, tout simplement. Mais on peut rester cool en vieillissant...

  • Par Urbon - 20/09/2012 - 15:57 - Signaler un abus Petit jeu : Cool / pas cool, comme sur Canal+

    Donner leur chance aux femmes c'est cool, pas cool ? Donner leur chance aux étrangers c'est cool, pas cool ? Donner leur chance aux homosexuels c'est cool, pas cool ? Donner leur chance aux handicapés c'est cool, pas cool ? Donner leur chance aux trisomiques c'est cool, pas cool ? Donner leur chance aux jeunes c'est cool, pas cool ? Donner sa chance à Bachar-le-tyran c'est cool, pas cool ?

  • Par Urbon - 20/09/2012 - 16:00 - Signaler un abus Cool = Mollesse : Non

    Cool = réceptif et exigent. Mais les jeunes, ce qu'ils n'ont pas forcément compris, c'est qu'il doivent aussi prendre le temps d'apprendre à être cool. Être cool, finalement, c'est un peu l'art de manager les talents.

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Claude Habib et Philippe Raynaud

Claude Habib est professeur de littérature française du XVIIIème siècle à l'université Sorbonne Nouvelle, essayiste et romancière. Elle est notamment l'auteur de "Galanterie française" (Gallimard, 2006).

Philippe Raynaud est professeur de science politique à l'université de Paris-2 Panthéon-Assas et membre senior de l'Institut Universitaire de France. Il enseigne aussi à l'Institut d'études politiques de Paris. Il a codirigé le "Dictionnaire de philosophie politique" (PUF, 2003).

Voir la bio en entier

En savoir plus
Je m'abonne
à partir de 4,90€