Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Lundi 12 Novembre 2018 | Créer un compte | Connexion
Extra

Et la clé de la Maison Blanche se trouve probablement chez les électeurs… indépendants, ceux qui ne sont ni républicains, ni démocrates

Peu d'intérêt pour les électeurs indépendants, alors qu'ils ne peuvent pas être ignorés. Ils peuvent faire basculer le vote et consolider une coalition gagnante.

THE DAILY BEAST

Publié le
Et la clé de la Maison Blanche se trouve probablement chez les électeurs… indépendants, ceux qui ne sont ni républicains, ni démocrates

Un sondage a montré qu’Hillary Clinton montait chez les indépendants, qui ont renversé la situation : 42% pour Trump en septembre et 46% pour Clinton. Un autre sondage a constaté un basculement similaire après le premier débat. Crédit TIMOTHY A. CLARY / AFP

The Daily Beast par John Avlon

Les électeurs indépendants sont le groupe le plus important et celui qui connaît la plus forte croissance ; ils peuvent faire basculer le pouvoir et c'est eux qui choisiront le gagnant de cette élection. Mais ils sont devenus le Rodney Dangerfield (acteur mort en 2004 qui ne cessait de répéter « On ne me respecte pas ») de la politique américaine : Ils ne sont pas respectés.

Les professionnels de Washington expliquent longuement qu’ils n’existent pas, les accusant de partialité.

Mais ce n’est pas un hasard si le nombre d’électeurs indépendants a augmenté au cours des deux dernières décennies, alors que les deux principaux partis ont stagné ou diminué, tout en étant plus marqués idéologiquement. La montée des électeurs indépendants illustre l'échec de notre système à deux partis.

Le populisme conservateur de Donald Trump et le populisme libéral de Bernie Sanders ont attiré les électeurs déçus cette année. Du coup, les électeurs indépendants ont été relativement ignorés.

Mais les électeurs indépendants animent les mouvements électoraux qui peuvent faire basculer le contrôle du Congrès, et ils ont soutenu le vainqueur, dans toutes les élections présidentielles depuis 1980, sauf à deux reprises, selon les données électorales du Roper Center. Les exceptions ont eu lieu en 2004, avec John Kerry, et en 2012, avec Mitt Romney.

Le succès de Romney reflète le glissement global des électeurs indépendants vers la droite dans le sillage du mouvement Tea Party de 2010. Les gains de Romney chez les indépendants - qui  représentaient 29 % des électeurs cette année là - ont été compensés par le président Obama qui a attiré les modérés.

Cette scission a représenté un changement majeur. En règle générale, les électeurs indépendants ont dépassé les modérés et se sont intéressés au problèmes nationaux de manière plus cohérente que les démocrates ou les républicains. Mais les indépendants sont un groupe trop nombreux pour être un groupe monolithique. Dans l'ensemble, ils ont tendance à se rapprocher des républicains sur les questions économiques et des démocrates sur les questions sociales. Ils sont aussi les électeurs les moins religieux ce qui permet de comprendre pourquoi ils se confondent en partie avec les libertariens les plus centristes. Sans surprise, les indépendants forment le noyau dur de ceux qui soutiennent le tandem Gary Johnson-Bill Weld, qui sont, comme Donald Trump et Hillary Clinton, candidats à l’élection présidentielle, même si on parle très peu d'eux.

Mais de quelle manière les indépendants vont-ils choisir entre Hillary Clinton et Donald Trump?

Pendant la majorité de la campagne, Trump a nettement plus attiré les électeurs indépendants qu’Hillary Clinton. En juillet, par exemple, un sondage CNN / ORC montrait que Trump était soutenu par 46% des indépendants contre 28% parmi les personnes interrogées. Les électeurs indépendants n’ont jamais été le soutien le plus fiable d’Hillary Clinton, oscillant entre 45% quand elle était candidate à la candidature démocrate pour l’élection présidentielle 2008, avant de dépasser 60% quand elle était Secrétaire d'Etat . Puis elle est redescendue à 40% pendant la campagne actuelle. Les indépendants qui ont pu voter lors des primaires démocrates ont eu tendance à soutenir Sanders.

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par ikaris - 08/11/2016 - 14:01 - Signaler un abus Dailybeast : un article de plus pour rien

    Après nous avoir démontré l'existence de ce groupe dont on ne sait rien (à part qu'il ne se déclare pas d'un des deux bords) on fini par nous dire qu'il a un comportement assez similaire à la masse prise dans son ensemble avec des poussière de pourcentages bidon (car incertitude sondagiaire) sur des soit disant états cruciaux. Et on nous dit ensuite qu'un candidat sans étiquette les représenterait alors que c'est pas parcequ'on est ni démocrate ni républicain qu'on ne voterait pas pour l'un ou pour l'autre de ces partis ... ni qu'on voterait pour le premier politicien venu sans étiquette ! Bref, Dailybeast = de la daube, tous les jours

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

John Avlon

John Avlon est rédacteur en chef du Daily Beast.

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€